ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLEANS : Ă  la ConquĂŞte de l’Ouest

orleans-orchestre-symphonique-concert-conquete-ouest-marius-stieghorst-annonce-critique-concert-par-classiquenews-infos-actualites-musique-classique-concerts-operas-festivalsORLÉANS, 9 et 10 fév 2019 : A la conquête de l’Ouest. Grand concert symphonique à Orléans sous la direction du directeur musical de l’Orchestre Symphonique, Marius Stieghorst. Le programme affiche le cap vers le grand ouest, éclectique, énergisant mais surtout cohérent. Tout d’abord, mosaïque d’écritures et de sensibilités diverses inspirées par l’horizon américain, de Ives à Gershwin, de Schulhoff à Stravinsky… autant de mises en bouches qui exigent une forte caractérisation instrumentale, pour le plat de consistance, sommet de l’inspiration américaine de Dvorak : la Symphonie n°9 du Nouveau Monde.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

SAMEDI 9 FÉVRIER 2019 à 20h30boutonreservation
DIMANCHE 10 FÉVRIER 2019 à 16h00
Théâtre d’ORLEANS
SALLE TOUCHARD

ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS
Marius STIEGHORST, direction
Saxophoniste soliste : Vincent DAVID

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

PrĂ©sentation du concert  
 
 
« À LA CONQUÊTE DE L’OUEST »

CHARLES IVES – The Unanswered Question (La Question sans rĂ©ponse)
Conçue en 1908, révisée entre 1930 et 1935, The Unanswered Question suit le travail et les interrogations de Charles Ives concernant la relation des hommes au cosmos. A l’immensité de l’Univers, en son mystère impénétrable, Ives inscrit la question du sens de la vie humaine : pourquoi l’être et le néant ? Que vaut et où va la destinée humaine ?

 
 
 

GEORGE GERSHWIN – Lullaby
Originellement pour quatuor à cordes, Lullaby connaît un nouveau souffle dans sa version pour orchestre à cordes. En orchestrateur des mieux inspirés, Gershwin sait calibrer l’ivresse irrépressible du blues naissant, occurrence spécifiquement américaine, selon la subtilité et l’art de la suggestion propres aux impressionnistes français, Ravel et Debussy qu’il admire particulièrement.

 
 
 

ERWIN SCHULHOFF – Hot-Sonate, pour saxophone alto et orchestre
Schulhoff affirme un tempérament très original et personnel dans l’utilisation entre autres du saxophone alto, instrument soliste concertant qui semble imposer face à l’orchestre, le chant déterminant du jazz, autant dans l’autorité des rythmes, la séduction des harmonies, que des effets singuliers produits par la technique propre à l’instrument ainsi mis en avant (glissandi, …) / VINCENT DAVID, saxophoniste soliste.

 
 
 

IGOR STRAVINSKY – Circus Polka
Ce pourrait être le portrait d’un éléphant, potache, burlesque, plus caricatural que compatissant pour l’animal : à la demande du chorégraphe George Balanchine pour un numéro d’éléphants du cirque Barnum, Circus Polka est élaborée pendant le seconde guerre mondiale en 1942. C’est une page musicale conçue à des fins expressives essentiellement sur un ton caustique, facétieux dont les pointes sarcastiques sont réservées au trio déluré, déjanté en diable : clarinette, cor et trombone.

 
 
   
 
 

ANTON DVORAK – Symphonie n°9 en mi mineur, op.95, B178, dite « Du Nouveau Monde » ComposĂ©e en 1893, crĂ©e le 15 dĂ©cembre de la mĂŞme annĂ©e au Carnegie Hall de New York par l’Orchestre philharmonique de New York sous la direction d’Anton Seidl, la 9è Symphonie de Dvorak tĂ©moigne de l’enthousiasme de Dvorak pendant son sĂ©jour aux States.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

RESERVATIONS / INFORMATIONS PRATIQUES
• Lieu : Salle Touchard – Théâtre d’OrlĂ©ans
• Tarifs : Cat.1 : 28/25€ ; Cat. 2 : 25/23/13€
RĂ©servations : Théâtre d’OrlĂ©ans : 02 38 62 75 30, du mardi au samedi de 13h Ă  19h, Ă  partir de 14h ou
sur le site HelloAsso :
https://www.helloasso.com/associations/orleans-concerts
• Site Web : www.orchestre-orleans.com

 
 
 

stieghorst marius portrait maestro copyright tonje thoresen classiquenews

 

Portrait du maestro et directeur musical de l’OSO, Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans : MARIUS STIEGHORST (© T. Thoresen)

 
 
 

Nantes : la Folle JournĂ©e 2014, jusqu’au 2 fĂ©vrier 2014

folle_journee_2014_bandeau_448Nantes : La Folle JournĂ©e 2014. Musique amĂ©ricaine. Du 29 janvier au 2 fĂ©vrier 2014 … ” Des canyons aux Ă©toiles… un siècle de musique amĂ©ricaine “… A partir du 29 janvier 2014, Nantes se met au diapason des compositeurs amĂ©ricains : Ives, Barber, Bernstein, Glass… La grande messe du classique au Centre des congrès de Nantes, promet encore d’ĂŞtre pantagruellique avec ses files d’attente devant chaque salle investie, ses kiosques bondĂ©s, ses vitrines et stands riches en cd et en livres… de quoi rassasier les plus voraces, que la musique des States fait vibrer. Pour l’occasion, l’office de Tourisme de Nantes propose diverses formules de sĂ©jours, combinant concerts et hĂ©bergements adaptĂ©s… Billetterie des concerts ouvertes Ă  partir du 11 janvier 2014.

Des Canyons aux Ă©toiles … Un siècle de musiques amĂ©ricaines
20ème édition

Formules séjour + concerts, de 457 à 133 euros
Le site de La Folle Journée 2014

 
 
 

votre kit pour réussir votre séjour nantais à La Folle Journée 2014

 

Amerique, Etats Unis, musique, Symphonie du nouveau monde,Nicolas Southon FayardLivres. Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard. L’auteur analyse tout ce que la culture (riche voire flamboyante) des Etats-Unis doit à ses premiers habitants, indigènes et colons. C’est une lente assimilation des modes occidentaux importés par les voyageurs arrivants qui dans le choc des rythmes, danses, chants ancestraux fabriquent in fine l’idée d’une identité musicale américaine où s’est inscrit la permanence du populaire. Traditionnel local, savant européen… les esthétiques et les pratiques se mêlent en un vivant dialogue, une mixité d’attitudes croisées qui des deux côtés de l’Atlantique, des States ou de l’Europe, poursuit un dialogue continu d’un continent à l’autre. « Je ne considère pas le titre d’Amériques comme purement géographique, mais comme symbole de découvertes – de nouveaux mondes sur terre, dans le ciel, ou dans l’esprit des hommes », écrivait Edgard Varèse. En lire +

 
 

decca_america_america_cd_deccaCD. America ! America ! Decca présente une anthologie de la musique américaine, en 3 cd à tout petit prix réunissant les grands chefs-d’œuvre du répertoire classique étatsunien, des XIXème et XXème siècles. En concordance avec le thème de la Folle Journée 2014 à Nantes (compositeurs américains), chacun pourra préparer son séjour nantais avec ce best of des oeuvres les plus emblématiques de la musique composée aux USA. Qu’il s’agisse de compositeurs nés européens qui on écrit des oeuvres américaines ou d’auteurs natifs des USA, désormais incontournables pour qui veut connaître le son et le style made in US… C’est évidemment le jazz, mais pas seulement. Ce serait oublier le reste : marches militaires, chants religieux, “Spirituals”, la comédie musicale, la musique légère, le concerto, l’opéra, la musique contemporaine, les formes concertantes et la musique de chambre. En lire +

 
 

Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard.

Amerique, Etats Unis, musique, Symphonie du nouveau monde,Nicolas Southon FayardLivres. Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard. L’auteur analyse tout ce que la culture (riche voire flamboyante) des Etats-Unis doit à ses premiers habitants, indigènes et colons. C’est une lente assimilation des modes occidentaux importés par les voyageurs arrivants qui dans le choc des rythmes, danses, chants ancestraux fabriquent in fine l’idée d’une identité musicale américaine où s’est inscrit la permanence du populaire. Traditionnel local, savant européen… les esthétiques et les pratiques se mêlent en un vivant dialogue, une mixité d’attitudes croisées qui des deux côtés de l’Atlantique, des States ou de l’Europe, poursuit un dialogue continu d’un continent à l’autre. « Je ne considère pas le titre d’Amériques comme purement géographique, mais comme symbole de découvertes – de nouveaux mondes sur terre, dans le ciel, ou dans l’esprit des hommes », écrivait Edgard Varèse.

L’Amérique du nord aspire et stimule les volontés de régénération : quand l’Europe est en guerre et frôle l’implosion, les vastes horizons états-uniens offrent un paysage des plus inspirateurs. Il aspire les créateurs comme un aimant, celui d’un asile pacifiant où tout semble possible. C’est un phare plein d’espérance, la figure du nouveau monde.

Les symphonies du Nouveau Monde

Du temps des pionniers à l’émergence d’une virtuosité propre (Louis Moreau Gottschalk), les deux New England School, l’épisode américain d’Anton Dvorak dont la Symphonie concernée donne son titre au présent ouvrage…, de la rencontre du savant et du jazz au génie mélodiste du song plumer George Gershwin, de la naissance de Broadway à l’avènement d’une modernité pour le XXème, celle que porte le père pour tous Aaron Copland… tout est ici rétablit, restitué, expliqué avec la clarté d’un passionné.

Plus proches de nous, voici le profil atypique et gĂ©nial de Lenny le magnifique (Leonard Bernstein), -grand synthĂ©tiseur entre populaire et savant-, lui-mĂŞme indirect hĂ©ritier des lyriques Barber et Menotti ; ce sont surtout les expĂ©rimentateurs aux apports dĂ©cisifs, tels Varèse ou Henry Cowell, les nĂ©oclassiques visionnaires comme Elliott Carter (lequel fait le passage entre le XXè et XXIè siècles). Aujourd’hui, Philip Glass ou Steve Reich, surtout John Adams poursuivent ce rĂŞve musical amĂ©ricain dĂ©finitivement inscrit dans notre imaginaire. SynthĂ©tique, habile et clair, cet opus est un outil indispensable pour comprendre la musique amĂ©ricaine actuelle, c’est la bible pour votre sĂ©jour Ă  Nantes lors de la Folle journĂ©e 2014 qui cĂ©lèbre le gĂ©nie musical amĂ©ricain.

Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard. 200 pages. 9782213681009. Parution : 22/01/2014. Prix public TTC:15.00 €