Coffret cd, compte rendu critique. Intégrale Maurice Ravel par Lionel Bringuier (4 cd Deutsche Grammophon)

RAVEL lionel bringuier complete integrale Ravel Yuja wang ray chen review compte rendu critique cd classiquenews 4 cd deutsche grammophon 4795524Coffret cd, compte rendu critique. IntĂ©grale Ravel par Lionel Bringuier (4 cd Deutsche Grammophon). Première saison symphonique de Lionel Brunguier Ă  ZĂĽrich... VoilĂ  une première somme orchestrale dont tout jeune chef pourrait ĂŞtre particulièrement fier, enregistrĂ© par un label prestigieux dont chaque volet enregistrĂ© sĂ©parĂ©ment, compose aujourd’hui cette intĂ©grale captivante. NĂ© niçois en septembre 1986, le maestro français Lionel Bringuier va souffler prochainement ses 30 ans. Et pourtant force est de constater une sensibilitĂ© vive et analytique, douĂ©e de respirations magiciennes dans le sillon tracĂ© par ses prĂ©dĂ©cesseurs, les premiers enchanteurs dĂ©jĂ  collaborateurs de Decca / Philips, Ă  leur Ă©poque, dĂ©fenseurs passionnĂ©s / passionnants d’un rĂ©pertoire romantique et moderne français qui s’affirmait sans qu’il soit besoin d’Ă©taler aujourd’hui presque exclusivement l’argument des instruments d’Ă©poque. La seule sensibilitĂ© instrumentale de chaque tempĂ©rament fĂ©dĂ©rateur, sa science personnelle des nuances et des dynamiques… – les Ansermet, Martinon, Cluytens et hier, Armin Jordan, suffisait alors Ă  dĂ©montrer une maĂ®trise vivante de l’Ă©loquence orchestrale symphonique Ă  la française. Le jeune Bringuier serait-il animĂ© par le mĂŞme souci d’Ă©loquence et de style ?

 

 

A Zurich, directeur musical de la Tonhalle, un chef français rĂ©alise une première intĂ©grale ravĂ©lienne captivante…

Prodiges ravéliens de Lionel Bringuier

 

bringuier tonhalle Bringuier_Lionel__c__Priska_Ke_016d0fd013L’Ă©lève de Zsolt Nagy au Conservatoire de Paris, laurĂ©at du 25ème Concours de Besançon 2005 (grâce Ă  la Valse du mĂŞme Ravel), affirme ici dans les champs ravĂ©liens, une tension ciselĂ©e souvent irrĂ©sistible, mĂŞme si la prise de son trop flatteuse souvent, exacerbe la plĂ©nitude sonore plutĂ´t que sa transparente clartĂ©. Un manque de dĂ©tail et de ciselure arachnĂ©nenne qui ne doit pas ĂŞtre attribuĂ© Ă  la direction fine, articulĂ©e, subtilement dramatique du jeune maestro. Ce sont moins les Concertos pour piano (avec le concours de l’excellente mais un rien trop technicienne pianiste chinoise Yuja Wang en avril 2015) que les pages purement orchestrales, nĂ©cessitant lyrisme, dĂ©tail, feu dramatique qui confirment le tempĂ©rament du directeur musical, assistant de Salonen Ă  Los Angeles (2007), puis chef associĂ© nommĂ© par Gustavo Dudamel.

CLIC_macaron_2014Les 4 cd édités par Deutsche Grammophon regroupent les premières réalisations officielles de Lionel Bringuier comme nouveau directeur musical de la Tonhalle de Zurich, depuis septembre 2014, successeur de David Zinman. Tous, live de septembre 2014 à novembre 2015 montrent la complicité évidente entre chef et instrumentistes. Analysons les apports des cd les plus intéressants.

CD1 : ShĂ©hĂ©razade scintille de lueurs inĂ©dites, roussĂ©liennes, entre tragĂ©die, mystère et texture allusive ; Tzigane souffre d’un trop plein d’ardeur (Ray Chen peu subtil) ; Le tombeau de Couperin en revanche offre un beau festin de couleurs instrumentales.
CD2 : Si le Oncerto pour piano en sol majeur est trop percutant pet pas assez allusif (pianisme incisif de la soliste chinoise, certes prĂ©cise mais peu subtile), les Valses nobles et sentimentales Ă©talent une souple et flamboyante texture ; et Ma Mère l’Oye convoque toute la magie et la nostalgie du Ravel conteur, prophète d’un raffinement et d’une Ă©lĂ©gance exceptionnelle. Lionel Bringuier, ravĂ©lien engagĂ© et soucieux, tisse une Ă©toffe orchestrale des plus soignĂ©es, Ă  la fois, dĂ©taillĂ©e et d’une grande ductilitĂ© expressive.

bringuier lionel chef maestroLe CD 3 montre la direction sous un jour un peu trop dĂ©taillĂ© et prĂ©cautionneuse (dĂ©roulĂ© et continuitĂ© des 4 Ă©pisodes de la Rhapsodie espagnole) ; cependant que Alborada del Gracioco enchante littĂ©ralement ; mais c’est Ă©videmment La Valse – morceau de bravoure qui valut Ă  l’intĂ©ressĂ© son fameux Prix de Besançon et le dĂ©clic pour sa carrière internationale qui s’impose Ă  nous : confirmation d’un beau tempĂ©rament, habile dans le fini instrumental et d’une Ă©coute attentive Ă  la progression enivrante du poème chorĂ©graphique dont il souligne les Ă©clairs mordants, cyniques, l’ivresse Ă©chevelĂ©e, Ă  la fois dĂ©construite et organiquement structurĂ©e. Le travail sur les bois est en particulier flamboyant et magnifiquement ciselĂ© ; on comprend que d’une telle vision / comprĂ©hension, l’Ă©coute en sorte comme saisie par tant de contrastes maĂ®trisĂ©s, jouant sur la volubilitĂ© des instruments et l’Ă©lan collectif comme vĂ©nĂ©neux, emportant vers la transe finale. Un sacre du printemps ravĂ©lien, aux forces chtoniennes soumises au moulinet le plus raffinĂ©. Pour autant la mĂ©canique est idĂ©alement huilĂ©e, dĂ©taille tout… pourtant l’on se dit que si le technicien si douĂ© y mettait la vraie urgence, un feu irrĂ©pressible, la direction en serait non seulement magistrale mais rĂ©ellement captivante… Finalement le maestro qui ne peut que progresser nous promet de futurs accomplissements (Ă  l’opĂ©ra entre autres ? et par Richard Strauss dont les poèmes symphoniques pourraient ĂŞtre bonne amorce..?). De toute Ă©vidence Ă  suivre.

CD 4 : c’est le morceau de bravoure et le lieu des rĂ©vĂ©lations comme des accomplissements s’il y a lieu. Le ballet ici dans son intĂ©gralitĂ©, Daphnis et ChloĂ©, doit d’abord, enchanter, plus instinctif et d’une vibration allusive plutĂ´t que dĂ©crire ou exprimer. L’Ă©noncĂ© est certainement moins murmurĂ© et mystĂ©rieux que Philippe Jordan dans son excellente version parue en 2015, MAIS l’acuitĂ© des arĂŞtes orchestrales, l’intelligence globale, l’hĂ©donisme scintillant, bien prĂ©sent, se rĂ©vèlent malgrĂ© une Ă©toffe sĂ©ductrice souvent entière encore pas assez polie, ni filigranĂ©e, d’une plĂ©nitude amoureuse, manquant parfois et de tension et de lâcher prise. Le jeune chef aurait-il dĂ» encore attendre avant d’enregistrer ce sommet de symphonisme français ? … assurĂ©ment, mais il y reviendra. Car si l’Ă©noncĂ© est parfois trop explicite, et les contours comme les passages pas assez modulĂ©s ni nuancĂ©s (Danse gracieuse de Daphnis… trop claire, trop manifeste, et mĂŞme trop appuyĂ©e ; mĂŞme traits trop Ă©pais et marquĂ©s pour l’enchantement nocturne de Pan qui clĂ´t le premier tableau…), la baguette sait danser, et mĂŞme s’enfoncer dans le mystère, dans l’ivresse infinie, confinant Ă  l’immatĂ©rialitĂ© atmosphĂ©rique. Evidemment emportĂ© par le sens narratif plus facile, le chef rĂ©ussit davantage Danse gĂ©nĂ©rale, Danse grotesque de Dorcon, … tout ce qui rĂ©clame le manifeste et l’expressif (Danse guerrière, Danse suppliante du II…).

 

 

Lionel Bringuier : jeune maestro Ă  suivre

 

 

L’enchantement de l’aube ouvrant le III, manque lui aussi de scintillement mĂŞme si l’on reconnaĂ®t une très belle parure analytique. Le travail est nĂ©anmoins splendide, techniquement et esthĂ©tiquement convaincant, Ă  dĂ©faut d’y contenir ce supplĂ©ment d’âme et de mystère qui font tant dĂ©faut. Si l’on exprime nos rĂ©serves c’est que passionnĂ©s par Ravel comme le chef, nous espĂ©rons que dans un second temps, (prochain?), le maestro nous comble cette fois, au-delĂ  de l’Ă©loquence flamboyante trouvĂ©e ici malgrĂ© son jeune âge. En dĂ©pit de nos rĂ©serves, le contenu de cette première saison zĂĽrichoise de Lionel Bringuier, audacieux defenseur de la musique française s’impose Ă  nous avec force et Ă©clat. MĂŞme s’il y manque la profondeur et la subtilitĂ© espĂ©rĂ©es, le rĂ©sultat est convaincant, prometteur. C’est donc un CLIC d’encouragement et l’espĂ©rance que les prochaines rĂ©alisations iront plus loin encore dans le sens d’une absolue finesse suggestive.

 

 

 

RAVEL lionel bringuier complete integrale Ravel Yuja wang ray chen review compte rendu critique cd classiquenews 4 cd deutsche grammophon 4795524CD, coffret Maurice Ravel : intégrale des œuvres orchestales / complete orchestral Works. Lionel Bringuier. Tonhalle-Orchester Zürich (avec Yuja Wang, piano ; Ray Chen, violon) / 4 cd Deutsche Grammophon, live 2014-2015). CLIC de CLASSIQUENEWS.

Compte rendu, concert. Toulouse. Halle aux Grains, le 2 mars 2015. Serge Rachmaninov (1873-1943) : Concerto pour piano n°3 en ré mineur op.30 ; Igor Stravinski (1882-1971) : L’ Oiseau de feu (suite de 1919) ; Maurice Ravel (1875-1937) : La Valse, poème chorégraphique pour orchestre ; Yuja Wang, piano ; Tonhalle-Orchester Zürich. Lionel Bringuier, direction

Jeune chef français, le brillant Lionel Bringuier dirige le Tonhalle de Zurich depuis cette saison. Il se présente en tournée avec son orchestre et Toulouse était fière de l’accueillir. N’avait t il pas dirigé en 2007 l’Orchestre du Capitole avec grand succès ? Un Public nombreux était venu l’entendre à la Halle aux Grains à l’invitation des Grands Interprètes.  Aussi jeune (28 ans chacun) et talentueuse que le chef, la pianiste chinoise Yuja Wang n’a pas démérité. Il sera toutefois permis de dire combien ces artistes doués ont encore une marge de progression devant eux.

Deux  beaux talents en maturation 

Bringuier Lionel01_c_JonathanGrimbertBarreLe Concerto n°3 de Rachmaninov n’est pas le plus harmonieux. Composé pour mettre en valeur le compositeur lui même dans sa tournée aux USA, il ne comporte pas moins de trois cadences fulgurantes. Le début du concerto qui expose pianissimo le magnifique thème qui inonde ensuite toute la partition, a été magnifiquement joué par un chef attentif aux nuances et aux couleurs, un orchestre de rêve et une pianiste sensible. C’est d’ailleurs dans les moments chambristes que l’entente entre chef, soliste et orchestre a été la plus aboutie. La mise en place limpide, la précision de la battue et l’attention portée à la soliste font de Lionel Bringuier une baguette intéressante par sa belle musicalité. La marge pourra être portée plus haut en ce qui concerne le brillant et une sorte de folie contenue dans ce Concerto. La sagesse du chef et l’application de la pianiste brident les effets dans les moments symphoniques plus larges et les cadences écrites par et pour les mains gigantesques de Rachmaninov (presque deux octaves pour sa main gauche). La délicate pianiste s’en est bien sortie mais n’a pas eu le panache que certains « monstres » du piano peuvent y mettre. Le coté hollywoodien de la partition est resté bien poli chez notre jeune chef. Un compositeur plus « classique »  leur aurait probablement mieux convenu.

Les deux bis offerts par la pianiste, une  paraphrase de Carmen et une transcription des Ombres heureuse d’Orphée de Gluck, ont démontré sa parfaite maitrise technique mais aussi une capacité plus limitée à chanter.

La Suite de l’Oiseau de feu de Stravinski  (1919 )a permis à Lionel Bringuier de déployer les nuances et les couleurs somptueuses dont son orchestre Suisse est capable. La direction nette, le discours franc ont bien convenu à cette  partition. L’orchestre a fait montre d’une belle personnalité avec des sonorités toujours très musicalement justes, loin du son standard de certains grands orchestres.

En final, la Valse de Ravel ne nous a pas enthousiasmé : sage et propre, elle n’a pas eu la souplesse voir le rubato limite canaille que les grands chefs savent y mettre. Encore trop prudent et poli, Lionel Bringuier gagnera en personnalité dans les années à venir. C’est un jeune chef  qui tient ses promesses et peut encore progresser dans une collaboration avec un très bel orchestre qui lui semble acquis.