Dossier 500 ans de la mort de JOSQUIN DESPREZ (1521 – 2021)

josquin desprez par leonardo dossier 500 ans josquin deprez classiquenews500 ANS de la mort de JOSQUIN DESPREZ (1521 – 2021). JOSQUIN, premier auteur vĂ©nĂ©rĂ©, cĂ©lĂ©brĂ© de son vivant tel une cĂ©lĂ©britĂ©, reconnu pour le gĂ©nie de ses mĂ©lodies profanes (vernaculaires) comme de ses pièces sacrĂ©es ? Homme du dĂ©but du XVIè, au temps de la première Renaissance, le Français fait figure de première « pop star », estimĂ© alors Ă  l’échelle europĂ©enne, tant pour ses chansons que ses motets : un phĂ©nix incontournable Ă  l’inspiration profane comme sacrĂ©e, publiĂ© donc diffusĂ© partout en Europe, recherchĂ© par les Grands et les princes… Quel patrimoine musical et artistique nous laisse-t-il en hĂ©ritage ? Qui fut Josquin ? Dossier spĂ©cial 500 ans après sa disparition.

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

PORTRAITURÉ PAR LEONARDO ?
Josquin des Prés ou Desprez a laissé une réputation scandaleuse : n’écrivant que lorsqu’il le souhaitait et non à la demande selon certains contemporains (pas toujours très objectifs cependant) ; il pourrait bien être le modèle de ce célèbre portait de Leonardo (photo ci dessus) : alors compositeur à la Cour ducale de Milan, auteur majeur de l’école franco-flamande (comme Franchini Gaffurio qui fut aussi proposé comme modèle du même panneau) ; avant les Banchieri, Gesualdo, c’est le Nord de l’Europe qui donnait le la au continent européen, s’imposant dans toutes les cours dignes de ce nom… écriture contrapuntique, séduction mélodique… la force de Josquin est d’inventer des airs immédiatement séduisants comme il sait aussi tisser des architectures sonores, flamboyantes, ambitieuses, échos à l’ère des cathédrales, au mysticisme foudroyant.

 

 

MORT le 27 août 1521… Où est-il né et quand ? Aucune dates précises quand à sa naissance et son lieu de naissance est tout autant mystérieux ; originaire probablement du Hainaut, entre France et Belgique, Josquin voit le jour au milieu du XVè.
Le musicien sait séduire et se déplacer : témoignages et citations attestent de son séjour à Aix-en-Provence (chapelle du roi René), à Milan (le portrait de Leonardo fixe les traits d’un compositeur au service des Sforza), à Rome (sous Innocent VIII et Alexandre VI, comme en témoigne une inscription dans le saint des saints, la Chapelle Sixtine), à Ferrare (Hercule Ier) et aussi en France à Blois, Paris et Saint-Quentin : il sert à la Cour de Louis XI et Louis XII. Autant d’étapes dans une chronologie qui reste globalement lacunaire.
De toute évidence, Josquin sait sa valeur et entend être payé en retour. Pour rappeler à ses patrons ce qu’ils lui doivent, Desprez, serviteur insoumis, sait réclamer et recouvrer ses créances : le duc Sforza comme Louis XII l’ont expérimenté. Au premier, il compose sa messe / Missa « La sol fa remi / Laisse moi faire » (raillant la désinvolture du mauvais payeur) ; au second, le motet Memor esto verbi tui servo tuo / « Souviens-toi de ta parole à ton serviteur » est plus direct encore et cible le souverain devant toute la cour. Un point avéré néanmoins, sa fin documentée : il expire à Condé-sur-l’Escaut, près de Valenciennes, le 27 août 1521, il y a 500 ans.

 

 

vidéo
De profundis clamavi Ă  5 voix
https://www.youtube.com/watch?v=voiBzAzQrGE
Pomerium / Alan Black

 

 

 

 

PRÉCURSEUR DE MONTEVERDI… mais plus qu’aucun autre auteur au XVIè, Josquin est le premier à rechercher et ciseler la caractérisation émotionnelle. Les sentiments et déjà les passions humaines sont présentes et traitées avec une acuité inédite, aux côtés des architectures abstraites et spirituelles. Le faste, la grandeur, l’esprit de prestige et de solennité se colorent aussi d’une sensibilité nouvelle, qui fait de Josquin le premier peintre du sentiment au cœur de la Renaissance. Avec lui, la mathématique musicale devient aussi expressive qu’ample et complexe. Pour se faire, Josquin réconcilie musique savante et musique populaire, assimilant l’abstraction des canons et du contrepoint de Guillaume de Machaut (mort au siècle précédent en 1377) en les combinant avec sa connaissance des airs populaires (monodies des ménestrels et des artistes de la rue).
Dès lors, artisan de cet humanisme réformateur, Josquin place l’homme au centre de l’univers, quand ses prédécesseurs célébrait la puissance unique, omnipotente et centrale de Dieu.
En Italie, Josquin prépare le terreau de la monodie profane et passionnelle que le baroque Monteverdi porte à un degré de perfection expressive dans le genre du madrigal puis de l’opéra. Peu à peu la musique s’humanise et s’incarne par des voix et des parties instrumentales de plus en plus caractérisées.

 

 

MODERNE, JOSQUIN abolit les frontières entre sacré et profane : sa chanson de BAUDICHON, relatant les exploits d’un bon gaillard endurant est aussi le terreau mélodique de l’une de ses premières messes (Monteverdi fera de même, recyclant le profane dans le sacré et vice versa) : la Missa L’Ami Baudichon est encore classée dans les archives de la Sixtine, depuis Jules II.

 

 

CARACTÉRISATION, INTELLIGIBILITÉ… Avec le souci du sentiment, Josquin soigne particulièrement la sculpture du verbe : ses textes sont choisis et traités avec soin. La Missa Pangue Lingua est un modèle du genre : chaque mot et la façon de le prononcer semblent produire la mélodie. Cette intelligence textuel et mélodique préfigure là encore Monteverdi. L’émergence des langues vernaculaires et l’essor du Français désormais d’usage dans tout acte officiel (1539) souligne le goût linguistique de Josquin, décidément en phase avec son époque. La musique devient langage, expression de l’âme humaine, après avoir été cette architecture abstraite à la gloire de Dieu.

 

 

L’HOMME DES REGRETZ… Nouveau chantre des passions de l’âme, Josquin peint désormais la langueur et l’impuissance, la vanité et la mélancolie. Le mode de mi, introspectif, parfois grave marque une écriture de la peine et de la tristesse, et jalonne régulièrement une œuvre riche en témoignage ému. « Mille regretz » est la chanson favorite de l’Empereur qui renonça au pouvoir, conscient de toute vanité terrestre : Charles Quint ; « Plus nulz regretz » est composée pour la tante et tutrice de ce dernier, Marguerite d’Autriche…

 

 

PREMIERES PARTITIONS IMPRIMÉES… Josquin est le témoin des premières éditions de Gutenberg : son Premier Livre de messes est publié à l’aube du siècle, à Venise en 1502 chez Petrucci ; premier jalon d’une œuvre désormais fixée par l’impression et diffusée partout en Europe. C’est le gage d’une célébrité immédiate, cultivée avec intuition, de son vivant. Ainsi l’écrit et le publié permettent de mesurer dans le détail, la « révolution Josquin » ; ils indiquent précisément à quelle note correspond quelle syllabe : le chanteur ne peut plus improviser désormais, choisissant aléatoirement où placer le texte sur les notes : Josquin stabilise et fixe les règles. autour de 350 partitions lui sont aujourd’hui attribuées ; un examen critique devrait bientôt être réalisé pour distinguer les attributions problématiques et les manuscrits autographes.

 

 

 

 

 

_____________________________________________________________________________________

 

vidéo
Allegez moy doulce plaisant brunette
Ensemble Clément Jannequin / Dominique Visse / 2021
(extrait du 7ème Livre de chansons)
https://youtu.be/_Y6ir2JwUaI

La chanson évoque la dernière évolution de l’écriture de Josquin : simplifiée, essentielle, immédiatement mémorisable… Plus qu’aucun autre compositeur avant lui, Josquin Desprez a démocratisé la musique ; passant du contrepoint complexe et abstrait, à l’expression sensible, franche et directe de l’âme humaine…

 

 

vidéo
« Ma bouche rit et mon cueur pleure »
Ensemble Clément Jannequin / Dominique Visse / 2021
https://www.youtube.com/watch?v=lOgOw7TElW8

_________________________

 

 

 

 

 

 

Paris, Louvre. DOULCE MÉMOIRE dévoile les musiques secrètes de LEONARD DE VINCI

leonardo-da-vinci-musique-secrete-livre-cd-alpha-critique-annonce-cd-par-clasiquenews-compte-rendu-critique-cd-livre-classiquenews-musique-classiqueLOUVRE. LEONARDO, DOULCE MÉMOIRE : ce soir 15 nov 2019, 20h. Doulce Mémoire et son fondateur Denis Raisin Dadre présentent leur nouveau programme, fruit d’une réflexion spécifique sur le génie du plus grand artiste de la Renaissance, Leonardo da Vinci (mort en France en 1619). A l’occasion de l’exposition événement du Louvre, le chef et flûtiste, accompagné par sa fidèle troupe, chanteurs et instrumentistes de DOULCE MEMOIRE (qui soufflent en 2019 leur 30 ans) rétablissent la connivence et les correspondances magicienne entre peinture et musique qui sont au cœur de la pratique picturale de Leoanrdo. Denis Raisin Dadre a choisi 10 œuvres emblématiques de Leonardo conservées au Louvre ; il en déduit plusieurs partitions des XVè et XVIè dont les harmonies et la mélodie permettent d’entrer en résonance avec les chef d’œuvres de Leonardo.

Vibrations fraternelles, couleurs de l’une à l’autre établissent des correspondances entre musique et peinture. Denis Raisin Dadre a rappelé à juste titre que la musique était au cœur du processus pictural de Leonardo ; lui-même musicien virtuose au luth et à la lira da braccio, grand concepteur de festivités, ne peignant qu’accompagné de musiciens et de chanteurs. Le fameux mystère du sourire de la Joconde qui suppose une détente absolue et une riche vie intérieure ne pourrait s’expliquer que de cette façon… modèle et peintre bercés par la musique éprouvent une sérénité propice à l’échange et au sublime. Pourquoi pas ?

vinci-leonardo-exposition-musique-lira-da-braccio-concert-leonardo-da-vinci-portrait-classiquenewsDenis Raisin Dadre explique comment vibrations et couleurs partagent une communauté d’événements ; un phénomène qui en rétablissant donc la musique au cœur de la musique de Leonardo, expliquerait le miracle du sourire de la Joconde … : « Les ondes se propagent. Certaines s’établissent. D’autres interfèrent. Lumineuses, elles s’attachent à la vue. Mécaniques, elles pénètrent l’ouïe. Les vibrations qui en sont à l’origine ou qui en résultent lient nos sens. Peinture et musique se partagent bien ces derniers. Les couleurs, propres à chacun de ces arts, peuvent en jouer. D’aucuns parleraient de différentes longueurs d’onde. La verticalité des notes et des lignes, le rythme des blanches et des noires, des clairs et des obscurs, le jeu en somme des fréquences audibles et visibles est complexe. Les cordes vocales, celles d’un instrument, vibrent et résonnent. Elles convoquent une foule qui remplit l’espace d’harmoniques reconnaissables et, pourtant, insaisissables. 

 

 

Doulce MĂ©moire fĂŞte ses 30 ans et les 500 ans de Leonardo da Vinci
La peinture naĂ®t de la musique…
Au cœur du secret de Leonardo

 

 

 

VINCI leonardo doulce memoire concert ob_661b0d_leonard-de-vinci-dessin-femmeQue ce soit dans la profondeur de la toile ou à sa surface, le pinceau n’établit pas autrement la couleur dans l’espace. Les harmoniques qu’il convoque sont bien spatiales, certes rarement discernables mais toujours mesurables. Léonard de Vinci y aurait développé le mystère du sourire de la Joconde et inscrit la force vive de sa peinture. La musique qui l’entourait, dans l’atelier, dans la cité, cette musique désormais secrète, pourrait être à l’origine de sa recherche picturale. Léonard de Vinci aurait pu chercher une transposition des ondes d’un domaine, audible, à l’autre, visible, une retranscription de la dynamique volatile mais vitale de l’interprétation de la musique à la statique pérenne de la peinture achevée sur la toile. »

Dans son nouveau programme présenté en novembre, Le fondateur de Doulce mémoire démontre ainsi que la peinture naît de la musique. Ainsi le sourire de Monna Lisa est musical. Comme une vaste toile blanche, la scène met en mouvement comme une constellation d’éléments complémentaires, le miracle des ondes, vibrations et couleurs.

 

JOCONDE-mona-lisa-classiquenews-exposition-500-ans-2019-LOUVRE-leonardo-da-vinci-leonard-de-vinci-gallimard-decouvertes-critique-annonce-classiquenews-concerts-louvre-exposition-500-ans-de-Leonardo« Il ne s’agit pas de dévoiler l’œuvre, qu’elle soit musicale ou picturale, mais bien plutôt de présenter entier aux spectateurs le mystère, la complexité et la recherche que portent les travaux de Léonard de Vinci. À travers la musique jouée et la peinture projetée, il s’agit de favoriser autant que faire se peut la sérendipité afin que les spectateurs puissent explorer et revisiter par eux-mêmes la peinture de Léonard de Vinci et la musique secrète qui lui est associée », ajoute Denis Raisin Dadre.

A chaque peinture ou dessin conçu par Leonardo, son double musical, selon le choix de Denis Raisin Dadre. En interprète subtil et enchanteur, Denis Raisin Dadre et Doulce Mémoire savent préserver l’essence même de l’art leonardesque : l’apologie de l’ombre, l’éloquence du mystère. Entre peinture et musique, ce nouveau programme est l’événement musical de l’année Leonard da Vinci 2019.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Paris, Auditorium du LOUVREboutonreservation
Vend 15 novembre 2019, 20h
Musiques secrètes de Leonardo da Vinci
nouveau programme, spécial 500 ans de Leonardo da Vinci

DOULCE MÉMOIRE / Denis Raisin Dadre, direction artistique & musicale :

Ikse Maître, création visuelle
Sami Korhonen, création costumes
Guillaume Junot, création lumières

Avec
Clara Coutouly, soprano
Matthieu Le Levreur, baryton
Pascale Boquet, luth
Nicolas Sansarlat, lira da braccio
Bérengère Sardin, harpe renaissance
Denis Raisin Dadre, flûtes

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Programme
autour des 10 Ĺ“uvres originales de Leonardo
conservées au Musée du Louvre
fleurons de l’exposition LEONARDO DA VINCI

 

 

DOULCE MÉMOIRE : Musiques secrètes de LEONARDO

Saine-Anne et la Vierge avec l’Enfant (DR)

 

 

 

L’ANNONCIATION
Ave Maria gratia plena : Frater Petrus
Ave Maria gratia plena : Marchetto Cara
Vergine Immaculata, instrumental : Anonyme
Ave Maria gratia plena : Marchetto Cara

LE BAPTEME DU CHRIST
La Danse de Clèves : Anonyme
Basse danse, Mit Ganzem : Conrad Paumann

 

 

LA VIERGE AUX ROCHERS
Ballo Bel fiore : Domenico da Piacenza
Recercare : Francesco Spinacino
Poi che t’hebbi nel core, laude : Anonyme
Fortuna desperata, instrumental : Anonyme
Poi che t’hebbi nel core : Johannes de Pinarol
Fortuna despera ta / Sancte petre : Henrich Isaac

 

 

PORTAIT DE MUSICIEN
Mille regretz : Josquin Desprez
Les miens aussi, responce Ă  Mille regretz : Tilman Susato

 

 

PORTRAIT D’ISABELLE D’ESTE
Non val l’acqua : Bartolomeo Tromboncino
L’acque vale al mio gran foco : Michael Pesenti
Gli pur giunto el giorno : Marchetto Cara

 

 

LA VIERGE A L’ENFANT AVEC SAINTE ANNE
Ave Mater Matris Dei : Jean l’Héritier

 

 

PORTRAIT DE GINEVRA BENCI
De tous bien playne : Hayne Van Ghizeghem

 

 

SAINT JEAN BAPTISTE
Spagna, instrumental : Francesco da Milano

 

 

LA JOCONDE
Rime, sonetto XVIII – Pétrarque : Anonyme
Récité sur Per Sonetti
Lucrecia pulchra (Mona Lisa pulchra) : Anonyme

 

 

LA BELLE FERRONNIERE
Basse danse, Venus (luth) : Gugliemo Ebreo
Patien za ognum mi dice : Anonyme
Basse danse, Venus (vièle) : Gugliemo Ebreo
O mischini : Anonyme
Ballo, Petit rien : Anonyme
Donne, venete al ball : Francesco Patavino
Noi siamo galeotti : Ansano Senese
Tante volte si si si : Marchetto Cara

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

leonardo-saint-jean-baptiste-critique-annonce-exposition-leonardo-doulce-memoire-classiquenews

 

Le sourire énigmatique et le visage angélique de Saint-Jean Baptiste (DR)

Doulce Mémoire. Musique secrète de Leonardo da Vinci

Doulce-Memoire-1-denis-raisin-dadre-30-ans-annonce-concert-opera-de-tours-critique-concert-critique-opera-classiquenewsDOULCE MÉMOIRE. Musiques de Leonardo, le 21 sept 2019. Valençay (36). Doulce Mémoire, c’est d’abord l’esprit de la Renaissance, cette période faste de découvertes, d’inventions, de voyages et de créativité… En 2019, l’ensemble fondé par Denis Raisin Dadre fête ses déjà 30 ans. 30 ans de somptueuses et vivantes découvertes d’un formidable laboratoire musicale qui a révélé aux français et au monde, les mille séductions de la musique de la Renaissance dont la richesse profite dans chaque programme de Doulce Mémoire, de la sensibilité et des tempéraments artistiques des interprètes associés. En regard du livre cd paru au printemps 2019, « la musique secrète » de Leonardo da Vinci, Denis Raisin-Dadre, grand amateur de peinture entre autres, retrouve le mystère et le raffinement qui ont produit les peintures de Leonardo en invoquant les musiques de son temps. Le goût de Vinci pour la musique est connu et attesté par les nombreux témoignages de ses contemporains. Léonard était admiré comme joueur et improvisateur sur la lira da braccio.

 

 

 

Musique secrète de Leonardo da Vinci
Pour ses 500 ans, Doulce MĂ©moire
fait chanter les peintures de Leonardo…

Sa passion pour la musique provient de sa jeunesse, de la fréquentation de musiciens dans les ateliers de peintres. Pendant sa formation auprès de Verrocchio, son premier maître à Florence, était aussi musicien comme nombre de peintres à l’époque. Dans l’atelier travaillaient Botticelli, Le Pérugin, Ghirlandaio, Lorenzo di Credi… l’émulation artistique s’associe aux instruments : luth ; lyre auxquels répondent les chants – bref, la musique est partout.

Denis Raisin-Dadre s’explique : ” PlutĂ´t que partir Ă  la recherche des musiques qu’aurait pu jouer LĂ©onard, ou de suivre comme nous l’avons dĂ©jĂ  fait Ă  Doulce MĂ©moire ses pĂ©rĂ©grinations de villes en villes, nous dĂ©sirons partir Ă  la recherche des musiques secrètes de ses tableaux. Une dĂ©marche Ă  la fois scientifique puisque, nous serons sur des musiques contemporaines de Vinci mais aussi Ă©minemment poĂ©tique pour rentrer dans l’univers mental de ce gĂ©nie “.
« SĹ“ur mineure et malheureuse de la peinture, la musique s’évanouit tout de suite » Ă©crit LĂ©onard dans son traitĂ© de peinture “. Le projet cherche Ă  en fixer le cours pour que perdure la force de sa poĂ©sie. Pari rĂ©ussi, comme l’atteste son livre cd ” Musique secrète de Leonardo da Vinci “, dĂ©jĂ  paru.

Leonardo_selfExtrait de notre critique du livre cd Musique secrète de Leonardo da Vinci par Alban Deags : …” 15 TABLEAUX ET LEURS RESONANCES MUSICALES… Le fondateur deDoulce MĂ©moire a sĂ©lectionnĂ© une quinzaine de tableaux, dont beaucoup sont aujourd’hui au Louvre (la France regroupe ainsi la plus grande collection de tableaux du Peintre dont les Ĺ“uvres, en provenance des collections royales, celles de François Ier, sont le noyau du dĂ©partement de peintures du Louvre) : Le baptĂŞme du Christ, L’Annonciation, La vierge aux rochers, Portrait d’Isabelle d’Este, La belle ferronnière, Sainte Anne et la Vierge, Saint Jean-Baptiste… Denis Raisin-Dadre n’oublie pas La Joconde – qu’il a mis en correspondance avec des musiques de Jacob Obrecht (1457-1505), de Josquin Desprez (1450-1521), des laudes consacrĂ©es Ă  l’Annonciation, des Frotolle, des chants sur des textes de PĂ©trarque, accompagnĂ©s par la lira da braccio, instrument très apprĂ©ciĂ© de LĂ©onard…”. (…) Leonardo da Vinci  fut musicien et compositeur, rĂ©alisateur des fĂŞtes et divertissements pour la cour ducale des Sforza de Milan. Pour le duc Ludovico, Leonardo invente des machines de guerre, et aussi produit des spectacles « magiques » dont les prouesses techniques, illusionnistes ont laissĂ© de nombreux tĂ©moignages. Improvisateur remarquable, Leonardo jouait excellemment de la lira da braccio,  s’accompagnant tout en dĂ©clamant des vers… C’est un vĂ©ritable OrphĂ©e laĂŻque qui officie ainsi Ă  la Cour milanaise, se rendant bientĂ´t indispensable.”

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Doulce MĂ©moire
Musique secrète de Leonardo da Vinci
Le 21 septembre 2019 Ă  Valencay (36)
Château de Valençay, 21h

Léonard de Vinci, la musique secrète

Distribution :
Clara Coutouly, soprano
Matthieu Le Levreur, baryton
Pascale Boquet, luth
Baptiste Romain ou Nicolas Sansarlat, lira da braccio
Bérengère Sardin, harpe renaissance
Denis Raisin Dadre, flûtes et direction
Ikse Maitre, scénographie

Projet présenté dans le cadre de « Viva Leonardo da Vinci ! 500 ans de Renaissance(s) en Centre-Val de Loire »

+ d’infos sur le site de DOULCE MEMOIRE :
https://www.doulcememoire.com/programmes/leonard-de-vinci-la-musique-secrete/

 

 

 

agenda

_________________________________________________________________________________________________

Le 21 septembre 2019 Ă  Valencay (36)
Château de Valençay, 21h
http://www.chateau-valencay.fr/#

Le 27 septembre 2019 Ă  Turnhout (Belgique)
Festival Musica Divina

Le 13 novembre 2019 à Orélans (45)
Le Bouillon – UniversitĂ© d’OrlĂ©ans
http://www.univ-orleans.fr/fr/culture

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________

Le 15 novembre 2019 Ă  Paris (75)
Auditorium du Louvre, 20h
https://www.louvre.fr/musiques?page=1

leonardo-da-vinci-musique-secrete-livre-cd-alpha-critique-annonce-cd-par-clasiquenews-compte-rendu-critique-cd-livre-classiquenews-musique-classiqueŒuvres de Josquin Desprez, Bartolomeo Tromboncino, Marchetto Cara, Johannes de la Fage, Firminus Caron… Musiques tirées des Laudes et des Frottole éditées par Petrucci. A l’occasion de l’exposition du Louvre célébrant les 500 ans de la naissance de Léonard de Vinci, l’ensemble Doulce Mémoire et son chef Denis Raisin Dadre convient à un voyage merveilleux sur les pas de celui qui fut l’un des plus grands virtuoses de son temps à la lira da braccio et qui nous a laissé de nombreuses énigmes musicales. Avec des mélodies populaires de l’époque et que l’on retrouve retranscrites par différents compositeurs tels que Josquin Desprez ou Heinrich Isaac, le concert évoque les musiques qu’il aurait été possible d’écouter dans un atelier de peinture ou dans un cercle aristocratique de la Renaissance. Et vous, quelles musiques pensez vous que Leonard aurait pu écouter en dessinant ou en peignant la Joconde ou la Vierge aux rochers ?

 

 

 

 

Approfondir

_________________________________________________________________________________________________

LIRE notre critique du livre cd Musique secrète de Leonardo da Vinci / Les 500 ans de Leonardo de Vinci en 2019 :
http://www.classiquenews.com/5-mai-2019-500-ans-de-la-mort-de-leonardo-da-vinci/

 

 

doulce-memoire-concerts-critique-annonce-concerts-classiquenews

_________________________________________________________________________________________________

CHAMBORD. Le Carnaval de Florence avec Léonard, nouvelle création de Doulce Mémoire

BLOIS carnaval de Florence avec leonard annonce programme concert classiquenews critique 30 ans doulce memoire classiquenews image-carnaval-500x500CHAMBORD, vend 28 juin 2019, 20h. 30 ans de Doulce Mémoire, création : Léonard au Carnaval de Florence. En ouverture de son 9è festival, le château de Chambord, dessiné par Leonard de Vinci affiche un nouveau spectacle prometteur : « Au Carnaval de Florence avec Léonard »… La tradition cultivée par l’imagerie populaire et la peinture troubadour depuis le XIXè (cf les tableaux de Ingres sur le sujet) ont imposé la figure monolithique du sage Vinci, talentueux et visionnaire ingénieur et peintre employé à Milan au service des Sforza ; puis du noble vieillard, premier invité arrivé à la cour de François Ier…

Le programme présenté par Doulce Mémoire et Denis Raisin-Dadre met plutôt en lumière le « fêtard », amoureux des sensations et nouvelles expériences que suscitent un nouveau type de plaisirs et de divertissements (dont il maîtrise aussi la conception). Jeune et fringuant, Léonard s’est affirmé aussi lors des fêtes de carnaval à Florence, foyer de la Renaissance italienne.

Frivole et libérée, Florence devient puritaine
Leonardo préfère Milan…

Léonard recueille les fruits inestimables de la Florence humaniste qui avait réussi la synthèse de la pensée néoplatonicienne et du christianisme. Il y connaît la joie de vivre, l’extraordinaire émulation artistique au début du XVIè, la folle gaîté et l’ivresse libre du carnaval et de ses mascarades avant la grande réaction piétiste emmenée par le moine Savonarole, lequel inquisiteur italien, remplace le carnaval par les processions de pénitents. Léonard préfère alors Milan où, à la cour des Sforza, la fête continue.

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

CHAMBORD (41)
Château, vend 28 juin 2019, 20h
Le Carnaval de Florence avec LĂ©onard
RESERVEZ
https://www.doulcememoire.com/agenda/carnaval-28juin19/

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Instrumentistes et chanteurs de Doulce Mémoire ressuscitent les fêtes carnavalesques de la jeunesse de Léonard avec l’imagination et la verve qui les caractérisent. La liberté facétieuse du geste le dispute au raffinement des restitutions des danses, en costumes Renaissance. Les timbres rayonnants et savoureux des flûtes, bombardes, doulçaines, sans omettre la fameuse lira da bracio dont Leonardo était virtuose, les percussions et le luth enrichissent encore une palette flamboyantes de couleurs musicales.
La Renaissance est un âge d’or des peintres ; la couleur et le jeu visuel qu’elle permet, s’immisce aussi dans le spectacle de Doulce Mémoire.
Avant Caravage et ses fabuleux contrastes (vieilles suivantes, jeunes beautés héroïques), Leonardo au XVIè a la fascination des types humains et le réalisme difforme voire monstrueux ; il ose le premier affronter et exalter la beauté et la monstruosité comme les deux faces d’une même réalité poétique. Ainsi pendant le Carnaval et ses délires en cascades, défilent les figures grotesques qui parsèment ses carnets, figures qu’il a pu voir lors de ces fêtes où toute la cité paraît travestie, sur des chars en jouant et en chantant ; « où les poésies les plus sublimes de Laurent le Magnifique et de Poliziano côtoient des textes extrêmement lestes voire obscènes ».
La force de l’imagination rencontre le raffinement et la pensée universelle de Leonardo, jeune lion prophétique. Nouvelle production incontournable.

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Distribution
Bruno Le Levreur, alto
Hugues Primard, ténor
Matthieu Le Levreur, baryton
Marc Busnel, basse
Pascale Boquet, luth, guitare renaissance
Nicolas Sansarlat, lira da braccio
Elsa Frank, flûtes, bombardes, doulçaines
Johanne Maitre, flûtes, bombardes, doulçaines
Jérémie Papasergio, flûtes, bombardes, doulçaines
Bruno Caillat, percussions
Denis Raisin Dadre, flûtes, bombardes, doulçaines et direction

Spectacle événement repris à Ribeauvillé, le 5 octobre 2019

https://www.doulcememoire.com/programmes/au-carnaval-de-florence-avec-leonard/

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________