ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’été à LILLE… Carmen, les 9, 11 et 12 juillet 2019

Classiquenews.com

recevez l'info en continu: inscrivez vous ici

dépêches

  • schubertiade-sceaux-leaderboard-18-19-190-800-VIGNETTE-classiquenews

    SCEAUX, La Schubertiade, sam 11 déc 2021, 17h30. Quatuor Echéa. Le Quatuor à cordes britannique Echéa, remarqué lors du « tremplin des jeunes quatuors à la Philharmonie de Paris (2019), célèbre le génie romantique avec Haydn et Beethoven, qu’il mettre en perspective avec l’éloquence singulière de Bartok. En composant 16 quatuors à cordes, Beethoven laisse en héritage un cycle à l’intensité insurpassée, exprimant toutes les facettes des passions humaines en explorant au delà des limites connues les possibilités expressives de la formation. En cela il est frère de l’écriture schubertienne, autre Viennois de cœur, qui propose une même expérimentation inclassable.…

  • concert-de-noel-orchestre-symphonique-de-noel-marius-stieghorst-concert-annonce-classiquenews

    ORLEANS. Orch Symphonique d’Orléans, les 18 et 19 déc 2021. CONCERT DE NOËL ! Comme chaque année, l’Orchestre Symphonique d’Orléans retrouve le Chœur Symphonique du Conservatoire d’Orléans pour célébrer Noël en musique. Marius Stieghorst et Élisabeth Renault, chefs respectifs des deux ensembles, ont élaboré un programme joyeux et festif grâce à l’engagement de tous les musiciens et aussi grâce à la présence du timbre éclatant de la trompette, instrument céleste, des anges… ici incarné par le soliste Vincent Mitterrand, trompette solo de l’Orchestre Symphonique d’Orléans depuis de nombreuses années. Dans l’écrin acoustique de l’Église Saint-Pierre du Martroi, musiciens et choristes…

  • SAINT-SAENS-portrait-compositeur-bicentenaire-naissance-camille-saint-saens-classiquenews-1821-2021

    ARTE, CAMILLE SAINT-SAËNS, 5 déc 2021, 5h. Dim 12 déc 2021, 23h55. Trop attendu, trop célèbre, trop exposé, le compositeur français, qui est aussi un pianiste exceptionnel et légitimement adulé, Camille Saint-Saëns (1835-1921) décide de faire retraite : il avait coutume de voyager sous un nom d’emprunt. Le docu diffusé par Arte brosse le portrait d’un homme hors du commun, à la personnalité aussi étonnante que son oeuvre.
    “Lorsque vous lirez cette lettre, je serai entre le ciel et l’eau, voguant vers une destination que vous connaîtrez plus tard.” Mais où est passé Camille Saint-Saëns ? Au printemps 1890, au…

  • 1001-NOTES-festival-concerts-annonce-critique-sur-classiquenews

    SOLIGNAC, 15 déc 2021, 20h. CONCERT DE NOËL aux chandelles à l’Abbaye de Solignac. 1001 NOTES en Limousin, ce n’est pas uniquement un festival estival, c’est aussi une saison musicale. Voici un programme festif et magique éclairé par plus de 1200 chandelles illuminant la majestueuse Abbatiale de Solignac. Dévoilés ainsi l’explosion de couleurs et d’énergies nées du talent des grands maîtres baroques. Tel Jean-Sébastien Bach dont l’art dans la joie, allie avec génie, fantaisie et rigueur, économie et foisonnement, contrepoint et jubilation née de la danse (Concertos brandebourgeois 3 et 4). Exclamatif, d’un raffinement de timbres inouï, ces œuvres constituent…

  • damien-top-melodies-roussel-houdy-cassel-concert-annonce-classiquenews

    CASSEL. Récital Damien TOP, ténor. Dim 28 nov 2021, 17h. De Roussel à Houdy… mélodies enchantées à Cassel. Le concert de clôture du 25è Festival International Albert Roussel met à l’honneur l’inspiration rousselienne dans le genre de la mélodie, mais aussi souligne le tempérament remarquable du compositeur Pierick Houdy, disparu en mars 2021 grâce auquel le Centre International Albert Roussel, organisateur du Festival, a pu acquérir le piano Pleyel de Roussel. De retour d’une tournée en Italie, le ténor Damien Top et la pianiste Galina Ermakova aborde un florilège de mélodies ainsi sur le propre piano Pleyel d’Albert Roussel, composante…

lire toutes les dépêches

à ne pas manquer

    radio

    tous les programmes accéder au mag radio
  • France Musique, sam 20 nov 2021, 20h. Haendel : Il Trionfo del Tempo e del Disinganno. A travers l’oratorio peu à peu élaboré, Haendel soumet l’éclectisme géniale de son imagination à l’aulne de son exigence dramatique. Pas un emprunt ou une idée adoptée s’ils ne servent surtout l’efficacité de l’action, l’acuité et intensité de l’expression. Avant Londres et alors qu’il n’est que le jeune compositeur saxon à Rome, Haendel aborde le genre oratorio mais en… italien. Ainsi se succèdent Il trionfo del Tempo e del Disinganno, oratorio allégorique (Rome, juin 1707), surtout La Resurrezione (Rome, Palazzo Bonelli, avril 1708)… premier…

  • RADIO CLASSIQUE, sam 23 oct, 21h. ON LILLE joue Mozart. Le chef néerlandais Jan Willem de Vriend, chef invité, dirige l’Orchestre National de Lille – Le National de LILLE éclaire le dernier Mozart touché par la grâce… Au programme d’abord, la Musique funèbre maçonnique, courte pièce composée en 1785, alors que Mozart a récemment intégré la franc-maçonnerie. La Musique funèbre est dédiée à la mémoire de deux frères maçons. Son caractère cultive une atmosphère sombre et grave proche du Requiem, pièce majeure du concert enregistré les 6 et 7 octobre derniers à l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille. LIRE ici…


    télé

    tous les programmes accéder au mag télé
  • ARTE, CAMILLE SAINT-SAËNS, 5 déc 2021, 5h. Dim 12 déc 2021, 23h55. Trop attendu, trop célèbre, trop exposé, le compositeur français, qui est aussi un pianiste exceptionnel et légitimement adulé, Camille Saint-Saëns (1835-1921) décide de faire retraite : il avait coutume de voyager sous un nom d’emprunt. Le docu diffusé par Arte brosse le portrait d’un homme hors du commun, à la personnalité aussi étonnante que son oeuvre.
    “Lorsque vous lirez cette lettre, je serai entre le ciel et l’eau, voguant vers une destination que vous connaîtrez plus tard.” Mais où est passé Camille Saint-Saëns ? Au printemps 1890, au…

  • ARTE, mar 7 déc 2021, 20h50. VERDI : MACBETH, avec Anna Netrebko. C’est la nouvelle production que le milieu lyrique attend pour cette « rentrée » scaligène : la Scala ouvre ainsi sa nouvelle saison lyrique 2022, tout un symbole en temps de retour à la normale (quand l’Autriche pour sa part, opte pour le reconfinement général de sa population jusqu’au 15 décembre !). Anna Netrebko, star lyrique actuelle, reprend ses engagements (après avoir été contrainte de subir une opération à l’épaule droite en urgence fin octobre dernier).
     
     
    L’Ecosse aux heures sombres du fantastique shakespearien
    Verdi dresse un…


    concerts et opéras

    voir notre agenda accéder au mag concerts et opéra
  • ORLEANS. Orch Symphonique d’Orléans, les 18 et 19 déc 2021. CONCERT DE NOËL ! Comme chaque année, l’Orchestre Symphonique d’Orléans retrouve le Chœur Symphonique du Conservatoire d’Orléans pour célébrer Noël en musique. Marius Stieghorst et Élisabeth Renault, chefs respectifs des deux ensembles, ont élaboré un programme joyeux et festif grâce à l’engagement de tous les musiciens et aussi grâce à la présence du timbre éclatant de la trompette, instrument céleste, des anges… ici incarné par le soliste Vincent Mitterrand, trompette solo de l’Orchestre Symphonique d’Orléans depuis de nombreuses années. Dans l’écrin acoustique de l’Église Saint-Pierre du Martroi, musiciens et choristes…

  • SOLIGNAC, 15 déc 2021, 20h. CONCERT DE NOËL aux chandelles à l’Abbaye de Solignac. 1001 NOTES en Limousin, ce n’est pas uniquement un festival estival, c’est aussi une saison musicale. Voici un programme festif et magique éclairé par plus de 1200 chandelles illuminant la majestueuse Abbatiale de Solignac. Dévoilés ainsi l’explosion de couleurs et d’énergies nées du talent des grands maîtres baroques. Tel Jean-Sébastien Bach dont l’art dans la joie, allie avec génie, fantaisie et rigueur, économie et foisonnement, contrepoint et jubilation née de la danse (Concertos brandebourgeois 3 et 4). Exclamatif, d’un raffinement de timbres inouï, ces œuvres constituent…

  • CASSEL. Récital Damien TOP, ténor. Dim 28 nov 2021, 17h. De Roussel à Houdy… mélodies enchantées à Cassel. Le concert de clôture du 25è Festival International Albert Roussel met à l’honneur l’inspiration rousselienne dans le genre de la mélodie, mais aussi souligne le tempérament remarquable du compositeur Pierick Houdy, disparu en mars 2021 grâce auquel le Centre International Albert Roussel, organisateur du Festival, a pu acquérir le piano Pleyel de Roussel. De retour d’une tournée en Italie, le ténor Damien Top et la pianiste Galina Ermakova aborde un florilège de mélodies ainsi sur le propre piano Pleyel d’Albert Roussel, composante…

  • QUÉBEC, LE MESSIE de Haendel : 21 nov – 19 déc 2021. Présenté par le Festival Classica, premier des festivals de musique classique au Québec, la production du Messie fait escale ans 8 villes du Québec, renouant le lien entre musiciens et publics, rompu depuis 2 ans. Plus de 30 artistes sur scène ! Le Messie de Haendel dans 8 villes du Québec ! Après deux ans d’absence, le Festival Classica, l’Ensemble Caprice et l’Ensemble vocal Arts-Québec abordent Le Messie de Haendel du 21 novembre au 19 décembre 2021, poursuivant ainsi une aventure automnale amorcée en 2017 par le Festival…

  • BERNE, Nouvel An 2022. 6 janv 2022. Gstaad Festival Orchestra GFO, Sol Gabetta sous la direction de John Storgards jouent le Concerto pour violoncelle d’Elgar, une œuvre familière et emblématique pour la soliste qui l’a encore interprété avec sa finesse et son élégance au Gstaad Menuhin Festival de cet été. Couplé à Elgar, Weber (ouverture d’Obéron) et Brahms (4ème symphonie). Soit un programme passionné et subtil pour fêter comme il se doit la nouvelle année 2022.
     
     
     
    BERNE, Casino
    6 janvier 2022, 19h30
    NOUVEL AN AU CASINO DE BERNE
    Concert du Nouvel An du GSTAAD FESTIVAL ORCHESTRA
     …

  • LILLE, ON LILLE. Jeu 2 déc 2021, 20h. CONCERT JEAN-CLAUDE CASADESUS : joyeux  anniversaire maestro ! Directeur fondateur du National de Lille (à la naissance de l’Orchestre en 1979), Jean-Claude Casadesus retrouve instrumentistes lillois et écrin du Nouveau Siècle dans un programme ambitieux qui outre la pleine cohérence collective, suppose aussi une coopération concertante avec plusieurs solistes (et non des moindres pour le Concerto de Beethoven). Le défi est multiple et constant dans ce programme festif qui n’oublie pas enfin, dans un contexte presque devenu à la normale, de fêter comme il se doit les 85  ans du Maestro légendaire…

  • TAP, Poitiers, Mar 23 nov 2021. MOZART : Messe en ut, Symphonie 40. Orch Champs Elysées  -  Mozart en grand format ! Ce programme événement affiche le génie mozartien dans deux genres ambitieux (outre l’opéra), la symphonie et la musique sacrée.
    Volet central de la trilogie symphonique des 3 dernières symphonies de Mozart, la 40è qu’encadrent les 39 et 41, occupe une place à part ; déferlement voire éruption émotionnelle d’une violence jamais écoutée auparavant, le sol mineur k 555, dévoile l’hypersensibilité et l’acuité de Mozart dans l’analyse de la psyché humaine : outre le grand raffinement de l’orchestration, l’écriture…

  • LILLE, Nouveau siècle. Mardi 23 nov 2021. THAMOS de MOZART par l’ON LILLE. L’Orchestre National de Lille enchante les scènes du Nord grâce à sa nouvelle production, en création scénique (dévoilée sur Internet en 2021), enfin déployée en physique ou présentiel : Thamos, roi d’Egypte. Un drame peu connu encore du jeune Wolfgang Amadeus et qui vient enrichir son fil rouge 2021/2022, dédié à Mozart. Le spectacle exploite à l’origine les ressources scéniques et techniques de l’Auditorium du Nouveau Siècle. Ainsi la production peut étroitement associer la performance de l’Orchestre National de Lille qui retrouve ainsi son écrin familier et…

  • PARIS, LOUVRE, ven 26 nov 2021. Le Concert de la loge. MOZART : Symphonie n°40. La sol mineur k550 est le volet central de la dernière trilogie symphonique de Wolfgang, une unité indissociable de deux symphonies qui l’encadrent. Conçue terminée à l’été 1778, elle est portée conduite indéfectiblement par une fièvre tendre, un mouvement panique échevelé dont Mozart a le secret. Le (premier) molto allegro fait bondir les cordes dans un climat exaltée, primitif, d’inquiétude incontrôlée, de perte d’équilibre… L’Andante est d’une douceur mélancolique quand le Menuetto / allegretto saisit par le raffinement pourtant naturel de sa complexité contrapuntique :…

  • POITIERS, TAP. Mar 4 janvier 2022, 20h30. La TEMPÊTE : Hypnos. L’emprise et l’envoûtement des songes en texture polyphonique… La Compagnie La tempête insuffle nerf et contraste dans une dramaturgie qui recompose les éléments ordinaires de la liturgie musicale… Hypnos, dieu du sommeil, peut endormir aussi bien les hommes que les dieux, au point qu’Héra le nomme « maître des hommes et des dieux ». Hypnos inspire la nouvelle création de La Tempête, ensemble enchanteur, qui conçoit ici une magnifique traversée polyphonique de la musique religieuse, entre autres… Ici la musique s’entend comme baume des âmes et élévation spirituelle !…

  • TOULOUSE, Capitole. 19 – 21 nov 2021. BERG : WOZZECK. Le Capitole affiche une nouvelle production de l’opéra d’Alban Berg, Wozzeck, tragédie passionnelle inspiré d’un fait divers des plus sordides. Le soldat Wozzeck, son maîtresse Marie incarnent la misère sociale dans l’Allemagne des années 1820. Epure sonore d’un glaçant dramatisme, Wozzeck fait le portrait du désir d’un homme incompris, surtout humilié. Les prises de rôle de Stéphane Degout et Sophie Koch sont attendues dans ce chef-d’œuvre absolu du premier XXème siècle. La mise en scène de Michel Fau devrait éclairer avec une acidité cynique la tension de la pièce de…

  • LILLE, Opéra. PURCELL : Didon et Enée : 3 – 10 décembre 2021. Dans L’Énéide, Virgile évoque l’amour passionné de Didon, reine de Carthage qui s’éprend d’Énée, prince de Troie ; ce dernier après la chute de l’empire troyen fuit avec son peuple jusqu’en Italie. Sur la côte tunisienne, Enée trouve repos et confort auprès de Didon. Mais une magicienne féroce invoque et déchaîne toutes les forces du mal contre cette union trop heureuse… Henry Purcell s’empare du drame antique ; il en déduit un nouveau genre pour le public anglais de 1689 : l’opéra.
    L’Opéra de Lille affiche en…

temps forts

    en direct sur internet

    toute la grille accéder au mag internet
  • STREAMING OPERA : La Walkyrie ce soir 19h, depuis Longborough. Le Longborough Festival Opera (Grande-Bretagne) affiche La Walkyrie / Die Walküre de Wagner dans une production semi scénique signée Amy Lane, sous la direction musicale d’Anthony Negus. La 2è Journée du Ring de Wagner, après L’or du Rhin, célèbre la compassion de La Walkyrie pour le couple des Welsungen; Siegmunde et Sieglinde, les frères et sœurs incestueux qui cependant enfanteront le héros qui ne craint pas le peur, Siegfried. L’opéra évoque aussi le déchirement de Wotan, père inconsolable qui doit sacrifier sa fille chérie La Wlakyrie, destituée en simple mortelle…

  • OPERA EN LIGNE : L’Opéra du Rhin développe sa créativité digitale sur la plateforme Google «  artsandculture » à l’occasion de l’Opera Wolrd Day 2021, ce jour…
    L’Opéra national du Rhin rejoint la plateforme Google Arts & Culture et met en ligne, ce jour lundi 25 octobre 2021, son espace d’exposition numérique : une collection de contenus dévoilant la diversité des métiers permettant l’activité d’une maison d’opéra. La Maison strasbourgeoise (dont le bâtiment a récemment montré son exiguïté rendant difficile la poursuite de ses activités…) rejoint ainsi les 6 théâtres lyriques français ayant rejoint la plateforme, dans une démarche de…

  • JOURNÉE MONDIALE DE L’OPERA (25 oct 2021) / OperaVision célèbre World Opera Day en compagnie des jeunes artistes de sept studios d’opéra. Des spectacles et des documentaires immersifs mettent en lumière la nouvelle génération de talents de Tokyo, Paris, Londres, Hanovre, Amsterdam, Varsovie et Rome, demain, lundi 25 oct 2021, de 10h à 22h CET. EN LIRE PLUS sur le site operavision.eu
     
     
    Tous les reportages et docus sont accessibles en REPLAY jusqu’en avril 2022
    SOMMAIRE de la journée mondiale de l’opéra sur operavision
    10h CET – New National Theatre Tokyo
    12h CET – Opéra Comique Paris (avec Jodie…

  • OPERA, en direct, ce soir, 21h. Alfredo CATALANI : Edmea. En direct ce 22 oct 2021 du Wexford Festival Opera 2021 (Irlande), l’opéra oublié Edmea renaît à la lumière. Ici, la petite ville côtière de Wexford se fait scène de défrichement. En Bohême au XVIIe siècle, le comte de Leitmeritz unit un vassal (Ulmo) à sa fille adoptée, Edmea qui cependant aime Oberto ; désespérée, la jeune femme se jette dans l’Elbe et réchappe à ce suicide… seul le regard de son amant pourra la libérer.
    Il était temps de réestimer l’écriture d’Alfredo Catalani (1854–1893), compositeur né comme Puccini à…

  • ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE : revivez le concert d’ouverture : Alex NANTE, Richard Strauss, Camille Saint-SAËNS, sur la chaîne youtube de l’Orchestre : le programme dirigé par Alexandre Bloch, directeur musical, trace un parcours irrésistible, de l’ombre à la lumière… série de saluts au soleil selon la sensibilité exaltée, spirituel du compositeur en résidence Alex NANTE (qui signe une œuvre enivrante pour l’orchestre à son complet, création mondiale de sa « Sinfonia del cuerpo de luz »), virtuosité schumanienne et unité cyclique lumineuse du Concerto pour violoncelle n°1 de Saint-Saëns (avec le soliste Victor JULIEN-LAFERRIERE), enfin sublimation et délivrance grâce…


    cinéma

    toute la grille accéder au mag cinéma
  • Cinéma. En direct du Met de New York, sam 23 oct 2021, 18h55 : « COMME UN FEU DEVORANT RENFERME DANS MES OS / FIRE SHUT UP IN MY BONES » de Terence Blanchard, compositeur et jazzman. La création lyrique pourrait bien être l’événement espéré, soulignant la reprise d’activité du Met de New York. L’opéra en création est le premier opéra composé par un un afro-américain pour la scène new yorkaise. L’action mise en musique par le trompettiste et musicien de jazz aborde des sujets d’actualité : abus sexuels, homosexualité, racisme, droits des minorités,…
    Pour son deuxième opéra, Terence Blanchard …

  • CINÉMA. DUNE version 2021 : prochaine sortie du film réalisé par Denis VILLENEUVE en 2019… Après le légendaire film signé David Lynch, et malgré les bouderies de la critique, devenu mythique, voici annoncée la version de Denis Villeneuve (PREMIER CONTACT, BLADE RUNNER 2049). Le film a été tourné en décors naturels en Hongrie et en Jordanie et devrait sortir en septembre 2021, suite à son report covid oblige, initialement prévu en décembre 2020. Le roman fantastique féerique terrifique de Frank Herbert inspire ainsi une nouvelle réalisation cinématographique où le profil du jeune acteur franco-américain Timothée Chalamet, mémorable interprète de The…

  • CINEMA, Anna Netrebko chante AIDA de Verdi, les 25 juin et 2 juillet 2020. Retour de l’opéra dans les salles obscures. Dans le cadre de l’opération Viva l’opéra !, à 19h30 pour les deux dates, revivez la magie d’une production convaincante grâce au nerf expressif du chef Riccardo Muti, au timbre charnel blessé de la soprano Anna Netrebko dans le rôle d’Aida, esclave à la cour de Pharaon et dont est épris le général victorieux Radamès… Pour autant, la fille de Pharaon, Amneris (ample contralto sombre) jalouse Aida car elle aime aussi Radamès. Anna Netrebko était alors diva verdienne, ayant…

  • CINÉMA, Fidelio le 17 mars 2020, 18h. Jonas Kaufmann chante Florestan dans les salles obscures… Célébrez le 250ème anniversaire de Mudwig Beethoven, grâce à la diffusion en live de la nouvelle production du Royal Opera Fidelio, avec dans le rôel de Florestan, le prisonnier, victime de l’arbitraire tyranique, JONAS KAUFMANN dont le timbre rauque, de félin blessé, la puissance et la finesse devraient renouveler l’interprétation du personnage, dans le sillon d’un John Vickers avant lui.
    Fidelio narre le parcours de Léonore, qui sous les traits d’un homme (Fidelio), entend sauver son mari Florestan, prisonnier politique détenu par le tyran Don…

  • CINEMA, en direct du MET : HAENDEL, AGRIPPINA. Le 29 fév 2020. Joyce DiDonato, impératrice haendélienne chante la mère de Néron, prête à tout pour que l’empereur Claude son époux, nomme comme son successeur le fils qu’elle a eu en premières noces. Néron ne pouvait trouver mère plus ambitieuse et travailleuse, et manipulatrice, d’une obsession quasi maladive… au bord de la folie. ERATO vient de publier l’intégrale d’AGRIPPINA avec le très fougueux Maxym Emelyanychev pilotant la nervosité expressive de son ensemble Il Pomo d’Oro. A New York, dans la nouvelle production événement à New york (déjà vue à Bruxelles), David…


    expos

    toute la grille accéder au mag concerts et expos
  • PARIS, Exposition : « SAINT-SAËNS, un esprit libre » : 25 juin – 10 oct 2021. Le Palais Garnier à PARIS, à travers la Bibliothèque Musée de l’Opéra célèbre le centenaire de la mort (1921 – 2021) du plus grand romantique français de la seconde moitié du XIXè : Camille Saint-Saëns (1835 – 1921), jamais couronné par le Prix de Rome ni reconnu à sa juste valeur par les institutions étatiques ; aux côtés de Massenet, Saint-Saëns offre un visage différent du romantisme à la française grâce à son sens du drame (ses opéras Samson et Dalila ou Ascanio récemment…

  • EXPO, Paris. Les Musiques de Picasso à la Philharmonie, jusqu’au 3 janvier 2021 : c’est l’expo événement de cette rentrée post confinement. La musique chez Picasso est d’autant plus passionnante à mesurer et découvrir que le sujet fut source de passion et de déclarations spectaculaires voire définitive de la part du peintre. S’il a déclaré qu’il n’aimait pas la musique, Picasso comme Victor Hugo avait une idée trop haute de la création musicale et des citations instrumentales pour accepter leur dévoiement. Pas une toile ou une composition de Picasso qui en représentant un instrument ou un instrumentiste, n’ait été minutieusement…

  • CONFINEMENT. EXPOS et musées virtuels à visiter.
    Et si le confinement était tout simplement le temps des musées et des expos ? Comme pour l’opéra, les ballets et les concerts en ligne désormais, l’offre culturelle muséale comme les expositions enrichissent considérablement leurs contenus. Les parcours et programmes virtuels sont en plein essor. CLASSIQUENEWS vous propose sa sélection des sites les plus captivants. Le monde de demain a déjà commencé : ce ne sont pas les programmes culturels ci après sélectionnés qui infirmeront cette évolution sociétale et culturelle. Il faut à présent envisager de nouvelles manières d’accéder aux œuvres, de vivre…

  • ARTE, dim 5 avril 2020, 17h45. JAMES TISSOT L’étoffe d’un peintre – Portraitiste de la haute société britannique et parisienne, le nantais James Tissot (1836-1902) portraiture les mondanités et les rituels sociaux comme les mutations de son temps, en particulier celui de l’Angleterre à l’âge industriel quand il se fixe à Londres (1871) après la guerre de 1870.
    S’il a renié son prénom (Jacques-Joseph) fleurant bon la bourgeoisie provinciale (nantaise) du XIXe siècle succombant à l’anglomanie ambiante (l’Angleterre victorienne, celle du musicien Elgar, est la première puissance européenne), « James » Tissot, né à Nantes en 1836, a conservé le…

  • PARIS, Palais Garnier, EXPO « L’aventure du Ring en France », 5 mai – 13 sept 2020. Bibliothèque-musée de l’Opéra / BNF – Opéra national de Paris. Histoire de la mise en scène de la Tétralogie en France, de la fin du 19e siècle à aujourd’hui. Au début des années 1890, Charles Lamoureux s’investit plus que tout autre pour faire écouter les opéras de Wagner dont Lohengrin et Tristan und Isolde. Mais le Ring wagnérien créé à Bayreuth en août 1876 s’imposera plus tard encore sur la scène de l’Opéra national. Il est vrai que le contexte de la première…


ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’été à LILLE… Carmen, les 9, 11 et 12 juillet 2019

carmen-bizet-alexandre-bloch-opera-lille-onl-orchestre-national-de-lille-annonce-opera-critique-opera-classiquenews-juillet-2019ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’été à LILLE… Ce pourrait être enfin une Carmen espérée, fantasmée, idéale, réalisée à Lille en ce début d’été 2019. L’Orchestre National de Lille en plus de son éloquence (et appétit) symphonique, ne montrerait-il pas une disposition égale et des affinités assumées pour le lyrique ? Entretien avec François BOU, directeur général de l’ONL Orchestre National de Lille, à propos de Carmen, nouveau spectacle lyrique présenté au Nouveau Siècle, qui inaugure les 9, 11 et 12 juillet 2019, un nouveau cycle estival pour l’orchestre, « Les Nuits d’été ». Distribution, illustrateur, récitant… , place de la musique et retour à Mérimée… François Bou présente Carmen dans le dispositif particulier de l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille.

________________________________________________________________________________________________

CNC / CLASSIQUENEWS : Pourquoi lancez-vous avec cette Carmen au Nouveau Siècle, une nouvelle série musicale, invitant les spectateurs, à suivre le travail de l’Orchestre National sous la direction de leur directeur musical, Alexandre Bloch ?

François BOU : Nous sommes partis du constat que sur la Métropole lilloise, il n’y avait plus d’offre culturelle et musicale à partir de fin juin, alors que le public n’avait pas pour autant déserté le territoire. Il y avait donc un créneau possible, dans la première quinzaine de juillet, chaque été. D’autant que pour l’Orchestre, le lyrique demeure un domaine important pour son enrichissement, son expérience, pour l’élargissement du répertoire. Nous présentons à peu près 39 programmes symphoniques par saison, et une session dans la fosse de l’Opéra de Lille. Il s’agit donc de compléter l’expertise symphonique de l’Orchestre National de Lille en s’ouvrant au lyrique. D’autant plus que notre directeur musical, Alexandre BLOCH est lui-même très sensible au genre opéra.

 

 

L’Histoire de CARMEN au Nouveau Siècle à Lille
Tragédie haletante entre drame et lumière

 

 

CNC / CLASSIQUENEWS : le premier enregistrement d’Alexandre Bloch était dédié aux Pêcheurs de perles de Bizet. Déjà, il s’agissait de l’opéra et de Bizet. Avec Carmen en juillet 2019, serait-ce une manière d’approfondissement du travail amorcé avec les Pêcheurs de perles ?

François BOU : Absolument, c’est à la fois un prolongement et un approfondissement. Après Les Pêcheurs de perles qui sont un ouvrage de jeunesse, – donné au Nouveau siècle et enregistré dans la foulée, Carmen dévoile l’orchestre raffiné et très dramatique du dernier Bizet. Ce qui fait l’intérêt des Pêcheurs de perles, c’est justement ce qu’Alexandre Bloch et les instrumentistes de l’Orchestre ont su déployer : la flamme dramatique d’une partition dont les critiques de Bizet ont épinglé le wagnérisme. Justement, musiciens et chefs ont exploité tous les ressorts dramatiques des Pêcheurs de perles, avec l’énergie propre à Alexandre Bloch : son élégance, son souci de clarté. Tout cela devrait profiter au très grand raffinement de Carmen dont l’orchestration comme vous savez, est l’une des plus abouties dans l’histoire de l’opéra romantique français. Pour réussir ce nouveau défi, nous avons réuni une distribution francophone (française et québécoise) comprenant Florian Sempey (Escamillo, déjà présent dans les Pêcheurs de perles), Aude Extrémo (Carmen) qui réalise comme le ténor pour Don José (Antoine Bélanger), une prise de rôle.

 

 

CNC / CLASSIQUENEWS : Il ne s’agit pas d’une production classique, avec mise en scène et décors. Plutôt d’un dispositif particulier qui exploite les ressources propres à l’Auditorium du Nouveau Siècle. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

François BOU : Nous avons fait appel à un illustrateur, Grégoire Pont dont les créations graphiques et quelques animations évoqueront le cadre de l’action. Les spectateurs seront immergés dans son imaginaire visuel grâce aux projections en grand format. S’agissant du drame proprement dit, nous avons écarté les dialogues et les récits et c’est le récitant Alex Vizorek qui assurera la continuité de l’action et le lien entre chaque séquence lyrique : le texte qu’il a écrit, s’inspire directement de la nouvelle de Mérimée. C’est donc aussi un retour à la source littéraire du mythe de Carmen. Avec Alexandre Bloch, nous avons souhaité laisser toute la place à la musique, au chant des solistes, à celui de l’orchestre, au choeur également. Pour que le public comprenne chaque situation et se saisisse immédiatement du souffle tragique de l’histoire de Carmen. Il en résulte à mon avis, une conception équilibrée où se détachent lumière et drame.

Propos recueillis en juillet 2019

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

APPROFONDIR

Les Pêcheurs de Perles, 2 cd Pentatone / Orchestre National de Lille, Alexandre BLOCH, enregistré en mai 2017 – CLIC de CLASSIQUENEWS 2018
http://www.classiquenews.com/cd-opera-critique-bizet-les-pecheurs-de-perles-1864-nouvelle-version-complete-onl-orchestre-national-de-lille-a-bloch-2-cd-pentatone-2017/

REPORTAGE vidéo Les Pêcheurs de perles de BIZET par l’Orchestre National de Lille, Alexandre BLOCH
http://www.classiquenews.com/bizet-les-pecheurs-de-perles-ressuscites-par-le-national-de-lille-alexandre-pham/

LIRE aussi notre présentation de CARMEN de BIZET, les 9, 11 et 12 juillet 2019 au Nouveau Siècle à LILLE / Orch National de Lille / Alexandre BLOCH

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

LIRE aussi notre présentation de la nouvelle saison 2019 – 2020 de l’Orchestre National de Lille : temps forts, chefs et solistes invités, diversité de l’offre de concerts et cycles événements…

 

ONL, ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE, nouvelle saison 2019 – 2020

ONL-orchestre-national-de-lille-saison-2019-2020-nouvelle-saison-symphonique-annonce-concerts-symphonies-chefs-maestro-opera-classiquenews-VIGNETTE-COR-19-20SAISON 2019 – 2020. ONL, Orchestre National de Lille. L’orchestre fondé par Jean-Claude Casadesus poursuit sa formidable odyssée grâce à son nouveau directeur musical, Alexandre BLOCH. Un musicien dynamique qui ne s’économise guère, ayant le goût des défis impressionnants, fusionnant grands effectifs et sens du détail comme de l’architecture. Les deux années écoulées ont démontré cette capacité du colossal et de l’intime dans le choix de partitions qui supposent un grand engagement collectif : l’inclassable mais fraternelle MASS de Bernstein, le cycle en cours dédié aux Symphonies de Gustav Mahler (avec bientôt le massif herculéen de la 8è dite des « mille » qui réunit alors, les 20 et 21 novembre 2019, pas moins de 300 artistes sur le plateau)…
La nouvelle saison 2019-2020 s’annonce sous les mêmes proportions (dont la 9è de Beethoven associant solistes, chœurs et orchestre pour un final somptueusement festif les 25 et 26 juin 2020)… LIRE notre présentation complète

_____________________

BIZET-classiquenews-critique-opera-annonce-classiquenews-orchestre-national-de-lille-carmen-alexandre-bloch-9-11-12-juillet-auditoirum-nouveau-siecle-nuits-d-ete-a-lille-opera-de-lille-classiquenews-annonce-presentation

FRANCE MUSIQUE. Hector Berlioz 2019, chaque dimanche à 13h, 7 juil – 25 août 2019…

FRANCE MUSIQUE. Hector Berlioz 2019, chaque dimanche à 13h, 7 juil – 25 août 2019… Fantastique devrait être la grille d’été de France Musique avec ce cycle de dimanches berliozien, de 13h à 14h, du 7 juillet au 25 août 2019. La vie de Berlioz est un roman d’aventures : de l’amour, des voyages, de l’action et … de la musique ! En huit épisodes « embrassant l’œuvre comme l’existence du génie qui a révolutionné l’orchestre symphonique, nous suivrons le compositeur, mais aussi l’écrivain, le journaliste, le chef d’orchestre, dans ses passions et ses aventures de l’Isère à Paris et de Londres à Moscou. »

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Un été avec Berlioz
Tous les dimanches de l’été, de 13h à 14h
Du 7 juil – 25 août 2019

150 ans de la mort de BERLIOZPour les 150 ans de sa mort, Berlioz ressuscite ainsi en un parcours extraordinaire jalonné par une séries d’inventions musicales affirmant le génie romantique français : Symphonie fantastique, Roméo et Juliette, les Nuits d’été, La Damnation de Faust. Un maître compositeur oublié en France et écarté même (comme Mozart à son époque) et qui aura séduit toute l’Europe (La Russie au XIXè, l’Angleterre au XXè), avant son propre pays. Après les commémorations 2019, que restera-t-il de Berlioz ? LIRE aussi notre GRAND DOSSIER BERLIOZ 2019 / 150 ans de la mort d’Hector BERLIOZ 2019 : célébrations, concerts, cd, livres, opéras…

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Un été avec Berlioz
Tous les dimanches de l’été, de 13h à 14h
Du 7 juil – 25 août 2019

Dim 07/07
Episode 1 – L’enfance d’Hector

Dim 14/07
Episode 2 – Les deux amours

Dim 21/07
Episode 3 – Quartier du Panthéon

Dim 28/07
Episode 4 – Compositions et passions

Dim 04/08
Episode 5 – 1830, année fantastique

Dim 11/08
Episode 6 – La vie d’artiste

Dim 18/08
Episode 7 – De Londres à Moscou

Dim 25/08
Episode 8 – Cassandre n’a pas toujours raison

 

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. BERLIOZ : Harold en Italie / Les Nuits d’été (Zimmermann, Degout, Les Siècles / FX Roth – 1 cd Harmonia Mundi, 2018).

BERLIOZ nuits d ete harold en itlaie les siecles roth zimmermann cd review critique cd par classiquenews musique classique news clic de classiquenews 3149020936825CD, critique. BERLIOZ : Harold en Italie / Les Nuits d’été (Zimmermann, Degout, Les Siècles / FX Roth – 1 cd Harmonia Mundi, 2018). D’emblée, s’impose à nous, le souffle à l’échelle du cosmique, exprimant ce grand désir de Berlioz de faire corps et de communiquer avec une surréalité spectaculaire, à la mesure de sa quête idéaliste. De telle vision conduisent l’orchestre en un parcours expérimental que le collectif sur instruments anciens, Les Siècles concrétise avec une rigueur instrumentale bénéfique ; l’attention et la précision continue du chef fondateur François Xavier Roth font merveille dans une partition inclassable : poème symphonique et concerto pour alto, opéra pour instrument : chaque mesure soliste est ciselée, creusée, habitée ; chaque couleur harmonique intensifiée… en un cycle de visions superlatives qui placent d’abord le geste instrumental au cœur d’une vaste dramaturgie orchestrale.
Dans le I d’Harold (« aux montagnes : mélancolie, bonheur et joie »), le héros / alto s’alanguit, s’enivre, affirmant à l’orchestre prêt à le suivre, ses élans, ses désirs, sa profonde nostalgie (l’Italie reste malgré un contexte médicéen difficile pour Hector,jeune pensionnaire de la villa Medicis à Rome, la source finale d’un grand bonheur artistique). Le premier mouvement du cycle orchestral nuance cet état d’enivrement personnel et un rien narcissique, auquel la vitlalité fruitée de l’orchestre d’instruments d’époque, apporte un soutien palpitant et même électrisée (bien dans la mouvance de l’euphorie révolutionnaire de la Fantastique).
Tout ce premier tableau exprime la facilité du héros (Hector lui-même) à s’enivrer de son propre désir et de son propre rêve, de manière échevelée et éperdue. La fusion sonore entre la soliste (Tabea Zimmermann, qui ne tire jamais la couverture à elle) et de l’orchestre est jubilatoire ; offrant cette extase instrumentale millémétrée, emblème captivant du génie berliozien, divin orchestrateur, alchimiste des couleurs.

Harold captivant, suractif…

150 ans de la mort de BERLIOZLe II permet l’apaisement après la première décharge collective : marqué par la marche des pèlerins dans cette même campagne italienne, Berlioz en capte la douce et pénétrante sérénité crépusculaire : la sobriété, le naturel font la saveur de cette « pause » qui berce par le chant orchestral en béatitude, sur lequel l’alto étire ses longues caresses rassérénées, comme l’écho aux accents des cors enveloppants. Roth respecte à la lettre l’indication « allegretto », allant, léger, veillant à la transparence malgré le chant instrumental là encore d’une grande richesse. L’alto bercé, s’hypnotise, s’enivre dans la paix murmurée : là encore louons l’intonation très juste et foncièrement poétique de Tabea Zimmermann.Soliste et chef adoptent de concert et en complicité un tempo de marche noble et tranquille, à l’énoncé final arachnéen d’une finesse irrésistible.
La volupté du désir amoureux n’est jamais loin chez Berlioz : en témoigne l’épisode III : la Sérénade d’un montagnard des Abruzzes… lui aussi languissant, dans le désir et donc l’attente (pas la frustration) : le caractère rustique se déploie dans le frottement des timbres d’époque, en un élan plein d’espoir (et de promesses pour l’amoureux éperdu ?) : bavard, assez terne dans l’écriture, le tableau pourrait être le moins intéressant : c’était oublié l’hyperactivité des instruments dont on loue encore l’équilibre sonore.
Mordant, le geste de Roth éclaire comme jamais la langueur plus incisive et presque douloureuse de l’orgie de brigands, dont l’énoncé premier sera réutilisé dans le Requiem… de plus en plus syncopé, le flux se fait nerveux, idéalement profilé, jusqu’à la transe collective qui évoque son opéra Benvenuto Cellini et tant d’évocations italiennes ; cette orgie confine au cauchemar dans ses à-coups trépidants, électriques ; ses résurgences symphoniques à la coupe shakespearienne. Brillant, mordant, incisif, d’une finesse permanente, l’orchestre fait mouche dans ce festival de couleurs et d’accents symphoniques.

… mais tristes Nuits

On reste moins convaincus par Les Nuits d’été dans la version pour baryton qu’en offre Stéphane Degout : l’émission manque de naturel, vibrée, comme maniérée (la ligne vocale manque d’équilibre et de continuité, avec des aigus étrangement couverts mais nasalisés, des fins de phrases effilochées, détimbrées…), et dans une prise de son surprenante, qui semble superposer la voix SUR l’orchestre, plutôt comme fusionné avec lui. Pourtant, Les Siècles dévoilent là encore, une suractivité instrumentale réjouissante, faisant de ses Nuits d’été, un voyage d’extase, de ravissement, de plénitude sensoriel, d’une tension inouïe.
Pourtant le choix d’un chanteur masculin s’avère juste dans l’énoncé des poèmes, renforçant l’impression de prise à témoins du public (« Ma belle est morte » / Lamento, « Sur les lagunes » ; »Reviens, reviens ma bien aimée », dans « Absence » ; L’île inconnue…). Avec un autre soliste plus simple dans le style et l’articulation du français, nous tenions là une version superlative.
Nos réserves s’agissant des Nuits d’été ne retire rien à l’excellente lecture d’Harold dont la texture instrumentale et la réalisation expressive produisent une lecture de référence : voilà qui atteste l’apport indiscutable des instruments d’époque dans le répertoire berliozien, et l’on s’étonne que toujours aujourd’hui, prédomine la tenue plus brumeuse et moins caractérisée des orchestres modernes pour Hector comme pour le romantisme français en général.

________________________________________________________________________________________________

CLIC_macaron_20dec13CD, événement critique. BERLIOZ : Harold (soliste : Tabea Zimmermann, alto), Nuits d’été (soliste : Stéphane Degout) – (Les Siècles, François-Xavier Roth – 1 cd HM Harmonia Mundi). Enregistrements réalisés en août 2018 (Les Nuits d’été, Alfortville) et mars 2018 (Paris, Philharmonie).

________________________________________________________________________________________________

APPROFONDIR

LIRE AUSSI notre grand dossier HECTOR BERLIOZ 2019 :

BERLIOZ 2019 : dossier pour les 150 ans de la mort

berlioz-150-ans-berlioz-2019-dossier-special-classiquenewsBERLIOZ 2019 : les 150 ans de la mort. 2019 marque les 150 ans de la mort du plus grand compositeur romantique français (avec l’écrivain Hugo et le peintre Delacroix) : Hector Berlioz. Précisément le 8 mars prochain (il est décédé à Paris, le 8 mars 1869). Triste anniversaire qui comme ceux de 2018, pour Gounod ou Debussy, ne lève pas le voile sur des incompréhensions ou des méconnaissances mais les augmentent en réalité ; car les célébrations souvent autoproclamées et pompeuses, n’apportent que peu d’avancées pour une juste et meilleure connaissance des intéressés. Qu’ont précisément apporté en 2018, les anniversaires Gounod et Debussy ? Peu de choses en vérité, sauf venant de la province, soit disant culturellement plus pauvre et moins active que Paris : voyez Le Philémon et Baucis, joyau lyrique du jeune Gounod révélé par l’Opéra de Tours / fev 2018 ; et le Pelléas et Mélisande de Debussy désormais légendaire du regetté Jean-Claude Malgoire à Tourcoing / mars 2018… LIRE notre grand dossier Hector Berlioz 2019

 

 

Semaine BERLIOZ sur France Musique : 2-10 mars 2019

berlioz-BERLIOZ-2019-bicentenaire-berlioz-2019-classiquenewsFRANCE MUSIQUE, semaine BERLIOZ : 2-10 mars 2019. Une semaine entière d’émissions et de concerts pour commémorer le 150ème anniversaire de la disparition du grand Hector Berlioz. Hector Berlioz (mort en 1869) semble avoir volontairement fait de sa vie un grand récit de folies et de ratages, de passions et de tragédies. Traitée souvent avec condescendance, son œuvre toujours surprenante a pourtant inspiré, de Liszt à Mahler et un nombre considérable de compositeurs. Du 2 au 10 mars, France Musique célèbre Hector sous toutes ses facettes : l’occasion de se plonger dans sa vie, ses écrits, d’écouter ses plus grands interprètes, d’hier et d’aujourd’hui.

________________________________________________________________________________________________

Quelques temps forts :
Samedi 2 mars, 20h : Le Carnaval romain, Benvenuto Cellini, ouvertures – Harold en Italie. Orchestre sur intruments d’époque Les Siècles.

Dimanche 3 mars, 9h : l’orchestre de Berlioz (« L’orchestre est à Berlioz ce que le piano est à Liszt », disait le critique Vladimir Stassov. Autrement dit son instrument, dont il jouait avec une virtuosité et une inventivité sans égales, tant comme chef que comme compositeur) / 11h : le Festival Berlioz 2019

________________________________________________________________________________________________

150 ans de la mort de BERLIOZDu lundi 4 au vendredi 8 mars 2019 : à 9h (actualités Berlioz 2019) puis à 22h : le cas Berlioz… compositeur d’exception, autobiographe enflammé, loser magnifique, Hector Berlioz semble avoir volontairement fait de sa vie un grand récit fait de folies et de ratages, de passions et de tragédies. Traitée souvent avec condescendance, son œuvre toujours surprenante a pourtant inspiré, de Liszt à Mahler, un nombre considérable de compositeurs. Le ClassicClub profite donc du cent-cinquantenaire de sa disparition pour se pencher pendant une semaine sur le cas Berlioz : en 5 émissions, avec le concours de spécialistes, critiques et musiciens, le plus romanesque des romantiques vous offre quelques-uns de ses multiples visages… En public et en direct de l’Hôtel Bedford à Paris

________________________________________________________________________________________________

cassandre-doustrac-stephanie-troyens-tcherniakov-d-apres-berlioz-bastille-critique-opera-par-classiquenews-fev-2019Dimanche 10 mars 2019 : à 16h, Tribune des critiques de cd dédiée aux NUITS D’ETE, cycle de mélodies – à 20h : Les Troyens à l’Opéra Bastille : la production scandaleuse dans la version réécrite par le metteur en scène Tcherniakov. LIRE notre compte rendu : «  et vous avez vous vu les troyens de Tcherniakov d’après Berlioz, ou Les Troyens de Berlioz ?

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

TOURCOING : Philippe Jaroussky chante Les Nuits d’été

malgoire_jean_claudeTOURCOING. P. Jaroussky chante Les Nuits d’été, 14, 16 octobre 2016. Pour fêter les 50 ans de la création de son orchestre sur instruments d’époque, en cela pionnier visionnaire avant l’heure, Jean-Claude Malgoire dirige un programme 100% Berlioz à Tourcoing : rêverie, obsession, folie de la Symphonie Fantastique, véritable festival de couleurs et de timbres judicieusement combinés, spécifiquement français, et aussi manifeste du romantisme français (1830) ; furie italienne dans l’Ouverture de Benvenuto Cellini et cycle prosodique intimiste et miniaturiste avec Les Nuits d’été, sommet de la mélodie française avec orchestre, déclamées par le contre-ténor Philippe Jaroussky, lequel depuis quelques années abandonne l’agilité des vocalises baroques pour approfondir un nouveau travail sur le texte français romantique… C’est donc une nouvelle version des Nuits d’été de Berlioz, non pas pour soprano mais ici, ténor et orchestre, option permise par Berlioz lui-même qui n’a jamais fermé la distribution de son cycle génial…

 

 

 

Concert Berlioz, 50ème anniversaire
de la Grande Ecurie et la Chambre du Roy

Mercredi 12 octobre 2016 à 20h
Vendredi 14 octobre 2016 à 20h
TOURCOING, Théâtre Municipal R. Devos

Programme :
Symphonie fantastique Op. 14
Ouverture de Benvenuto Cellini Op. 23
Les Nuits d’été / 
Hector Berlioz (1803-1869)
Philippe Jaroussky, contre-ténor
Direction musicale : Jean Claude Malgoire / 
La Grande écurie et la Chambre du Roy

RESERVATIONS, INFORMATIONS 

 

 

Symphonie fantastique Op. 14
(créée le 5 décembre 1830 ). En janvier 1830, avant de composer la Symphonie fantastique, Berlioz décrit à sa soeur la joie qu’il éprouve à la pensée « des champs vierges de la musique » qui s’ouvrent à lui. Des champs que les préjugés académiques ont laissé « incultes jusqu’à présent » et qu’il considère, depuis son « émancipation » due à Beethoven, comme son domaine. C’est le caractère révolutionnaire de l’oeuvre et son exploration hardie d’un nouveau territoire sonore et expressif qui frappèrent ses premiers auditeurs… Aujourd’hui encore, cette création romantique impressionne par sa modernité.

Ouverture de Benvenuto Cellini Op. 23 (créé le 10 septembre 1838). L’ouverture de cet opéra est une symphonie qui nous place d’emblée devant la redoutable destinée qui attend le héros de l’histoire : le célèbre orfèvre et sculpteur Benvenuto Cellini (1500-1571) dont Berlioz avait son héros. Au-delà de son amour (fou) pour Teresa – premier thème de cette intrigue – Benvenuto est d’abord un personnage sulfureux. Il se débattait avec les grands de ce monde, desquels il recevait de fastueuses commandes et une immunité passablement scandaleuse vu les vols, duels, meurtres qu’il commit… Une confrontation perceptible dès les premières mesures dont le rythme nerveux et l’emportement traduisent un irrésistible assaut, les dérèglements d’un psychisme tendu, nerveux, agité…

Les Nuits d’été
berlioz-hector-dessin-michael-leonard-1980Voici l’un des joyaux de l’oeuvre de Berlioz. Dans ses Mémoires ou sa correspondance, le bouillant romantique ne fait aucune allusion à la genèse de ces six mélodies écrites sur des poèmes de son ami Théophile Gautier (La Comédie de la mort). L’orchestre structure ici la musique du compositeur français bien plus qu’il ne l’habille. Il donne un lustre particulier à chaque tableau, exaltant le relief des plans sonores, magnifiant le dessin splendide, intime et pudique, nostalgique voire lugubre (« Ma belle amie est morte »…) qui porte chaque mélodie. Les thèmes qui y sont développés sont ceux d’une sensibilité que la mort a frappé, enivre, exalte au delà du désespoir. Et c’est avec L’Île inconnue, le dernier des épisodes, une terre inaccessible mais présente dans la pensée du héros, qui s’affirme, telle la quête vital d’un idéal inaccessible…