Cd événement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)

SOLAL gaelle guitare TUHU villa lobos review cd critique classiquenews audoraCD événement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019). Quelle serait la quintessence du spleen brésilien ? En voici un remarquable proposition. L’album concrétise tout une démarche personnelle et intime cultivée autour des partitions de Villa-Lobos ; la guitariste Gaëlle SOLAL est même parti au Brésil pour y découvrir comment est vécue la musique du compositeur brésilien, comment elle est jouée (entre autres au sein des « roda », ces rondes de musiciens que se forment par affinités autour d’une table à Rio…) et ce qui perpétue son héritage. Il en découle cet album « Tuhu », (prononcer tou-hou / et qui signifie « petite flamme »), surnom donné à Villa-Lobos par sa mère (par ce que l’enfant avait la passion des trains) ; et aussi dernier mouvement de la Suite composée par Roland Dyens en hommage au Brésilien.

Le programme suit les jalons d’un parcours tissé de riches références et filiations, d’hommages et de transcriptions (du piano à la guitare), avec des « relectures » ou réappropriations surprenantes voire enthousiasmantes: ainsi le Choro de Pixinguinha, hommage particulièrement raffiné à Villa-Lobos, lui-même compositeur fascinant de Chôros, emblème de l’âme carioca. Ainsi surtout la relecture (adaptation) que réalise Gaëlle SOLAL elle-même de Brejeiro (« espiègle ») d’Ernesto Nazareth, prétexte à un développement propre désormais à la guitare (d’après l’original pour piano) ; la guitariste ajoute intros, codas et une impro pour la partie centrale mineure (extension qui n’existe pas chez Nazareth). Même processus transcriptif régénérateur la Saudade de Dyens, hommage au Brésil et à Villa-L. Cas particulier, le Prélude n°2 de ce dernier (appartenant au cycle des 5 Préludes) évoque l’enfant de Rio au moment où il reçoit la passion de la musique en découvrant les musiciens (guitaristes) des rues.

La guitariste Gaëlle Solal joue Villa-Lobos & friends
Hommage poétique à Heitor dit « Tuhu »

 

Outre le choix des pièces qui forment une collection pertinente d’airs pour la guitare, le geste de l’interprète séduit immédiatement.
La guitariste visiblement très inspirée conduit l’auditeur en un parcours jalonné de perles au charme indiscutable, contrasté, évocateur. C’est d’abord la puissance de feu, la digitalité éruptive de l’hommage de R Dyens à Villa-Lobos (VL) ; puis la grande tendresse nostalgique mais pas sombre de Carinhoso de Pixinguinha, idéalement enchaînée avec le très célèbre et irrésistible Chôros n°1 de VL, invitation chaloupée à l’âme carioca et brésilienne, pièce originale pour guitare qui fait la passerelle avec l’ami pianiste et compositeur Ernesto Nazareth auquel est dédié cette pièce mythique : en résonance, Nazareth écrit « Brejeiro » (ici arrangé par la guitariste) en miroir du Chôros n°1, avec une vitalité dansante, une sorte de marche heureuse qui séduit immédiatement.
CLIC D'OR macaron 200D’un bout à l’autre, on déguste et savoure le sens des phrasés suggestifs, le chant murmuré de Gaëlle Solal, son laisser-faire, ses points de tension et de détente, enchaînés, résolus avec un sens naturel véritablement chorégraphique (même qualité pour le Prélude n°2 de Villa-Lobos); fluide, d’une articulation ténue, précise, son Villa-Lobos n’est jamais vraiment mélancolique comme peut l’être la pièce qui suit « Constance » de Guinga. Tout s’écoule en un flux qui respire et dévoile des éclairs intérieurs, introspectifs, où la vie secrète, intime se résolve d’elle même avec une sérénité à toute épreuve (Mazurka-Chôro de VL). Et même sa « Tristorosa » garde toujours une lumière intacte d’une couleur pudique et intime, admirable. Et s’il ne devait demeurer qu’un seul air ici magnifiquement réalisé, avouons notre préférence pour l’ineffable caprice « Schottish-Chôro », fragment de la Suite Populaire Brésilienne de Villa-Lobos, toute en finesse, chant lumineux, suggestive facétie mesurée. CLIC de CLASSIQUENEWS Noël 2020.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Cd événement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019) – (Parution digitale : 4 déc 2020 – sortie physique le 11 décembre 2020). CLIC de classiquenews Noël 2020.

 

ACHETER le cd “Tuhu” / Villa-Lobos & friends par Gaëlle SOLAL, guitare (1 cd Eudora)

LIRE aussi notre annonce du cd TUHU par Gaëlle SOLAL (1 cd Eudora)

 

 

 

TEASER vidéo du cd TUHU par Gaëlle SOLAL :

 

 

CD événement, annonce. « TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)

SOLAL gaelle guitare TUHU villa lobos review cd critique classiquenews audoraCd événement, annonce. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)  -  Tuhu / “petite flamme”, c’est le surnom que la mère de Villa-Lobos donnait à son cher fils, lui-même passionné par les locomotives… Le titre de l’album de la guitariste Gaëlle Solal tisse un superbe hommage aux musiques de Heitor Villa-Lobos, génie de l’âme brésilienne que la guitariste française a ressenti au plus près, en particulier après un séjour décisif au Brésil, à Rio (entre autres): de filiations en références, de transcriptions en relectures, Gaëlle Solal captive par un jeu crépitant, ivre de soleil et virtuose en rythmes contrastés, enchaînés, parfois réécrits. Le programme du cd « Tuhu » offre mille nuances sonores, suavement brésiliennes : il confirme l’étonnante faculté de la guitare ainsi maîtrisée à exprimer tous les savants métissages qui tissent ici un fabuleux journal intime. Roland Dyens, Pixinguinha, Nazareth, CLIC D'OR macaron 200Guinga, Jobim forment une « roda » imaginaire, tous réunis autour d’un Villa-Lobos éternellement inspirant. Pleine critique à venir dans le mag cd, dvd, livres de classiquenews.com (Parution digitale : 4 déc 2020  -  sortie physique le 11 décembre 2020). CLIC de classiquenews Noël 2020.

 

 

 

 

TEASER VIDEO :

________________________________________________________________________________________________