CD. Rovetta : Messe vénitienne pour la naissance de Louis XIV (Galilei Consort, Chénier, 2015, 1 cd Alpha)

louis XIV galant armureCD. Rovetta : Messe vĂ©nitienne pour la naissance de Louis XIV (Galilei Consort, ChĂ©nier, 2015, 1 cd Alpha). Passionnante restitution d’une Messe Ă  la Basilique (palladienne) de San Giorgio Maggiore (sur l’autre rive face au Palazzo dei Dogi), cĂ©lĂ©brant un Ă©vĂ©nement dynastique en l’occurrence non pas liĂ© Ă  l’histoire de Venise mais Ă  la Couronne française, car en ce mois de novembre 1638 naissait le Grand Dauphin (« il gran delfino »), Louis DieudonnĂ©, futur Louis XIV, rĂ©alisation inespĂ©rĂ©e (aprĂšs 23 ans de mariage quand mĂȘme) des noces d’Anne d’Autriche et de Louis XIII (qui il est vrai prĂ©fĂ©rait au lit de sa femme, la compagnie des hommes, du luth, dans son chĂąteau de Versailles, alors rĂ©servĂ© Ă  ses proches masculins
).
Roi dĂ©jĂ  fatiguĂ© et malade, bien que « jeune » pĂšre, Louis XIII entend cĂ©lĂ©brer cet Ă©vĂ©nement dans sa vie personnelle et rĂ©solution inespĂ©rĂ©e autant que salutaire pour la monarchie française : la naissance doit faire Ă©cho dans toutes les Cours d’Europe car c’est le moyen de communiquer la grandeur politique de la France comme le prestige de la Couronne de France en sa splendeur et sa continuitĂ© ainsi assurĂ©e.

Le collectif de musiciens, instrumentistes et chanteurs rĂ©uni autour de Benjamin ChĂ©nier, restitue donc cette Messe opus IV de Rovetta de 1639, ils en sculptent surtout l’apparat et le mouvement polychoral propre Ă  la Venise du premier baroque, celui perfectionnĂ© par Monteverdi, maĂźtre de chapelle de San Marco Ă  la mort duquel en 1643, succĂšde son trĂšs estimable adjoint, Giovanni Rovetta (en rĂ©alitĂ© vice montre de chapelle Ă  San Marco depuis 1627) dont le prĂ©sent disque entend communiquer le feu d’une Ă©criture foisonnante et fervente : majestĂ© et recueillement, activitĂ© chorale, couleurs instrumentales, et piĂ©tĂ© solennelle. Ainsi a Ă©tĂ© livrĂ©e et crĂ©Ă©e in coco la « Missa per la nascita del gran delfino », cĂ©rĂ©monie comme il en exista de nombreuses alors Ă  Venise en liaison avec le calendrier politique.
Louis XIV_enfantPour complĂ©ter les parties manquantes, le chef ajoute des piĂšces d’autres compositeurs comme le fameux motets d’essence purement cĂ©lĂ©brative et bien dans le thĂšme Ă©clatant du Roi-Soleil, signĂ© Bassano (conclusion du programme : « Omnes gentes plaudite manibus » ) ; comme des sections d’autres compositeurs, en rĂ©fĂ©rence directe au culte marial, Louis XIII ayant dĂ©diĂ© son rĂšgne Ă  la Vierge, l’annĂ©e prĂ©cĂ©dant la naissance de son fils (cf Le vƓu de Louis XIII)
 A l’origine de la commande de cette cĂ©lĂ©bration fastueuse qui permet alors Ă  la SĂ©rĂ©nissime RĂ©publique d’honorer la France, c’est l’ambassadeur Ă  Venise, Hamelot de la Houssaye qui commande Ă  Rovetta, la matiĂšre d’une messe de cĂ©lĂ©bration, point d’orgue de 4 jours de fĂȘtes. Ainsi se cristallise les liens privilĂ©giĂ©s entre les deux nations les plus raffinĂ©es alors : France et Venise ; Ă©changes fructueux oĂč progressivement les VĂ©nitiens Ă©duquent le goĂ»t du Roi (Louis XIV) – et concrĂštement dans l’acquisition progressive d’un style français : c’est encore un VĂ©nitien Cavalli qui sera invitĂ© Ă  Paris pour cĂ©lĂ©brer l’autre Ă©vĂ©nement dynastique liĂ© Ă  la vie du Roi-Soleil, son mariage
 en 1660 (composition d’un nouvel opĂ©ra : Ercole Amante, reprĂ©sentĂ© devant la Cour, dans le cadre des festivitĂ©s organisĂ©s par Mazarin). avant Ercole Amante, Cavalli avait reprĂ©sentĂ© Ă  Paris, son ancien ouvrage Xerse, novembre 1660- acclimatĂ© au goĂ»t français (rĂŽle titre pour baryton, en conformitĂ© avec l’image royale)
 C’est dire l’influence de Venise et de l’opĂ©ra vĂ©nitien dans la conception de la tragĂ©die en musique française, inventĂ©e par Lully en 1673.

La richesse des effets spatialisĂ©s, le jeu savant et naturel des voix mĂȘlĂ©es aux instruments font s’élever le recueillement jusqu’à l’extase, en une suavitĂ© collective qui passe aussi par une trĂšs convaincante articulation du texte. Retenez donc le nom de ce nouvel ensemble « spĂ©cialisé » dans l’interprĂ©tation du baroque italien : Galilei Consort
 A suivre.

CD, compte rendu critique. Giovanni Rosetta (1596-1668) : Messe pour la naissance de Louis XIV. Gabrielli, Rosetta, Rigatti, Monteverdi, Bassano
 Galilei Consort. Benjamin ChĂ©nier, direction (1 cd Alpha 965, collection “ChĂąteau de Versailles”) — enregistrement rĂ©alisĂ© en dĂ©cembre 2015 Ă  Versailles.

Détail du programme de la Messe inédite de Rosetta, Venise, 1638 :
Galilei Consort, direction : Benjamin Chénier

Intrada

Giovanni Rovetta (1596-1668)
Kyrie (Venise, 1639)
Gloria (Venise, 1639)

Giovanni Antonio Rigatti (1613-1648)
Canzona Ad Graduale (Venise, 1640)

Giovanni Rovetta
Pulcra (Venise, 1625)
Credo (Venise, 1639)
Salve Regina (Venise, 1626)

Giovanni Antonio Rigatti
Sanctus (Venise, 1640)

Anonyme
Sonata per l’Evatio

Giovanni Antonio Rigatti
Agnus dei (Venise, 1640)

Claudio Monteverdi (1567-1643)
Christe adoramus te (instrumental, Venise,1620)
Adoramus te Christe (Venise, 1620)

Giovanni Rovetta
In Caelis Hodie (Venise)
Bassano, Venezia 1599
Omnes gentes plaudite manibus