LIVRES, compte rendu critique. Parodier l’opĂ©ra : pratiques, formes, enjeux (Editions espaces 34)

Layout 1LIVRES, compte rendu critique. Parodier l’opĂ©ra : pratiques, formes, enjeux (Editions espaces 34). Nouveaux champs de recherche thĂ©Ăątrale. L’on ne saurait trop insister sur le vaste mouvement dĂ©fendu par les chercheurs actuels, et qui depuis 10 ans Ă  prĂ©sent ressuscite l’activitĂ© foisonnante de la scĂšne comique et parodique dans la France Baroque. En particulier celle du XVIIIĂš. Des colloques en nombre, des spectacles prĂ©sentĂ©s en public, d’autres plus expĂ©rimentaux en complĂ©ment des confĂ©rences et dĂ©bats des chercheurs attestent d’une spĂ©cificitĂ© française Ă  l’Ăąge des LumiĂšres : l’irrĂ©vĂ©rence critique et crĂ©ative.  Au-delĂ  des querelles Ă©conomiques et des guerres entre les thĂ©Ăątres, la France multiplie le renouvellement des genres. Sommer de ne pas concurrencer, forcĂ©e au gĂ©nie de l’invention et du renouvellement, la Foire rĂ©invente l’opĂ©ra et la forme thĂ©Ăątrale musicale du XVIIIĂšme siĂšcle.

Parodier c’est avant tout crĂ©er ; certes recycler des musiques connues (et de prĂ©fĂ©rence populaires pour que l’audience s’en empare et chante comme c’est le cas souvent, surtout dans les spectacle Ă  Ă©criteaux), avec des paroles nouvelles ; c’est surtout dans la conception mĂȘme du spectacle, prĂ©server un rythme dramatique, une architecture globale qui joue de la mĂ©moire et des rĂ©fĂ©rences que l’action rĂ©emploie et suscite par allusions. Il n’est pas alors thĂ©Ăątre plus audacieux et expĂ©rimental que la Foire et les trĂ©teaux Ă  Paris. C’est selon l’introduction, un savant jeu d’Ă©quilibriste oĂč il ne suffit pas de singer mais de rĂ©inventer.
L’AcadĂ©mie royale et la ComĂ©die française doivent aprĂšs bien des attaques en rĂšgle, et de plus en plus contraignantes par leurs monopoles et les restrictions scĂ©niques, s’incliner : la public plĂ©biscite une forme musicale dĂ©lirante et subjuguante qui se dĂ©voile aujourd’hui. Pour preuve, cette excellente publication qui regroupe travaux de chercheurs et musicologues spĂ©cialistes des genres et formes thĂ©atraux, surtout entretiens et tĂ©moignages d’artistes scĂ©nographes et metteurs en scĂšne, dĂ©sormais maĂźtres du genre (entre autres, Judith Le Blanc, Jean-Philippe Desrousseau, auxquels on doit dĂ©jĂ  respectivement, les excellents spectacles prĂ©citĂ©s : Les FunĂ©railles de la Foire, Hippolyte ou La Belle MĂšre amoureuse…).

Parodier c’est crĂ©er

RĂ©cemment le CMBV Centre de musique baroque de Versailles a su porter ou distinguer plusieurs spectacles qui dĂ©montrent la vitalitĂ© du genre : avec Marionnettes, Hippolyte et Aricie ou La Belle MĂšre amoureuse, La Guerre des ThĂ©Ăątres (qui s’inspire de La  Matrone d’EphĂšse de Fuzelier), ou (sans marionnettes) Les FunĂ©railles de la Foire. Autant de formidables performances qui remontent Ă  l’Ă©poque oĂč meurt Louis XIV, magistrales effervescences formelles qui contredisent la rigueur du cadre de reprĂ©sentation strictement fixĂ© au cours du Grand SiĂšcle qui a prĂ©cĂ©dĂ©.
Les auteurs de cet ouvrage collectif ont tous participĂ© au colloque qui s’est tenu Ă  Nantes en mars 2012. Pratiques, formes et enjeux de la parodie d’opĂ©ras au XVIIIĂš, voilĂ  un sujet passionnant qui a rĂ©vĂ©lĂ© nombre de perles inĂ©dites et promet de nombreuses et futures dĂ©couvertes.

Ce que nous avons particuliÚrement aimé :

Il faut lire l’introduction excellemment corĂ©digĂ© par les spĂ©cialistes Pauline BeaucĂ© et Françoise Rubellin (trĂšs impliquĂ©e dans la rĂ©ussite scĂ©nique des rĂ©surrections prĂ©citĂ©es) ; les citations d’opĂ©ras dans les parodies d’un gĂ©nie du genre : Fuzelier ; le mythe de PhaĂ©ton et ses parodies ; parodier Les FĂȘtes de l’Hymen et de l’Amour de Rameau ; l’organisation d’un spectacle de marionnettes en 1722 (archives mĂ©connues de Fuzelier) ; la Folie dans les parodies ; quels genres de parodies par Judith Le Blanc…

Parodier l’opĂ©ra : pratiques, formes, enjeux. Ouvrage collectif, coordonnĂ© par Pauline BeaucĂ© et Françoise Rubellin. Editions espaces 34. ISBN : 978-2-84705-106-3. EAN : 9782847051063. 15x23cm, 272 pages. Parution : mai 2015. Prix indicatif : 24 €. Livre Ă©lu “CLIC” de classiquenews de mai 2015.

 

TABLE – sommaire

PAUL ARON : ‹L’indispensable parodie 5
PAULINE BEAUCE et FRANÇOISE RUBELLIN ‹: Introduction 9
JEANNE-MARIE HOSTIOU ‹: Parodies d’opĂ©ra et renouvellement du thĂ©Ăątre comique chez les hĂ©ritiers de MoliĂšre 13
LOÏC CHAHINE :  ‹Clins d’Ɠil et parodie : les citations d’opĂ©ra dans l’Ɠuvre dramatique de Louis Fuzelier 33
ANDREAS MÜNZMAY : ‹Faire parler l’hypertextualitĂ©. Vers une Ă©dition critique d’Annette et Lubin (ComĂ©die-Italienne, 1762) 51
PATRICK TAÏEB ‹: Aspects de la parodie dans l’opĂ©ra-comique de la deuxiĂšme moitiĂ© du XVIIIe siĂšcle 71
EMANUELE DE LUCA :  ‹Pratiques parodiques et motifs spectaculaires : PhaĂ©ton Ă  la ComĂ©die-Italienne de Paris au XVIIIe siĂšcle 87
FRANÇOISE DARTOIS-LAPEYRE :  ‹Parodier Les FĂȘtes de l’Hymen et de l’Amour de Rameau et Cahusac : la question de la danse et du ballet pantomime 105
BERTRAND POROT ‹: L’organisation d’un spectacle de marionnettes en 1722 : Ă  propos d’archives mĂ©connues de Fuzelier 127
HERBERT SCHNEIDER :  ‹Les parodies d’opĂ©ra pour le Guignol lyonnais 155
DOMINIQUE QUERO ‹: Momus et la Folie dans les parodies d’opĂ©ra 183
JUDITH LE BLANC : ‹Parodies gĂ©nĂ©riques : la notion de genre Ă  l’épreuve de la parodie d’opĂ©ra dans la premiĂšre moitiĂ© du XVIIIe siĂšcle 203
PIERRE DEGOTT ‹: Parodier, ou ne pas parodier ? Le ballad opera et l’opera seria haendĂ©lien sur la scĂšne lyrique anglaise du XVIIIe siĂšcle 219
RAPHAËLLE LEGRAND : ‹Justine Favart parodiste 235
ENTRETIENS ‹– Susan Harvey 255 ‹– Philippe Vallepin 258 ‹– Malou Rivoallan 261 ‹– Rosalie Boistier 262 ‹– Jean-Philippe Desrousseaux 265