TOURCOING. THE FAIRY QUEEN, nouvelle production

VISUEL-FAIRY-QUEENTOURCOING. PURCELL : Fairy Queen, les 24, 25, 27 fev 2022. Purcell conçoit avec cette Ɠuvre fĂ©Ă©rique son plus grand succĂšs. InspirĂ© du Songe d’une nuit d’étĂ© de Shakespeare, The Fairy Queen est un semi-opĂ©ra. Il s’agit d’une forme hybride mĂȘlant habilement thĂ©Ăątre, musique, chant et danse. L’envoĂ»tement de Titania, la reine des fĂ©es, sera Ă  l’origine de bien des tourments, pour les couples d’amoureux et pour la troupe d’artisans qui prĂ©parent la tragĂ©die Pyrame et ThisbĂ©. Tout cela dans une forĂȘt enchantĂ©e peuplĂ©e de fĂ©es et d’elfes… que le roi ObĂ©ron et son serviteur zĂ©lĂ©, Puck, bouleverse par vengeance. VoilĂ  pourquoi aprĂšs une nuit agitĂ©e, riche en transformations et quiproquos divers, il faut bien le ballet des saisons pour rĂ©tablir l’harmonie initiale. AprĂšs L’Étoile de Chabrier, Jean-Philippe Desrousseaux (mise en scĂšne) et Alexis Kossenko (direction musicale), abordent un autre univers onirique, loufoque, fantaisiste, fĂ©Ă©rique ! EnsorcelĂ©e, Titania conduit Ă  une fantaisie amoureuse, dĂ©lirante oĂč l’illusion et le rĂȘve dĂ©fient la rĂ©alitĂ©. Une scĂšne thĂ©Ăątrale hors normes en dĂ©coule et un expĂ©rience inĂ©dite pour le spectateur. D’autant plus que le mĂ©lomane dĂ©couvre l’orchestre de Purcell, reconstituĂ© selon les sources historiques : opulent et articulĂ©, colorĂ© et raffinĂ©. Photos : © FrĂ©dĂ©ric Iovino / Atelier Lyrique de Tourcoing 2022

 

 fairy-queen-atelier-lyrique-tourcoing-opera-classiquenews-bottom-alain-buet-critique-opera-review

 

 

 

 

____________________________________________________________________________

TOURCOING, Théùtre Municipal R. Devosboutonreservation
Jeudi 24 fĂ©vrier 2022 – 20h
Vendredi 25 fĂ©vrier 2022 – 20h
Dimanche 27 fĂ©vrier 2022 – 15h30
INFOS : https://www.atelierlyriquedetourcoing.fr/the-fairy-queen-24-25-27-fevrie-2022/

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing
https://web.digitick.com/the-fairy-queen-spectacle-opera-css5-atelierlyriquedetourcoingweb-pg51-ei817795.html

 

 

 

 

 FAIRY-QUEEN-Atelier-lyrique-kossenko-desrousseaux-classiquenews-V2

 

 

 

 

NOTRE AVIS – POURQUOI NE PAS MANQUER CE SPECTACLE ? : Le regard de Jean-Philippe Desrousseaux sur l’un des chefs d’oeuvre du Purcell le plus accompli, allie poĂ©sie, satire, facĂ©tie : c’est un vrai portrait Ă  charge de la royautĂ© anglaise actuelle qui se lit avec irrĂ©vĂ©rence et drĂŽlerie ; y compris l’esprit du guignol britannique (scĂšne des marionnettes ” Punch & Judy”!)
 la princesse Diana (incarnĂ©e par le chanteur qui joue Puck), le prince Charles, sans omettre Boris Johnson (et son brexit) et une impayable Margaret Thatcher, forcenĂ©e du thĂ© et danseuse rude (excellent danseur Steven Player dont les pitreries millimĂ©trĂ©es et le sens du rythme sont irrĂ©sistibles)
 chacun en prend pour son grade ; il n’est que la Queen Elisabeth qui se maintienne, hors sĂ©ances de ronflements, passablement inconvenants. Les comĂ©diens et leurs couples croisĂ©s (Hermia / Lysandre – Helena / Demetrius) sont bien prĂ©sents (jouĂ©s par 4 acteurs comĂ©diens et chanteurs) ; saluons le personnage de la bonne, le couple Oberon et surtout Titania qui allie grĂące et mĂȘme profondeur (superbe air tragique aprĂšs l’intermĂšde des 4 Saisons) ; dans la fosse, Alexis Kossenko qui dirige Les Ambassadeurs – La Grande Ecurie et place le continuo sur scĂšne (au plus proche des chanteurs), manie habilement les dosages et mĂ©langes de timbres afin de restituer cette chair onctueuse et Ă©lĂ©gantissime qui manque souvent, et qui impose ici une superbe pĂąte sonore : celle du grand Purcell qui revivifie la leçon thĂ©Ăątrale et poĂ©tique de Shakespeare en une alchimie virtuose alliant musique française (Lullyste) et italienne, que complĂšte la frĂ©nĂ©sie de danses endiablĂ©es, authentiquement british ! Nouvelle production Ă©vĂ©nement Ă  Tourcoing.

 

____________________________________________________________________________

 

 

PURCELL Henry (1659-1695)
The Fairy queen (La reine des fées)
Semi-opéra en cinq actes
Créé le 2 mai 1692 au Dorset Garden Theatre (Théùtre de la Reine) à Londres
Livret anonyme d’aprĂšs Le Songe d’une nuit d’étĂ© de Shakespeare

Direction musicale: Alexis Kossenko
Mise en scĂšne: Jean-Philippe Desrousseaux
Chorégraphies, danseur et guitariste: Steven Player
DĂ©cor: Jean-Philippe Desrousseaux
Scénographie, lumiÚres: François-Xavier Guinnepain
CrĂ©ation des marionnettes : Petr et Katia Ƙezáč

Un professeur d’Oxford, ObĂ©ron : Robert Getchell, alto
La bonne : Rachel Redmond, soprano
Steven Player : danseur et guitariste
Une Ă©tudiante d’Oxford / Titania : Coline Dutilleul, mezzo-soprano
Boris Johnson / Egeus : Alain Buet, basse
Lady Di / Puck : Benedict Hymas, ténor
Elizabeth II, reine d’Angleterre : Chantal Cousin, mezzo
Coing / Démétrius : Vincent Violette, comédien
DerriĂšre / Lysandre : Victor Duclos, baryton
Mortdefaim / Hermia : Linfeng Zhu baryton

Les Ambassadeurs ~ La Grande Écurie
Nouvelle production Atelier Lyrique de Tourcoing
Durée : env. 2H30 (+ entracte 20mn)

 

 

____________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Approfondir

——————————————

UNE SEULE NUIT DE FOLIE
 Semi-opĂ©ra composĂ© et crĂ©Ă© en 1692, The Fairy Queenpurcell Henry-Purcell-400-250 de Purcell adapte l’intrigue amoureuse de Shakespeare telle qu’énoncĂ©e dans son Songe d’une nuit d’étĂ© (piĂšce Ă©crite presque 1 siĂšcle auparavant, crĂ©Ă© en 1596). S’y imbriquent 3 actions dans la forĂȘt enchantĂ©e, labyrinthe sentimental oĂč se perdent les Ăąmes, se croisent les attractions naguĂšre Ă©teintes ou impossibles
 d’abord, l’opposition entre la Reine des fĂ©es Titania et son Ă©poux ObĂ©ron ; puis les 2 couples d’acteurs athĂ©niens venus rĂ©pĂ©ter une piĂšce sur le sujet amoureux et tragique de Pyrame et ThisbĂ©, thĂ©Ăątre dans le thĂ©Ăątre
 L’intrigue tend Ă  sĂ©parer ce que l’amour a tissĂ© : Hermia, destinĂ©e Ă  Demetrius, est Ă©prise de Lysandre, quand Helena aime Demetrius
 Hermia et Lysandre s’enfuient dans la forĂȘt, poursuivis par Demetrius, lui-mĂȘme traquĂ© par
 Helena.
Hermia devra-t-elle nĂ©anmoins Ă©pouser Demetrius selon l’ordre de son pĂšre EgĂ©e qui est dĂ©fendu par le duc d’AthĂšnes, ThĂ©sĂ©e ?
Toute l’action prĂ©cipitĂ©e, imbriquĂ©e se dĂ©roule et se dĂ©noue dans la continuitĂ© d’une seule nuit.

Proche du dĂ©roulement de la piĂšce shakespearienne, Purcell enchaĂźne des tableaux a priori divers et sans lien rĂ©el (en cela trĂšs fidĂšle Ă  l’esprit dĂ©lirant voire surrĂ©aliste de Shakespeare : le figure de l’ñne Bottom, la denriĂšre tirade de Puck qui referme l’action comme s’il s’agissait d’un rĂȘve ou d’un « mauvais somme »), mais la musique (ciselĂ©e, profonde, raffinĂ©e, trĂšs italienne, relevant de la derniĂšre maniĂšre de Purcell), la tendresse enivrĂ©e des choeurs, la place de l’illusion comme de l’enchantement, autant de rĂ©flexions sur les vertiges de l’amour
, assurent une cohĂ©rence des sĂ©quences, rattachĂ©s tous Ă  l’emprise, la dĂ©raison produits par l’amour, ses ravages, sa souveraine puissance sur les cƓurs impuissants, dĂ©munis.

 

 

 

 

 

SYNOPSIS des 5 actes

1. Epoux jaloux,Titania et Oberon se disputent la propriĂ©tĂ© d’un jeune page indien. 2 fĂ©es (sopranos) cĂ©lĂšbrent le charme de la campagne (« Come, come, come, come, let us leave the town ») ; elles moquent l’ivresse dĂ©lirante d’un poĂšte Ă©thylique (basse : « Fill up the bowl »)

2. Pour semer la confusion dans les cƓurs, Oberon ordonne Ă  Puck, esprit facĂ©tieux et moqueur, d’user de la magie d’une fleur dont le suc est enchantĂ© car elle a reçu la flĂšche de Cupidon : en oignant les yeux de chaque victime, celle-ci tombe amoureuse du premier ĂȘtre croisé  (ainsi de Lysandre et de Titania); le monde des fĂ©es s’abandonne au sommeil Ă  travers plusieurs tableaux oniriques : Nuit (“See, even Night”), MystĂšre (“Mystery’s song”), Secret (“One charming night”) et Sommeil (“Hush, no more, be silent all”)

3. Titania s’éprend de l’ñne Bottom (comme Lysandre s’est Ă©pris d’Helena, Ă  la stupĂ©faction d’Hermia
 pire des scĂ©narios); une nymphe chante illusions et tourments de l’amour (« If love’s a sweet passion »). Oberon verse le suc sur les yeux de Demetrius qui s’amourache
 d’Helena. Ainsil la rejetĂ©e du dĂ©but devient le sujet des Ă©lans de deux hommes). La reine et son Ăąne d’amour son divertis par le duo Corydon et Mopsa.

4. La nuit va bientÎt faire place au jour : Oberon lÚve les sortilÚges. Pour son anniversaire, il désenvoûte les 2 athéniens, et Titania. Tableau des 4 saisons (divertissement).

5. Paraissent ThĂ©sĂ©e qui dĂ©couvrent l’intrigue des amants dans la forĂȘt. Chacun expose la mĂ©tamorphoses qui s’est opĂ©ras pendant cette nuit de folie : Lysandre aime Hermia ; et fait nouveau, Demetrius ne dĂ©sire qu’Helena. Plusieurs chanteuses paraissent : Junon, une femme plaintive, deux couples de chinois dont le dernier chante les vertus de l’Hymen, assurant (morale du drame) que le mariage s’impose Ă  tous comme garante de toutes unions, (cĂ©lĂ©bration Ă  peine masquĂ©e aux souverains William et Marie…

 

 

VOIR The Fairy Queen de PURCELL
Harnoncourt, 2017
https://www.youtube.com/watch?v=KFnLmmur1ZA
Distribution
Soprano – Dorothea Röschmann
Soprano – Martina JankovĂĄ
Mezzo-soprano – Elisabeth von Magnus
Countertenor – Terry Wey
Tenor – Joshua Ellicott
Bass – Florian Boesch

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.