Compte rendu, opéra. Versailles. Opéra Royal, le 26 novembre 2014.Johann Adolph Hasse (1699-1783) : Siroé, Rè di Persia, Opéra seria en trois actes. Livret de Métastase. Créée au Teatro Mavezzi à Bologne, le 2 mai 1733. Première en France d’une nouvelle production. Avec : Siroé, Max Emanuel Cencic ; Laodice, Julia Lezhneva ; Medarse,  Mary-Ellen Nesi ;Cosroe, Juan Sancho ; Arasse, Laureen Snouffer ; Emira, Roxana Constantinescu; Mise en scène, Max Emanuel Cencic. Décors, Bruno de Lavenère. Lumières, David Debrinay ; Video, Etienne Guiol. Armonia Atenea ; George Petrou, direction.

cencic siroe hasse Max-Emanuel-Cencic-Hasse-Siroe-George-Petrou-Armonia-AteneaAprès Faramondo de Haendel en 2009 et Artaserse de Vinci en 2012, c’est avec un opĂ©ra de Hasse que Max Emanuel Cencic nous revient. Si le CD en est sorti Ă  la rentrĂ©e, unanimement saluĂ© par la critique et un rĂ©el succès auprès du public, sa crĂ©ation scĂ©nique en première Ă  l’OpĂ©ra Royal de Versailles Ă©tait très attendue. Cependant la distribution en est lĂ©gèrement diffĂ©rente, Franco Fagioli n’Ă©tant pas libre pour l’occasion… elle n’en a pas moins Ă©tĂ© la plus belle surprise de la soirĂ©e, nous offrant de belles dĂ©couvertes et confirmant des talents que l’on a retrouvĂ©s avec un rĂ©el plaisir. En cette pĂ©riode particulièrement morose, le rĂŞve d’une Perse chatoyante, ne pouvait que faire venir un public nombreux jusqu’Ă  la ville royale en quĂŞte de joyaux lyriques et de nuits enchantĂ©es. SiroĂ©, Re di Persia de Johann Adolph Hasse, est un petit bijou qui bĂ©nĂ©ficie d’un livret de MĂ©tastase offrant des niveaux de lecture des plus riches.

 

 

 

Siroe : joyau lyrique

 

CrĂ©Ă© en 1733 Ă  Bologne, le succès de sa crĂ©ation, ne lui Ă©pargna pourtant pas une disparition complète, totalement injuste, de la scène depuis la fin du XVIIIe siècle. Ici le nombre de personnages en est rĂ©duit, six au total. Drame filiale et amours contrariĂ©s en sont les fils conducteurs qui permettent de crĂ©er des situations dramatiques et psychologiques des plus intĂ©ressantes. CosroĂ©, roi vieillissant, doit se choisir un hĂ©ritier. Il a deux fils, SiroĂ© et Medarse. Le premier est le plus lĂ©gitime mais en conflit avec son père, car il est Ă©perdument amoureux d’Emira, la fille d’un ennemi qu’a assassinĂ© CosroĂ© de ses propres mains. Il choisit donc Medarse, le plus jeune, un jeune homme envieux, Ă©pris de pouvoir, mais en apparence fidèle et soumis Ă  ce père autoritaire. SiroĂ© va donc devoir traverser un certain nombre d’épreuves – politiques et amoureuses- avant de pouvoir exercer le pouvoir qui lui revient. Car sa loyautĂ© est Ă©galement mise en cause par la maĂ®tresse de CosroĂ©, Loadice qui vient par la passion qu’elle voue au jeune homme, encore creuser le fossĂ© entre les deux hommes. AidĂ© d’un seul ami fidèle, Arasse, SiroĂ© parvient Ă  dĂ©jouer les complots montĂ©s par son frère et Loadice, enfin rĂ©tablir l’harmonie dans le lieto fine.

Si pour sa première mise en scène Max Emanuel Cencic ne rĂ©ussit pas un sans – faute, il parvient toutefois Ă  faire naĂ®tre l’enchantement tant attendu. Les merveilleux dĂ©cors – faits de moucharabiehs mobiles aux magiques arabesques – et les costumes luxuriants, de Bruno de Levenère, lui permettent de suggĂ©rer un onirisme proche des miniatures persanes qu’il Ă©voque dans le programme. Les superbes lumières de David Debrinay dessinent des fleurs et des calligraphies qui nous enchantent.

Malheureusement, l’abus de videos efface le côté tragique et émotionnel dans la scène de la prison. Tout comme le côté sur joué de certaines scènes, accentue plutôt un côté comique assez surprenant ici. On peut également aussi regretter des références à la franc-maçonnerie qui n’ont pas forcément leur place chez Metastase. Mais ce ne sont pas ces quelques détails qui auront gâché notre soirée, d’autant plus que doué de multiples talents, Max Emanuel Cencic a donc réuni autour de lui une magnifique distribution.

Juan Sancho dans le rôle du père rongé par le doute et les remords inavouables, campe un Cosroé tragique. Tandis que Mary-Ellen Nesi est un Medarse versatile et arrogant qui progressivement tout comme son frère d’ailleurs, gagne en maturité. La voix est parfaitement projetée et le plaisir jubilatoire de jouer le rôle du méchant est manifeste. Lauren Snouffer et Roxana Constantinescou, respectivement Arasse, l’ami fidèle de Siroé et Emira, l’amante qui souhaite tant faire porter à Siroé le poids de sa vengeance, sont de magnifiques révélations. La première nous éblouit par la pureté de son timbre et des vocalises cristalines, tandis que le timbre suave et fruité de la seconde nous ensorcelle. Julia Lezhneva fait de sa Loadice, une peste diablement séduisante. Sa virtuosité exceptionnelle dans des vocalises d’une beauté arachnéenne, lui valent une véritable ovation à la fin de son troisième air. Enfin à tout seigneur, tout honneur, le timbre de Max Emanuel Cencic aux graves d’une sensualité troublante, sa technique impeccable et sa présence scénique, font de son Siroé un personnage particulièrement attachant et séduisant.

La direction énergique et dramatique de George Petrou insuffle à l’ensemble Armonia Atenea une belle vitalité, même si l’on aimerait percevoir un peu plus de couleurs dans les récitatifs.

Grâce soit rendue à Max Emanuel Cencic et à tous ceux qui lui ont permis de porter ce nouveau programme jusqu’à son accomplissement et tout particulièrement aux dirigeants de Château de Versailles Spectacles, car on ne pouvait rêver lieu plus envoûtant que l’Opéra Royal pour une première française.

Versailles. Opéra Royal, le 26 novembre 2014.Johann Adolph Hasse (1699-1783) : Siroé, Rè di Persia, Opéra seria en trois actes. Livret de Métastase. Créée au Teatro Mavezzi à Bologne, le 2 mai 1733. Première en France d’une nouvelle production. Avec : Siroé, Max Emanuel Cencic ; Laodice, Julia Lezhneva ; Medarse,  Mary-Ellen Nesi ;Cosroe, Juan Sancho ; Arasse, Laureen Snouffer ; Emira, Roxana Constantinescu; Mise en scène, Max Emanuel Cencic. Décors, Bruno de Lavenère. Lumières, David Debrinay ; Video, Etienne Guiol. Armonia Atenea ; George Petrou, direction.

 

 

 

Approfondir : LIRE notre critique complète du coffret DECCA : Siroe de Hasse par Max Emanuel Cencic

 

 

OpĂ©ra, annonce. Siroe de Hasse Ă  l’OpĂ©ra royal de Versailles

cencic siroe hasse Max-Emanuel-Cencic-Hasse-Siroe-George-Petrou-Armonia-AteneaVersailles, les 26,28 30 novembre 2014. Max Emanuel Cencic chante SiroĂ© de Hasse sur la scène et au disque (novembre 2014). Fervent interprète des passions baroques, le contre tĂ©nor Max emanuel Cencic offre en première française, la recrĂ©ation de l’opĂ©ra seria Siroe d’un contemporain de Haendel et de Rameau, Hasse… Au moment oĂą Rameau rĂ©volutionne de façon scandaleuse la tragĂ©die lyrique française avec son premier opĂ©ra : Hippolyte et Aricie (1733), soulignant la spĂ©cificitĂ© gauloise quand toute l’Europe s’entiche pour l’opĂ©ra italien en particulier napolitain, le gĂ©nial Saxon Hasse assure justement l’essor irrĂ©pressible du seria napolitain avec son Siroe que rĂ©vèle aujourd’hui le contre tĂ©nor aux graves agiles, Max Emanuel Cencic. Le disque paraĂ®t dĂ©but novembre chez Decca et le chanteur met en scène les reprĂ©sentations de novembre 2014 Ă  l’opĂ©ra royal de Versailles. En LIRE +

 

Siroe scena da Siroehasse siroe cencic cd deccaL’histoire de SiroĂ© associe un contexte historique et des intrigues amoureuses croisĂ©es: en 628, le belliqueux Roi des Perses CosroĂ© (Chosroès II), en guerre depuis des annĂ©es, avec l’Empereur ChrĂ©tien HĂ©raclius et lui ayant pris l’Egypte, la Syrie et la Palestine, dĂ©cide de ne pas donner sa succession Ă  son fils aĂ®nĂ© SiroĂ©. Celui-ci se rĂ©volte devant cette injustice et fait assassiner son père. SiroĂ© devient Roi des Perses en 628. Il Ă©crit aussitĂ´t Ă  HĂ©raclius pour signer la paix, permettant Ă  l’Asie Centrale de vivre une pĂ©riode de splendeur et de sĂ©rĂ©nitĂ©. Tout en brossant le portrait d’un prince Ă©clairĂ© et vrtueux, Hasse exploite l’opposition des chrĂ©tiens et des perses, exacerbe les rivalitĂ©s et multiplie les situations conflictuelles, les confrontations tendues et passionnĂ©es qu’il traite toujours en privilĂ©giant la virtuositĂ© de ses solistes. C’est aussi une claire illustration selon les principes pronĂ©s par MĂ©tastase, de la figure du prince providentiel, tout d’abord victime puis peu Ă  peu puissant mais lumineux,  c’est Ă  dire civilisateur et pacifique.  L’incarnation renouvelĂ©e d’un nouvel Alexandre.

Agenda
Versailles, Opéra royal
Les 26, 28 novembre 2014, 20h
Le 30 novembre, 15h
avec
Max Emanuel Cencic, Siroé
Julia Lezhneva, Laodice
Mary-Ellen Nesi, Medarse
Juan Sancho, Cosroe
Laureen Snouffer, Arasse
Dilyara Idrisova, Emira
Armonia Atenea
George Petrou, direction
Max Emanuel Cencic, mise en scène
Durée : 3h30 entracte inclus Tarif : de 35 à 140 €

CD
Hasse : Siroe, Max Emanuel Cencic. Double cd Decca, réf. 478 6768 : parution le 3 novembre 2014

 

CD événement. Hasse : Siroe,1763. Max Emanuel Cencic, George Petrou (2 cd Decca 2013)

hasse siroe cencic cd deccaCD Ă©vĂ©nement. Hasse : Siroe,1763. Max Emanuel Cencic, George Petrou (2 cd Decca 2013). Depuis Faramondo qu’il a portĂ© seul, Cencic a montrĂ© de quelle Ă©nergie il Ă©tait capable dans le registre du dĂ©frichement lyrique. Après Haendel, voici Hasse : un compositeur emblĂ©matique de l’opĂ©ra seria mĂ©tastasien, auteur de près de 60 ouvrages lyriques qui lui assurèrent une gloire plus grande encore que l’autre Saxon. De Hambourg Ă  Dresde, de Vienne Ă  Venise, Hasse, Ă©poux Ă  la ville de la diva mezzo Faustina Bordoni (adule par Haendel), n’a cessĂ© de faire Ă©voluer l’Ă©criture opĂ©ratique du baroque mĂ»r vers le classicisme naissant, veillant toujours Ă  un juste et subtil Ă©quilibre entre virtuositĂ© du chanteur et cohĂ©rence dramatique. Il partage avec Jommelli, cette facilitĂ© souvent irrĂ©sistible, affirmant toujours une maestriĂ  indiscutable, de style ouvertement napolitain. EnregistrĂ©e en juillet 2014 Ă  Athènes et sur le vif lors de la crĂ©ation de cette production nouvelle qui arrive en France Ă  Versailles en novembre 2014, la lecture s’appuie sur la complicitĂ© superlative d’un orchestre en tout point idĂ©alement articulĂ©, diversement nuancĂ© (dirigĂ© par l’excellent George Petrou) ; la rĂ©alisation rĂ©ussit indiscutablement grâce aussi au plateau de solistes, marjoritairement remarquables d’engagement et de sensibilitĂ© : Lauren Snouffer (Arasse), Mary-Ellen Nesi (Emira)…

Hasse, poète du cœur

CLIC_macaron_2014Chacune des sopranos exprime les dĂ©sirs, les Ă©preuves de coeurs Ă©prouvĂ©s : Emira travesti en Idapse Ă  la Cour de Cosroe balance entre son amour pour Siroe et sa vengeance contre le roi de Perse qui a fait tuer son propre père : devoir ou bonheur personnel, tel est l’Ă©ternelle question. La jubilation vocale tout en finesse de son air au II (d’un pastoralisme enchantĂ© et presque badin : Non vi piacque…) s’accorde au raffinement tĂ©nu de la parti orchestrale avec cor, subtilement dirigĂ© par  George Petrou : air d’une rĂŞverie suggestive et en mĂŞme temps d’une justesse remarquable,  profonde et intĂ©rieure comme si le personnage se dĂ©doublait et faisait sa propre autocritique… accordĂ©e Ă  la finesse du chef et des musiciens d’Armonia Atenea, la subtilitĂ© de l’interprète se rĂ©vèle irrĂ©sistible.Un accomplissement enivrant. L’Ă©criture de Hasse fait valoir son gĂ©nie de la vocalise dont on comprend parfaitement qu’il ait portĂ© les chanteurs mitraillettes et ports de voix soucieux d’en dĂ©montrer ; mais outre la pure performance, il y a surtout une sensibilitĂ© très affĂ»tĂ©e Ă  exprimer les caractères et climats Ă©motionnels les plus nuancĂ©s… de quoi rĂ©aliser pour les artistes et interprètes les plus fins de vrais portraits supĂ©rieurs et profonds. Une qualitĂ© partagĂ© avec le meilleur Haendel.

Juan Sancho laisse percevoir l’ampleur du rĂ´le du père Cosroe, âme palpitante elle aussi, marquĂ©e voire dĂ©passĂ©e par le pouvoir et la rivalitĂ© entre ses deux fils (en fin d’action il abdiquera) : le personnage est dĂ©jĂ  mozartien, d’une subtilitĂ© frĂ©missante qui annonce Idomeneo, rien de moins : dans son grand air de 8mn au III, ” Gelido in ogni vena ” : le tĂ©nor Ă  l’aise malgrĂ© les intervalles redoutables de l’air, laisse se prĂ©ciser la vision Ă©mue du père face Ă  son fils emprisonnĂ© et condamnĂ© Ă  mort (Siroe)… A travers la ligne acrobatique et vertigineuse du chant se glisse le frisson de la terreur et de la compassion : tout Hasse est concentrĂ© dans cet air aux couleurs doubles, aussi virtuose que profond. Et le continuo se montre lui aussi remarquable de relief expressif. L’acmĂ© Ă©motionnel de l’opĂ©ra demeure ce qui suit : l’air funèbre (un Florestan avant l’heure) de SiroĂ© dans son cachot abĂ®mĂ© dans les pensĂ©es les plus sombres : un air que les interprètes empruntent au Tito Vespasiano de Hasse, prĂ©cĂ©dĂ© ici par un recitatif accompagnato du propre Siroe de … Haendel. Cencic, plus grave et sombre que jamais se rĂ©vèle d’une intensitĂ© juste, convaincant dans le portrait du fils aĂ®nĂ© vertueux, dĂ©criĂ©, solitaire qui finalement triomphe. Contrepoint aussi habitĂ© et furieusement agile, le Medarse de Franco Fagioli, d’une trempe prĂ©cise, tranchante, fulgurante. Dans le rĂ´le du frère cadet jaloux, menteur, ” Mr Bartolo ” enchante littĂ©ralement par la tenue parfaite de ses vocalises Ă  foison, vĂ©ritable mitraillette Ă  cascades vocales toutes nuancĂ©es, caractĂ©risĂ©es, d’une diversitĂ© de ton admirable et projetĂ©es sur un souffle long, idĂ©alement gĂ©rĂ©. Quel acteur et quel chanteur (air final : ” Torrente cresciuto per torbida piena “). Seule rĂ©serve, le soprano pour le coup plus mĂ©canique que les autres, de Julia Lezhneva (Leodice, la maĂ®tresse de Cosroe le père, amoureuse du fils Siroe), certes virtuose mais souvent totalement artificiel (Ă©couter son ultime air, caricature de tunnel de vocalises empruntĂ© au Britannicus de Graun): son absence d’Ă©motivitĂ© et de sensibilitĂ© ardente comme nuancĂ©e paraĂ®t un contre sens dans cet arĂ©opage de tempĂ©raments vocaux si finement caractĂ©risĂ©s. En soulignant combien le seria de Hasse est portĂ© par une sincĂ©ritĂ© Ă©motionnelle inscrite dans son Ă©criture, les interprètes ne pouvaient mieux faire. Une remarquable rĂ©surrection servie par un chef et un plateau vocal globalement superlatifs. Courrez dĂ©couvrir cet oeuvre palpitante, dĂ©fendue avec sensibilitĂ© et intelligence par les mĂŞmes interprètes Ă  l’OpĂ©ra royal de Versailles (et avec mise en scène de Cencic lui-mĂŞme), les 26,28,30 novembre 2014.

Hasse : Siroe (version Dresde II, 1763). Max Emanuel Cencic (Siroe), Franco Fagioli (Medarse), Juan Sancho (Cosroe), Lauren Snouffer (Arasse), Mary-Ellen Nesi (Emira)… Armonia Atenea. George Petrou, direction. 2 cd DECCA. Enregistrement rĂ©alisĂ© Ă  Athènes en  juillet 2013.

 

 

 

Argument synopsis

Acte I. Le roi des perses Cosroe convoque ses deux fils, le cadet Medarse apparemment gentil et favori du souverain et Siroe plus inflexible face Ă  l’autoritĂ© paternel. Survient Emira qui aime Siroe mais se cache sous le nom d’Idaspe : elle jeure de venger son père en tuant Cosroe son assassin. De son cĂ´tĂ© la maĂ®tresse de Cosroe, Laodice aime Siroe mais jalouse est prĂŞte Ă  l’accuser de parjure. Devant Cosroe, tous accuse Siroe de trahison (alros que Siroe a Ă©crit une lettre Ă  son père pour le mettre en garde). A la fin de l’acte, Siroe le vertueux est dĂ©criĂ© par tous.

Acte II. Medarse et Emira complotent contre Siroe et Cosroe. Le premier veut faire tuer sonfrère pour prendre le trĂ´ne de son père ; le seconde mĂŞme si elle aime Siroe, veut tuer Cosroe pour venger la mĂ©moire de son père… Au comble du travestissement, Emira, toujours vĂŞtu en Idaspe, affirme aimer Loadice…  Siroe est de plus en plus seul et son père l’exhorte Ă  avouer son crime contre le trĂ´ne et dĂ©noncer ses complices.

Acte III. Leodice, Emira, Arasse prennent la dĂ©fense de Siroe vis Ă  vis de Cosroe. A Idaspe/Emira, Medarse rĂ©vèle sa volontĂ© de nuire Ă  Siroe pour prendre le trĂ´ne… EmprisonnĂ©, Siroe se lamente sur son sort (temps fort de l’opĂ©ra oĂą le fils vertueux dĂ©criĂ© exprime sa souffrance intĂ©rieure) mais il est libĂ©rĂ© par Arasse : tous, – Loedice, Emira/Idaspe, Cosroe souhaite son pardon : il est couronnĂ© Ă  la place de son père qui abdique. Le final cĂ©lèbre les vertus du pardon et de la loyautĂ© morale incarnĂ©e par Siroe.

Siroe de Hasse Ă  l’opĂ©ra royal de Versailles

cencic siroe hasse Max-Emanuel-Cencic-Hasse-Siroe-George-Petrou-Armonia-AteneaVersailles, les 26,28 30 novembre 2014. Max Emanuel Cencic chante SiroĂ© de Hasse sur la scène et au disque (novembre 2014). Fervent interprète des passions baroques, le contre tĂ©nor Max emanuel Cencic offre en première française, la recrĂ©ation de l’opĂ©ra seria Siroe d’un contemporain de Haendel et de Rameau, Hasse…  Au moment oĂą Rameau rĂ©volutionne de façon scandaleuse la tragĂ©die lyrique française avec son premier opĂ©ra : Hippolyte et Aricie (1733),  soulignant la spĂ©cificitĂ© gauloise quand toute l’Europe s’entiche pour l’opĂ©ra italien en particulier napolitain,  le gĂ©nial Saxon Hasse assure justement l’essor irrĂ©pressible du seria napolitain avec son Siroe que rĂ©vèle aujourd’hui le contre tĂ©nor aux graves agiles, Max Emanuel Cencic. Le disque paraĂ®t dĂ©but novembre chez Decca et le chanteur met en scène les reprĂ©sentations de novembre 2014 Ă  l’opĂ©ra royal de Versailles. En LIRE +

 

 

 

hasse siroe cencic cd decca

Siroe scena da SiroeL’histoire de SiroĂ© associe un contexte historique et des intrigues amoureuses croisĂ©es: en 628, le belliqueux Roi des Perses CosroĂ© (Chosroès II), en guerre depuis des annĂ©es, avec l’Empereur ChrĂ©tien HĂ©raclius et lui ayant pris l’Egypte, la Syrie et la Palestine, dĂ©cide de ne pas donner sa succession Ă  son fils aĂ®nĂ© SiroĂ©. Celui-ci se rĂ©volte devant cette injustice et fait assassiner son père. SiroĂ© devient Roi des Perses en 628. Il Ă©crit aussitĂ´t Ă  HĂ©raclius pour signer la paix, permettant Ă  l’Asie Centrale de vivre une pĂ©riode de splendeur et de sĂ©rĂ©nitĂ©. Tout en brossant le portrait d’un prince Ă©clairĂ© et vrtueux, Hasse exploite l’opposition des chrĂ©tiens et des perses, exacerbe les rivalitĂ©s et multiplie les situations conflictuelles, les confrontations tendues et passionnĂ©es qu’il traite toujours en privilĂ©giant la virtuositĂ© de ses solistes. C’est aussi une claire illustration selon les principes pronĂ©s par MĂ©tastase, de la figure du prince providentiel, tout d’abord victime puis peu Ă  peu puissant mais lumineux,  c’est Ă  dire civilisateur et pacifique.  L’incarnation renouvelĂ©e d’un nouvel Alexandre.

Agenda
Versailles, Opéra royal
Les 26, 28 novembre 2014, 20h
Le 30 novembre, 15h
avec
Max Emanuel Cencic, Siroé
Julia Lezhneva, Laodice
Mary-Ellen Nesi, Medarse
Juan Sancho, Cosroe
Laureen Snouffer, Arasse
Dilyara Idrisova, Emira
Armonia Atenea
George Petrou, direction
Max Emanuel Cencic, mise en scène
Durée : 3h30 entracte inclus Tarif : de 35 à 140 €

CD
Hasse : Siroe, Max Emanuel Cencic. Double cd Decca, réf. 478 6768 : parution le 3 novembre 2014

 

Opéra, recréation. Max Emanuel Cencic chante Siroé de Hasse sur la scène et au disque (novembre 2014)

cencic siroe hasse Max-Emanuel-Cencic-Hasse-Siroe-George-Petrou-Armonia-AteneaOpĂ©ra, recrĂ©ation. Max Emanuel Cencic chante SiroĂ© de Hasse sur la scène et au disque (novembre 2014). Fervent interprète des passions baroques, le contre tĂ©nor Max emanuel Cencic offre en première française, la recrĂ©ation de l’opĂ©ra seria Siroe d’un contemporain de Haendel et de Rameau, Hasse…  Au moment oĂą Rameau rĂ©volutionne de façon scandaleuse la tragĂ©die lyrique française avec son premier opĂ©ra : Hippolyte et Aricie (1733),  soulignant la spĂ©cificitĂ© gauloise quand toute l’Europe s’entiche pour l’opĂ©ra italien en particulier napolitain,  le gĂ©nial Saxon Hasse assure justement l’essor irrĂ©pressible du seria napolitain avec son Siroe que rĂ©vèle aujourd’hui le contre tĂ©nor aux graves agiles, Max Emanuel Cencic. Le disque paraĂ®t dĂ©but novembre chez Decca et le chanteur met en scène les reprĂ©sentations de novembre 2014 Ă  l’opĂ©ra royal de Versailles.

 

 

 

Le Siroé de Cencic sur scène et au disque

 

SiroĂ©, Re di Persia de Johann Adolph Hasse, opera seria en 3 actes est crĂ©Ă© en 1733 Ă  Bologne. La partition n’a jamais Ă©tĂ© reprise depuis le XVIIIe siècle ; elle est l’objet d’une nouvelle production prĂ©sentĂ©e pour la première fois en France Ă  l’OpĂ©ra Royal de Versailles et fait l’objet d’une captation tĂ©lĂ©visĂ©e et d’un enregistrement CD. Après l’Artaserse de Vinci, Max Emanuel Cencic voulait s’attaquer Ă  l’un des plus cĂ©lèbres compositeurs baroques d’opĂ©ras sĂ©rias : Johann Adolph Hasse (1699-1783). Le compositeur prolifique (plus de 56 opĂ©ras) eut une carrière internationale aussi importante que celle de Haendel, avec une renommĂ©e plus grande encore : parti de Hambourg oĂą il avait fait ses premières armes de chanteur d’opĂ©ra, il conquit Naples, Venise, Londres, surtout Vienne et Dresde oĂą il fut MaĂ®tre de Chapelle de 1733 Ă  1763 : pĂ©riode oĂą Rameau règne sur la scène lyrique francaise. Leurs deux carrières sont simultanĂ©es et toutes deux dĂ©diĂ©es au théâtre lyrique. JouĂ©s dans toute l’Europe, ses operas serias s’imposent comme des rĂ©fĂ©rences dans les annĂ©es 1725-1765 et sont dĂ©fendus par les plus grands chanteurs, de Farinelli Ă  Faustina Bordoni (qu’il Ă©pousa). La formule de Hasse incarne cet idĂ©al esthĂ©tique façonnĂ©e par Porpora dans la citĂ© partĂ©nopĂ©enne: elle rentre en concurrence directe avec l’opĂ©ra français ou les ouvrages contemporains de Vivaldi Ă  Venise et de Haendel Ă  Londres. La virtuositĂ© exprime les temps forts de l’action dramatique.
hasse siroe cencic cd deccaPour restituer le chef-d’œuvre de Hasse, Max Emanuel Cencic coiffe la triple casquette de producteur, metteur en scène, interprète et s’entoure de chanteurs Ă  l’agilitĂ© acrobatique dĂ©jĂ  Ă©prouvĂ©e, comme Julia Lezhneva, de l’orchestre Armonia Atenea et du chef George Petrou dont classiquenews vient de souligner la flamme articulĂ©e de son approche surprenante des CrĂ©atures de PromĂ©thĂ©e de Beethoven, rĂ©cemment Ă©ditĂ© (CLIC de classiquenews de juillet 2014).

Siroe scena da SiroeL’histoire de SiroĂ© associe un contexte historique et des intrigues amoureuses croisĂ©es: en 628, le belliqueux Roi des Perses CosroĂ© (Chosroès II), en guerre depuis des annĂ©es, avec l’Empereur ChrĂ©tien HĂ©raclius et lui ayant pris l’Egypte, la Syrie et la Palestine, dĂ©cide de ne pas donner sa succession Ă  son fils aĂ®nĂ© SiroĂ©. Celui-ci se rĂ©volte devant cette injustice et fait assassiner son père. SiroĂ© devient Roi des Perses en 628. Il Ă©crit aussitĂ´t Ă  HĂ©raclius pour signer la paix, permettant Ă  l’Asie Centrale de vivre une pĂ©riode de splendeur et de sĂ©rĂ©nitĂ©. Tout en brossant le portrait d’un prince Ă©clairĂ© et vrtueux, Hasse exploite l’opposition des chrĂ©tiens et des perses, exacerbe les rivalitĂ©s et multiplie les situations conflictuelles, les confrontations tendues et passionnĂ©es qu’il traite toujours en privilĂ©giant la virtuositĂ© de ses solistes. C’est aussi une claire illustration selon les principes pronĂ©s par MĂ©tastase, de la figure du prince providentiel, tout d’abord victime puis peu Ă  peu puissant mais lumineux,  c’est Ă  dire civilisateur et pacifique.  L’incarnation renouvelĂ©e d’un nouvel Alexandre.

Agenda
Versailles, Opéra royal
Les 26, 28 novembre 2014, 20h
Le 30 novembre, 15h
avec
Max Emanuel Cencic, Siroé
Julia Lezhneva, Laodice
Mary-Ellen Nesi, Medarse
Juan Sancho, Cosroe
Laureen Snouffer, Arasse
Dilyara Idrisova, Emira
Armonia Atenea
George Petrou, direction
Max Emanuel Cencic, mise en scène
Durée : 3h30 entracte inclus Tarif : de 35 à 140 €

CD
Hasse : Siroe, Max Emanuel Cencic. Double cd Decca, réf. 478 6768 : parution le 3 novembre 2014