Compte-rendu : Fontdouce. Abbaye, 20ème festival estival, le 26 juillet 2013. Concert inaugural. Baptiste Trotignon, Natalie Dessay, Philippe Cassard. Mélodies françaises.

philippe cassard et natalie dessay Ă  fontdouceSaint-Bris des Bois en Charente-Maritime accueille l’inauguration du 20ème Festival de l’Abbaye de Fontdouce. L’endroit magique datant du 12e siècle concentre beautĂ© et mystère. Le concert exceptionnel d’ouverture se dĂ©roule en deux parties Ă  la fois contrastĂ©es et cohĂ©rentes. Il commence de façon tonique avec le pianiste jazz Baptiste Trotignon et se termine avec un duo de choc, la soprano Natalie Dessay et Philippe Cassard au piano !

 

 

Festival de l’Abbaye de Fontdouce,
le secret le mieux gardĂ© de l’Ă©té !

 

SituĂ©e entre Cognac et Saintes, Ă  deux pas de Saint-Sauvant, l’un des plus beaux villages de France, l’ancienne Abbaye Royale obtient le classement de Monument Historique en 1986. Elle fait ainsi partie du riche patrimoine naturel et culturel de la rĂ©gion. Elle en est sans doute l’un de ses bijoux, voire son secret le mieux gardé ! Le maĂ®tre du lieu (et prĂ©sident du festival Thibaud Boutinet) a comme mission de partager la beautĂ© et faire connaĂ®tre l’histoire et les milles bontĂ©s du site acquis par sa famille il y a presque 200 ans. Après notre sĂ©jour estival et musical Ă  l’Abbaye de Fontdouce, toute l’Ă©quipe met du coeur Ă  l’ouvrage et le festival est une indĂ©niable rĂ©ussite !

Le Festival comme le site historique acceptent avec plaisir la modernitĂ© et font plaisir aussi aux amateurs des musiques actuelles. L’artiste qui ouvre le concert est un pianiste jazz de formation classique : Baptiste Trotignon rĂ©gale l’audience avec un jeu Ă  l’expressivitĂ© vive, presque brĂ»lante, qui cache pourtant une vĂ©ritable dĂ©marche intellectuelle. Notamment en ce qui concerne sa science du rythme, très impressionnante. Le pianiste instaure une ambiance d’une gaĂ®tĂ© dansante, dĂ©contractĂ©e, contagieuse avec ses propres compositions ; il fait de mĂŞme un clin d’oeil Ă  la musique classique avec ses propres arrangements « dĂ©rangeants » d’après deux valses de Chopin. Mais son Chopin transfigurĂ© va très bien avec son Ă©loquence subtilement jazzy. La musique du romantique  d’une immense libertĂ© formelle, se prĂŞte parfaitement aux aventures euphoriques et drolatiques de Trotignon. Un dĂ©but de concert tout en chaleur et fort stimulant qui prĂ©pare bien pour la suite classique ou l’oĂą explore d’autres sentiments.

L’entracte tonique est l’occasion parfaite pour une promenade de dĂ©couverte, tout en dĂ©gustant les boissons typiques du territoire. Le sensation de beautĂ© paisible au long du grand prĂ©, l’effet saisissant et purement gothique de la salle capitulaire, les couleurs et les saveurs du patrimoine qui font vibrer l’âme… Tout prĂ©pare en douceur pour le rĂ©cital de mĂ©lodies par Natalie Dessay et Philippe Cassard.

Ils ont dĂ©jĂ  collaborĂ© pour le bel album des mĂ©lodies de Debussy « Clair de Lune » paru chez Virgin Classics. Pour ce concert d’exception, les deux artistes proposent Debussy mais aussi Duparc, Poulenc, Chabrier, FaurĂ©, Chausson… Un vĂ©ritable dĂ©lice auditif et poĂ©tique, mais aussi sentimental et théâtral. Natalie Dessay chante avec la vĂ©racitĂ© psychologique et l’engagement Ă©motionnel qui lui sont propres. Un registre grave limitĂ© et un mordant moins Ă©vident qu’auparavant n’enlèvent rien Ă  la profondeur du geste vocal. Elle est en effet ravissante sur scène et s’attaque aux mĂ©lodies avec un heureux mĂ©lange d’humour et de caractère. La diva interprète « Le colibri » de Chausson  avec une voix de porcelaine : la douceur tranquille qu’elle dĂ©gage est d’une subtilitĂ© qui caresse l’oreille. Philippe Cassard est complètement investi au piano : il s’accorde merveilleusement au chant avec sensibilitĂ© et rigueur. La « Chanson pour Jeanne » de Chabrier, la plus belle chanson jamais Ă©crite selon Debussy, est en effet d’une immense beautĂ©. Les yeux de la cantatrice brillent en l’interprĂ©tant ; nous sommes Ă©blouis et Ă©mus, au point d’avoir des frissons, par la dĂ©licatesse de ses nuances et par la finesse arachnĂ©enne de ses modulations. « Il vole » extrait des Fiançailles pour Rire de Poulenc est tout sauf strictement humoristique. La complicitĂ© entre les vers de Louise de Vilmorin et la musique du compositeur impressionne autant que celle entre le pianiste et la soprano. Sur scène, ils s’Ă©clatent, font des blagues, quelques fausses notes aussi, se plaignent du bruit des appareils photo… ils mettent surtout leurs talents combinĂ©s au service de l’art de la mĂ©lodie française, pour le grand bonheur du public enchantĂ©.

DĂ©couvrir ainsi la magie indescriptible de l’Abbaye de Fontdouce et dĂ©guster sans modĂ©ration les musiques de son festival d’Ă©tĂ© reste une expĂ©rience mĂ©morable !

 .

Publications. Opéra Magazine n°90. Natalie Dessay (décembre 2013)

opera_magazine_90_decembre2013_Natalie_DessayOpĂ©ra magazine n°90. DĂ©cembre 2013. En couverture : Natalie Dessay. L’opĂ©ra c’est (presque) fini mais la scène : non … La soprano n’a certes plus aucun projet d’opĂ©ra sur son agenda d’ici la fin de cette saison. Mais cela ne signifie nullement qu’elle s’arrĂŞte de chanter. En compagnie de Michel Legrand, Philippe Cassard, Agnès Jaoui ou Laurent Naouri, ” La Desay ” poursuit sa carrière et la rĂ©oriente : elle va enchaĂ®ner rĂ©citals et concerts jusqu’au mois de juin 2014, avec diffĂ©rentes Ă©tapes en France : Théâtre des Bouffes du Nord le 19 mai, Théâtre ImpĂ©rial de Compiègne le 22 mai, Salle Gaveau le 27 mai… De plus, elle ne s’interdit pas, si l’envie lui en prend, de revenir un jour sur une scène lyrique. Bref, les adieux, ce n’est pas pour demain !
Rencontres
Tamar Iveri : Jusqu’au 23 décembre, la soprano géorgienne est l’une des têtes d’affiche de la reprise de La clemenza di Tito au Palais Garnier.
On la retrouvera au Capitole de Toulouse, Ă  partir du 14 mars, en Nedda dans Pagliacci.

Jean-Christophe Keck : Grâce à Opera Rara, l’un des meilleurs
spécialistes d’Offenbach au monde a enfin la possibilité de faire revivre Fantasio, l’un des ouvrages les plus attachants du musicien.

Catherine Kontz : Les 19 et 20 décembre, au Grand Théâtre de
Luxembourg, la compositrice met elle-même en scène son nouvel opéra, Neige, dont elle a également rédigé le livret, d’après le roman éponyme de l’écrivain français Maxence Fermine.

Katarina Bradic : Les 6 et 7 dĂ©cembre, la mezzo serbe Ă©voque la vie de Gustav Mahler dans Mahlermania, par la compagnie Nico and the Navigators, Ă  l’OpĂ©ra de Rouen.

Vannina Santoni : À partir du 22 décembre, la soprano française est l’une des têtes d’affiche de la nouvelle production d’Hänsel und Gretel au Théâtre du Capitole de Toulouse.

En coulisse
Astana
, novelle scène lyrique
2013 restera une année marquante dans l’histoire de l’art lyrique au Kazakhstan. Par la volonté du président de cette immense république d’Asie centrale, un nouvel Opéra est sorti de terre au cœur de la capitale, entre des édifices flambant neuf à l’architecture futuriste, avec lesquels il tranche par le néo-classicisme de ses lignes. Astana possède désormais un
outil capable de rivaliser avec les plus prestigieuses scènes lyriques européennes. Son ambition est de coopérer avec elles pour établir, à ce carrefour entre deux continents, un foyer de création théâtrale et musicale doté d’un rayonnement international.

Cadeaux
NoĂ«l, rĂ©veillon, jour de l’An : autant de dates synonymes de fĂŞtes… et de cadeaux ! OpĂ©ra Magazine a choisi pour vous les plus beaux.

Comptes rendus
Les scènes, concerts, récitals et concours.

Guide pratique
La sélection CD, DVD, livres et l’agenda international des spectacles.
Opéra magazine N°, décembre 2013. Parution : 6 décembre 2013.

 Publications : Opéra magazine
dĂ©cembre 2013 – N°90
Parution : mercredi 4 décembre 2013