Zingari de Leoncavallo (1912)

Ruggero_LeoncavalloMontpellier. Ruggero Leoncavallo : Zingari. Mardi 15 juillet 2014, 20h. Leoncavallo n’a pas composĂ© que Pagliacci (Paillasse,1892), sommet du vĂ©risme qui renouvelle le drame noir, passionnĂ©, sanglant, ou I Medici (Ă©crit Ă  Paris et crĂ©Ă© sans succès en 1893). Montpellier exhume cet Ă©tĂ©, un autre ouvrage du compositeur napolitain : Zingari, crĂ©Ă© Ă  Londres en 1912, d’après le conte de Pouchkine. En deux actes, l’ouvrage Ă©voque la relation tragique d’un noble russe (Tamar) avec une jeune tzigane Fleana : lorsque celle-ci le trompe, il tue celle qui l’a trahi et son amant (Radu), en incendiant la cabane qui les abrite…
Leoncavallo pourtant laborieux et dĂ©terminĂ©, qui n’a jamais revĂ©cu le premier triomphe de Pagliacci, rĂ©alise cependant dans Zingari une mĂŞme combinaison d’options efficaces : intermezzo poĂ©tique (Ă  la fin du I : l’orchestre seul exprime le huit clos et les thèmes mĂŞlĂ©s des trois protagonistes), airs violents et expressifs, climats russes et tziganes hautement tragiques. MĂ©rimĂ©e connaissait la figure de Fleana, imaginĂ©e par Pouchkine : en traduisant le russe, l’auteur de Carmen y a certainement puisĂ© les sources de son personnage rebelle, radical, libre…, sirène et sauvageonne, tout autant, sensuelle, provocante, lascive mĂŞme.

Fleana, sĹ“ur ainĂ©e de Carmen…

Admirateur dès ses premières heures de Wagner – il reçut le choc de l’opĂ©ra en dĂ©couvrant Ă  20 ans, Rienzi jouĂ© en 1876 Ă  Bologne-, Leoncavallo n’est pas cet auteur gras et pataud, aux traits Ă©pais souvent vulgaires, tel que caricaturĂ© par D’Annunzio et Puccini. Ce dernier en voulut-il particulièrement Ă  son cadet de composer un an après lui, une Bohème en 1897 (qui peine toujours d’ailleurs, Ă  convaincre sur les planches…) ?
Leoncavallo connut une vie difficile malgrĂ© sa volontĂ© de s’inscrire dans le courant novateur de l’opĂ©ra italien. Il a comme Wagner Ă©crit ses propres livrets, suivi en s’en Ă©cartant, les avancĂ©es de Mascagni ou de Puccini. Remonter aujourd’hui Zingari permet de parcourir l’Ă©volution de sa manière depuis Pagliacci : Ă  la fin de sa carrière, le Napolitain s’est-il effectivement renouvelĂ© ? RĂ©ponse ce 15 juillet Ă  Montpellier … Ă  Montpellier et sur France Musique.

Ruggero Leoncavallo : Zingari. En direct sur France Musique, mardi 15 juillet 2014, 20h.

 

Programme de la soirée et distribution :

 

JULES MASSENET (1842-1912)

Scènes napolitaines, suite d’orchestre n°5: 
La Danse, 
La Procession, 
La Fête

 

ZINGAR de 
RUGGERO LEONCAVALLO (1857-1919)
Opéra en 1 acte et 2 tableaux (1912)
Livret de E. Cavacchioli et G. Emanuel d’après Pouchkine
Création : Londres, Hippodrome, 16 septembre 1912

avec
Leah Crocetto, soprano : Fleana
Stefano Secco, ténor : Radu
Fabio Capitanucci, baryton : Tamar
Sergey Artamonov, baryton-basse : Il vecchio

Orquestra Simfònica de Barcelona i Nacional de Catalunya (OBC)
OrfeĂłn Donostiarra
Michele Mariotti,  direction