ONLILLE : Jean-Claude Casadesus dirige Brahms et Dvorak

LILLE : JC CASADESUS dirige Brahms et Dvorak. Alchimie musicaleLILLE, JC CASADESSUS / ONL : Alchimie musicale, les 13 et 16 fĂ©v 2020. PremiĂšre sĂ©rie de l’annĂ©e 2020 pour l’Orchestre National de Lille,  sous la direction de son directeur fondateur Jean-Claude Casadesus ; le chef a choisi de mettre en valeur 2 solistes de l’ONLille / Orchestre National de Lille : la violoniste supersoliste Ayako Tanaka et le violoncelliste solo Gregorio Robino dans le Double concerto de Brahms (1887). En programmant ensuite la Symphonie n°9 du « Nouveau Monde » de Dvorak (1893), Jean-Claude Casadesus souligne la filiation entre les deux compositeurs : le cadet Dvorak, admiratif Ă  l’égard de Brahms, plus ĂągĂ© de 8 ans, le considĂ©rait mĂȘme comme un modĂšle absolu. SĂ©journant aux USA dĂšs sept 1892, et pendant sa direction au sein du Conservatoire de New York, Dvorak compose un hymne aux grands espaces amĂ©ricains en une ode flamboyante et intime, crĂ©Ă©e en 1893. dans les faits, et conscient d’écrire une musique nationale, – amĂ©ricaine, Dvorak s’exĂ©cute et s’inspire de Negro spiritual (chant des esclaves) pour la mĂ©lodie du 2Ăš mouvement ; rite dansĂ© amĂ©rindien pour le Scherzo ; mais la langue et la syntaxe demeurent du Dvorak pur jus.

 

 

 alchimie-musicale-jc-casadesus-concert-orch-nat-de-lille-concerts-annonce-critique-classiquenews-Brahms-double-concerto

 

 

La violoniste supersoliste Ayako Tanaka et le violoncelliste solo Gregorio Robino en vedette pour le Double concerto de Brahms (1887)

 

   

 

________________________________________________________________________________________________

Jeudi 13 février 2020, 20hboutonreservation
Dimanche 16 février 2020, 16h
Auditorium du Nouveau SiĂšcle de LILLE

 

 

 

 

Brahms
Double Concerto pour violon et violoncelle en la mineur, op.102
Dvoƙák
Symphonie n°9 en mi mineur B.178 (op.95) « Du Nouveau Monde »

Orchestre National de Lille ONLILLE  /  Direction : Jean-Claude Casadesus‹

Violon : Ayako Tanaka
Violoncelle : Gregorio Robino

RÉSERVEZ VOTRE PLACE
directement sur le site de l’ONLILLE / Orchestre National de Lille
https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/alchimie-musicale/

 

 

Tarifs : 5 Ă  55€ – RĂ©servations sur www.onlille.com
et à la Boutique de l’Orchestre, 3 place Mendùs France – LILLE
Renseignements : 03 20 12 82 40
(du lundi au vendredi 10h-18h)

 

   

 

________________________________________________________________________________________________

LES 2 « PLUS » autour des concerts Ă  LILLE  

 
Jeudi 13 fĂ©vrier – 18h45
Prélude « Autour de Brahms »
Par les Ă©tudiants de l’École SupĂ©rieur de Musique et Danse des Hauts-de-France et du Conservatoire de Lille (EntrĂ©e libre dans la limite des places disponibles pour les personnes munies d’un billet du concert)

 

 

En bord de scĂšne
Rencontres avec Jean-Claude Casadesus et les solistes Ayako Tanaka, Gregorio Robino à l’issue des concerts lillois

 

   

 

________________________________________________________________________________________________

Egalement en région Hauts-de-France :

AMIENS, Maison de la Culture
Vendredi 14 février 2020 à 20h

GUÏNES, salle AndrĂ© Flahaut
Samedi 15 février 2020 à 20h

________________________________________________________________________________________________

 

 

Double Concerto de Brahms

 

 

BRAHMS HD pour GSTAAD reportage2018L’Opus 102, en la mineur est crĂ©Ă© en oct 1887 Ă  Cologne, sous la direction de Brahms, alors ĂągĂ© de 54 ans. Brahms se souvient Ă©videmment du triple Concerto de Beethoven, et reprend l’usage des deux instruments solistes, d’une absolue rĂȘverie poĂ©tique dans le 2Ăš mouvement de son 2Ăš Concerto pour piano (1881), initiĂ© par un splendide solo de violoncelle
 La partition scelle la rĂ©conciliation entre la violoniste virtuose Joseph Joachim et Brahms, un temps brouillĂ©s pour des vĂ©tilles. C’est la derniĂšre Ɠuvre concertante importante de Brahms. Jospeh Joachim assure alors avec le violoncelliste Robert Haussmann (membre du Quatuor Joachim) la crĂ©ation de 1887. Son architecture trĂšs Ă©laborĂ©e n’écarte pas le brio virtuose des solistes ni le raffinement d’une orchestration que l’on doit dĂ©tailler pour ne pas Ă©paissir la texture.

1. ALLEGRO : la partie du violoncelle est trĂšs largement dĂ©veloppĂ©e mais permet nĂ©anmoins aux deux instruments solistes d’heureux dialogues


2. ANDANTE (rĂ© majeur) : ample, sereine, d’une suavitĂ© millimĂ©trĂ©e (aprĂšs l’entrĂ©e par le cor et les bois), la partition centrale est l’une des plus inspirĂ©es de Brahms

3. VIVACE NON TROPPO : le violoncelle expose, le violon suit, comme dans le premier mouvement. Avant que ne se dĂ©ploie une nouvelle idĂ©e mĂ©lodique et rythmique d’influence tzigane


 

 

________________________________________________________________________________________________

 

   

   

 

LIVRE événement, annonce. ANTONIN DVORAK par Isabelle Werck (Bleu Nuit, janv 2020)

dvorak antonin isabelle Werck bleu nuit critique livre classiquenewsLIVRE Ă©vĂ©nement, annonce. ANTONIN DVORAK par Isabelle Werck (Bleu Nuit, janv 2020). Avec son aĂźnĂ© Bedrich Smetana, plus engagĂ© sur la question identitaire et culturel tchĂšque, le BohĂ©mien AntonĂ­n DvorĂĄk (1841-1904), formĂ© Ă  Prague, est aussi la figure musicale de l’indĂ©pendance de la TchĂ©quie ; sa carriĂšre se dĂ©veloppe au moment oĂč l’empire austro hongrois s’effrite et doit concĂ©der des libertĂ©s spĂ©cifiques libĂ©rant la singularitĂ© identitaire des nations. 4 ans aprĂšs la mort de Dvorak, l’empire de François Joseph n’existe plus, emportĂ© par la premiĂšre guerre mondiale. Le patriotisme de Dvorak reste modĂ©rĂ©, ses Ɠuvres s’inspirant indirectement du folklore national ; homme de synthĂšse, Dvorak sait atteindre le souffle de l’universel, y compris dans ses piĂšces nĂ©es de sĂ©jours Ă  l’étranger, dont Ă©videmment la Symphonie n°9 du « Nouveau Monde », prolongement de sa tournĂ©e aux USA de 4 ans. L’auteure rĂ©tablit le contexte gĂ©opolitique dans lequel Dvorak a forgĂ© sa propre Ă©criture ; une Ă©criture fĂ©conde comprenant symphonies, musique de chambre, oratorio et musique concertante ; la question des opĂ©ras est traitĂ©e Ă  part car elle est l’objet de ressentiments : Dvorak en a souffert ; dĂ©sireux de percer dans le genre lyrique, il n’aura guĂšre de succĂšs qu’avec Russalka et sa fameuse « chanson Ă  la lune », pure instant de poĂ©sie. MalgrĂ© un destin familial Ă©prouvĂ©, endeuillĂ©, Dvorak s’affirme par sa loyautĂ©, sa droiture; une Ă©criture forte, gĂ©nĂ©reuse, puissante et raffinĂ©e oĂč la notion de folklore est recyclĂ©e avec gĂ©nie et sensibilitĂ©. Aujourd’hui quelques rares chefs ont su comprendre le souffle comme la poĂ©sie de Dvorak, sa grandeur, le raffinement de son style comme la prĂ©sence filigranĂ©e des motifs folkloriques : Michel Tabachnik, Karel Ancerl, Ferenc Fricsay, Leonard Bernstein, Jiri Belohlavek
 Prochaine critique dans le mag cd dvd livres de classiquenews.

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

LIVRE Ă©vĂ©nement, annonce. Antonin DVORAK par Isabelle WERCK – Éditeur : BLEU NUIT EDITEUR – Collection / SĂ©rie : horizons ; 75 – Prix de vente au public (TTC) : 20 € – 176 pages ; 20 x 14 cm ; reliĂ© – ISBN 978-2-35884-093-4 – EAN 9782358840934 – parution : janvier 2020.
http://www.bne.fr/page200.html

 

 

ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLEANS : Ă  la ConquĂȘte de l’Ouest

orleans-orchestre-symphonique-concert-conquete-ouest-marius-stieghorst-annonce-critique-concert-par-classiquenews-infos-actualites-musique-classique-concerts-operas-festivalsORLÉANS, 9 et 10 fĂ©v 2019 : A la conquĂȘte de l’Ouest. Grand concert symphonique Ă  OrlĂ©ans sous la direction du directeur musical de l’Orchestre Symphonique, Marius Stieghorst. Le programme affiche le cap vers le grand ouest, Ă©clectique, Ă©nergisant mais surtout cohĂ©rent. Tout d’abord, mosaĂŻque d’écritures et de sensibilitĂ©s diverses inspirĂ©es par l’horizon amĂ©ricain, de Ives Ă  Gershwin, de Schulhoff Ă  Stravinsky
 autant de mises en bouches qui exigent une forte caractĂ©risation instrumentale, pour le plat de consistance, sommet de l’inspiration amĂ©ricaine de Dvorak : la Symphonie n°9 du Nouveau Monde.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

SAMEDI 9 FÉVRIER 2019 à 20h30boutonreservation
DIMANCHE 10 FÉVRIER 2019 à 16h00
ThĂ©Ăątre d’ORLEANS
SALLE TOUCHARD

ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS
Marius STIEGHORST, direction
Saxophoniste soliste : Vincent DAVID

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

PrĂ©sentation du concert  
 
 
« À LA CONQUÊTE DE L’OUEST »

CHARLES IVES – The Unanswered Question (La Question sans rĂ©ponse)
Conçue en 1908, rĂ©visĂ©e entre 1930 et 1935, The Unanswered Question suit le travail et les interrogations de Charles Ives concernant la relation des hommes au cosmos. A l’immensitĂ© de l’Univers, en son mystĂšre impĂ©nĂ©trable, Ives inscrit la question du sens de la vie humaine : pourquoi l’ĂȘtre et le nĂ©ant ? Que vaut et oĂč va la destinĂ©e humaine ?

 
 
 

GEORGE GERSHWIN – Lullaby
Originellement pour quatuor Ă  cordes, Lullaby connaĂźt un nouveau souffle dans sa version pour orchestre Ă  cordes. En orchestrateur des mieux inspirĂ©s, Gershwin sait calibrer l’ivresse irrĂ©pressible du blues naissant, occurrence spĂ©cifiquement amĂ©ricaine, selon la subtilitĂ© et l’art de la suggestion propres aux impressionnistes français, Ravel et Debussy qu’il admire particuliĂšrement.

 
 
 

ERWIN SCHULHOFF – Hot-Sonate, pour saxophone alto et orchestre
Schulhoff affirme un tempĂ©rament trĂšs original et personnel dans l’utilisation entre autres du saxophone alto, instrument soliste concertant qui semble imposer face Ă  l’orchestre, le chant dĂ©terminant du jazz, autant dans l’autoritĂ© des rythmes, la sĂ©duction des harmonies, que des effets singuliers produits par la technique propre Ă  l’instrument ainsi mis en avant (glissandi, 
) / VINCENT DAVID, saxophoniste soliste.

 
 
 

IGOR STRAVINSKY – Circus Polka
Ce pourrait ĂȘtre le portrait d’un Ă©lĂ©phant, potache, burlesque, plus caricatural que compatissant pour l’animal : Ă  la demande du chorĂ©graphe George Balanchine pour un numĂ©ro d’élĂ©phants du cirque Barnum, Circus Polka est Ă©laborĂ©e pendant le seconde guerre mondiale en 1942. C’est une page musicale conçue Ă  des fins expressives essentiellement sur un ton caustique, facĂ©tieux dont les pointes sarcastiques sont rĂ©servĂ©es au trio dĂ©lurĂ©, dĂ©jantĂ© en diable : clarinette, cor et trombone.

 
 
   
 
 

ANTON DVORAK – Symphonie n°9 en mi mineur, op.95, B178, dite « Du Nouveau Monde » ComposĂ©e en 1893, crĂ©e le 15 dĂ©cembre de la mĂȘme annĂ©e au Carnegie Hall de New York par l’Orchestre philharmonique de New York sous la direction d’Anton Seidl, la 9Ăš Symphonie de Dvorak tĂ©moigne de l’enthousiasme de Dvorak pendant son sĂ©jour aux States.

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

RESERVATIONS / INFORMATIONS PRATIQUES
‱ Lieu : Salle Touchard – ThĂ©Ăątre d’OrlĂ©ans
‱ Tarifs : Cat.1 : 28/25€ ; Cat. 2 : 25/23/13€
RĂ©servations : ThĂ©Ăątre d’OrlĂ©ans : 02 38 62 75 30, du mardi au samedi de 13h Ă  19h, Ă  partir de 14h ou
sur le site HelloAsso :
https://www.helloasso.com/associations/orleans-concerts
‱ Site Web : www.orchestre-orleans.com

 
 
 

stieghorst marius portrait maestro copyright tonje thoresen classiquenews

 

Portrait du maestro et directeur musical de l’OSO, Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans : MARIUS STIEGHORST (© T. Thoresen)

 
 
 

Nantes : la Folle JournĂ©e 2014, jusqu’au 2 fĂ©vrier 2014

folle_journee_2014_bandeau_448Nantes : La Folle JournĂ©e 2014. Musique amĂ©ricaine. Du 29 janvier au 2 fĂ©vrier 2014 … ” Des canyons aux Ă©toiles… un siĂšcle de musique amĂ©ricaine “… A partir du 29 janvier 2014, Nantes se met au diapason des compositeurs amĂ©ricains : Ives, Barber, Bernstein, Glass… La grande messe du classique au Centre des congrĂšs de Nantes, promet encore d’ĂȘtre pantagruellique avec ses files d’attente devant chaque salle investie, ses kiosques bondĂ©s, ses vitrines et stands riches en cd et en livres… de quoi rassasier les plus voraces, que la musique des States fait vibrer. Pour l’occasion, l’office de Tourisme de Nantes propose diverses formules de sĂ©jours, combinant concerts et hĂ©bergements adaptĂ©s… Billetterie des concerts ouvertes Ă  partir du 11 janvier 2014.

Des Canyons aux Ă©toiles … Un siĂšcle de musiques amĂ©ricaines
20Ăšme Ă©dition

Formules séjour + concerts, de 457 à 133 euros
Le site de La Folle Journée 2014

 
 
 

votre kit pour réussir votre séjour nantais à La Folle Journée 2014

 

Amerique, Etats Unis, musique, Symphonie du nouveau monde,Nicolas Southon FayardLivres. Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard. L’auteur analyse tout ce que la culture (riche voire flamboyante) des Etats-Unis doit Ă  ses premiers habitants, indigĂšnes et colons. C’est une lente assimilation des modes occidentaux importĂ©s par les voyageurs arrivants qui dans le choc des rythmes, danses, chants ancestraux fabriquent in fine l’idĂ©e d’une identitĂ© musicale amĂ©ricaine oĂč s’est inscrit la permanence du populaire. Traditionnel local, savant europĂ©en
 les esthĂ©tiques et les pratiques se mĂȘlent en un vivant dialogue, une mixitĂ© d’attitudes croisĂ©es qui des deux cĂŽtĂ©s de l’Atlantique, des States ou de l’Europe, poursuit un dialogue continu d’un continent Ă  l’autre. « Je ne considĂšre pas le titre d’AmĂ©riques comme purement gĂ©ographique, mais comme symbole de dĂ©couvertes – de nouveaux mondes sur terre, dans le ciel, ou dans l’esprit des hommes », Ă©crivait Edgard VarĂšse. En lire +

 
 

decca_america_america_cd_deccaCD. America ! America ! Decca prĂ©sente une anthologie de la musique amĂ©ricaine, en 3 cd Ă  tout petit prix rĂ©unissant les grands chefs-d’Ɠuvre du rĂ©pertoire classique Ă©tatsunien, des XIXĂšme et XXĂšme siĂšcles. En concordance avec le thĂšme de la Folle JournĂ©e 2014 Ă  Nantes (compositeurs amĂ©ricains), chacun pourra prĂ©parer son sĂ©jour nantais avec ce best of des oeuvres les plus emblĂ©matiques de la musique composĂ©e aux USA. Qu’il s’agisse de compositeurs nĂ©s europĂ©ens qui on Ă©crit des oeuvres amĂ©ricaines ou d’auteurs natifs des USA, dĂ©sormais incontournables pour qui veut connaĂźtre le son et le style made in US
 C’est Ă©videmment le jazz, mais pas seulement. Ce serait oublier le reste : marches militaires, chants religieux, “Spirituals”, la comĂ©die musicale, la musique lĂ©gĂšre, le concerto, l’opĂ©ra, la musique contemporaine, les formes concertantes et la musique de chambre. En lire +

 
 

Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard.

Amerique, Etats Unis, musique, Symphonie du nouveau monde,Nicolas Southon FayardLivres. Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard. L’auteur analyse tout ce que la culture (riche voire flamboyante) des Etats-Unis doit Ă  ses premiers habitants, indigĂšnes et colons. C’est une lente assimilation des modes occidentaux importĂ©s par les voyageurs arrivants qui dans le choc des rythmes, danses, chants ancestraux fabriquent in fine l’idĂ©e d’une identitĂ© musicale amĂ©ricaine oĂč s’est inscrit la permanence du populaire. Traditionnel local, savant europĂ©en
 les esthĂ©tiques et les pratiques se mĂȘlent en un vivant dialogue, une mixitĂ© d’attitudes croisĂ©es qui des deux cĂŽtĂ©s de l’Atlantique, des States ou de l’Europe, poursuit un dialogue continu d’un continent Ă  l’autre. « Je ne considĂšre pas le titre d’AmĂ©riques comme purement gĂ©ographique, mais comme symbole de dĂ©couvertes – de nouveaux mondes sur terre, dans le ciel, ou dans l’esprit des hommes », Ă©crivait Edgard VarĂšse.

L’AmĂ©rique du nord aspire et stimule les volontĂ©s de rĂ©gĂ©nĂ©ration : quand l’Europe est en guerre et frĂŽle l’implosion, les vastes horizons Ă©tats-uniens offrent un paysage des plus inspirateurs. Il aspire les crĂ©ateurs comme un aimant, celui d’un asile pacifiant oĂč tout semble possible. C’est un phare plein d’espĂ©rance, la figure du nouveau monde.

Les symphonies du Nouveau Monde

Du temps des pionniers Ă  l’émergence d’une virtuositĂ© propre (Louis Moreau Gottschalk), les deux New England School, l’épisode amĂ©ricain d’Anton Dvorak dont la Symphonie concernĂ©e donne son titre au prĂ©sent ouvrage
, de la rencontre du savant et du jazz au gĂ©nie mĂ©lodiste du song plumer George Gershwin, de la naissance de Broadway Ă  l’avĂšnement d’une modernitĂ© pour le XXĂšme, celle que porte le pĂšre pour tous Aaron Copland
 tout est ici rĂ©tablit, restituĂ©, expliquĂ© avec la clartĂ© d’un passionnĂ©.

Plus proches de nous, voici le profil atypique et gĂ©nial de Lenny le magnifique (Leonard Bernstein), -grand synthĂ©tiseur entre populaire et savant-, lui-mĂȘme indirect hĂ©ritier des lyriques Barber et Menotti ; ce sont surtout les expĂ©rimentateurs aux apports dĂ©cisifs, tels VarĂšse ou Henry Cowell, les nĂ©oclassiques visionnaires comme Elliott Carter (lequel fait le passage entre le XXĂš et XXIĂš siĂšcles). Aujourd’hui, Philip Glass ou Steve Reich, surtout John Adams poursuivent ce rĂȘve musical amĂ©ricain dĂ©finitivement inscrit dans notre imaginaire. SynthĂ©tique, habile et clair, cet opus est un outil indispensable pour comprendre la musique amĂ©ricaine actuelle, c’est la bible pour votre sĂ©jour Ă  Nantes lors de la Folle journĂ©e 2014 qui cĂ©lĂšbre le gĂ©nie musical amĂ©ricain.

Nicolas Southon : Les symphonies du Nouveau Monde. Éditions Fayard. 200 pages. 9782213681009. Parution : 22/01/2014. Prix public TTC:15.00 €