Compte rendu, concert. Saintes. Abbaye aux dames, le 25 janvier 2015. Mozart; Schubert. AnaĂŻs Constant, soprano; Pauline Leroy, mezzo soprano; Enguerrand de Hy, tĂ©nor; Virgile Ancely, baryton. Jeune choeur de Paris; Jeune Orchestre de l’Abbaye; Laurence Équilbey, direction.

Le Jeune Orchestre de l’Abbaye rend justice Ă  Mozart et Schubert. Depuis sa crĂ©ation, le Jeune Orchestre de l’Abbaye (JOA) a accueilli nombre de jeunes musiciens professionnels ou en fin de parcours universitaire. DirigĂ© depuis ses dĂ©buts par de grands chefs français ou Ă©trangers, le Jeune Orchestre de l’abbaye se nourrit ainsi d’expĂ©riences diverses, qui font des musiciens apprentis des artistes prĂŞts Ă  affronter toutes les situations. Avec Laurence Équilbey, la chef et fondatrice de l’ensemble Accentus et d’Insula orchestra, l’orchestre ne faillit pas Ă  la tradition d’apprentissage et de partage, d’adaptabilitĂ© et de curiositĂ©, qui fait depuis ses dĂ©buts, sa spĂ©cificitĂ©.

Equilbey laurence JOA SaintesAu programme du concert, deux compositeurs : Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) et Franz Schubert (1797-1828). C’est l’ouverture de Die zauberflĂ´te qui ouvre l’après midi; si quelques fausses notes s’entĂŞtent du cĂ´tĂ© des cuivres Laurence Équilbey recadre rapidement les intĂ©ressĂ©s (c’est le lot du jeu sur instruments d’époque) ; la chef dirige avec Ă©lĂ©gance l’un des ultimes chef d’oeuvre de Mozart. La Messe du Couronnement qui suit, permet au jeune choeur de Paris, fondĂ© par Laurence Équilbey dans le cadre du DĂ©partement SupĂ©rieur pour Jeunes Chanteurs du Conservatoire Ă  Rayonnement RĂ©gional de Paris, de s’installer avec les jeunes solistes invitĂ©s pour l’occasion. Très sollicitĂ©, le Jeune choeur de Paris se sort avec honneur d’une partition difficile propre au gĂ©nie Mozartien; quant au quatuor de solistes, il chante alternativement seul et avec le choeur. AnaĂŻs Constant, Pauline Leroy et Enguerrand de Hy ont des voix solides, quoique encore un peu vertes Ă©tant donnĂ© leur jeunesse ; Virgile Ancely, lui a bien du mal Ă  passer le mur du son. Et de la tribune oĂą nous Ă©tions installĂ©s, la voix du jeune baryton nous parvenait Ă  peine. Le Jeune Orchestre de l’Abbaye accompagne le choeur et les solistes avec subtilitĂ© sous la direction vigilante et ferme de Laurence Équilbey. Le chef d’oeuvre de Mozart, composĂ© Ă  la demande du prince-archevĂŞque de Salzbourg Hyeronimus Von Colloredo pour le couronnement de la Vierge, n’en est pas moins fort joliment interprĂ©tĂ© malgrĂ© les imperfections diluĂ©es ici et lĂ .

Après l’entracte, le Jeune Orchestre de l’Abbaye interprète la symphonie n°4 en ut mineur de Franz Schubert (1797-1828). La baguette reste ferme et dynamique; les musiciens suivent d’ailleurs leur chef avec une prĂ©cision remarquable comme si la musique de Schubert les inspirait plus que La FlĂ»te EnchantĂ©e. La Symphonie n°4 de Schubert n’est pas particulièrement longue, Ă  peine trente minutes, mais elle exige des interprètes; et Laurence Équilbey, en fine musicienne, relève le gant avec panache. Quant Ă  l’orchestre bien prĂ©parĂ© tant par ses formateurs que par sa chef, il donne au chef d’oeuvre de Schubert de  superbes intonations : mordantes, expressives, d’une intĂ©rioritĂ© parfois pĂ©nĂ©trante. La profondeur n’attend pas l’âge des annĂ©es ; et les jeunes musiciens ont, canalisĂ©s sous la tutelle de leur pilote, des richesses intĂ©rieures Ă  revendre.

La venue de Laurence Équilbey Ă  l’Abbaye aux dames est d’autant plus remarquable qu’elle est l’une des rares femmes chef d’orchestre Ă  avoir percĂ© dans un milieu majoritairement masculin. Elle a pris le Jeune Orchestre de l’abbaye en main avec maestria, lui permettant d’atteindre de très belles sonoritĂ©s tant dans la Messe du couronnement de Mozart que dans la Symphonie de Schubert. Et le public, venu nombreux, a rĂ©servĂ© Ă  l’ensembles des artistes un accueil très chaleureux, lĂ©gitime.

Compte rendu, concert. Saintes. Abbaye aux dames, le 25 janvier 2015. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Die zauberflöte, ouverture; messe du couronnement K317 en UT majeur. Franz Schubert (1797-1828) : symphonie N°4 en UT mineur. AnaĂŻs Constant, soprano; Pauline Leroy, mezzo soprano; Enguerrand de Hy, tĂ©nor; Virgile Ancely, baryton. Jeune choeur de Paris, Jeune Orchestre de l’Abbaye; Laurence Équilbey, direction.