CD, événement, critique. IL CANTO DELLA NUTRICE. Marco Angioloni, ténor / Il Groviglio (1 cd Da Vinci classics)

angioloni-marco-canto-della-nutrice-opera-baroque-arie-critique-cd-review-classiquenews-clic-noel-2021CD, Ă©vĂ©nement, critique. IL CANTO DELLA NUTRICE. Marco Angioloni, tĂ©nor / Il Groviglio (1 cd Da Vinci classics). Formidable coup de projecteur sur un type de rĂŽle emblĂ©matique de l’opĂ©ra vĂ©nitien baroque, celui du XVIIĂš quand sur scĂšne les auteurs mĂȘlent comique truculent et dignitĂ© morale, buffa dĂ©lirant et tragĂ©die et langueur sentimentale. Les hĂ©ros otn toujours eu besoin de contrepartie pour valoriser leur nature. Pas de PoppĂ©e sans sa Nutrice
 ainsi qu’en fixe la tradition pertinente le pĂšre de l’opĂ©ra italien baroque, Claudio Monteverdi (1643). A sa suite, l’histoire de l’opĂ©ra a immensĂ©ment aimĂ© les personnages de confidentes, de mĂšres, d’astucieuses conseillĂšres que furent les Nourrices / Nutrice, doubles inspirĂ©es, actrices en vĂ©ritĂ© essentielles, riches en conseils avisĂ©s, en leçons de sagesse adressĂ©es aux jeunes nobles inexpĂ©rimentĂ©s. Ainsi la Nourrice est-elle un caractĂšre incontournable de tout ouvrage lyrique digne du genre, au XVIIĂš / Seicento : sa verve populeuse, ses enseignements pleins de bon sens, sa nature piquante, son faciĂšs de femme Ă  barbe, de matrone « poilue » car souvent il s’agit de rĂŽles travestis tenus par des hommes qui jouent de leur ambivalence scĂ©nique, Ă  la gouaille dramatique succulente composent l’un des types thĂ©Ăątraux les plus passionnants de la pĂ©riode et du genre. Dominique Visse encore rĂ©cemment a offert toute la panoplie de son immense talent dans ce registre plus subtils qu’il n’y paraĂźt.
Le programme dĂ©fendu par le jeune tĂ©nor franco-italien Marco Angioloni (qui commença sa vie musicale comme hautboiste, diplomĂ© du Conservatoire Cherubini de Florence) apporte sa fraĂźcheur juvĂ©nile, son tempĂ©rament astucieux et sa vocalitĂ  impliquĂ©e qui trouve la juste caractĂ©risation en variant son chant entre tendresse (pour celle qu’il/elle conseille et guide) et exhortation, rappelant Ă  chacun ce qu’il est et devrait faire ; jamais schĂ©matique ni caricatural, le tĂ©nor relĂšve aisĂ©ment les dĂ©fis des situations lyriques signĂ©es Cavalli, Cesti, Melani, Sartorio, Domenico Scarlatti, dont plusieurs premiĂšres mondiales
 Evidemment une place particuliĂšre est rĂ©servĂ©e Ă  Francesco Cavalli dont pas moins de 8 partitions sont abordĂ©es : Muzio Scevola, Eritrea, Erismena, Doriclea, Orimonte, Egisto, Eliogabalo
 Le pionnier en la matiĂšre RenĂ© Jacobs, premier dĂ©couvreur de Cavalli, qui a presque enregistrĂ© tous ses opĂ©ras, n’est pas restĂ© vain. Et la galerie de portraits qu’incarne aujourd’hui Marco Angioloni dont le chant porte tout le programme, s’avĂšre des plus captivante Ă  suivre, Ă©couter Ă©voluer.
Le parcours historique balaye les Ɠuvres thĂ©Ăątrales vĂ©nitiennes de 1638 Ă  1670 environ, soit l’ñge d’or de l’opĂ©ra vĂ©nitien, concernant pas moins de 114 personnages. En dĂ©coule 13 airs ici dĂ©fendus avec sincĂ©ritĂ© ; 10 de Francesco Cavalli (1602 – 1676), un d’’Antonio Sartorio (1630 – 1680), Seleucho. L’ensemble Il Groviglio apporte le nerf et le relief Ă  chaque sĂ©quence ; rythmant aussi le programme en jouant 4 sinfonias (Cavalli, Pietro Antonio Cesti, Melani, Sartorio), assurant une fiĂšvre dramatique au diapason de la verve du soliste.

Aucun doute que le choix judicieux de ces vraies fausses philosophes en jupons rĂ©vĂšle derechef la valeur des partitions exhumĂ©es. Le travail du jeune tĂ©nor sur l’articulation et la diversitĂ© nuancĂ©e des rĂ©citatifs est trĂšs convaincant et appelle demain pour l’interprĂšte de prochaines prises de rĂŽles sur scĂšne (nous le lui souhaitons). Le jeu reste toujours lĂ©ger, piquant, d’une insolence parfois comique, comme en tĂ©moigne le dernier duetto, vĂ©ritable perle buffa de Domenico Scarlatti (1685 – 1757 : L’Ottavia Restituta). Chapeau et nous sommes dĂ©jĂ  impatient d’un second album, annoncĂ© en fĂ©vrier 2022.

CLIC_macaron_2014EnregistrĂ© en Italie en octobre 2019, juste avant la pandĂ©mie, le disque n’a pas Ă©tĂ© promu comme il se doit, c’est pourquoi, pour ce « vrai » NoĂ«l 2021, enfin libĂ©rĂ© des mesures de confinements de la covid 19, classiquenews a distinguĂ© la valeur de ce disque riche en enseignements
 qui ose et rĂ©ussit le dĂ©frichement, collectionnant les « premiĂšres mondiales ». C’est pourquoi nous l’avons sĂ©lectionnĂ© dans notre dossier cadeaux de NoĂ«l 2021, Ă  juste titre. CLIC de CLASSIQUENEWS.

CD, événement, critique. IL CANTO DELLA NUTRICE. Marco Angioloni, ténor / Il Groviglio (1 cd Da Vinci classics)