Compte-rendu, concert. Poitiers, Auditorium, le 4 février 2016. Chausson, Debussy… Orchestre des Champs Elysées. Louis Langrée

SOMPTUEUX CONCERT SYMPHONIQUE A POITIERS. Pour son premier concert de l’année 2016, l’Orchestre des Champs Elysées a invité le chef Louis Langrée à diriger un programme composé uniquement d’oeuvres françaises de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Pour cette soirée exceptionnelle, l’Orchestre des Champs Elysées a également invité la mezzo soprano saintaise Gaëlle Arquez.

En ouverture, Louis Langrée lance l’Hymne à la justice d’Albéric Magnard (1865-1914). Rapidement Magnard fut l’un des soutiens du capitaine Alfred Dreyfus ; choqué par l’évident déni de justice que constituait l’affaire Dreyfus, Magnard, après Emile Zola et son célèbre “J’accuse” (publié en 1898), compose une œuvre cinglante, forte, intense. A sa façon, il fait transparaitre nettement le dégoût que lui inspire la situation du capitaine Dreyfus. Dès les premières mesures, Louis Langrée dirige l’Orchestre des Champs Elysées avec une énergie et une maîtrise manifeste ; la battue du chef est claire, nette, précise, implacable ; avec les musiciens, il entraîne le public au cœur même de l’affaire Dreyfus : l’effrayant déni de justice qu’elle constitue. La violence de la première partie de l’oeuvre de Magnard décrit bien la détresse du malheureux capitaine et de ses soutiens. Si la suite de l’hymne est plus apaisée, elle n’en montre pas moins à quel point la notion même de justice a été malmenée, voire bafouée, niée sous un torrent de boue et de mensonges jamais reconnus par ailleurs. Langrée s’approprie le chef d’oeuvre de Magnard avec une virtuosité peu commune; en grand défenseur de la musique française, il impulse une vie et un dynamisme saisissants à cet hymne dense, plein de colère, de tristesse et, en même temps, d’espoir

langree1Après une brève pause, Louis Langrée revient avec la mezzo soprano Gaëlle Arquez pour la seconde œuvre du programme : Poème de l’amour et de la mer op.19 d’Ernest Chausson (1855-1899). Tout comme dans l’Hymne à la justice, Louis Langrée dirige d’une main ferme et souple une œuvre qui préfigure ce que sera La mer quelques années plus tard. Gaëlle Arquez, la régionale de l’étape, – elle est en effet née à Saintes-, est dotée d’une jolie voix de mezzo. Si la jeune femme connaît bien l’oeuvre, la diction est parfois aléatoire ; regrettable défaillance d’autant que les poèmes de Maurice Bouchor (1855-1929) sont superbes. Néanmoins la jeune femme s’implique totalement dans une œuvre qui, sous une apparente facilité, est complexe, pleine de pièges et très difficile à interpréter. Remarquablement dirigée par un chef qui connaît parfaitement ce répertoire, Gaëlle Arquez fait entendre une couleur vocale somptueuse et expressive même si la voix est parfois couverte par les musiciens; cependant l’orchestre accompagne la mezzo avec sensibilité et efficacité.

Après l’entracte, Louis Langrée et l’Orchestre des Champs Elysées attaquent la seconde partie du programme consacrée à Claude Debussy (1862-1918). Avec La mer, nous retrouvons un peu de l’esprit du Poème de l’amour et de la mer de Chausson créé une dizaine d’années auparavant. Le chef, debussyste avéré, dirige La mer conciliant fermeté et souplesse ; il cisèle la partition sans jamais l’alourdir. L’Orchestre des Champs Elysées aborde le cycle purement orchestral avec une maîtrise quasi parfaite ; et la direction précise et dynamique de Louis Langrée galvanise les musiciens. Après des applaudissements très nourris saluant une performance remarquable, le chef annonce le bis; et c’est une autre pièce de Debussy : Prélude à l’après midi d’un faune. Après la violence des vents marins de La mer, sa houle océane impétueuse, scintillante,  chef et musiciens, soudés et complices, réalisent une lecture alerte et enjouée du Prélude ; les interventions solos sont excellentes et l’orchestre joue avec un plaisir évident sous la direction d’un chef survolté par une ambiance très chaleureuse.

C’est un concert de très haute volée que l’Orchestre des Champs Elysées a proposé à un public venu nombreux. D’autant que le programme, exclusivement français, était dirigé par Louis Langrée, grand défenseur de ce répertoire. La présence de Gaëlle Arquez pour interpréter Le poème de l’amour et de la mer a apporté une touche lumineuse à la soirée. Plénitude et cohérence du son de ce concert symphonique et lyrique ont convaincu, apportant à Saintes, un nouveau jalon mémorable de sa saison symphonique. On regrette qu’un disque n’en perpétue pas le souvenir ni la totale réussite.

Compte-rendu, concert. Poitiers. Auditorium, le 4 février 2016. Albéric Magnard (1865-1914) : Hymne à la justice op.14, Ernest Chausson (1855-1899) : Poème de l’amour et de la mer op.19, Claude Debussy (1862-1918) : La mer, trois esquisses symphoniques pour orchestre, Prélude à l’après midi d’un faune (bis). Gaëlle Arquez, mezzo soprano, Orchestre des Champs Elysées. Louis Langrée, direction.