Livre, Ă©vĂ©nement. Compte rendu critique. Philippe Quinault : livrets d’opĂ©ra par Buford Norman, 3Ăšme Ă©dition revue et corrigĂ©e (Editions Hermann)

Norman Buford 3eme edition hermann bibliotheque des litteratures review compte rendu critique classiquenews mars 2016livrets-dopera.jpgLivre, Ă©vĂ©nement. Compte rendu critique. Philippe Quinault : livrets d’opĂ©ra. PrĂ©sentĂ©s et annotĂ©s par Buford Norman, 3Ăšme Ă©dition (Editions Hermann). Les livrets de Philippe Quinault sont d’abord des textes littĂ©raires que les contemporains de Lully lisaient comme des Ɠuvres d’art indĂ©pendantes. C’est pourquoi le mythe Quinault existe bel et bien, et mĂȘme cĂ©lĂ©brĂ© du vivant de l’auteur. A l’Ă©poque oĂč la France invente la tragĂ©die lyrique, les modĂšles du thĂ©Ăątre parlĂ© de Corneille et Racine pĂšsent de tout leur poids et au regard de l’importance de la rhĂ©torique comme de l’Ă©loquence, nul doute que le livret d’opĂ©ra participe Ă©troitement Ă  la sociĂ©tĂ© baroque de l’Ă©crit et du discours thĂ©Ăątral. C’est bien ce que nous indique clairement Buford Norman, dans cette 3Ăšme Ă©dition de son livre “Philippe Quinault : Livrets d’opĂ©ras”. ClartĂ©, vraisemblance, biensĂ©ance, Ă©quilibre et cohĂ©rence formelles sont les qualitĂ©s intrinsĂšques des livrets ciselĂ©s par Quinault. Voltaire, auteur du SiĂšcle de Louis XIV a bien synthĂ©tisĂ© tout ce qui fait pour lui et aujourd’hui pour nous, la rĂ©ussite et la sĂ©duction des livrets de Philippe Quinault : la douce harmonie de la poĂ©sie, le naturel et la vĂ©ritĂ© de l’expression… L’impact de chaque texte tragique de Quinault dĂ©passe largement les meilleurs succĂšs de Racine ou de Thomas Corneille (Timocrate), et Quinault est mĂȘme mieux payĂ© pour chaque texte que ses confrĂšres thĂ©Ăątreux… c’est dire combien Voltaire a raison de les prendre en haute estime, emblĂšmes particuliĂšrement aboutis d’un siĂšcle d’excellence pour l’art et le style français. En cela ThĂ©sĂ©e, 3Ăšme tragĂ©die en musique reste le plus grand triomphe de Quinault, comptant un nombre impressionnant de reprises (200 reprĂ©sentations entre 1675 et 1685). Le profil du poĂšte librettiste se prĂ©cise encore grĂące Ă  la remarquable introduction aux livrets eux-mĂȘmes : Ă©lĂšve des Ă©crivains Tristan l’Hermite puis de Philippe Mareschal, Quinault devint avocat en 1655, Ă©crivit l’un des plus grands succĂšs du siĂšcle : Astrate en 1665, fut Ă©lu Ă  l’AcadĂ©mie française en 1670, et Ă©crivit ses 16 piĂšces de 1655 Ă  1671.

11 tragédies en musique présentées, commentées, annotées par Buford Norman

Philippe Quinault, un génie poétique et littéraire

En dĂ©finitive, la tragĂ©die en musique s’appuie sur un texte solide, dont l’idĂ©al esthĂ©tique n’est pas de reproduire la nature (et les passions humaines) mais de l’imiter, oĂč le Roi s’il demeure un sujet idĂ©alisĂ© et directement encensĂ© dans le Prologue (PrĂ©lude), apparait souvent en hĂ©ros faillible et pluriel (AdmĂšte, EgĂ©e…) dans le dĂ©roulement de l’action qui suit. MĂȘme si les courtisans recherchent et trouvent des rĂ©fĂ©rences Ă  des Ă©pisodes vĂ©ridiques de l’histoire du Roi Ă  Versailles, l’Ă©volution proprement littĂ©raire et poĂ©tique de Quinault du dĂ©but Ă  la fin de sa carriĂšre comme librettiste d’opĂ©ras, met en lumiĂšre une vision nuancĂ©e et complexe, de plus en plus sombre de l’Ăąme humaine, ses ressorts et son destin, oĂč l’amour s’il paraĂźt triomphant au dĂ©but, renonce Ă  toute lumiĂšre Ă  la fin, Ă  la fois solitaire, insatisfait, impuissant (Roland, Armide). On voit bien que l’anecdote s’efface devant l’Ă©paisseur et la profondeur des livrets de Quinault. La prĂ©sente Ă©dition sĂ©lectionne et annote les 11 livrets que Philippe Quinault Ă©crivit pour Lully entre 1673 et 1686, 13 ans d’une coopĂ©ration idĂ©ale, celle qui compose les binĂŽmes exemplaires que sont aussi Monteverdi et Busenello pour l’opĂ©ra vĂ©nitien, et bientĂŽt Da Ponte et Mozart au XVIIIĂš, ou Richard Strauss et Hofmannsthal au XIXĂš. Autant d’instants d’une exceptionnelle entente dont les fruits ont manifestĂ© tous les dĂ©sirs et les fantasmes poĂ©tiques et littĂ©raires comme esthĂ©tiques et musicaux de leur Ă©poque. Buford Norman nous dĂ©montre combien le verbe poĂ©tique de Quinault suscite l’admiration par sa douceur et son Ă©quilibre, sa clartĂ© comme sa justesse psychologique. Le lecteur prend un trĂšs grand plaisir Ă  lire et relire les mythes lyriques qui ont enchantĂ© les contemporains de Louis XIV et le Roi-Soleil lui-mĂȘme. Lecture indispensable.

CLIC_macaron_2014Livre, Ă©vĂ©nement. Compte rendu critique. Philippe Quinault : livrets d’opĂ©ra. PrĂ©sentĂ©s et annotĂ©s par Buford Norman, 3Ăšme Ă©dition revue et corrigĂ©e. 840 pages. Parution : fĂ©vrier 2016. ISBN : 978 2 7056 9187 5. Prix indicatif : 46 euros (Editions Hermann). CLIC de CLASSIQUENEWS.COM