ENTRETIEN avec Fabrice CREUX et Jean-Charles Ablitzer… L’orgue ibĂ©rique de Grandvillars

ablitzer-jean-charles-siglo-de-oro-cd-festival-musique-et-memoire-cd-critique-annonce-cd-orgue-par-classiquenewsENTRETIEN avec Fabrice CREUX et Jean-Charles Ablitzer… le premier est fondateur du Festival dans les Vosges du sud, Musique & Mémoire ; le second est organiste renommé. Les deux partagent une même passion pour l’orgue. Une communauté de goût et de valeurs qui explique l’essor de l’orgue dans les Vosges, en Franche-Comté précisément où ils se retrouvent et œuvrent pour l’enrichissement instrumental dans le territoire. Jean-Charles Ablitzer coopère régulièrement au Festival Musique & Mémoire, offrant de somptueux récitals qui met « l’orgue en scène », association souvent féconde entre le clavier et les instruments, le clavier et aussi les voix… En mars 2019, le Festival Musique & Mémoire édite le premier recueil discographique qui met en avant le nouvel orgue ibérique de l’église Saint-Martin de Grandvillars. Interprète de la riche littérature pour l’orgue au Siècle d’or, Jean-Charles Ablitzer sait explorer et exploiter toutes les ressources expressives et esthétiques du joyau instrumental ainsi magnifié. Entretien avec Fabrice Creux et Jean-Charles Ablitzer à propos de l’orgue récemment inauguré (juin 2018) et du cd El Siglo de Oro qui en découle (CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2019)…

 

 
 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 


CLASSIQUENEWS / CNC : Comment ce nouvel enregistrement s’inscrit au sein du Festival Musique et MĂ©moire ?

Fabrice CREUX : Depuis 2006, le festival Musique et Mémoire s’est engagé dans un compagnonnage au long cours avec Jean-Charles Ablitzer permettant de valoriser pleinement le travail de recherche porté par cet organiste chercheur aux qualités musicales unanimement reconnues.
C’est donc tout naturellement, que nous avons souhaité porter à la connaissance de la communauté musicale, le fruit de ses nombreuses explorations des répertoires en réalisant plusieurs productions discographiques réalisées sur des instruments historiques :

Auch auff Orgeln
Michaël Praetorius (1572-1621), motets et danses
transcriptions de Johann Woltz (1617), Jean-Charles Ablitzer et Friedrich Wandersleb
Orgue historique Esaias Compenius 1610 du château de Frederiksborg (Danemark)

Gröningen 1596
Célèbre rencontre d’organistes
Hieronymus Praetorius (1560-1629), Hans Leo Hassler (1564-1612) et Michaël Praetorius (1572-1621)
Orgue historique Fritzsche (1622) / Treutmann (1728) de l’église St. Levin de Harbke(Allemagne, Saxe-Anhalt)

Sebastián Aguilera de Heredia (1561-1627)
L’œuvre d’orgue
Orgue historique Juan de Apecechea (1684) reconstruit en 2006 par Claudio Rainolter et Christine Vetter de l’église San Salvador de Salvatierra de Esca (Espagne, province d’Aragon)

Nourrie par un travail éditorial inspiré de l’artisanat d’art, chaque publication est richement mise en scène afin de rechercher la meilleure adéquation entre la réalisation musicale et l’objet qui la porte.
Rareté et exigence du contenu musical, design de l’objet, richesse des textes et des illustrations… Tout concourt à faire de chaque publication un objet unique et précieux.

Ce nouvel enregistrement est avant tout un « coup de cœur » pour le magnifique orgue espagnol de l’église Saint-Martin de Grandvillars construit par les facteurs d’orgues Joaquín Lois Cabello – Christine Vetter.

A l’issue de l’inauguration en juin 2018 par Jean-Charles Ablitzer, il nous a semblé indispensable de contribuer au rayonnement de cet instrument par une réalisation discographique.

Cette réalisation s’inscrit pleinement dans l’esprit du festival, qui depuis sa création s’attache à défendre des répertoires musicaux singuliers dans un contexte sonore adapté.

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS / CNC : Quelles sont les qualités de l’instrument que le programme du double cd met en avant ?

Jean-Charles ABLITZER : La réalisation technique et sonore de l’orgue de Grandvillars repose sur un concept évolutif de la facture d’orgues espagnole, de l’époque Renaissance à l’avènement du Baroque. De nombreux instruments historiques nous renseignent sur cette évolution. Adoption du sommier chromatique avec coupure de tous les jeux en basse et dessus, installation de jeux d’anches placés horizontalement à l’extérieur du buffet, apparition de jeux nouveaux. Bien souvent les orgues de l’époque Renaissance ont été « réformés » dès la seconde moitié du XVIIe siècle. Il s’agissait alors de modifier certaines parties mécaniques et de procéder à l’ajout de nouveaux jeux afin d’adapter ces instruments au goût baroque. Sur le plan sonore, le « fond ancien » subsistait pourtant. Ce processus a servi de modèle à la construction de l’orgue de Grandvillars, lequel présente des éléments purement Renaissance et d’autres typiques de l’époque baroque.
Le programme du double CD  a Ă©tĂ© Ă©laborĂ© pour illustrer ce concept et mettre en valeur les qualitĂ©s sonores de l’orgue de Grandvillars, lui-mĂŞme basĂ© sur cette Ă©volution historique. D’oĂą la pertinence de prĂ©senter les Ă©coles du nord et du sud de l’Espagne qui se sont succĂ©dĂ©es de la fin du XVe siècle au tout dĂ©but du XVIIIe. Chaque compositeur est ainsi servi par un univers sonore qui lui est propre. Cette palette sonore Ă©largie constitue une vĂ©ritable originalitĂ© dans la dĂ©marche de construction d’un orgue typĂ© et sans compromis, en regard de la rĂ©alitĂ© historique, ce que le double album illustre parfaitement. Ce survol stylistique permet Ă©galement de proposer une recherche pertinente dans le domaine de la registration, suivant les Ă©poques, les compositeurs espagnols Ă©tant avares de conseils sur ce plan. Le meilleur guide reste donc la spĂ©cificitĂ© sonore des jeux copiĂ©s sur les modèles historiques et les possibilitĂ©s de mĂ©langes qu’ils offrent. S’y ajoute le souci constant de servir au mieux la musique dans sa structure rythmique et mĂ©lodique, tout en respectant les Ă©quilibres nĂ©cessaires entre les contrastes sonores. Enfin, l’enjeu Ă©tait de faire entendre toutes les possibilitĂ©s sonores de cet orgue Ă  travers les diffĂ©rentes formes d’écriture, du tiento lleno (plein, sans contraste sonore) aux pièces pour demi-registres (dont la partie haute ou basse est contrastĂ©e) jusqu’aux batailles descriptives, imitant mĂŞme le roulement de tambour produit par des basses profondes faisant intervenir une dissonance entre deux notes Ă  un demi-ton d’intervalle (effet non indiquĂ© par le compositeur bien sĂ»r mais faisant appel Ă  l’imagination de l’interprète)… 

 

SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARS

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS / CNC : Pendant le festival Musique et Mémoire, Jean-Charles Ablitzer occupe une place a part ; pouvez vous en préciser les enjeux et les apports ? Les formes de concert, comme les artistes avec lesquels il se produit (par exemple en 2019…)?

Fabrice CREUX : La musique baroque a fait l’objet depuis près de quarante ans d’un intense mouvement de redécouverte d’œuvres inconnues et des principes d’interprétation historiquement informés (recherche des manuscrits originaux, des instruments d’époque, des effectifs d’origine, du style d’interprétation…).
Ce mouvement de retour au baroque s’est attaché tout particulièrement à retrouver le son originel. Pour Philippe Beaussant, c’est la « recherche du son, de la couleur du son, de la vérité du son, de la vérité sonore d’une œuvre » qui importe vraiment.
Dans les années 70, alors que le répertoire d’orgue ancien se jouait sur des instruments inadaptés et que les instruments antérieurs au XVIIIe siècle sont meurtris, quelques organistes « pionniers » redonnent vie à un patrimoine oublié. Ils explorent les répertoires en redécouvrant les principes d’interprétation et révèlent au public des pages majeures de la mémoire musicale.

Ainsi, grâce à la restauration scrupuleuse des orgues d’époque et la construction d’instruments typés, les organistes ont retrouvé progressivement les sonorités adaptées aux différentes littératures européennes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

C’est dans ce contexte que Jean-Charles Ablitzer a initié à Belfort et Grandvillars la construction d’instruments aux esthétiques sonores affirmées :
• Orgue italien (Gérald Guillemin, 1979), église Saint-Odile de Belfort
• Orgue nordique (Marc Garnier, 1984), temple Saint-Jean de Belfort
• Orgue espagnol (Joaquín Lois Cabello – Christine Vetter, 2018), église Saint-Martin de Grandvillars.

Le festival Musique et Mémoire s’est toujours attaché  à mettre en situation les répertoires associés à ce patrimoine exceptionnel en créant un écrin dramatique adapté à chaque univers sonore où les voix, les instruments, la mise en lumière font écho aux émouvantes musiques de Correa de Arauxo, Frescobaldi, Praetorius, Buxtehude, Bach….

Ainsi, cet été nous valoriserons à nouveau l’orgue espagnol de Grandvillars avec deux concerts successifs proposant une immersion dans l’univers de deux géants de la musique espagnole : Tomás Luis de Victoria (Requiem, Vox Luminis) et Francisco Correa de Arauxo (Tientos, Jean-Charles Ablitzer).

A travers ces deux programmes, il nous a semblĂ© essentiel de permettre aux mĂ©lomanes de mieux comprendre dans quel contexte artistique se situe cet instrument dont le rĂ©pertoire appartient Ă  une pĂ©riode extraordinaire de rayonnement culturel de l’Espagne en Europe (Le Siècle d’Or).

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS / CNC : En quoi les concerts d’orgue apportent-ils des Ă©lĂ©ments diffĂ©rents Ă  une programmation traditionnelle ?
 
Fabrice CREUX : Compte-tenu de son histoire, l’orgue est évidemment un instrument singulier, comparable à nul autre. Pour autant, la place qu’il occupe dans l’histoire de la musique et plus particulièrement aux époques défendues par le festival est absolument essentielle. Les plus grands compositeurs ont écrit pour l’orgue, au premier rang d’entre eux, l’immense Johann Sebastian Bach !
Comment alors imaginer un projet artistique dédié à la musique ancienne qui ignorerait ce patrimoine ?  C’est évidemment inconcevable. Aussi, profitant de la richesse du patrimoine local, nous avons tout naturellement donné à sa littérature une place de choix dans chaque programmation, permettant aux auditeurs d’en apprécier la beauté.

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS / CNC : Quels sont les aspects de ce double cd qui vous ont particulièrement captivé ?


Jean-Charles ABLITZER : L’enregistrement d’un double CD était nécessaire pour pouvoir offrir un choix de pièces illustrant tous les styles d’écritures ainsi que l’ensemble des grandes écoles d’orgue en Espagne. Il est clair que ces deux disques ne sont pas faits pour être écoutés in extenso, mais ils offrent la possibilité de voyager dans le temps, de comparer des styles de composition. Ils permettent de comprendre l’évolution de l’écriture et font découvrir l’art de la « mise en son », voire l’« orchestration » à travers la registration choisie pour certaines pièces. Il faut se rappeler que ces formes d’écriture peuvent aussi être traduites par d’autres instruments que ceux à clavier (harpe, luth ou ensembles instrumentaux). Le côté un peu « encyclopédique» d’un tel  survol musical n’est possible qu’à travers l’enregistrement, car seule cette forme de diffusion  permet de donner une vision d’ensemble de la musique espagnole dédiée à l’orgue. La démarche est différente de celle du concert, mais l’auditeur a aussi la possibilité d’« organiser » le programme d’écoute à sa guise, grâce à la commande des plages à distance.
L’autre aspect très séduisant de cette publication tient au fait que l’on peut découvrir dans le livret  la beauté de l’instrument à travers les photos remarquables qui y sont publiées, le témoignage original des facteurs d’orgues sur l’engagement qu’ils mettent dans leur travail. L’ensemble, instrument, interprétation, travail éditorial, met en avant une réalisation collective, dans laquelle chacun a donné le meilleur de lui-même.

 

 

Propos recueillis en mars 2019

 

 

 grandvillars-orgue-concert-jean-claude-ablitzer-classiquenews-critique-cd-el-siglo-de-oro-concert-festivals-critique-classique-news

 

 
 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

LIRE aussi notre CRITIQUE DU CD EL SIGLO DE ORO / Jean-Charles Ablitzer / CLIC DE CLASSIQUENEWS de mars 2019

ablitzer-jean-charles-siglo-de-oro-cd-festival-musique-et-memoire-cd-critique-annonce-cd-orgue-par-classiquenewsCD, événement, critique. El SIGLO DE ORO. Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars : Cabezon, Cabanilles… (2 cd Musique & Mémoire, oct 2018). En 2 cd, remarquablement édités (livret et illustrations de grande valeur, détaillant les qualités de l’instrument ibérique récemment inauguré à Grandvillars, en oct 2018), le coffret à l’initiative du festival Musique & Mémoire souligne l’œuvre de défricheur de l’organiste Jean-Charles Ablitzer (par ailleurs artiste associé du Festival des Vosges du sud) ; sa recherche sur l’organologie élargit toujours les champs de connaissances comme elle ne cesse de poser des questions sur la manière d’interpréter une très riche littérature musicale. S’agissant de l’orgue ibérique, voici un jalon indiscutable qui lève le voile sur la diversité des écritures comme l’originalité de la facture instrumentale à l’époque de Charles Quint et de ses successeurs…
 

 

________________________________________________________________________________________________

 

LIRE aussi notre ANNONCE du El Siglo de Oro :
CD événement, annonce. SIGLO DE ORO, Jean-Charles Ablitzer (2 cd Festival Musique & Mémoire 2018).

Emblématique de sa recherche musicale à partir de la facture des orgues historiques, le festival Musique & Mémoire publie le nouveau disque de Jean-Charles Ablitzer qui joue sur l’orgue espagnol Joaquín Lois Cabello – Christine Vetter (2018) de l’église St. Martin de Grandvillars (France, Territoire-de-Belfort). La volonté de rendre compte des possibilités saisissantes de l’instrument ainsi réalisé (inauguré au printemps 2018) est au cœur d’un programme qui sous le titre du Siècle d’or, Siglo de oro, cible l’apogée culturel et musical des Habsbourg, quand Cabezon et Cabanilles livraient la musique d’une dynastie soucieuse de sa grandeur comme de l’expression de sa propre spiritualité. Doué de qualités surprenantes, « l’orgue ibérique, avec ses sonorités flamboyantes et contrastées, invente ses formes caractéristiques tels que le tiento, les diferencias ou encore la batalla. » Le programme est d’autant plus convaincant qu’il est l’objet d’une remarquable édition en 2 cd et un livret de 72 pages. C’est une claire manifestation de l’interaction entre l’ancrage dans un territoire, l’essor de la facture d’orgue qui s’y est implanté et la complicité de longue date entre le Festival Musique & Mémoire (fleuron des festivals d’été) et l’organiste Jean-Charles Ablitzer. LIRE notre critique développée du cd Siglo d’oro par Jean-Charles Ablitzer dans le mag cd dvd livres de classiquenews.com

 

 

Illustrations de l’entretien croisé Fabrice Creux / Jean-Charles Ablitzer : © Michel Gantner 2019 / Festival Musique & Mémoire

 

 
 

 

CD, événement, critique. El SIGLO DE ORO. Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars : Cabezon, Cabanilles… (2 cd Musique & Mémoire, oct 2018).

ablitzer-jean-charles-siglo-de-oro-cd-festival-musique-et-memoire-cd-critique-annonce-cd-orgue-par-classiquenewsCD, événement, critique. El SIGLO DE ORO. Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars : Cabezon, Cabanilles… (2 cd Musique & Mémoire, oct 2018). En 2 cd, remarquablement édités (livret et illustrations de grande valeur, détaillant les qualités de l’instrument ibérique récemment inauguré à Grandvillars, en oct 2018), le coffret à l’initiative du festival Musique & Mémoire souligne l’œuvre de défricheur de l’organiste Jean-Charles Ablitzer (par ailleurs artiste associé du Festival des Vosges du sud) ; sa recherche sur l’organologie élargit toujours les champs de connaissances comme elle ne cesse de poser des questions sur la manière d’interpréter une très riche littérature musicale. S’agissant de l’orgue ibérique, voici un jalon indiscutable qui lève le voile sur la diversité des écritures comme l’originalité de la facture instrumentale à l’époque de Charles Quint et de ses successeurs…

L’art des contrastes, l’architecture des plans sonores sont caractéristiques de l’orgue espagnol (coupure des jeux en basse et dessus sur clavier unique / Tiento de medio registro) ; à l’époque où l’Espagne règne sur le moitié du monde connu et jusqu’aux Amériques, y exploitant et ramenant des monceaux d’or, Charles Quint incarne ce « siècle d’or » / Siglo de oro, dont témoigne sur le plan artistique et musical, le programme plutôt très riche de ce nouvel album de Jean-Charles Ablitzer.
Immédiatement frappé par l’imaginaire expressif de l’organiste, l’auditeur voyage d’écritures en pièces et formes diverses, de Cabezon à Cabanilles… ce sont tous les « peintres-compositeurs » ibériques qui dans leurs couleurs et leurs dispositions ressuscitent. Le sens des respirations, le souci constant de l’accentuation naturelle et flexible, redonnent vie aux écritures des maîtres de l’orgue dans le premier XVIè siècle espagnol.

Un court tour d’horizon s’impose pour souligner la pertinence du contenu. A la précision du jeu répond l’intérêt des pièces sélectionnées.
Ainsi le castillan Cabezon (mort en 1566) dont l’activité suit de très près l’histoire dynastique des Habsbourg de Charles Quint à Philippe II. Ses Tientos, expression libre dans l’esprit de la fantaisie ou de la toccata, pour éprouver le clavier et le faire sonner librement indique un esprit universel car le compositeur (aveugle) fut grand voyageur, explorant tous les territoires du vaste empire : Italie, Flandres; Allemagne et aussi Angleterre et France.
Se distinguent ses flamboyantes diferencias, d’esprit populaire (danses, chansons traditionnelles : « sobre la gallarda milanesa », ou « el canto llano del Caballero »), ou avec l’éclat de cette chanson française (la dama le demanda / la belle qui tient ma vie) en provenance de la Cour de François, alors prisonnier en Espagne…

Les Aragonais… Aguilera de Heredia (mort en 1627) demandeur d’un jeu de dulzaina / voix de basse séparée (tiento de basso) pour l’orgue, se révèle très original ; il affirme ainsi le style de l’école aragonaise, à la rythmique accentuée, innovante, pleine d’audaces harmoniques qui révèlent l’époque des retables baroques au souffle nouveau. Le mouvement, une nouvelle « dramaturgie » aussi se manifeste. Ximénez (mort en 1672) prolonge le geste imaginatif de son maître Heredia : sa Bataille / Batalla (de sexto tono) permettent de reconstruire l’espace et l’architecture sonore avec des effets expressifs nouveaux.

Et que dire de Pablo Bruna (mort en 1679) ici aussi révélé ? (et qui ferme le cd1). Même tempérament novateur comme Heredia, et lui aussi … aveugle (comme Cabezon). Organiste à Daroca, centre de pèlerinage très actif (Collégiale Santa maria la Mayor de los Corporales), Bruna réinvente l’espace sonore lui aussi, capable de prouesses expressives virtuoses, grâce aussi à l’excellence de l’orgue local (par Guillaume de Lupe vers 1610). Ses improvisations fameuses attirent les foules, y compris les rois : Philippe IV et Charles II qui rejoignent Daroca pour l’écouter (tiento sobre la letania de la Virgen, ultime pièce du cd 1).

 

  

 

Jean-Charles Ablitzer fait sonner et briller l’orgue de Grandvillars
L’âge d’or de l’orgue ibérique

 

SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARS 

 

CĂ´tĂ© Andalous et Valenciens, Jean-Charles Ablitzer dĂ©fend un mĂŞme engagement pour souligner la vitalitĂ© des sensibilitĂ©s artistiques. Le choix est lĂ  aussi large et très rĂ©vĂ©lateur, soulignant encore l’âge d’or de l’orgue dans la pĂ©riode qui nous occupe. Francisco de la Torre (mort vers 1507) illumine SĂ©ville par ses compositions sacrĂ©es et aussi narratives et flamboyantes comme la danza alta sur la basse danse « La Spagna », utilisĂ©e comme cantus firmus. La carrure, la noblesse de l’écriture indiquent que dans l’Andalousie reconquise, Charles Quint a Ă©difiĂ© l’Alhambra, – palais italien Renaissance en pleine architecture mauresque (premier opus du cd2).

Le Franciscain et théoricien Juan Bermudo (mort vers 1565), apporte lui aussi son offrande musicale, caractérisée, dans ses pièces pour l’orgue contenues dans sa Declaración de instrumentos musicales (2 pièces dont la première Cantus del modo primero.)…

La Cathédrale de Séville se dote en 1579 d’un orgue dû au facteur flamand Maese Jorge, avec la spécificité déjà explicitée : jeux de basse et de dessus sont coupés. Maîtres de cette particularité technique et sonore, la dynastie des Peraza : l’interprète distingue avec raison Francisco, mort en 1598 dont la seule pièce parvenue (tiento de medio registro alto, primer tono) montre combien le compositeur a su exploiter ressources et caractères du nouvel orgue sévillan.

Son élève, Francisco Arauxo (mort en 1654) s’affirme plus encore, grâce aux pièces contenues dans son recueil : « Faculdad Orgánica (1626), méthode miroir de son expertise (en 69 tientos) où le compositeur détaille aussi la manière de toucher et d’ornementer : une bible pour l’interprète actuel (quatre passionnants tientos dont l’avant dernier sur la bataille de Morales).

Enfin à Valence (dont il fait un nouveau phare artistique de l’instrument), Juan Cabanilles (1644-1712) ferme le programme ; chronologiquement il est déjà hors Siècle d’Or, mais son art suprême récapitule et synthétise tout ce qui a précédé, fusionnant le savant et le flamboyant, désormais point ultime de la grande histoire de l’orgue ibérique. A quelques années près, Cabanilles incarne un âge d’or qui s’efface avec sa mort, comme c’est le cas du règne et de la disparition de Louis XIV (1715) : les ors d’un feu qui a duré depuis la dernière décennie du XVè, s’y déverse avec équilibre et exubérance. D’ailleurs, Cabanilles joue avec les formes explorées précédemment par ses ainés : tientos, mais aussi toccata, pasacalle, corrente (évidemment italienne)… l’érudition est grande et le geste très libre.

Sous les doigts experts de Jean-Charles Ablitzer, l’orgue ibérique de Grandvillars, confirme ses extraordinaires qualités expressives, spatiales, sonores. La pensée de l’interprète ressuscite tout l’imaginaire des compositeurs organistes en Espagne depuis la fin du XVè : les couleurs rutilent ; fluide et précis, le jeu souligne cette esthétique des contrastes très affûtée, mordante, propice à l’évènement de l’orgue orchestral, capable d’émouvoir comme de saisir par la force de son spectre spatialisé (cf l’évocation des Batailles).

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLIC_macaron_2014CD Ă©vĂ©nement, critique. SIGLO DE ORO, Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars – JoaquĂ­n Lois Cabello – Christine Vetter (2018) – Enregistrement rĂ©alisĂ© en octobre 2018 dans l’Eglise St. Martin de Grandvillars (France, Territoire-de-Belfort)- 2 cd Musique & MĂ©moire – superbe livret richement illustrĂ©, comprenant une notice de prĂ©sentation du programme par JC Ablitzer et la fiche technique de l’orgue de Grandvillars). CLIC de Classiquenews de mars 2019

Coffret 2 CD, livret illustré 72 pages
Durée : CD1 / 1h07mn – CD 2 / 1h04mn
MM 2018-01-02 DDD
EAN : 3775000042202
Made in France
Commentaires en français
English commentary inside
Comentarios en español
www.musetmemoire.com
© Musique et Mémoire 2018
â„— Musique et MĂ©moire 2019

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre présentation du coffret 2 cd El Siglo de Oro / Jean-Charles Ablitzer (oct 2018)
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-annonce-siglo-de-oro-jean-charles-ablitzer-2-cd-festival-musique-memoire-2018/

LIRE aussi notre prĂ©sentation du prochain Festival MUSIQUE & MÉMOIRE (19 juillet – 4 aoĂ»t 2019)
http://www.classiquenews.com/vosges-du-sud-26e-festival-musique-memoire-2019/

 
 

 
 

grandvillars-orgue-concert-jean-claude-ablitzer-classiquenews-critique-cd-el-siglo-de-oro-concert-festivals-critique-classique-news

 

 

Illustrations : Orgue ibérique de Grandvillars © Michel Gantner 2019 / Festival Musique & Mémoire

  

  

 

CD événement, annonce. SIGLO DE ORO, Jean-Charles Ablitzer (2 cd Festival Musique & Mémoire 2018)

ablitzer-jean-charles-siglo-de-oro-cd-festival-musique-et-memoire-cd-critique-annonce-cd-orgue-par-classiquenewsCD Ă©vĂ©nement, annonce. SIGLO DE ORO, Jean-Charles Ablitzer (2 cd Festival Musique & MĂ©moire 2018). EmblĂ©matique de sa recherche musicale Ă  partir de la facture des orgues historiques, le festival Musique & MĂ©moire annonce le nouveau disque de Jean-Charles Ablitzer qui joue sur l’orgue espagnol JoaquĂ­n Lois Cabello – Christine Vetter (2018) de l’église St. Martin de Grandvillars (France, Territoire-de-Belfort). La volontĂ© de rendre compte des possibilitĂ©s saisissantes de l’instrument ainsi rĂ©alisĂ© (inaugurĂ© au printemps 2018) est au cĹ“ur d’un programme qui sous le titre du Siècle d’or, Siglo de oro, cible l’apogĂ©e culturel et musical des Habsbourg, quand Cabezon et Cabanilles livraient la musique d’une dynastie soucieuse de sa grandeur comme de l’expression de sa propre spiritualitĂ©. DouĂ© de qualitĂ©s surprenantes, « l’orgue ibĂ©rique, avec ses sonoritĂ©s flamboyantes et contrastĂ©es, invente ses formes caractĂ©ristiques tels que le tiento, les diferencias ou encore la batalla. » Le programme est d’autant plus convaincant qu’il est l’objet d’une remarquable Ă©dition en 2 cd et un livret de 72 pages. C’est une claire manifestation de l’interaction entre l’ancrage dans un territoire, l’essor de la facture d’orgue qui s’y est implantĂ© et la complicitĂ© de longue date entre le Festival Musique & MĂ©moire (fleuron des festivals d’étĂ©) et l’organiste Jean-Charles Ablitzer. Prochaine critique dĂ©veloppĂ©e du cd Siglo d’oro par Jean-Charles Ablitzer dans le mag cd dvd livres de classiquenews.com

p1520452_

—————

présentation in english :

ablitzer-jean-charles-siglo-de-oro-cd-festival-musique-et-memoire-cd-critique-annonce-cd-orgue-par-classiquenewsThe Spanish Golden Age began around the year 1492 with the end of the Reconquista and Columbus’ first voyage to the New World. It coincided with the political rise and decline of the Habsburg dynasty. During this period, Spain exerted a great cultural influence over the rest of Europe. The Iberian organ, with its flamboyant and contrasting sounds, benefited from this vitality as its characteristic forms, such as tientos, diferencias and batallas, were invented. From CabezĂłn, organist at the court of Charles V, to Cabanilles, the last great composer of this splendid period, this album illustrates the incomparable beauty of an art that combined learned and popular elements to great effect.

p1520382_

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200CD Ă©vĂ©nement, annonce. SIGLO DE ORO, Jean-Charles Ablitzer (2 cd Festival Musique & MĂ©moire 2018) – Orgue espagnol JoaquĂ­n Lois Cabello – Christine Vetter (2018) – Eglise St. Martin de Grandvillars (France, Territoire-de-Belfort)

Coffret 2 CD, livret illustré 72 pages
Durée : CD1 / 1h07mn – CD 2 / 1h04mn

MM 2018-01-02 DDD
EAN : 3775000042202
Made in France

Commentaires en français
English commentary inside
Comentarios en español

www.musetmemoire.com
© Musique et Mémoire 2018
â„— Musique et MĂ©moire 2019

Illustrations : orgue de Grandvillars © Mirou

________________________________________________________________________________________________

Concert d’orgue Ă  Belfort. Lully, musicien du Roi-Soleil

a909Belfort.Orgue et opĂ©ra. Lully, musicien du Roi-Soleil, le 18 septembre 2015, 20h30. Jean-Charles Ablitzer, orgue. Françoise Masset, soprano. Sous l’instigation du cardinal Mazarin, première autoritĂ© politique de France, l’opĂ©ra italien arrive en France vers 1645. La dĂ©couverte de ce genre nouveau dans le paysage musical français bouleverse l’Ă©criture pour orgue. La stricte polyphonie cède le pas aux rĂ©cits, aux dialogues, aux trios et les instruments se dotent systĂ©matiquement de deux ou trois claviers permettant les contrastes et la mise en avant d’une ligne mĂ©lodique imitant souvent la voix ou l’orchestre. L’orgue s’empare d’une théâtralitĂ© nouvelle, osant exprimer le chant des passions humaines Ă  l’image des auteurs italiens alors en vogue, portĂ©s par le goĂ»t du Cardinal mĂ©lomane, Rossi, Marrazzoli, Cavalli… D’ailleurs, les cĂ©lĂ©brations du mariage du jeune dauphin Louis, futur Louis XIV, sont commĂ©morĂ©es avec le concours des Italiens Ă  Paris et par la crĂ©ation d’un nouvel opĂ©ra de Cavalli (Ercole Amante) et la reprise d’un ancien (Serse)…

2015 : tricentenaire de la mort du Roi SoleilLa commĂ©moration du tricentenaire de la mort de Louis XIV – dĂ©cĂ©dĂ© le 1er septembre 1715, après 72 ans de règne-, est l’occasion de s’inspirer de la dĂ©marche des organistes du Grand Siècle en prĂ©sentant au public un choix d’Ĺ“uvres du plus grand inventeur d’opĂ©ra Ă  la française, Jean-Baptiste Lully. De fait, l’Ă©criture du surintendant de la musique s’adapte parfaitement au clavier. Pour ce concert, l’orgue soliste alterne avec une sĂ©lection des plus beaux airs des tragĂ©dies mises en musique par Lully, mettant ainsi en avant la justesse poĂ©tique et le souffle universel de son Ĺ“uvre. Jusqu’en 1673 (crĂ©ation de la première tragĂ©die en musique de Lully : Cadmus et Hermione), et Ă  travers les nombreuses comĂ©dies-ballets inventĂ©es par Molière et Lully, Louis XIV qui règne en 1661, façonne et perfectionne son goĂ»t musical Ă  la source des Italiens… Le balladin, danseur et compositeur Lulli, florentin de naissance, indique clairement la domination de l’Italie dans le domaine des arts… jusqu’Ă  l’essor du style versaillais Ă  partir du dĂ©but des annĂ©es 1670.

Lully, le musicien du Roi-Soleil
Airs et transcriptions
Journée européenne du patrimoine
Tricentenaire de la mort de Louis XIV
Vendredi 18 septembre, 20 h 30
Cathédrale Saint-Christophe de Belfort

Jean-Charles Ablitzer, orgue historique
(Waltrin / Callinet : Schwenkedel)
Françoise Masset, dessus
Josep Cabré, basse-taille

Réservation conseillée 03 84 49 33 46 /
festival@musetmemoire.com

Réservation conseillée
12 €, 10 € (adhĂ©rents Musique et MĂ©moire et Amis de l’Orgue et de la Musique de Belfort) et 5 € (rĂ©duit)

Concert proposĂ© par les Amis de l’Orgue et de la Musique de Belfort et Musique et MĂ©moire avec le soutien spĂ©cifique de l’Etat (FNADT) dans le cadre de la Convention interrĂ©gionale du Massif des Vosges 2015-2020 et de la Ville de Belfort.

ConfĂ©rence Ă  17 h, salle d’honneur de l’HĂ´tel de Ville de Belfort
ConfĂ©rence par le docteur Jean Valla “La santĂ© de Louis XIV vue par un mĂ©decin du 21ème siècle ». EntrĂ©e libre, dans la limite des places disponibles.

Grand reportage vidéo : le Festival Musique et Mémoire 2013 (les 20 ans)

Grand reportage vidĂ©o : Festival Musique et MĂ©moire 2013. Au cĹ“ur du Pays des Vosges SaĂ´noises, le festival Musique et MĂ©moire interroge les nouveaux champs crĂ©atifs de la Renaissance et du Baroque. A l’invitation de son directeur artistique et fondateur, Fabrice Creux, le Festival en laboratoire des pratiques musicales rĂ©invente le principe des rĂ©sidences d’artistes. Geste vocal, nouvelles formes de concerts, orgue en scène… sont les volets d’une dĂ©marche unique en France qui recherche toujours Ă  conquĂ©rir de nouveaux publics. Reportage exclusif CLASSIQUENEWS : avec Fabrice Creux (directeur artistique fondateur du Festival), Bruno Boterf (directeur musical de l’ensemble en rĂ©sidence Ludus Modalis), Jean-Charles Ablitzer (organiste associĂ© du Festival).