Iolanta à Aix 2015

aix-en-provence-iolanta-persephone-presentation-dossier-critique-classiquenews-iolanta-persephone-tchaikovski-stravinsky-classiquenews-2015Aix en Provence. Iolanta de Tchaikovski : les 5,11,14,17,19 juillet 2015. Couplée avec Perséphone de Stravinsky, l’ultime opéra de Piotr Illiytch investit le Grand Théâtre de Provence à Aix pour 5 dates en juillet 2015. Tchaikovski / Stravinsky : pas facile de réunir deux visage de l’âme russe aussi dissemblables. Or l’équation pour hétéroclite qu’elle semble, parvient à une combinaison théâtralement unifiée grâce à la conception signée Peter Sellars (2012). C’est la pormesse d’une sonorité surexpressive et d’emblée échevelée qui devrait faire l’intérêt de cette production, réalisée par le chef d’origine grecque Teodor Currentzis, si controversé ici et là par la personnalité parfois véhémente de ses options interprétatives et de son geste musical (LIRE notre critique complète de Cosi fan tutte de Mozart par Teodor Currentzis). C’est Peter Sellars qui met en scène le doublé lyrique événement du festival aixois en 2015. Peter Sellars enchante en combinant poésie et énigme en un théâtre total (les toiles immenses du décors, toujours mobiles et en mouvement), où le jeu scénique et le chant de la musique épaississent le mystère du spectacle.
Sur la scène aixoise, Ekaterina Scherbachenko incarne Iolanta (un rôle récemment mis à l’honneur par la voix incandescente et sensuelle de la fulgurante Anna Netrebko dans un enregistrement salué par Classiquenews en janvier 2015). Dominique Blanc interprète Perséphone. Production créée en 2012 à Madrid (Teatro Real).

Iolanta, une princesse recluse qui s’éveille au monde… La fille du Roi est recluse dans sa tour, hors du monde, écartée et isolée car elle est aveugle. Ignorant jusqu’à l’idée même d’un monde de lumière, Iolanta se consume avant d’avoir vécu. C’est grâce au médecin oriental que la princesse s’ouvre au monde et à l’amour après avoir miraculeusement percé les ténèbres de son enfance et recouvrer cette vue qui lui manquait tant… Ouvrage de libération, d’accomplissement, d’émancipation surtout, le dernier opéra de Tchaikovski renaît sur les planches des théâtres du monde entier : la partition comme redécouverte récemment connaît un regain d’intérêt impressionnant comme en témoignent avant Aix à l’été 2015, les productions du Capitole de Toulouse, de l’Opéra de Nancy, du Metropolitan Opera de New York sans omettre en juin celle de l’Opéra de Monte-Carlo (finalement annulée car Anna Netrebko son interprète principale étant empêchée pour raisons de santé)...  puis cela sera au tour de l’Opéra national de Paris qui début 2016, ressuscite la soirée de création du 18 décembre 1892 en présentant, avec Iolanta, le ballet Casse-noisette. LIRE aussi notre critique complète de Iolanta de Tchaikovski, cd édité par deutsche Grammophon au printemps 2015.


Consulter la présentation du Spectacle Iolantha / Perséphone à Aix 2015 sur le site du Festival d’Aix en Provence