Angers Nantes OpĂ©ra : somptueuse Ville morte de Korngold jusqu’au 17 mars 2015

korngold-villl-morte-angers-nantes-opera-plan-general-acte-I-copyright-jeff-rabillon-2015-angers-nantes-operaAngers Nantes OpĂ©ra : somptueuse Ville morte de Korngold jusqu’au 17 mars 2015. Superbe production Ă  l’opĂ©ra de Nantes en mars 2016,  première dès demain, dimanche 8 mars 2015 14h30 : La Ville morte du jeune Korngold (1920) d’après le roman de l’Ă©crivain symboliste Rodenbach. AidĂ© par son père,  Korngold Ă  peine âgĂ© de 20 ans compose l’un de ses meilleurs opĂ©ras qu’Angers Nantes OpĂ©ra propose Ă  l’affiche du Théâtre Graslin pour 5 reprĂ©sentations absolument incontournables.  La production est bien connue des connaisseurs et amateurs, et lĂ©gitimement saluĂ©e Ă  sa crĂ©ation en 2010 (alors sur les planches de l’opĂ©ra de Nancy). C’est que le metteur en scène allemand (nĂ© Ă  Bonn),  Philipp Himmelmann souligne le dĂ©lire fantastique qui assaille l’esprit du hĂ©ros,  Paul,(tĂ©nor), jeune veuf plutĂ´t catholique : Paul. En homme de théâtre subtil mais aussi mordant,  le metteur en scène joue sur la fragmentation psychique et crĂ©e un plateau kalĂ©idoscopique dont l’action Ă©clatĂ©e dans l’espace exprime très justement l’esprit diffus,  dĂ©truit du jeune homme.

KORNGOLD-ville-morte-Nantes-Daniel-Kirch-copyright-jeff-RabillonSa rencontre rĂ©elle,  fantasmĂ©e avec la jeune comĂ©dienne Marietta nourrit sa folie dĂ©pressive, car l’actrice lui rappelle Ă©trangement son Ă©pouse perdue. Le jeu d’acteurs emprunte au théâtre le plus exigeant,  le dispositif scĂ©nique insiste sur l’incompatibilitĂ© des ĂŞtres acteurs dans un songe qui bascule dans le cauchemar grimaçant et angoissant.  Le tableau le plus saisissant demeure certainement l’intĂ©gration exceptionnellement rĂ©ussie de la vidĂ©o qui permet d’inscrire de façon naturelle et juste la part de magie fantastique qui se dĂ©veloppe dans l’esprit du jeune homme endeuillĂ©,  amoureux inconsolable après la perte de son Ă©pouse Marie.

 

 

 

DĂ©pressive et flamboyante Bruges

 

korngols-ville-morte-helena-Juntunen-copyright-jeff-rabillon-205-angers-nantes-operaDans la fosse,  Thomas Rösner ici mĂŞme saluĂ© pour un Lucio Silla de Mozart orchestralement vif argent, confirme une sensibilitĂ© Ă©clatante dans l’une des partitions les plus flamboyantes du rĂ©pertoire. Korngold malgrĂ© son jeune âge s’y montre en effet aussi imaginatif que furieusement sensuel,  MahlĂ©rien et Straussien inspirĂ© (La Ville morte semble en maints endroits prolonger La femme sans ombre de Strauss crĂ©Ă© en 1919),  n’hĂ©sitant jamais Ă  parfois raffiner jusqu’Ă  l’extrĂŞme et sans le surcharger l’accomplissement du drame. Le chant exaltant et postromantique de l’orchestre nourrit de magistrale façon le dĂ©lire onirique de Paul…  Cest aussi dans le prolongement du roman de Rodenbach,  un parcours hypnotique oĂą le chatoiement permanent des instruments convoque sur la scène lyrique la prĂ©sence mortifère, maladive mais ensorcelante de “Bruges la morte” telle que l’exprime Rodenbach dans son texte paru Ă  l’origine sous la forme de feuilleton dans les pages du Figaro. …

Voici assurĂ©ment l’un des ouvrages lyriques les plus envoĂ»tants jamais Ă©crits,  servi Ă  Nantes comme souvent,  dans une Ă©blouissante rĂ©alisation.

 

 

 

 

ANO-die-tote-stadt-mars-2015-leaderboardKorngold: La Ville Morte (crĂ©Ă© Ă  Cologne et Hambourg, 1920.)  NANTES, Théâtre Graslin. 5 reprĂ©sentations Ă  ne pas manquer d’autant que la distribution s’y montre particulièrement convaincante-, Ă  Nantes,  Théâtre Graslin,  les 8 (14h30) puis 10, 13, 15 et 17 mars 2015 (Ă  20h). N’hĂ©sitez pas pour retenir votre place tant qu’il en reste encore. Choc esthĂ©tique, plateau ensorcelant, fosse Ă©ruptive et onirique : c’est le spectacle Ă  ne pas manquer cette saison, comme ce fut le cas du fabuleux Tristan und Isolde par Olivier Py, sommet dans la proposition d’Olivier Py Ă  l’opĂ©ra (et qui n’est toujours pas “montĂ©” jusqu’Ă  Paris !). La Ville morte de Korngold prĂ©sentĂ©e Ă  Nantes est un Ă©vĂ©nement Ă  ne pas manquer. RĂ©servation, informations sur le site de l’OpĂ©ra Graslin / Angers Nantes OpĂ©ra.

 

 

LIRE notre prĂ©sentation complète de l’opĂ©ra La Ville morte de Korngold d’après Rodenbach Ă  Nantes dans la mise en scène de Philipp Himmelmann…

 

 

Illustrations : Jeff Rabillon © 2015 pour Angers Nantes OpĂ©ra : tableau gĂ©nĂ©ral Ă  l’acte I, le tĂ©nor Daniel Kirch et la soprano Helena Juntunen dans les Ă©crasants / hallucinants rĂ´les de Paul et de Marietta / Marie.