CD, critique. FOLIA. Le Concert de l’HOSTEL-DIEU, Franck-Emmanuel Comte, direction (1 cd 1001 NOTES, 2018).

FOLIA-concert-hostel-dieu-franck-emmanuel-comte-cd-review-critique-cd-classiquenews-mourad-merzouki-critique-balletCD, critique. FOLIA. Le Concert de l’HOSTEL-DIEU, Franck-Emmanuel Comte, direction (1 cd 1001 NOTES, 2018). Voici un programme musical qui malgrĂ© son « prĂ©texte » chorĂ©graphique s’écoute avec plaisir, tant la sonoritĂ©, le geste, l’implication des musiciens du Concert de l’Hostel-Dieu savent incarner chaque sĂ©quence choisie, en un cycle dont l’unitĂ© fait sens, et ses contrastes, rĂ©activent continument la tension et la vitalitĂ©.
D’abord, s’inscrit un temps suspendu entre mer et air, un espace imprĂ©cis, flottant, avec infrabasses et chant des baleines pour une narration musicale qui se nourrit et s’enrichit Ă  mesure que les instruments prennent la parole (thĂ©orbe, guitare) ; le ton est donnĂ© avec la premiĂšre Tarentelle extraite du Codex Salivar de Mexico : transe et ivresse sonore, oĂč le rythme quasi obsessionnel et la mĂ©lodie qui enlace et caresse, relĂšvent de la mise au chaos et de la reconstruction salvatrice dans le mĂȘme mouvement. Tel est le fil de ce programme de piĂšces remarquablement enchaĂźnĂ©es : une cĂ©lĂ©bration du pouvoir hypnotique et fĂ©dĂ©ratrice de la musique, mais aussi du pouvoir cathartique et curatif de la danse, car il s’agit d’un ballet conçu de concert par Le Concert de l’Hostel-Dieu et son directeur Franck-Emmnuel Comte, et le chorĂ©graphe Mourad Merzouki.
Ceux qui ont aimĂ© le ballet (filmĂ© au Festival de FourviĂšre Ă  l’étĂ© 2018) ont Ă©tĂ© fascinĂ©s par la place Ă©ruptive, expressive, languissante des piĂšces baroques mises Ă  l’honneur par Franck Emmanuel Comte.
Puis, s’énonce « Yo soy la locura », Je suis la Folie d’Henry Le Bailly, chanson sussurrĂ©e comme une priĂšre elle aussi languissante et de plus en plus enivrante. Cette une vĂ©ritĂ© Ă©noncĂ©e avec pudeur mais terrifiante justesse. Si la Folie inspire joie, plaisir, douceur et joie du monde, aucun mortel, aucun homme ne se pense fou

Le programme a cette sĂ©duction d’offrir une collection de danses napolitaines, Tarentelles principalement, particuliĂšrement nuancĂ©es, aux climats contrastĂ©s

IVRESSE NAPOLITAINES, LANGUEURS VIVALDIENNES

Rythmes trĂ©pidants plus percutants dans la Tarentelle qui suit Le Bailly ; puis langueur presque mĂ©lancolique de La Carpinese, tarentelle envoĂ»tante ; sa piqĂ»re ensorcĂšle mais plus insidieusement, pour cette priĂšre dont le texte est d’un Ă©rotisme franc, cĂ©lĂ©brant aussi, surtout, la libertĂ© du plaisir fĂ©minin.
Le ton change encore Ă  mi parcours (plage 5) avec les arĂȘtes rythmiques plutĂŽt affĂ»tĂ©es voire tranchantes d’un Vivaldi plus poĂšte que jamais, et allusif en diable : lui aussi suspendu et viscĂ©ralement « climatique », proche, et de Purcell (pour son grand air du froid) et des Quatre Saisons : l’Adagio du Concerto RV 578 saisit par sa coupe nette ; puis le mixage du Nisi Dominus (« Cum dederit ») et ses longues phrases vocales Ă©noncĂ©es, suspend lui aussi le temps, l’étire (sur des gammes harmoniquement ascendantes, totalement aĂ©riennes) et le dilate en mĂȘme temps sur les paroles qui cĂ©lĂšbrent les dĂ©lices accordĂ©s par Dieu Ă  ses protĂ©gĂ©s. Un autre instant d’effusion et de plĂ©nitude sensuelle qui montre combien le sacrĂ© et le profane se mĂȘlent et sont proches Ă  l’époque baroque.

Enigmatique, sur un rythme aux accents furieusement jazzy, la tarentelle textuellement plus dĂ©veloppĂ©e (5 strophes), La Cicerenella exige un bel abattage de la soprano et aussi une caractĂ©risation instrumentale qui sont ici, l’un et l’autre idĂ©alement tenus. Le franc parler, l’érotisme Ă  peine couvert, la cĂ©lĂ©bration lĂ  encore du corps plantureux de la femme captivent et enrichissent de façon emblĂ©matique un programme qui cultive les caractĂšres les plus divers, jouant sur leurs scintillants contrastes. Cette inclusion agit comme un filtre mordant, agaçant, divin perturbateur. D’ailleurs il relance la frĂ©nĂ©sie du rythme et dans le spectacle, l’éloquence de la danse.

Ainsi, essentiellement instrumentales, et pour cordes, les « Variations sur la Follia » RV63 du mĂȘme Vivaldi dont le gĂ©nie de la surenchĂšre critique s’exprime librement dans cette nouvelle sĂ©quence qui fusionne musique pure et incandescence chorĂ©graphique.
L’idĂ©e d’intĂ©grer enfin l’opĂ©ra est gagnante ; outre qu’ils rappellent la verve de Vivaldi dans le monde de l’opĂ©ra, – trĂšs actif Ă  Venise au dĂ©but du XVIIIĂš, les extraits choisis mettent en avant la dĂ©licieuse complicitĂ© entre la soprano et les cordes de l’ensemble de Franck-Emmanuel Comte : le « Sento in seno » de Tieteberga RV 737 dĂ©montre l’intensitĂ© du poĂšte compositeur capable d’exprimer les tourments amoureux les plus douloureux mais avec une pudeur d’intonation totalement bouleversante ; du Mozart avant l’heure en somme, qui couplĂ© avec les percus, gagne dans cette version, une acuitĂ© Ă©motionnelle, Ă©purĂ©e, enivrante, jubilatoire. Voici l’une des piĂšces musicales les plus intenses, les mieux inspirĂ©es. Quel contraste avec le rythme pointĂ©, la syncope de l’air qui suit, dĂ©terminĂ©, conquĂ©rant (« Si fulgida », dont l’entrain sonne comme un emblĂšme de la Judith triomphante RV 644).

CLIC D'OR macaron 200Le programme est avant une fĂȘte et une cĂ©lĂ©bration collective et c’est justement dans l’esprit d’un engagement fraternel que le dernier air pĂ©ruvien (Codex Martinez Compañon) est entonnĂ© par tous, danseurs, instrumentistes et soliste, soulignant la force inĂ©vitable, enivrante de celle qui rĂ©git le monde
 La fluiditĂ© chaloupĂ©e du continuo, l’engagement de son approche viscĂ©ralement dansant font la rĂ©ussite de ce dernier morceau qui emporte et embrasse en mĂȘme temps : fabuleuse comprĂ©hension des musiciens pour un rĂ©pertoire des plus envoĂ»tants dont ils relancent et articulent le dĂ©lire cathartique. SonoritĂ© maĂźtrisĂ©e, geste tout en nuances, cohĂ©rence du cycle dans ses enchaĂźnements et son parcours dramatique (avec l’ajout des musiques Ă©lectroniques de GrĂ©goire Durrande), le CONCERT DE L’HOSTEL DIEU en conteur imaginatif et passeur argumentĂ©, signe l’un de ses meilleurs cd. Hautement recommandable. CLIC de classiquenews de janvier 2019.

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. FOLIA. Le Concert de l’HOSTEL-DIEU / Heather Newhouse, soprano. Franck-Emmanuel Comte, direction (1 cd 1001 NOTES, Ă©tĂ© 2018 – durĂ©e : 51 mn)

________________________________________________________________________________________________

APPROFONDIR

LIRE aussi notre compte-rendu, ballet. La Folia de Mourad Merzouki et Franck-Emmanuel Comte. Le Concert de l’Hostel-Dieu / Franck Emmanuel Comte (direction). Les Nuits de Fourviùre, le 4 juin 2018.
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-ballet-la-folia-de-mourad-merzouki-le-concert-de-lhostel-dieu-franck-emmanuel-comte-direction-les-nuits-de-fourviere-le-4-juin-2018/

folia-mourad-merzouki-franck-emmanuel-comte-danse-spectacle-critique-par-classiquenews-juin2018COMPTE RENDU, ballet. La Folia de Mourad Merzouki. Le Concert de l’Hostel-Dieu / Franck Emmanuel Comte (direction). Les Nuits de FourviĂšre, le 4 juin 2018. AprĂšs un prĂ©lude cosmique, la basse obligĂ©e prend la parole et organise en rythmes baroques ce qui semblait ĂȘtre jusqu’alors une colonie mĂȘlĂ©e, confuse
 de corps et de sphĂšres. Mais si le verbe agit, la musique envoĂ»te et sĂ©duit
 elle canalise le flux et bientĂŽt tout s’organise par la danse, vĂ©ritable transe souveraine qui dĂ©sormais dirige les mouvements du corps de danseurs : la chorĂ©graphie peut naĂźtre et s’épanouir.
 
 

________________________________________________________________________________________________

CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU. MARCO POLO, le carnet de mirages

marco-polo-carnet-de-mirages-collection-1001-notes-le-concert-de-l-hostel-dieu-franck-emmanuel-comte-cd-review-la-critique-cd-le-concert-par-classiquenewsCHD, FE COMTE : 1er – 14 fĂ©v 2019. Marco Polo : carnet de mirages, Le Concert de l’Hostel-Dieu. Frank-Emmanuel Comte et son ensemble de musiciens et chanteurs, Le Concert de l’Hostel Dieu publient un nouvel album qui est aussi un somptueux programme en concert. La tournĂ©e commence dĂ©but fĂ©vrier 2019. C’est un voyage musical sur les traces de Marco Polo, le voyageur infatigable dont le parcours est dit et racontĂ©, vĂ©cu et commentĂ© par le slameur COCTEAU MOT LOTOV (qui signe aussi l’adaptation du Livre des Merveilles, source originale du dit programme). C’est au final un cycle de mĂ©lodies, airs et intermĂšdes instrumentaux, fruit d’un compagnonage artistique rĂ©alisĂ© aussi avec la complicitĂ© du Duo Madjnoun. Le texte ciselĂ© et dĂ©clamĂ© explore la course et le cheminement de Marco entre Orient et Occident ; slam-poĂ©sie, musiques baroques italiennes et musiques persanes fusionnent ; ils rĂ©alisent l’enthousiasme et la dĂ©couverte, l’ivresse et la tension, l’attraction des mondes inconnus, l’imaginaire qui naĂźt de la fascination pour le merveilleux Ă  dĂ©fricher et Ă  comprendre… qui ont portĂ© jusqu’en ExtrĂȘme-Orient, le dĂ©couvreur – explorateur. A travers les mirages de Marco, comme inspirĂ©es du Livre des Merveilles, rĂ©cit des voyages du cĂ©lĂšbre marchand vĂ©nitien, ce sont toutes les nouvelles conquĂȘtes instrumentales du Concert de l’Hostel-Dieu, ouvragĂ©es par le maĂźtre capitaine, navigateur inspirĂ© (Ă  l’orgue positif), Franck-Emmanuel Comte.

 

 

MARCO AU PAYS DES MERVEILLES
 Le programme prĂ©sentĂ© par Le Concert de l’Hostel-Dieu et Franck-Emmanuel COMTE Ă©voque aussi l’heureuse et florissante VENISE Ă  l’ùre des grandes conquĂȘtes mĂ©diterranĂ©ennes, quand la SĂ©rĂ©nissime se rĂȘvait conquĂ©rante d’un Orient luxueux, lui aussi flamboyant. La CitĂ  de Marco Polo et ses rues Ă©troites rappelle aussi souks et bazars des villes orientales. Les palais vĂ©nitiens, jusqu’à San Marco, la Basilique et ses bulbes moyen-orientaux, empruntent leurs profils et leur vocabulaire Ă  Byzance et Ă  l’architecture arabe. La Porte de l’Orient, Porta Orientalis ressuscite ainsi grĂące aux instrumentistes de ce concert hors normes dont les textes sont empruntĂ©s Ă  Marco Polo lui-mĂȘme et son Livre des Merveilles, et de la poĂ©sie Soufi.
Par la voix et les mots du slameur Cocteau Mot Lotov, prend vie la figure du voyageur défricheur Marco Polo, ses voyages au Pays de Samarkand

 

 

comte-franck-emmanuel-concert-hostel-dieu-portrait-classiquenews-baguette-marco-polo-classiquenews-582

 

Franck-Emmanuel Comte (© Jean Combier)

________________________________________________________________________________________________

 

Tournée MARCO POLO, le carnet des Merveillesboutonreservation
Du 1er au 14 février 2019
6 sessions / représentations à ne pas manquer
RESERVATIONS, INFORMATIONS
sur le site du CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU

http://www.concert-hosteldieu.com/diffusion/le-lab/marco-polo/

 

1er février 2019
PĂŽle culturel Agora Ă  Limonest (69)

3 février 2019
L’Embarcadùre à Montceau-les-Mines (71)

4 février 2019
Représentation scolaire
Théùtre Sainte-HélÚne à Lyon (69)

5 février 2019
Théùtre Sainte-HélÚne à Lyon (69)

8 février 2019
Théùtre Gaston Bernard à Chùtillon-sur-Seine (21)

14 février 2019
1001 Notes en Limousin (87)
 

 
boutonreservation

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

  

 

Programme :

 

 

Polo au rapport : Ciaccona, Johann Hiernonymus Kapsberger
Aller voir, aller vers : Ân DĂ©lbarĂ© Man, chanson perse
Coutume de la femme Ă  l’étranger : Amarilli, Stefano Landi
On raconte moult fables : Slam a cappella
Cocacin : Se l’aura spira tutta vezzosa, Girolamo Frescobaldi
Bñzñ, poùme de Abou Saeid Abolkheir : Toccata l’arpeggiata, Johann
Hiernonymus Kapsberger
Le trĂšs grand dĂ©sert : Chant libre NavĂą et AlĂą Éy PirĂ© FarzĂąneh, chanson
perse
Les assassins : Passacaglia, Johann Hiernonymus Kapsberger /
Passacaglia, Tomaso Antonio Vitali
Ma trĂšs grande douleur : Augellin, Stefano Landi
Pour les marchands : Éy Tir, chanson perse
La prison incrédule : Slam a cappella
Ghamé TÎ, poÚme de Hafez : La bella noeva, Anonyme

 

 

 

LE CONCERT DE L’HOSTEL DIEU – DUO MADJNOUN – COCTEAU MOT LOTOV
Musiciens : Franck-Emmanuel Comte : orgue positif, direction
NolwenN Le Guern : viole, violone, rébab
Nicolas Muzy : théorbe, luth
Navid Abbassi : tar, chant / David Brule y : percussions iraniennes et orientales
Adaptation du Livre des Merveilles de Marco Polo, Ă©criture et slam :
COCTEAU MOT LOTOV (Lionel Lerch)
Direction artistique et arrangements : Franck-Emmanuel Comte

 

 

FRANCK-EMMNUEL COMTE réinvente le Baroque

 

 Franck-Emmanuel Comte (© Jean Combier)

 

________________________________________________________________________________________________

+ D’infos sur le site du Concert de L’HOSTEL-DIEU / Franck-Emmanuel Comte, direction

 

 

 

CONCERT-DE-LHOSTEL-DIEU-concert-hostel-dieu-maro-polo-c-julie-cherki_logo

 

 

 

 

 

CD, critique. STABAT MATER. Concert de l’HOSTEL DIEU, FE Comte (1 cd ICSM 012 – enregistrement live, Ă©glise de Chazelles sur Lyon, juillet 2015)

concert-hostel-dieu-franck-emmanuel-comte-pergolesi-pergolese-stabat-mater-critique-cd-review-classiquenewsCD, critique. STABAT MATER. Concert de l’HOSTEL DIEU, FE Comte (1 cd ICSM 012 – enregistrement live, Ă©glise de Chazelles sur Lyon, juillet 2015). Artisan des mĂ©langes musicaux et des rencontres inĂ©dites, Franck-Emmanuel Comte et son ensemble sur instruments anciens Le Concert de l’Hostel-Dieu offrent une nouvelle lecture du Stabat Mater. DĂšs le dĂ©but, on relĂšve l’incisivitĂ© nouvelle du continuo, oĂč pointent cordes, orgue, basson dans un allant ardent, Ă©ruptif et remarquablement nuancĂ© ; d’abord c’est une formidable polyphonie traditionnelle napolitaine qui rappelle l’effusion et la compassion collective du peuple face au deuil dĂ©sespĂ©rĂ© de la MĂšre, avant que les volutes finement ciselĂ©es du cycle de duos et d’arias solos du jeune gĂ©nie Pergolesi ne se dĂ©ploient. Ferveur populaire en partage, tĂ©moignages individualisĂ©s ou en petit chƓur, le Stabat Mater est surtout une expĂ©rience du peuple. VoilĂ  une conception qui restitue Ă  la force poĂ©tique du texte un nouveau rĂ©alisme.
Les interprĂštes gardent Ă  l’esprit toujours la plainte et la priĂšre dans chaque sĂ©quence : on est trĂšs Ă©loignĂ© de la tentation dĂ©monstrative et virtuose de certaines chanteuses starifiĂ©es, plus extĂ©rieures que vraiment recueillies. On apprĂ©cie cette caractĂ©risation qui s’empare de chaque Ă©pisode : effusion Ă  2 voix du premier Stabat Mater ; prise Ă  tĂ©moin et dramatisme Ă©plorĂ© plus incarnĂ© dans le saisissant Cujus animam pour soprano seule : l’expression d’une douleur tangible, perpĂ©trĂ©e par le glaive qui transperce littĂ©ralement le corps et l’ñme de Marie


 
 
 

Polyphonies populaires, Stabat de Pergolesi
Franck-Emmanuel Comte au cƓur de la dĂ©votion lacrymale


 
 
 

L’alternance airs de Pergolesi et plainte collective des polyphonies chorales creuse la force dĂ©pressive d’un cycle de textes particuliĂšrement imagĂ©s, tous cĂ©lĂ©brant la souffrance de la MĂšre confrontĂ©e au corps sacrifiĂ© du Fils. Franck Emmanuel Comte ajoute plusieurs airs dĂ©ploratifs trĂšs intelligemment sĂ©lectionnĂ©s dont cette priĂšre de Donna Isabella (visiblement dĂ©possĂ©dĂ©e de ses chĂąteaux
), dont la douleur fait Ă©cho Ă  celle de la Vierge Ă©plorĂ©e : la mise en dialogue de ces piĂšces est trĂšs profitable. Elle apporte aux cĂŽtĂ©s du corpus sacrĂ© traditionnel, la rĂ©sonance populaire du peuple en souffrance.

Quand jaillit l’allure plus allĂšgre du Quae moerebat, chantĂ© par un baryton visiblement presque insouciant, le contraste est total. TrĂšs percutant, laissant s’épanouir ensuite la plainte plus langoureuse et insidieuse du Quis est homo ? sublime duo des deux voix fĂ©minines (soprano / contralto) qui plongent dans l’affliction la plus dĂ©sespĂ©rĂ©e
 puis leur rĂ©pondent tĂ©nor et baryton pour la conclusion de cette sĂ©quence, traitĂ©e comme un ensemble d’opĂ©ra ; mĂȘme dispositif Ă  plusieurs chanteurs pour le Fac ut ardeat (ailleurs communĂ©ment chantĂ© par le duo fĂ©minin). L’option du quintette vocal (dans le O Quam Tristis entre autres) renforce l’esprit de partage : les chanteurs exprimant la compassion que chacun ressent individuellement et collectivement. En associant un verset par type de voix, le sens du texte est formidablement investi, incarnĂ©, habitĂ©.
La tarentelle qui suit (A cantina) constitue comme un Ă©cho populaire Ă  la sidĂ©ration qui a prĂ©cĂ©dĂ© : c’est Ă  travers le chant du piccolo, la libĂ©ration d’un trop plain d’émotion, ne pouvant ĂȘtre dissipĂ© que dans la transe, nĂ©e d’une danse quasi frĂ©nĂ©tique.

Les effets d’échos, la spatialisation aussi des groupes de chanteurs (dans une prise de son trĂšs rĂ©verbĂ©rĂ©e, sous la voĂ»te d’une Ă©glise qui renforce encore le rĂ©alisme de cet enregistrement de l’étĂ© 2015) composent alors un vĂ©ritable opĂ©ra de la souffrance et des chants de dĂ©ploration. Le goĂ»t des timbres, l’écoute attentive au sens des textes, la diversitĂ© des formes musicales et chorales, sacrĂ©es, populaires (formidable scansion sur basse obstinĂ©e des tarentelles, dont La Cicerenella, exĂ©cutoire d’inspiration picaresque voire graveleuse )
 relĂšvent d’une conception trĂšs scrupuleuse et qui dans la rĂ©alisation des concerts qui ont prĂ©cĂ©dĂ© ce disque, assure une indiscutable rĂ©ussite.
Avait-on Ă©coutĂ© jusque lĂ  une telle rĂ©gĂ©nĂ©ration du cycle du Stabat ? Franck-Emmanuel COMTE sait associer les corpus, trouve d’évidentes convergences des ferveurs, tisse au final un splendide voyage musical qui exprime le sublime nĂ© du populaire mĂȘlĂ© au sacrĂ© des textes canoniques.
La bascule dans une piĂ©tĂ© plus profane, voire sensuelle (aux images Ă©rotiques cf. La Carpinese, tarentelle qui chante aussi l’émancipation de la femme sensuellement maĂźtresse de son corps) s’affirme ici, offrant de superbes contrastes tout au long du programme dont le volet le plus extatique pourrait ĂȘtre le dernier duo fĂ©minin, Ă©lĂ©vation spirituelle d’une ineffable caresse (Quando corpus), oĂč c’est l’ñme du Fils et de sa mĂšre qui prendre leur envol, immatĂ©rialitĂ© du renoncement, aprĂšs les vertiges d’une douleur incommensurable.

CLIC D'OR macaron 200 
 
 
RECHERCHE JUBILATOIRE

Chef et ensemble indiquent aujourd’hui une voie passionnante de la recherche actuelle associĂ©e Ă  la pratique des instruments d’époque : cette cĂ©lĂ©bration collective, apparemment Ă©clectique, pourrait tout Ă  fait avoir Ă©tĂ© choisie par les musiciens du XVIIIĂš, dans les sociĂ©tĂ©s de musique (telle l’AcadĂ©mie du Concert Ă  Lyon), oĂč le Stabat Mater de Pergolesi fut ainsi rĂ©adaptĂ© en fonction du goĂ»t et des ressources locales. En s’appuyant sur le fonds de la BibliothĂšque Municipale de Lyon, Franck-Emmanuel Comte propose une recontextualisation bĂ©nĂ©fique et rĂ©gĂ©nĂ©ratrice d’un texte traditionnel de la ferveur sacrĂ©e : le Stabat Mater de PergolĂšse rĂ©appropriĂ© par les lyonnais, complĂ©tĂ© par plusieurs polyphonies traditionnelles, et d’irrĂ©sistibles tarentelles, gagne ainsi une dramaturgie textuelle particuliĂšrement percutante ; de ce mĂ©tissage populaire /savant, Ă  travers l’histoire des pratiques selon les Ă©poques, les interprĂštes font surgir l’ñme mĂȘme du Baroque : sa facultĂ© Ă  exprimer les passions humaines, ici dĂ©votion, compassion. La justesse de l’approche est indiscutable. Et savoureuse.

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. STABAT MATER. Concert de l’HOSTEL DIEU, Comte (1 cd ICSM 012 – enregistrement live, Ă©glise de Chazelles sur Lyon, juillet 2015) – CLIC de CLASSIQUENEWS de dĂ©cembre 2018.

 

 

 

 

CONCERT DE L'HOSTEL DIEU : saison 2018 - 2019

 
 
 
 

 

CD, annonce. STABAT MATER, FOLIA par Le Concert de l’HOSTEL-DIEU / Franck-Emmanuel COMTE

concert-hostel-dieu-franck-emmanuel-comte-pergolesi-pergolese-stabat-mater-critique-cd-review-classiquenewsCD, annonce. STABAT MATER, FOLIA par Le Concert de l’HOSTEL-DIEU / Franck-Emmanuel COMTE. NOVEMBRE, mois actif pour l’ensemble fondĂ© et dirigĂ© par Franck Emmanuel COMTE, LE CHD pour Concert de l’HOSTEL-DIEU, rĂ©sident Ă  Lyon. Au dĂ©but de ce mois de novembre 2018 ( 2 novembre 2018) a paru un premier cd inĂ©dit « PERGOLESE, UN STABAT MATER NAPOLITAIN », programme phare de cette fin d’annĂ©e pour le collectif qui aime et rĂ©ussit l’alliance du dĂ©frichement artistique et de la rĂ©invention de la forme des concerts : le cd Ă©ditĂ© chez CHRONOS (rĂ©f. : ICSM 012) apporte une lecture nouvelle voire rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e du fameux Stabat Mater du napolitain Giovanni Battista Pergelosi (PergolĂšse). Les piĂšces ainsi enregistrĂ©es sont le fruit d’une recherche menĂ©e depuis longtemps et rĂ©guliĂšrement dans le fonds de la BibilothĂšque Municipale de Lyon, qui conservait la mĂ©moire de concerts historiques jouant le Stabat Mater au XVIIIĂš selon le goĂ»t des acadĂ©mies musicales lyonnaises de l’époque. Franck-Emmanuel COMTE apporte aussi un regard particulier, enrichissant la connaissance de la partition avec la part des pratiques napolitaines traditionnelles oĂč pĂšse l’attrait spĂ©cifique des polyphonies et des tarentelles, au rythme enivrant, extatique voire hypnotique


 
 
 

« PERGOLESE, UN STABAT MATER NAPOLITAIN » par Le Concert de l’HOSTEL-DIEU / Franck-Emmanuel COMTE (1 cd ICSM Records). Prochaine critique Ă  venir dans le mag cd dvd livres de classiquenews

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

FOLIA-concert-hostel-dieu-franck-emmanuel-comte-cd-review-critique-cd-classiquenews-mourad-merzouki-critique-balletPuis, le 23 novembre prochain, un autre programme est Ă©ditĂ© chez le label 1001 NOTES (Limousin, France) : « FOLIA », programme enthousiasmant qui rĂ©active aussi la magie dansante, frĂ©nĂ©tique des Tarentelles napolitaines et des Folias virtuoses de l’ñge baroque. La musique est remixĂ©e, enrichie par les musiques Ă©lectroniques de GrĂ©goire Durrande qui en apporte une couleur trĂšs contemporaine tout en ciselant encore le relief des timbres d’époque. Le spectacle est aussi nĂ© d’un rencontre avec le chorĂ©graphe MOURAD MERZOUKI, pour la conception d’un ballet intĂ©gral, oĂč le geste, les mouvements collectifs apportent autant que le charme de la voix soliste et du collectif instrumental pilotĂ© depuis le clavecin par Franck-Emmanuel COMTE. Electronique, hip-hop, chant et langueur baroque sont les Ă©pices particuliĂšres de ce programme riche en mĂ©tissages. Le spectacle Folia a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en juin 2018 en ouverture des Nuits de FourviĂšre Ă  Lyon. Le programme est encore en replay sur le site d’ARTE.TV
LIRE aussi notre critique complĂšte du spectacle FOLIA

 
 
 

« FOLIA » par Le Concert de l’HOSTEL-DIEU / Franck-Emmanuel COMTE (1 cd 1001 NOTES). Prochaine critique Ă  venir dans le mag cd dvd livres de classiquenews. Le 17 dĂ©cembre 2018, concert FOLIA Ă  PARIS, AthĂ©nĂ©e.

________________________________________________________________________________________________

 
 
 
 
 
 

FRANCK-EMMANUEL COMTE / Le Concert de l’Hostel Dieu. ENTRETIEN 1/3

concert-hostel-dieu-franck-emmaneul-comte-saison-2018-2019-concerts-presentation-evenemnt-par-classiquenews-photo-copyright-jean-combier-emmnauel-comte-portraitLE BAROQUE RÉINVENTÉ
 ENTRETIEN avec Franck-Emmanuel COMTE, fondateur et directeur musical du CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU. A l’origine de l’activitĂ© de l’ensemble sur instruments d’époque, il y a ce goĂ»t pour l’exploration du patrimoine inĂ©dit, mĂ©connu, oublié  celui des partitions que conserve la BML BibliothĂšque Municipale de Lyon. Aux cĂŽtĂ© du travail de recherche, Franck-Emmanuel COMTE interroge les partitions pour les rendre vivantes, pour les incarner ; pour inventer de nouvelles formes de concerts et toucher un plus vaste public
 Une application de cette dĂ©marche qui concilie musicologie et geste interprĂ©tatif ? Le prochain concert de l’ensemble dĂšs le 16 novembre 2018 Ă  LYON (avec confĂ©rence prĂ©alable), autour du STABAT MATER de Pergolesi, mais dans le goĂ»t des Lyonnais du XVIIIù
 (lire ci aprĂšs). Le directeur musical du CHD / Concert de l’Hostel-Dieu pimente et personnalise le Baroque du dĂ©but du XVIIIĂš en le rĂ©inscrivant dans le contexte napolitain, non sans pertinence.

 

 

DĂ©fricheur et critique, Franck-Emmanuel COMTE propose de rĂ©inventer la forme du concert : le CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU est un laboratoire, et aussi une veille pour rĂ©inventer et rĂ©gĂ©nĂ©rer l’expĂ©rience du concert voire la conception mĂȘme des spectacles
 Et dans cette volontĂ© dynamique, s’inscrit aussi une nouvelle dĂ©finition du geste musical pour l’interprĂšte, inspirĂ© diffĂ©remment dans un autre rapport au son, Ă  la partition, Ă  l’improvisation. N’est-il pas vrai que le Baroque comme le Jazz, se prĂȘte-idĂ©alement Ă  cette vision libĂ©rĂ©e et mouvante de la rĂ©alisation musicale ? Le Baroque devient le cƓur d’une constellation de disciplines dont chacune questionne l’autre. Ainsi pour une poĂ©tique inĂ©dite et un rythme musical diffĂ©rent, le spectacle FOLIA conçu en complicitĂ© avec le chorĂ©graphe Mourad Merzouki 
 Jamais la musique baroque ainsi rĂ©investie n’a semblĂ© plus vivante et connectĂ©e avec notre Ă©poque.

 

 

 

Tour d’horizon de l’actualitĂ© du CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU en phase avec ces points de rĂ©flexion qui empruntent de nouveaux chemins de traverse.

PREMIER VOLET D’UNE SERIE D’ENTRETIENS
avec FRANCK-EMMANUEL COMTE. 

 

 

 
 
 

 

 

 

CONCERT-DE-LHOSTEL-DIEU-concert-hostel-dieu-maro-polo-c-julie-cherki_logo

________________________________________________________________________________________________

 

 

Des sources inertes au geste libre


TRAVAIL SUR LES SOURCES


 

 

 

CLASSIQUENEWS : Comment prĂ©senter et dĂ©finir (but, enjeux, 
) votre travail de recherche et d’exploration d’inĂ©dits Ă  partir du fonds des archives du patrimoine rhĂŽne-alpin conservĂ© Ă  la BibliothĂšque municipale de Lyon / BML ?

pergolesi-pergolese-portrait-classiquenews-pergolese1FRANCK-EMMANUEL COMTE : Le travail de valorisation des fonds de la BML constitue le socle de notre activitĂ©, et aussi l’origine mĂȘme de la crĂ©ation de l’ensemble. Les manuscrits conservĂ©s dans les Fonds anciens de la bibliothĂšque reflĂštent une spĂ©cificitĂ© lyonnaise : un goĂ»t des lyonnais, au siĂšcle des LumiĂšres, tournĂ© presque exclusivement vers l’Italie. Il semble que les Ă©changes entre les villes de Lyon et de Rome Ă©taient nombreux, sans doutes par l’entremise des marchands, des banquiers mais aussi des JĂ©suites. Aussi, nombre de partitions de Scarlatti, Corelli, Carissimi,
. figurent au catalogue de la BML. Ils constituent une source d’inspiration et d’idĂ©es de programme assez riche
. Ainsi notre prochain projet  : une version inĂ©dite du Stabat Mater de PergolĂšse, arrangĂ© Ă  5 voix aux alentours des annĂ©es 1740 par un musicien lyonnais.

 

 

 

Nouveau programmepergolesi-pergolese-portrait-classiquenews-pergolese1
UN AUTRE STABAT MATER de Pergolesi
16,18,20 nov 2018
En Lire +, Présentation de ce concert

VOIR LA VIDEO du programme « Un AUTRE STABAT MATER »
https://www.youtube.com/watch?v=gfDB2neKHZs

Secrets lyonnais – Le Concert de l’Hostel Dieu et la manuscrits de la BibliothĂšque de Lyon

PROCHAINES DATES / STABAT MATER DE PERGOLESE 16 novembre 2018 : ConfĂ©rence musicale Ă  la BibliothĂšque municipale de Lyon (69) 18 novembre 2018 : Chapelle de …

CONCERT DE L'HOSTEL DIEU : saison 2018 - 2019

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

RÉINVENTER LE BAROQUE AUJOURD’HUI

ses formes, sa durée, dans quels lieux, pour quels publics ?

 

 

CLASSIQUENEWS : En dĂ©finitive, votre activitĂ© au sein du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU dĂ©veloppe une interrogation permanente et critique sur le baroque aujourd’hui ?

concert-hostel-dieu-franck-emmaneul-comte-saison-2018-2019-concerts-presentation-evenemnt-par-classiquenews-photo-copyright-jean-combier-emmnauel-comte-portraitFRANCK-EMMANUEL COMTE : Oui, il est clair que pour moi le seul travail musicologique de restitution et d’interprĂ©tation ne suffit plus Ă  motiver mon travail.
Je puise dans le rĂ©pertoire baroque et dans l’instrumentarium qui lui est liĂ©, des occasions pour partager plus largement mes ressentis sur cet univers.  L’interdisciplinaritĂ© et les passerelles que nous imaginons vers d’autres cultures musicales nous permettent de questionner notre rapport au son, Ă  la partition, Ă  l’improvisation. Autant de pistes susceptibles de faire Ă©voluer notre crĂ©ativitĂ©, laquelle a toujours Ă©tĂ© une notion beaucoup plus essentielle pour moi que la technicitĂ©.
Cette approche du répertoire ancien nous conduit également à réexaminer notre rapport au public, lequel reste au coeur de mes préoccupations.
Je sais que cette notion ne fait pas forcĂ©ment loi en France, et particuliĂšrement dans les “esthĂ©tiques de spĂ©cialistes » comme celle de la musique ancienne, mais j’assume cette approche ; sans public, il n’y aurait pas de spectacles, et le spectacle, c’est notre vie, notre essence mĂȘme.

folia-mourad-merzouki-franck-emmanuel-comte-danse-spectacle-critique-par-classiquenews-juin2018Folia, le spectacle chorĂ©graphique co-crĂ©e avec Mourad Merzouki en juin dernier, en est un des exemples les plus nets : une vrai poĂ©sie naĂźt de la rencontre de l’univers hip hop de Mourad avec les sonoritĂ©s et l’énergie qui Ă©mane de mon ensemble CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU / CHD ; le bonheur qu’ont les musiciens et les danseurs Ă  vivre cette expĂ©rience sur scĂšne et en coulisse est palpable tout au long du spectacle. Le public le sens et adhĂšre. Un public, mĂ©tissĂ© et ouvert, comme le plateau artistique


 

 

 

VOIR le spectacle FOLIA avec Mourad Merzouki
https://www.youtube.com/watch?v=FjhEW_tFm_A

Mourad Merzouki “Folia” @ Nuits de FourviĂšre, Lyon – ARTE Concert – YouTube
www.youtube.com
En 1998, Mourad Merzouki tĂ©lescope le monde du hip-hop et celui de la musique classique avec “RĂ©cital”, un spectacle qui a fait date dans l’Histoire des dans…

 

LIRE aussi notre compte rendu du spectacle FOLIA par Le Concert de l’Hostile-Dieu / Franck Emmanuel COMTE / Juin 2018, FourviĂšre, LYON.
 

 

 

________________________________________________________________________________________________

A VENIR
 ENTRETIEN avec FRANC-EMMANUEL COMTE 2 : le cas de Haendel dans l’exploration et l’activitĂ© du Concert de l’Hostel-Dieu ; Ă  la croisĂ©e des disciplines et des imaginaires artistiques, entre poĂ©sie, slam et baroque
 focus sur le spectacle et le cd intitulĂ© «  MARCO POLO, carnet de mirages », rĂ©alisĂ© avec le concours du slameur Cocteau Mot Lotov

LIRE dĂ©jĂ  notre prĂ©sentation du cd MARCO POLO par Le Concert de l’Hostel-Dieu et Franck-Emmanuel COMTE
 (dĂ©cembre 2017)

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre prĂ©sentation de la saison du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU, saison 2018 – 2019

PLUS D’INFOS sur le site du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU, saison 2018 – 2019
http://www.concert-hosteldieu.com

ACTUALITE
A venir, les 2 Prochains cd du CHD / Concert de l’Hostel-Dieu

 

 

Toutes les infos et les modalitĂ©s de rĂ©servation, toute l’actualitĂ© du CHD (Concert de l’Hostel Dieu), sur le site du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU / Franck Emmanuel Comte / saison 2018 — 2019

 

logo-chd-or-e1493796881107