Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2019 : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVosges du Sud, 26è FESTIVAL MUSIQUE ET MEMOIRE : 19 juillet – 4 aoĂ»t 2019. C’est le festival estival le plus original et le plus passionnant au nord de la Loire (ils ne sont pas nombreux et d’autant plus mĂ©ritants) et dans le grand Est, en Franche-ComtĂ© ou dans les VOSGES DU SUD plus prĂ©cisĂ©ment. Inscrit dans le territoires des 1000 Ă©tangs, un paradis mĂ©connu accordant forĂŞts Ă©ternelles et musique classique, en une Ă©quation inoubliable. Depuis ses dĂ©buts, le Festival Musique et MĂ©moire sait dĂ©velopper l’audace et la fidĂ©litĂ©, rĂ©servant aux ensembles les plus engagĂ©s, une rĂ©sidence de 3 annĂ©es pour approfondir un geste musical, affiner l’interprĂ©tation d’un rĂ©pertoire ou d’un compositeur, ciseler le travail chambriste, l’écoute et l’expĂ©rimentation entre musiciens, et surtout le partage Ă  l’adresse du public, heureux de participer Ă  l’élaboration des programmes, stimulĂ© Ă  suivre ainsi la maturation des sensibilitĂ©s. L’édition 2019 de Musique et MĂ©moire rĂ©pond Ă  tout cela, rĂ©pondant avec dĂ©lices et souvent de manière surprenante aux attentes du public. Car l’esprit de dĂ©couverte et la curiositĂ© sont toujours lĂ , intactes et prĂ©servĂ©es après plus de 25 annĂ©es de programmation.

 

 

Musique et Mémoire 2019 se déroule ainsi autour de 3 WEEK ENDS : 20-21 puis 27-28 juillet, enfin 3-4 août 2019 : une occasion idéale pour organiser votre séjour en Franche-Comté.

 

 

 

 

 

NOS 4 TEMPS FORTS 2019

________________________________________________________________________________________________

 

 

Parmi les temps forts 2019, distinguons entre autres :

 

 

 

1 – VENDREDI 19 JUILLET 2019

 

Concert d’ouverture de la Fenice avec un programme haut en couleursmonteverdi claudio portrait
COURONNEMENTS A VENISE / Incoronazione a Venezia
Messe de couronnement dans la Venise des Doges (Ven 19 juillet, Eglise St-martin de Lure, 21h). Ensemble La Fenice, Jean Tubéry.
Musiques des Gabrieli et de Monteverdi à Venise en 1615…
A 17h, répétition ouverte au public

 
 
 

2 – SAMEDI 20 JUILLET 2019
 
SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARSCollaboration Jean-Charles Ablitzer (orgue) / Vox Luminis pour une valorisation du merveilleux orgue espagnol de Grandvillars / SOL Y SOMBRA (soleil et ombre) : un programme en clair obscur, aux contrastes caravagesques, l’orgue de Jean-Charles Ablitzer et les voix éthérées, allusives, magiciennes de l’ensemble Vox Luminis (Lionel Meunier, direction), déjà invité au Festival l’an dernier (Eglise St-Martin de Grandvillars, sam 20 juillet, 18h et 21h). Musiques de Victoria et Arauxo.

 

 

3 – VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUILLET 2019
 
spilmont-olivier-by-nicolas-maget-classiquenews-festival-musique-et-memoire-juillet-2017-JS-BACHPoursuite du parcours Jean-SĂ©bastien Bach par Alia Mens
Vendredi 26 et samedi 27 juillet 2019 (3è année de résidence).
Récital d’Olivier Spilmont, clavecin (Suites Françaises, le 26 juil, Gd Salon de l’Hôtel de Ville de Lure, 21h)
Labyrinthe : Cantates de Leipzig en un labyrinthe de 3 cantates, un chanteur par partie, où règne, énigmatique et mystérieuse la plus doloriste et inquiétante « Meine Seufzer, meine Tränen » (Sam 27 juil, Basilique St-Pierre de Luxeuil-les-Bains, 21h)

 

 

 

4 – WEEK END LES TIMBRES : 2,3,4, 5 AOĂ›T 2019

 

Enfin, le meilleur pour la fin, la dernière année de résidence (2 dans l’histoire dules-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenews festival, pour un campagnonage unique) du jeune ensemble envoûtant LES TIMBRES, ven 2, sam 3, dim 4 août 2019. C’est un miracle musical de péosie chambriste et d’entente collective comme il en existe peu ailleurs. Ainsi le joyeux trio enchanteur : Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs (violon, viole de gambe, clavecin) propose What is life (William Byrd, le ven 2 août, Eglise luthérienne d’Héricourt, 21h) ; Inventions à 2 violons (avec Maite Larburu, 2è violon), et Inventions avec 2 violes de gambe (avec Pau Marcos Vicens, 2è viole de gambe), Inventions à 4 mains (avec Marie-Anne Dachy, clavecin), puis L’art de la fugue qui réunit les 6 instrumentistes solistes, sam 3 août, Chapelle Saint-Martin de Faucogney, 15h.
Le dimanche 5 aoĂ»t, place aux individualitĂ©s : Suites par Myriam Rignol (11h, chĹ“ur roman de Melisey), Sonate et Partita par Yoko Kawakubo (15h, Eglise ND de l’Assomption de Château-Lambert), enfin Variations Goldberg pr Julien Wolfs – enfin, rĂ©union des 3 solistes des Timbres dans Sonates en trio (17h30, Eglise ND de l’Assomption de Servance).

 

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
: boutonreservation

 

 

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & MĂ©moire diffuse l'excellence au Pays des 1000 Ă©tangs


VIDEO TEASER
Ă©vasion dans les VOSGES DU SUD

https://www.youtube.com/watch?v=vW50y5VJwiY 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos, les modalités de réservations
sur le site du festival MUSIQUE & MEMOIRE 2019 :

https://musetmemoire.com

musique et memoire festival 2019 programmation annonce critique coup de coeur temps forts festivals musique classique classiquenews

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

MUSIQUE ET MÉMOIRE EN VIDÉO :

 

 

 

REPORTAGE VIDEO Festival Musique & Mémoire 2018 : Pour les 25 ans du Festival, Vox Luminis réalise la Messe en si de Jean-Sébastien Bach

 

REPORTAGE. JS BACH : Messe en si par VOX LUMINIS / Festival Musique et MĂ©moire 2018 from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Les éditions précédentes :

 

 

 

Festival 2013

 

Festival Musique et MĂ©moire 2013 : Les 20 ans from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Festival 2015 : Les Timbres, l’opĂ©ra dans tous ses Ă©tats

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et MĂ©moire 2015 / Les Timbres from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2016 : Les 400 ans de FROBERGER

 

REPORTAGE. Le Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2016 : les 400 ans de Froberger from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2017 : ALIA MENS interprète Cantates et Concertos de JS BACH

 

REPORTAGE, vidéo. Festival MUSIQUE & MÉMOIRE : ALIA MENS joue JS BACH (juil 2017). from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Compte rendu, festival. Haute-SaĂ´ne, Musique et MĂ©moire. Week end 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes Ă  Musique et MĂ©moire : les 400 ans de Froberger

musique et mĂ©moire 2016 visuel grand format 1000Compte rendu, festival. Haute-SaĂ´ne, Musique et MĂ©moire. Week end 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes Ă  Musique et MĂ©moire. Les Cyclopes, ensemble instrumental et vocal codirigĂ© par Bibiane Lapointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue) ont apportĂ© une preuve Ă©clatante de la rĂ©ussite du projet artistique façonnĂ© Ă©dition par Ă©dition par le directeur du Festival, Fabrice Creux. Comme pour la rĂ©sidence fĂ©conde du jeune collectif Les Timbres (dont le noyau des fondateurs forme un trio pĂ©tillant, irrĂ©sistible, d’une Ă©lĂ©gance superlative), – c’est comme Les Cyclopes, ensemble sur instruments d’époque-, le bĂ©nĂ©fice d’une comprĂ©hension musicale et humaine particulièrement forte, entre une institution idĂ©alement ancrĂ©e dans son territoire et des familles de musiciens qui unis dans l’esprit d’une troupe Ă  forte affinitĂ© et complicitĂ©, sont prĂŞts Ă  relever les derniers dĂ©fis du spectacle vivant et accessible : adĂ©quation toujours profitable pour les festivaliers venus dĂ©couvrir les fruits de cette coopĂ©ration qui rĂ©invente la notion mĂŞme de festival.

Ce grand « week end » des 20 au 24 juillet 2016,  – soit 6 programmes inĂ©dits, vĂ©ritables jalons d’un nouveau marathon artistique-, Les Cyclopes mettent en lumière l’oeuvre de Johan Jacob Froberger (1616-1667), qui souffle ses 400 ans en 2016, et qui est mort sur le territoire mĂŞme des Vosges SaĂ´noises, en 1667. La trace de ce dernier sĂ©jour est encore prĂ©sente au château d’HĂ©ricourt, bâtisse de sa protectrice et Ă©lève, la princesse Sybille de Wurtemberg.

Les Cyclopes à Musique et Mémoire réussissent le pari de l’exploration heureuse…

Clarifier FROBERGER et le rendre vivant

LE SAVANT rendu palpitant… Oeuvre particulière vouĂ©e Ă  la recherche, et d’un caractère « rĂ©servé », c’est Ă  dire conçue pour une Ă©lite d’amateurs et de proches, – amis ou protecteurs-, dont Sybille de Wurtemberg auquel le compositeur avait demandĂ© de ne pas publier ni diffuser ses oeuvres, le corpus des partitions ainsi abordĂ©, restait mĂ©connu du grand public. Pourtant Froberger a voyagĂ© dans l’Europe entière, comme compositeur (et certainement diplomate), rencontrant Weckmann, Gibbons, Frescobaldi puis Carrissimi, et aussi Louis Couperin, en un tour d’Europe, – Italie, Grande Bretagne, Allemagne, France-, qui indique l’ampleur du pĂ©riple parcouru et la pensĂ©e musicale qui en rĂ©sulte. Un auteur qui avant Jean-SĂ©bastien Bach, rĂ©alise une synthèse musicale et esthĂ©tique Ă  l’échelle europĂ©enne. D’oĂą la valeur de son Ă©criture qui mĂ©ritait bien ce focus dĂ©diĂ© Ă  son oeuvre et sa pensĂ©e.

froberger johann jacobMort en mai 1667 (d’apoplexie) dans la tour d’Héricourt actuelle (vestige le plus spectaculaire de l’ancien château de la princesse Sybille), Johan Jacob Froberger réalise et laisse en héritage une prodigieuse synthèse entre toutes les cours européennes d’alors : fascinante, son oeuvre pour clavier influence tous ses contemporains par sa richesse et son raffinement ; surtout par son contrepoint remarquable (appris auprès de Frescobaldi) et par sa maîtrise du style français des luthistes (dans les nombreuses plaintes à Sybille, à lui-même, à Ferdinand III son protecteur) ; un style aussi assimilé auprès de Kirchner, le prodige fou rencontré en Italie (« le savant aux milles savoirs ») avec lequel Froberger élucide et explicite le fameux Stilus fantasticus, cet art spécifique qui fait parler le clavier, propre à l’Allemagne du nord, particulièrement marquant pour des auteurs tels Weckmann et aussi Buxtehude. C’est dire son importance. Pas un seul portrait identifié mais une musique singulière et profonde, parfois complexe qui cependant saisit aussitôt qu’elle s’écoute.

Les interprètes que la succession des 7 programmes semble non pas contraindre mais au contraire stimuler, rendent immédiatement accessible tout un monde sonore jusque là connu de quelques amateurs. Les défis sont pourtant nombreux car chaque concert mérite une attention / concentration particulière et un effectif singulier.

LES VOYAGES DE FROBERGER. C’est d’abord l’explication du gĂ©nie « à la vie secrète » (concert confĂ©rence, le 20 juillet Ă  HĂ©ricourt) : soutenu, compris (quoi de plus encourageant pour un crĂ©ateur que de se voir estimĂ© et respectĂ© pour ses idĂ©es et son oeuvre ?), Froberger pourrait bien avoir Ă©tĂ© comme son contemporain le peintre Rubens, – prĂ©figurant la carrière diplomatique de Stefani au XVIIIème, un artiste missionnĂ© (et financĂ©) par un riche et puissant protecteur, en l’occurrence pour Froberger, l’Empereur Ferdinand III, tout au long de ses nombreuses escales europĂ©ennes. Le 22 juillet suivant, oeuvres en l’honneur de « Madame Sybille » en rĂ©fĂ©rence Ă  l’Allemande que le professeur dĂ©dia Ă  sa meilleure Ă©lève et amie… Enfin les quatre derniers programmes les samedi 23 et dimanche 24 juillet, suivent les voyages de Froberger en Europe : Ă  Rome, oĂą il assimile l’oeuvre de Frescobaldi (HĂ©ricourt, Ă©glise luthĂ©rienne, le 23 Ă  15h); puis Ă  Hambourg oĂą le jeu des rencontres rĂ©alisant des miracles stimulants ; il se lie avec Matthias Weckman (Belfort, temple St-Jean, le 23 Ă  21h) ; enfin jalons d’une pensĂ©e universelle, les concerts du dimanche 24 juillet : somptueux cheminement jusqu’à Londres (Plainte faite pour passer la mĂ©lancolie, en rĂ©fĂ©rence au titre de sa pièce composĂ©e pendant son sĂ©jour dans le royaume britannique, jusqu’à Oxford) ; surtout finale en apothĂ©ose : Ă  Fresse, Ă  l’église Sainte-Antide : Ă©vocation de la Diète d’Empire Ă  Ratisbonne en 1653, rĂ©union des politiques germaniques après la Guerre de Trente Ans, et donc cĂ©lĂ©brations musicales des grands de ce monde : Froberger y cĂ´toie sans dĂ©mĂ©riter, -relevant fièrement les dĂ©fis de la comparaison…-, les Bertali, Valentini, surtout Schmelzer que Les Cyclopes connaissent bien pour lui avoir dĂ©dier un disque entier. Style germanique et italien fusionnent comme toujours aux noces des puissants (Ferdinand III Ă©pouse un princesse Gonzaga, Eleonore, sa 3ème femme, justement couronnĂ©e Ă  Ratisbonne).

cyclopes-les-festival-musique-et-memoire-ete-2016-classiquenews-bibiane-lapointe-thierry-maeder-classiquenews-compte-rendu-critiqueCYCLOPES, VIVANTS AMBASSADEURS. Tout cela est magnifiquement exprimĂ©, incarnĂ© par le collectif rĂ©uni autour des deux guides, Bibiane Lapointe et Thierry Maeder. La franchise des intentions, le naturel du style, la cohĂ©rence de l’ensemble Ă©clairent chaque sĂ©quence avec une Ă©nergie convaincante. Au cĹ“ur de chaque proposition, la prĂ©sence du clavier, instrument phare de son expĂ©rimentation et dĂ©jĂ  avant Beethoven, Liszt, et Schumann comme Carl Philip, l’outil familier de toute la Recherche. A dĂ©faut de pouvoir voir les traits de Froberger – il n’existe aucun portrait authentifiĂ© de lui, les amateurs ne peuvent qu’écouter ses oeuvres, ce qui Ă©videmment n’est pas nĂ©gligeable. C’est pourquoi quand Bibiane Lapointe s’empare du clavier, c’est comme si nous assistions au travail de recherche menĂ© par Un Froberger rendu Ă  la vie. Le crĂ©ateur est certes thĂ©oricien ; mais ses avancĂ©es dans l’écriture et la mise au propre de ses propres expĂ©rimentations formelles sont dĂ©cisives. Il a su organiser c’est Ă  dire, mettre en ordre la Suite française qui influencera JS Bach. Les Cyclopes relèvent un dĂ©fi audacieux : exprimer la complexitĂ© d’une Ĺ“uvre savante : lui rendre sa vivacitĂ© première, ce d’une Ă©loquente façon.

lapointe-bibiane-les-cyclopes-concert-classiquenews-musique-et-memoire-2016MARATHON EN 5 JOURS. A l’invitation de Fabrice Creux, le parcours réalisé sur 5 jours, offre un aperçu sensationnel d’une écriture certes raffinée mais généreuse, abondante par sa densité, libre dans ses audaces. En somme, un profil qui sied admirablement au Festival Musique et Mémoire, que Fabrice Creux aime à définir non sans raison comme un « festival laboratoire ». Le compagnonnage entre le collectif artistique des Cyclopes et Musique et mémoire se donne tous les moyens pour démystifier la question musicale, et les interprètes requis, formidables ambassadeurs, en guides habités, rendent concrète la démarche esthétique, vivante sa fabuleuse créativité.
L’érudition du compositeur savant fait place à une offre flamboyante par sa diversité de formes, que Les Cyclopes réinscrivent dans leur contexte, celui d’une oeuvre resserrée mais très aboutie (à la manière d’un Leonard de Vinci) ; dans celui de l’époque où a vécu Froberger dont les relations professionnelles, amicales, ressuscitent une constellation humaines et artistique de premier plan. Le cycle de concerts suit les voyages en Europe de Froberger, restituant ce maillage complexe et très riche d’influences entre les foyers et les nations qu’il a su approcher.

Les Cyclopes éclairent à quel point l’oeuvre de Froberger n’a rien d’anecdotique, c’est a contrario l’affirmation d’une superbe pensée pour la musique : c’est un penseur qui même confidentiel laisse en héritage une oeuvre fondatrice dans l’élaboration du langage baroque européen.

L’ÂME D’UN FESTIVAL EXPLORATEUR. Ainsi l’esprit de troupe, telle une conscience collective portĂ© par un geste commun d’une belle cohĂ©sion, inspire ici 6 programmes inĂ©dits (crĂ©ations, commandes du festival : quel autre festival en France dĂ©diĂ© aux musiques anciennes et baroques rĂ©alise le pari de l’invention, la crĂ©ation, le dĂ©frichement, le partage ?), couleurs et apports particuliers, cultivant ce qui n’a rien de convenu, prĂ©servant toujours la recherche sonore et musicale pour transmettre la clartĂ© et l’évidence d’un courant, d’une question au dĂ©part abstraite et Ă©rudite, mais qui au final, parle directement Ă  notre imaginaire contemporain.

Voici donc ce qui est particulier au Festival Musique et Mémoire et nul par ailleurs, l’esprit d’un atelier accessible, le dévoilement de la forge musicale, ouverts à tous : c’est la résolution d’une pensée savante enfin clarifiée par un geste clair, libre, naturel. C’est pourquoi tout ce qui se passe à Musique et Mémoire renouvelle notre approche actuelle des musiques anciennes et baroques. Audace et engagement, accessibilité et diversité des formes de concerts, voilà la clé d’un Festival exemplaire. Passionnant.

Compte rendu, festival. Haute-Saône, Musique et Mémoire. Week end II / 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes à Musique et Mémoire. Les Cyclopes, ensemble instrumental et vocal , Bibiane Lapointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue), direction. Célébration des 400 ans de Johan Jacob Froberger en Haute-Saône.

Les 400 ans de Johann Jacob Froberger Ă  Musique et MĂ©moire

musique-et-memoire-2016-festival-vignette-intro-VIGNETTE-DEPECHE-juin-2016Haute-SaĂ´ne, festival Musique et MĂ©moire. 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes, acteurs du 2ème week end, ou Froberger en majestĂ©… en 1 confĂ©rence et 6 concerts Ă©vĂ©nements. Pour son 23ème cru, le festival Musique et MĂ©moire au Pays des Mille Ă©tangs en Haute-SaĂ´ne, poursuit cette Ă©quation captivante de l’exploration baroque au cĹ“ur du territoire rural (en l’occurrence les VĂ´sges SaĂ´noises). Pour les 400 ans du compositeur baroque, mort sur son territoire, le festival dirigĂ© par Fabrice Creux cĂ©lèbre en 8 programmes inĂ©dits, le gĂ©nie de Johann Jacob Froberger (1616-1667), non sans raison : mort au château d’HĂ©ricourt (3 concerts ont lieu dans l’Ă©glise d’HĂ©ricourt), Froberger fut une Ă©toile musicale Ă  l’Ă©chelle de l’Europe. Son Ă©lève et protectrice, la Princesse Sybille a tĂ©moignĂ© de l’art de toucher le clavier d’un Froberger divin poète dont l’enjeu des programmes proposĂ©s par Musique et MĂ©moire en 2016, entend bien restituer la force, la subtilitĂ©, la finesse allusive : par son caractère suggestif et introspectif, Froberger fut le Chopin du XVIIè, Ă©tablissant dĂ©jĂ  ce rapport intimiste et presque secret entre l’interprète, son clavier, ses proches auditeurs… Qui fut rĂ©ellement Froberger ? Quels sont les compositeurs dont il fut proche et dont il transmit l’art spĂ©cifique ? Le Festival Musique et MĂ©moire est le seul en France cet Ă©tĂ© Ă  cĂ©lĂ©brer Ă  juste titre le gĂ©nie de Froberger et Ă©voquer ses passionnantes affinitĂ©s avec la musique française, le Stylus Fantasticus, Frescobaldi et Mathias Wackmann… Et pour servir ce nouveau cycle exceptionnel, en dĂ©couvertes et rĂ©vĂ©lations, Fabrice Creux invite un nouvel ensemble sur instruments d’Ă©poque, en rĂ©sidence au Festival, Les Cyclopes.

 

 

les-cyclopes-festival-musique-et-memoire-presentation-annonce-juillet-2016-classiquenews-582-

L’Ă©poque et l’oeuvre de Johan Jacob Froberger au Festival Musique et MĂ©moire : destination incontournable de l’Ă©tĂ© 2016 en Haute-SaĂ´ne. 7 concerts Ă©vĂ©nements dont 5 programmes en crĂ©ation…

 

Musicien diplomate, mercredi 20 juillet 2016, 21h, HĂ©ricourt

Suites de Danses en duo…, jeudi 21 juillet 2016, 21h, Melisey

Froberger et son ami et protectrice Madame Sybille, vendredi 22 juillet 2016, 21h, HĂ©ricourt

Froberger Ă  Rome… samedi 23 juillet 2016, 15h, HĂ©ricourt

Abendmusiken Ă  Rome, samedi 23 juillet 2016 Ă  21h, Belfort

Passer la mĂ©lancolie… dimanche 24 juillet 2016, 11h, Saint-BarthĂ©lĂ©my

1653, Ratisbonne, dimanche 24 juillet 2016, 17h, Fresse

Toutes les infos et les modalités de réservations : lire notre présentation complète du cycle Froberger par Les Cyclopes au Festival Musique et Mémoire, du 20 au 24 juillet 2016

 

musique-et-memoire-bandeau-2016-582

 

 

 

Les Cyclopes, acteurs du Festival Musique et MĂ©moire, acte II

musique-et-memoire-2016-festival-vignette-intro-VIGNETTE-DEPECHE-juin-2016Haute-SaĂ´ne, festival Musique et MĂ©moire. 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes, acteurs du 2ème week end, ou Froberger en majestĂ©… en 1 confĂ©rence et 6 concerts Ă©vĂ©nements. Pour son 23ème cru, le festival Musique et MĂ©moire au Pays des Mille Ă©tangs en Haute-SaĂ´ne, poursuit cette Ă©quation captivante de l’exploration baroque au cĹ“ur du territoire rural (en l’occurrence les VĂ´sges SaĂ´noises). Pour les 400 ans du compositeur baroque, mort sur son territoire, le festival dirigĂ© par Fabrice Creux cĂ©lèbre en 8 programmes inĂ©dits, le gĂ©nie de Johann Jacob Froberger (1616-1667), non sans raison : mort au château d’HĂ©ricourt (3 concerts ont lieu dans l’Ă©glise d’HĂ©ricourt), Froberger fut une Ă©toile musicale Ă  l’Ă©chelle de l’Europe. Son Ă©lève et protectrice, la Princesse Sybille a tĂ©moignĂ© de l’art de toucher le clavier d’un Froberger divin poète dont l’enjeu des programmes proposĂ©s par Musique et MĂ©moire en 2016, entend bien restituer la force, la subtilitĂ©, la finesse allusive : par son caractère suggestif et introspectif, Froberger fut le Chopin du XVIIè, Ă©tablissant dĂ©jĂ  ce rapport intimiste et presque secret entre l’interprète, son clavier, ses proches auditeurs… Qui fut rĂ©ellement Froberger ? Quels sont les compositeurs dont il fut proche et dont il transmit l’art spĂ©cifique ? Le Festival Musique et MĂ©moire est le seul en France cet Ă©tĂ© Ă  cĂ©lĂ©brer Ă  juste titre le gĂ©nie de Froberger et Ă©voquer ses passionnantes affinitĂ©s avec la musique française, le Stylus Fantasticus, Frescobaldi et Mathias Wackmann… Et pour servir ce nouveau cycle exceptionnel, en dĂ©couvertes et rĂ©vĂ©lations, Fabrice Creux invite un nouvel ensemble sur instruments d’Ă©poque, en rĂ©sidence au Festival, Les Cyclopes.

 

 

les-cyclopes-festival-musique-et-memoire-presentation-annonce-juillet-2016-classiquenews-582-

 

 

 

1 – La vie secrète de Froberger

 


froberger johann jacobMusicien, diplomate ? La confĂ©rence du mercredi 20 juillet met l’accent sur l’itinĂ©rance d’un compositeur et interprète du clavier parmi les plus douĂ©s de son temps, dont l’activitĂ© musicale pourrait avoir Ă©tĂ© doublĂ©e de missions diplomatiques et politiques pour l’Empereur Ferdinand III (qui a financĂ© tous ses dĂ©placements Ă  travers l’Europe). De fait, ses sĂ©jours parfois longs depuis Vienne, en France, en Angleterre, en terres germaniques et en Italie, lui apportent les composantes d’un riche substrat esthĂ©tique dont il rĂ©alise une puissante et originale synthèse. Bibiane La pointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue), directeurs artistiques de l’ensemble Les Cyclopes, associent leurs talents musiciens pour ressusciter la figure de Froberger, dans un lieu mĂŞme que le compositeur aurait pu connaĂ®tre et mĂŞme investir lors de son sĂ©jour ultime Ă  HĂ©ricourt… HĂ©ricourt, Ă©glise luthĂ©rienne, Ă  21h, rĂ©servations conseillĂ©es : 03 84 49 33 46. (Illustration : Portrait de l’Empereur Ferdinand III, protecteur de Froberger).

 

 

2 – Froberger en tĂŞte-Ă -tĂŞte

 

Les 400 ans de Froberger cĂ©lĂ©brĂ©s par Musique et MĂ©moireLe jeudi 21 juillet, le duo Coloquintes (violon / viole de gambe) joue plusieurs transcriptions et pièces inĂ©dites tĂ©moignant de la richesse d’inspiration de Froberger, toutes regroupĂ©es dans le manuscrit de la bibliothèque de WolfenbĂĽttel, le Ludwig Partiturbuch qui collecte les Suites de Danses pour violon et viole de gambe d’un Froberger irrĂ©sistiblement inventif et original. RĂ©servations obligatoires. MELISEY, ChĹ“ur Roman, 21h. (Ci dessus, portrait de l’Empereur Ferdinand III, protecteur de Froberger dont il aurait Ă©tĂ© diplomate)…

 

 

 

Les 5 autres programmes sont d’autant plus exceptionnels qu’ils sont tous des crĂ©ations / commandes du festival.

3 – A l’honneur de Madame Sibylle

Vendredi 22 juillet 2016
Héricourt, église luthérienne, 21h

Vermeer, Concert 1665fHommage Ă  une mĂ©cène et amie… Les cas d’estime sincère et partagĂ© sont finalement assez rares dans l’histoire musicale.
A l’instar de Louis XIV et son cher Lully, plus tard de Handel et de la Reine Caroline, Froberger sut cultiver une exceptionnelle relation avec la Princesse Sybille de Wurtemberg (1620-1707), sa cadette et non moins patronne et Ă©lève, qu’il rencontre d’abord Ă  Stuttgart puis rejoint Ă  la fin de sa vie en son château d’HĂ©ricourt Ă  partir de 1664. La princesse est croyante, douĂ©e pour le clavier et certainement compositrice elle-mĂŞme dans la proximitĂ© de Froberger, son mentor et maĂ®tre. En hommage, le musicien appelait les Trois Grâces de Wurtemberg, Sybille et ses deux sĹ“urs. Dans les secrets d’une comprĂ©hension complice, Froberger dĂ©die Ă  Sybille plusieurs pièces pour elle seule. Quand son “cher, fidèle et zĂ©lĂ© professeur” meurt Ă  HĂ©ricourt en 1667, d’apoplexie, la Princesse Sibylle endeuillĂ©e invite tous ses amis de MontbĂ©liard pour cĂ©lĂ©brer la mĂ©moire de son maĂ®tre et ami, au cours d’une cĂ©lĂ©bration fastueuse. Les Cyclopes Ă©voquent la relation du musicien et de sa mĂ©cène dans un programme inĂ©dit, crĂ©ation et commande du festival Musique et MĂ©moire, comprenant des Ĺ“uvres de Böddeceker, Monteverdi, Capricornus, et Ă©videmment Froberger dont les instrumentistes jouent “l’Allemande faite Ă  l’honneur de Madame Sybille Duchesse de Wurtemberg”. RĂ©servation conseillĂ©e. RĂ©pĂ©tition publique ouverte Ă  17h. Concert Ă  21h.

 

 

 

4 – Froberger Ă  Rome

 

Samedi 23 juillet 2016
Héricourt, église luthérienne, 15h.
frescobaldi girolamo portrait clavier romeFroberger rĂ©alise deux sĂ©jours Ă  Rome : 1637-1641 puis 1645-1649. Converti au catholicisme, le musicien grâce au soutien de l’Empereur Ferdinand III, rejoint Rome pour apprendre l’art du gĂ©nie local : Girolamo Frescobaldi (1583-1643), alors Ă  la fin de sa vie. L’Ă©lève apprend vite : Froberger maĂ®trise très vite l’art de la Toccata, le contrepoint Ă  la manière frescobaldienne. Après la mort de Frescobaldi, Froberger prend soin de contribuer Ă  la diffusion de sa musique, modèle du genre. Pendant son second sĂ©jour romain, Froberger recueille l’enseignement du jĂ©suite et professeur au Collegium Germanicum, Athanasius Kircher dont le recueil essentiel pour le premier baroque europĂ©en, Musurgia universalis (1650) fixe les caractères du stylus fantasticus, manifeste musical dont les prĂ©ceptes thĂ©oriques ont certainement bĂ©nĂ©ficiĂ© aussi des suggestions et recherches de Froberger. En tĂ©moigne la Fantasia ut-rĂ©-mi-fa-sol-la, seule oeuvre de Froberger prĂ©sente dans de Kircher. Le maĂ®tre de chapelle de Saint-Apollinare Ă  Rome, Carissimi a certainement croisĂ© la route de Froberger dont l’oeuvre recueille une influence manifeste. En tĂ©moignent les deux Motets, rĂ©vĂ©lations centrales du programme proposĂ© par Les Cyclopes : Apparuerunt apostolis, et Alleliua absorpta est mors, seules partition de Johann Jacob, non destinĂ©es au clavier.
Réservation conseillée.

 

 

rembrandt-froberger-582

 

 

5 – Abendmusiken Ă  Hambourg

 

Samedi 23 juillet 2016
Belfort, Temple saint-Jean, 21h
Froberger et Weckmann. Avant les Telemann et CPE Bach, champions hambourgeois du plein XVIIIè piliers de l’activitĂ© musicale locale, la ville hansĂ©atique favorise l’inspiration des compositeurs, ainsi Matthias Weckmann (1616-1674), qui fonde Ă  Hambourg le collegium Musicum : le compositeur rencontre son exact contemporain Froberger (ils sont nĂ©s tous deux en 1616) Ă  Dresde alors qu’Ă  l’hiver 1649, Froberger Ă©tait envoyĂ© par Ferdinand III pour remettre une lettre au Prince Ă©lecteur Georges Ier de Saxe. Virtuoses de clavier, douĂ© pour la composition comme l’improvisation, Weckmann et Froberger ne devait plus interrompre leur relation, dont une abondante correspondance tĂ©moigne. Les deux s’influencent mutuellement et se transmettent les ferments d’une puissante et originale synthèse entre contrepoint savant germanique, style français, stylus fantasticus oĂą virtuositĂ© et introspection trouvent un idĂ©al Ă©quilibre. Au programme de ce concert alliant l’orgue et les instruments de l’orchestre baroque Les Cyclopes, Sonates de Weckmann et Ferro, Pièces pour le clavier de Weckmann et Froberger (extraits des manuscrits de la Singakademie et Hintze). Rservation conseillĂ©e.

 

 

 

6 – Passer la mĂ©lancolie

 

Dimanche 24 juillet 2016
Saint-Barthélémy, Eglise, 11h
Le concert Ă©voque le sĂ©jour de Froberger en Angleterre (1652-1653) autour de la pièce emblĂ©matique au titre poĂ©tique : “Plainte faite Ă  Londres pour passer la mĂ©lancolie”… Sonates et pièces pour le clavier de Locke, Froberger, Gibbons (organiste), Thomas Baltzar (violoniste)… tous musiciens et compositeurs reliĂ©s Ă  Oxford, dont Froberger fut proche du milieu musical (en particulier de Mathiew Locke (1621-1677). Aux Anglais, Froberger transmet le goĂ»t des français et de Frescobaldi… RĂ©servation conseillĂ©e.

 

 

 

7 – 1653, RATISBONNE

 

Dimanche 24 juillet 2016
Fresse, Ă©glise Sainte-Antide, 17h
ferdinand-III-protecteur-de-Froberger-portrait-582-Ferdinand_III,_Holy_Roman_EmperorLa Diète d’Empire Ă  Ratisbonne... musiques dynastiques et impĂ©riale. Pour le remercier de son indĂ©fectible appui et protection, Froberger dĂ©die en 1656, un recueil de nouvelles partitions Ă  l’Empereur Ferdinand III : y figurent des pièces inspirĂ©es directement Ă  ses aventures en Europe, durant ses nombreux dĂ©placements. Froberger voyage sur les chemins et en mer, en Angleterre, pays germaniques, Pays-Bas, France, durant trois annĂ©es oĂą il vit le pire comme le plus exaltant : en 1653, il rejoint Ratisbonne oĂą la famille impĂ©riale est prĂ©sente pour la Diète d’Empire. Tous les princes influents sont reprĂ©sentĂ©s, en grande pompe et en fastueuse reprĂ©sentations musicales. En tĂ©moigne le recueil de 114 partitions, Ă©ditĂ© pour l’occasion et qui regroupe alors les meilleures manières germaniques : le Partiturbuch Ludwig. Au cours de la Diète de Ratisbonne de 1643, Ferdinand III fait ratifier la nomination de son fils comme son successeur (futur Ferdinand IV, Roi des romains) et aussi le couronnement de sa 3ème Ă©pouse ElĂ©onore de Gonzague, comme impĂ©ratrice. Mais le fils dĂ©signĂ©, futur Ferdinand IV devait mourir de la variole Ă  21 ans, en juillet 1654. Le recueil dĂ©diĂ© Ă  l’Empereur en 1656 (Libro Quarto) Ă©voque très prĂ©cisĂ©ment et de façon codifiĂ©, chacun des avatars et des pĂ©ripĂ©ties de la famille impĂ©riale dont Ă©tait proche Froberger.
Pour Ă©voquer l’Ă©criture virtuose de Froberger et le goĂ»t musical impĂ©rial, Les cyclopes jouent les Pièces pour le clavier de Froberger (Libro Quarto, 1656) et plusieurs Sonates de Bertali, Valentini, Schmelzer, toutes dĂ©posĂ©es dans le fameux Partiturbuch Ludwig de 1653. RĂ©servation conseillĂ©e.

 

REMBRANDT-froberger-portrait-582-390

 

 

 

AGENDA
2ème week end du Festival Musique et Mémoire 2016 — les 20, 21, 22, 23 et 24 juillet 2016
Les Cyclopes
1 confĂ©rence – 6 programmes inĂ©dits

1- Mercredi 20 juillet 2016,
Héricourt, église luthérienne, 21h
Conférence : la vie secrète de Froberger

2- Jeudi 21 juillet 2016
Melisey, choeur roman, 21h
Froberger en tĂŞte Ă  tĂŞte
Duo Coloquintes, Aparté

3- Vendredi 22 juillet 2016
Héricourt, église luthérienne
A l’honneur de madame Sibylle

4- Samedi 23 juillet 2016
Héricourt, église luthérienne, 15h
Froberger Ă  Rome : Frescobaldi et Kircher

5- Samedi 23 juillet 2016
Belfort, Temple Saint-Jean, 21h
Abendmusiken Ă  Hambourg

6- Dimanche 24 juillet 2016
Saint-Barthélémy, église, 11h
Plainte faite à Londres pour passer la mélancolie

7- Dimanche 24 juillet 2016
Fresse, Ă©glise Sainte-Antide, 17h
La Diète d’Empire

INFOS, RESERVATIONS
sur le site du Festival Musique et MĂ©moire

 

 

BACH-JS-jean-sebastian-582-390-BACH-JS-4johann-sebastian-bachBACH Ă  Musique et MĂ©moire. Dernier week end : les 29, 30 et 31 juillet 2016, est dĂ©diĂ© Ă  Jean-SĂ©bastien Bach. L’ensemble Alia Mens rĂ©alise ainsi 4 concerts Ă©vĂ©nements dont le dernier Ă  Lure (CrĂ©ation / commande du Festival, Eglise saint-Martin, 21h), permet d’Ă©couter le Concerto Brandebourgeois IV, BWV 1049 et VI BWV 1051, le concerto pour violon et cordes BWV 1042, In dulci jubilo, Wir danken dir, Herr Jesu Christ… Un nouvel ensemble dĂ©fenseur de JS Bach confirmera-t-il ainsi pour Musique et MĂ©moire ses affinitĂ©s musicales ? RĂ©ponses les 29, 30 et 31 juillet prochains.

 

 

musique-et-memoire-bandeau-2016-582

 

 

Les Cyclopes au Festival Musique et Mémoire 2016 (2ème Week end)

musique-et-memoire-2016-festival-vignette-intro-VIGNETTE-DEPECHE-juin-2016Haute-SaĂ´ne, festival Musique et MĂ©moire. 2ème week end : 20-24 juillet 2016. Froberger en majestĂ©… en 1 confĂ©rence et 6 concerts Ă©vĂ©nements. Pour son 23ème cru, le festival Musique et MĂ©moire au Pays des Mille Ă©tangs en Haute-SaĂ´ne, poursuit cette Ă©quation captivante de l’exploration baroque au cĹ“ur du territoire rural (en l’occurrence les VĂ´sges SaĂ´noises). Pour les 400 ans du compositeur baroque, mort sur son territoire, le festival dirigĂ© par Fabrice Creux cĂ©lèbre en 8 programmes inĂ©dits, le gĂ©nie de Johann Jacob Froberger (1616-1667), non sans raison : mort au château d’HĂ©ricourt (3 concerts ont lieu dans l’Ă©glise d’HĂ©ricourt), Froberger fut une Ă©toile musicale Ă  l’Ă©chelle de l’Europe. Son Ă©lève et protectrice, la Princesse Sybille a tĂ©moignĂ© de l’art de toucher le clavier d’un Froberger divin poète dont l’enjeu des programmes proposĂ©s par Musique et MĂ©moire en 2016, entend bien restituer la force, la subtilitĂ©, la finesse allusive : par son caractère suggestif et introspectif, Froberger fut le Chopin du XVIIè, Ă©tablissant dĂ©jĂ  ce rapport intimiste et presque secret entre l’interprète, son clavier, ses proches auditeurs… Qui fut rĂ©ellement Froberger ? Quels sont les compositeurs dont il fut proche et dont il transmit l’art spĂ©cifique ? Le Festival Musique et MĂ©moire est le seul en France cet Ă©tĂ© Ă  cĂ©lĂ©brer Ă  juste titre le gĂ©nie de Froberger et Ă©voquer ses passionnantes affinitĂ©s avec la musique française, le Stylus Fantasticus, Frescobaldi et Mathias Wackmann… Et pour servir ce nouveau cycle exceptionnel, en dĂ©couvertes et rĂ©vĂ©lations, Fabrice Creux invite un nouvel ensemble sur instruments d’Ă©poque, en rĂ©sidence au Festival, Les Cyclopes.

 

 

les-cyclopes-festival-musique-et-memoire-presentation-annonce-juillet-2016-classiquenews-582-

 

 

 

1 – La vie secrète de Froberger

 

Les 400 ans de Froberger cĂ©lĂ©brĂ©s par Musique et MĂ©moireMusicien, diplomate ? La confĂ©rence du mercredi 20 juillet met l’accent sur l’itinĂ©rance d’un compositeur et interprète du clavier parmi les plus douĂ©s de son temps, dont l’activitĂ© musicale pourrait avoir Ă©tĂ© doublĂ©e de missions diplomatiques et politiques pour l’Empereur Ferdinand III (qui a financĂ© tous ses dĂ©placements Ă  travers l’Europe). De fait, ses sĂ©jours parfois longs depuis Vienne, en France, en Angleterre, en terres germaniques et en Italie, lui apportent les composantes d’un riche substrat esthĂ©tique dont il rĂ©alise une puissante et originale synthèse. Bibiane La pointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue), directeurs artistiques de l’ensemble Les Cyclopes, associent leurs talents musiciens pour ressusciter la figure de Froberger, dans un lieu mĂŞme que le compositeur aurait pu connaĂ®tre et mĂŞme investir lors de son sĂ©jour ultime Ă  HĂ©ricourt… HĂ©ricourt, Ă©glise luthĂ©rienne, Ă  21h, rĂ©servations conseillĂ©es : 03 84 49 33 46. (Illustration : Portrait de l’Empereur Ferdinand III, protecteur de Froberger).

 

 

2 – Froberger en tĂŞte-Ă -tĂŞte

 

Le jeudi 21 juillet, le duo Coloquintes (violon / viole de gambe) joue plusieurs transcriptions et pièces inĂ©dites tĂ©moignant de la richesse d’inspiration de Froberger, toutes regroupĂ©es dans le manuscrit de la bibliothèque de WolfenbĂĽttel, le Ludwig Partiturbuch qui collecte les Suites de Danses pour violon et viole de gambe d’un Froberger irrĂ©sistiblement inventif et original. RĂ©servations obligatoires. MELISEY, ChĹ“ur Roman, 21h. 

 

 

 

Les 5 autres programmes sont d’autant plus exceptionnels qu’ils sont tous des crĂ©ations / commandes du festival.

3 – A l’honneur de Madame Sibylle

Vendredi 22 juillet 2016
Héricourt, église luthérienne, 21h

Vermeer, Concert 1665fHommage Ă  une mĂ©cène et amie… Les cas d’estime sincère et partagĂ© sont finalement assez rares dans l’histoire musicale.
A l’instar de Louis XIV et son cher Lully, plus tard de Handel et de la Reine Caroline, Froberger sut cultiver une exceptionnelle relation avec la Princesse Sybille de Wurtemberg (1620-1707), sa cadette et non moins patronne et Ă©lève, qu’il rencontre d’abord Ă  Stuttgart puis rejoint Ă  la fin de sa vie en son château d’HĂ©ricourt Ă  partir de 1664. La princesse est croyante, douĂ©e pour le clavier et certainement compositrice elle-mĂŞme dans la proximitĂ© de Froberger, son mentor et maĂ®tre. En hommage, le musicien appelait les Trois Grâces de Wurtemberg, Sybille et ses deux sĹ“urs. Dans les secrets d’une comprĂ©hension complice, Froberger dĂ©die Ă  Sybille plusieurs pièces pour elle seule. Quand son “cher, fidèle et zĂ©lĂ© professeur” meurt Ă  HĂ©ricourt en 1667, d’apoplexie, la Princesse Sibylle endeuillĂ©e invite tous ses amis de MontbĂ©liard pour cĂ©lĂ©brer la mĂ©moire de son maĂ®tre et ami, au cours d’une cĂ©lĂ©bration fastueuse. Les Cyclopes Ă©voquent la relation du musicien et de sa mĂ©cène dans un programme inĂ©dit, crĂ©ation et commande du festival Musique et MĂ©moire, comprenant des Ĺ“uvres de Böddeceker, Monteverdi, Capricornus, et Ă©videmment Froberger dont les instrumentistes jouent “l’Allemande faite Ă  l’honneur de Madame Sybille Duchesse de Wurtemberg”. RĂ©servation conseillĂ©e. RĂ©pĂ©tition publique ouverte Ă  17h. Concert Ă  21h.

 

 

 

4 – Froberger Ă  Rome

 

Samedi 23 juillet 2016
Héricourt, église luthérienne, 15h.
frescobaldi girolamo portrait clavier romeFroberger rĂ©alise deux sĂ©jours Ă  Rome : 1637-1641 puis 1645-1649. Converti au catholicisme, le musicien grâce au soutien de l’Empereur Ferdinand III, rejoint Rome pour apprendre l’art du gĂ©nie local : Girolamo Frescobaldi (1583-1643), alors Ă  la fin de sa vie. L’Ă©lève apprend vite : Froberger maĂ®trise très vite l’art de la Toccata, le contrepoint Ă  la manière frescobaldienne. Après la mort de Frescobaldi, Froberger prend soin de contribuer Ă  la diffusion de sa musique, modèle du genre. Pendant son second sĂ©jour romain, Froberger recueille l’enseignement du jĂ©suite et professeur au Collegium Germanicum, Athanasius Kircher dont le recueil essentiel pour le premier baroque europĂ©en, Musurgia universalis (1650) fixe les caractères du stylus fantasticus, manifeste musical dont les prĂ©ceptes thĂ©oriques ont certainement bĂ©nĂ©ficiĂ© aussi des suggestions et recherches de Froberger. En tĂ©moigne la Fantasia ut-rĂ©-mi-fa-sol-la, seule oeuvre de Froberger prĂ©sente dans de Kircher. Le maĂ®tre de chapelle de Saint-Apollinare Ă  Rome, Carissimi a certainement croisĂ© la route de Froberger dont l’oeuvre recueille une influence manifeste. En tĂ©moignent les deux Motets, rĂ©vĂ©lations centrales du programme proposĂ© par Les Cyclopes : Apparuerunt apostolis, et Alleliua absorpta est mors, seules partition de Johann Jacob, non destinĂ©es au clavier.
Réservation conseillée.

 

 

rembrandt-froberger-582

 

 

5 – Abendmusiken Ă  Hambourg

 

Samedi 23 juillet 2016
Belfort, Temple saint-Jean, 21h
Froberger et Weckmann. Avant les Telemann et CPE Bach, champions hambourgeois du plein XVIIIè piliers de l’activitĂ© musicale locale, la ville hansĂ©atique favorise l’inspiration des compositeurs, ainsi Matthias Weckmann (1616-1674), qui fonde Ă  Hambourg le collegium Musicum : le compositeur rencontre son exact contemporain Froberger (ils sont nĂ©s tous deux en 1616) Ă  Dresde alors qu’Ă  l’hiver 1649, Froberger Ă©tait envoyĂ© par Ferdinand III pour remettre une lettre au Prince Ă©lecteur Georges Ier de Saxe. Virtuoses de clavier, douĂ© pour la composition comme l’improvisation, Weckmann et Froberger ne devait plus interrompre leur relation, dont une abondante correspondance tĂ©moigne. Les deux s’influencent mutuellement et se transmettent les ferments d’une puissante et originale synthèse entre contrepoint savant germanique, style français, stylus fantasticus oĂą virtuositĂ© et introspection trouvent un idĂ©al Ă©quilibre. Au programme de ce concert alliant l’orgue et les instruments de l’orchestre baroque Les Cyclopes, Sonates de Weckmann et Ferro, Pièces pour le clavier de Weckmann et Froberger (extraits des manuscrits de la Singakademie et Hintze). Rservation conseillĂ©e.

 

 

 

6 – Passer la mĂ©lancolie

 

Dimanche 24 juillet 2016
Saint-Barthélémy, Eglise, 11h
Le concert Ă©voque le sĂ©jour de Froberger en Angleterre (1652-1653) autour de la pièce emblĂ©matique au titre poĂ©tique : “Plainte faite Ă  Londres pour passer la mĂ©lancolie”… Sonates et pièces pour le clavier de Locke, Froberger, Gibbons (organiste), Thomas Baltzar (violoniste)… tous musiciens et compositeurs reliĂ©s Ă  Oxford, dont Froberger fut proche du milieu musical (en particulier de Mathiew Locke (1621-1677). Aux Anglais, Froberger transmet le goĂ»t des français et de Frescobaldi… RĂ©servation conseillĂ©e.

 

 

 

7 – 1653, RATISBONNE

 

Dimanche 24 juillet 2016
Fresse, Ă©glise Sainte-Antide, 17h
ferdinand-III-protecteur-de-Froberger-portrait-582-Ferdinand_III,_Holy_Roman_EmperorLa Diète d’Empire Ă  Ratisbonne... musiques dynastiques et impĂ©riale. Pour le remercier de son indĂ©fectible appui et protection, Froberger dĂ©die en 1656, un recueil de nouvelles partitions Ă  l’Empereur Ferdinand III : y figurent des pièces inspirĂ©es directement Ă  ses aventures en Europe, durant ses nombreux dĂ©placements. Froberger voyage sur les chemins et en mer, en Angleterre, pays germaniques, Pays-Bas, France, durant trois annĂ©es oĂą il vit le pire comme le plus exaltant : en 1653, il rejoint Ratisbonne oĂą la famille impĂ©riale est prĂ©sente pour la Diète d’Empire. Tous les princes influents sont reprĂ©sentĂ©s, en grande pompe et en fastueuse reprĂ©sentations musicales. En tĂ©moigne le recueil de 114 partitions, Ă©ditĂ© pour l’occasion et qui regroupe alors les meilleures manières germaniques : le Partiturbuch Ludwig. Au cours de la Diète de Ratisbonne de 1643, Ferdinand III fait ratifier la nomination de son fils comme son successeur (futur Ferdinand IV, Roi des romains) et aussi le couronnement de sa 3ème Ă©pouse ElĂ©onore de Gonzague, comme impĂ©ratrice. Mais le fils dĂ©signĂ©, futur Ferdinand IV devait mourir de la variole Ă  21 ans, en juillet 1654. Le recueil dĂ©diĂ© Ă  l’Empereur en 1656 (Libro Quarto) Ă©voque très prĂ©cisĂ©ment et de façon codifiĂ©, chacun des avatars et des pĂ©ripĂ©ties de la famille impĂ©riale dont Ă©tait proche Froberger.
Pour Ă©voquer l’Ă©criture virtuose de Froberger et le goĂ»t musical impĂ©rial, Les cyclopes jouent les Pièces pour le clavier de Froberger (Libro Quarto, 1656) et plusieurs Sonates de Bertali, Valentini, Schmelzer, toutes dĂ©posĂ©es dans le fameux Partiturbuch Ludwig de 1653. RĂ©servation conseillĂ©e.

 

REMBRANDT-froberger-portrait-582-390

 

 

 

AGENDA
2ème week end du Festival Musique et Mémoire 2016 — les 20, 21, 22, 23 et 24 juillet 2016
Les Cyclopes
1 confĂ©rence – 6 programmes inĂ©dits

1- Mercredi 20 juillet 2016,
Héricourt, église luthérienne, 21h
Conférence : la vie secrète de Froberger

2- Jeudi 21 juillet 2016
Melisey, choeur roman, 21h
Froberger en tĂŞte Ă  tĂŞte
Duo Coloquintes, Aparté

3- Vendredi 22 juillet 2016
Héricourt, église luthérienne
A l’honneur de madame Sibylle

4- Samedi 23 juillet 2016
Héricourt, église luthérienne, 15h
Froberger Ă  Rome : Frescobaldi et Kircher

5- Samedi 23 juillet 2016
Belfort, Temple Saint-Jean, 21h
Abendmusiken Ă  Hambourg

6- Dimanche 24 juillet 2016
Saint-Barthélémy, église, 11h
Plainte faite à Londres pour passer la mélancolie

7- Dimanche 24 juillet 2016
Fresse, Ă©glise Sainte-Antide, 17h
La Diète d’Empire

INFOS, RESERVATIONS
sur le site du Festival Musique et MĂ©moire

 

 

BACH-JS-jean-sebastian-582-390-BACH-JS-4johann-sebastian-bachBACH Ă  Musique et MĂ©moire. Dernier week end : les 29, 30 et 31 juillet 2016, est dĂ©diĂ© Ă  Jean-SĂ©bastien Bach. L’ensemble Alia Mens rĂ©alise ainsi 4 concerts Ă©vĂ©nements dont le dernier Ă  Lure (CrĂ©ation / commande du Festival, Eglise saint-Martin, 21h), permet d’Ă©couter le Concerto Brandebourgeois IV, BWV 1049 et VI BWV 1051, le concerto pour violon et cordes BWV 1042, In dulci jubilo, Wir danken dir, Herr Jesu Christ… Un nouvel ensemble dĂ©fenseur de JS Bach confirmera-t-il ainsi pour Musique et MĂ©moire ses affinitĂ©s musicales ? RĂ©ponses les 29, 30 et 31 juillet prochains.

 

 

musique-et-memoire-bandeau-2016-582

 

FESTIVALS 2016. Le Festival Musique et Mémoire 2016 célèbre les 400 ans de FROBERGER

froberger-johann-vignette-580-portraitFESTIVALS 2016. 400 ans de FROBERGER. Hommage et cĂ©lĂ©bration par le Festival Musique et MĂ©moire 2016. Joyeux anniversaire Monsieur Froberger ! Il y a exactement 400 ans naissait Ă  Stuttgart, le 18 mai 1616, Froberger, musicien voyageur Ă  la vie mystĂ©rieuse et aventureuse digne d’un roman. Le festival Musique et MĂ©moire, en Haute-SaĂ´ne, cĂ©lèbre le gĂ©nie oubliĂ© d’un Baroque saisissant, cet Ă©tĂ© (du 15 au 31 juillet 2016) avec l’ensemble Les Cyclopes, le Duo Coloquintes, les clavecinistes Julien Wolfs et Jean-Luc Ho… Froberger est d’autant plus lĂ©gitime en Haute-SaĂ´ne qu’il passa la fin de sa vie au château d’HĂ©ricourt auprès de la princesse Sybille de Wurtemberg… Une Ă©vocation spĂ©cifique de sa prĂ©sence in loco, grâce Ă  l’implication du Festival Musique et MĂ©moire, permettra de mesurer l’immense apport d’un compositeur passionnĂ© par le clavier, portĂ© par un exigence artistique sans bornes… Temps forts entre autres commĂ©morant l’anniversaire de Froberger et sa prĂ©sence active en France : RĂ©cital Forberger (Julien Wolfs, le 16 juillet), Voyages et vie secrète de Froberger par l’ensemble Les Cyclopes (les 20, 21, 22, 23 et 24 juillet 2016)…

 
 
 

Festival Musique et Mémoire 2016
 — 23e édition, du 15 au 31 juillet
 : Joyeux anniversaire Monsieur Froberger !
 Toute la programmation sur le site du Festival Musique et Mémoire

LIRE aussi notre présentation et nos temps forts du Festival Musique et mémoire 2016

VOIR aussi le grand reportage vidéo du Festival Musique et mémoire 2015 : l’ensemble en résidence Les Timbres ressuscite l’opéra Proserpine de Lully

 

 

musique-et-memoire-bandeau-2016-582

 
 

Festival Musique et MĂ©moire 2016 : les 400 ans de Froberger

musique et memoire 2016 festival vignette introFestival Musique et MĂ©moire 2016 : Froberger. 15>31 juillet 2016. HOMMAGE Ă  FROBERGER... En 2016, soit l’annĂ©e du 400ème anniversaire de Froberger (1616-1667), le festival estival Musique et MĂ©moire cĂ©lèbre le tempĂ©rament singulier d’un musicien voyageur au gĂ©nie oubliĂ©. Classiquenews, partenaire fidèle du Festival dans le Vosges du Sud (Haute SaĂ´ne) s’associe Ă  la prochaine cĂ©lĂ©bration et souligne la valeur d’une Ĺ“uvre virtuose autant que poĂ©tique dont l’itinĂ©raire aux quatre coins de l’Europe compose la trame d’une formidable carrière qui Ă©voque le roman ou l’Ă©popĂ©e musicale… Propre Ă  son enracinement dans le territoire et Ă  cet esprit d’ouverture et de partage qui renforce la haute identitĂ© culturelle de la Haute-SaĂ´ne, le festival Musique et MĂ©moire rend aussi hommage Ă  un crĂ©ateur illustre qui est mort dans son pĂ©rimètre… Ă  HĂ©ricourt (dans le château de sa patronne et Ă©lève, la duchesse Sybille de Wurtemberg). Occasion unique de rĂ©unir histoire, gĂ©ographie et dĂ©lectation musicale. Musicien germanique, Johann Jacob Froberger est compositeur, organiste et claveciniste, nĂ© Ă  Stuttgart en 1616 et mort en 1667 Ă  HĂ©ricourt (France), alors dĂ©pendant du DuchĂ© de Wurtemberg. Son parcours l’expose plus qu’aucun autre musicien Ă  son Ă©poque aux plus importantes traditions nationales : italienne, française, germanique, nĂ©erlandaise, anglaise. De sorte qu’il incarne Ă  lui tout seul, prĂ©figurant l’universalisme d’un Jean-SĂ©bastien Bach, toutes les tendances esthĂ©tiques de son temps en un “syncrĂ©tisme” exigeant et expressif. Concepteur de la suite de danses, Froberger s’impose comme l’un des plus importants auteurs pour le clavier au XVIIè. Ses voyages incessants lui permettent d’enrichir toujours ses propres oeuvres, son style Ă©clectique et synthĂ©tique entre les traditions qui l’ont nourri et ses propres partitions qui ont marquĂ© ses contemporains.

froberger-johann-vignette-580-portraitA ROME, AUPRES DE FRESCOBALDI… A Stuttgart, dès ses 19 ans, Froberger rentre au service de l’empereur du Saint-Empire Romain Germanique, Ferdinand III de Habsbourg. Le jeune organiste de la chambre impĂ©riale rejoint une institution prestigieuse au moment oĂą l’Europe est ravagĂ©e par les terribles dommages de la guerre de Trente ans. Pour autant Froberger ne reste pas Ă  Vienne… Grand amateur d’art italien, celui-ci octroie au jeune musicien de vingt ans Ă  peine une bourse pour Ă©tudier pendant quatre annĂ©es Ă  Rome auprès du très cĂ©lèbre Girolamo Frescobaldi (1583-1643), organiste de Saint-Pierre. Froberger apprend l’Ă©criture frescobaldienne, l’acclimate selon son tempĂ©rament et en rapporte les principes Ă  Vienne. Dans la citĂ© pontificale, le jeune germanique rencontre l’illustre Carissimi, et Ă©tudie auprès du “MaĂ®tre des cent savoirs”, Athanasius Kircher. Celui-ci lui confie une machine de son invention permettant de composer des canons… système astucieux qui permettra ensuite Ă  Froberger de briller en sociĂ©tĂ©, sĂ©duisant les Grands et les Princes. De retour Ă  Vienne, le compositeur excellent claviĂ©riste enchante ses auditeurs dans une Cour oĂą domine dans le goĂ»t des empereurs habsbourg, la musique italienne, alors dĂ©fendue in loco par les incontournables Giovanni Valentini et Antonio Bertali ; Froberger est remarquĂ© par le diplomate anglais William Swan qui le qualifie “d’homme très rare sur les espinettes”. ClaviĂ©riste virtuose, diplomate secret, voyageur en mission… Puis, toujours sous la tutelle de Ferdinand III, Froberger rĂ©alise de nombreux voyages, qui sont sans doute des missions diplomatiques – Ă  travers l’Europe, Italie, Angleterre, … voyages qui ne furent
pas sans dangers ni avatars rocambolesques dont les titres de ses Ĺ“uvres tĂ©moignent alors (Allemanda repraesentans monticidium – la chute en montagne – Frobergeri, Lamentation sur ce que j’ay ĂŞtĂ© volĂ© et se joue Ă  la discrĂ©tion et encore mieux que les soldats m’ont traitĂ©, Allemande faite en passant le Rhin dans une barque en grand peril, Plaincte faite Ă  Londres pour passer la Melancolie, etc….).
De Vienne, Froberger se rend tout d’abord Ă  Dresde en 1650 oĂą le Prince-Electeur organise un duel musical avec Matthias Weckman. La longue amitiĂ© intellectuelle qui en dĂ©coule, est emblĂ©matique du caractère attachant et très agrĂ©able du Froberger, un compositeur très estimĂ© et d’une Ă©ducation idĂ©ale. A Weckman, Froberger transmet l’art et la connaissance des Français. Ainsi Dresde et Hambourg (oĂą Weckman Ă©tait organiste) assimilent l’art des Couperin…

 

 

froberger-johann-portrait-dossier-special-2016-festival-musique-et-memoire-juillet-2016-CLASSIQUENEWS-presentation-vosges-du-sud-haute-saone-15-au-31-juillet-2016-582-390

 Portrait de l’Empereur Ferdinand III, protecteur de Froberger

 

LA FRANCE, ETAPE FORMATRICE. Puis ce sont Bruxelles, Utrecht et surtout Paris oĂą il arrive pendant la Fronde. Un concert triomphal est mĂŞme organisĂ© en son honneur en 1652 aux Jacobins en prĂ©sence de 615 auditeurs, dont la famille royale.. DĂ©terminants pour son Ă©volution, les luthistes et clavecinistes français (Louis Couperin, Roberday) qui l’initient au « style luthĂ© » et Ă  la suite de danses. Froberger en maĂ®trise la science raffinĂ©e et dĂ©licate, fixant ainsi l’ordre dĂ©sormais canonique : Allemande, Gigue, Courante et Sarabande. Froberger participe aussi aux fameuses “AssemblĂ©es des honnĂŞtes curieux” organisĂ©es par le claveciniste de la Cour Jacques Champion de Chambonnières. Ă€ Paris, Froberger rencontre le luthiste Blancrocher, son “optimus amicus”, qui dĂ©cĂ©da dans ses bras en 1652, des suites d’une chute dans les escaliers. En hommage endeuillĂ©, le Tombeau que Froberger Ă©crivit Ă  cette occasion (comme le fait aussi Louis Couperin), riche d’élĂ©ments figuratifs (la chute dans l’escalier par un arpège descendant, le glas et la descente de la bière dans la terre) est un sommet bouleversant qui touche par sa sincĂ©ritĂ©.
Depuis Paris, Froberger pousse jusqu’Ă  Londres alors en pleine tourmente politique. Il se fait alors dĂ©pouiller par des voleurs entre Paris et Douvres puis par des pirates entre Douvres et l’Angleterre ! Ainsi sa “Plainte faite Ă  Londres pour passer la mĂ©lancolie”. En dĂ©pit des difficultĂ©s, malgrĂ© la dĂ©licate situation des musiciens dans l’Angleterre du Commonwealth, Froberger rencontre les compositeurs londoniens qui comptent alors : Cristopher Gibbons, Thomas Baltzar, Matthew Locke.
Après de nouvelles Ă©tapes Ă  Paris et Ă  Bruxelles, Froberger rejoint Ferdinand III Ă  la diète impĂ©riale de Ratisbonne. La rencontre politique favorise encore de nouveaux contacts des plus profitables pour sa propre culture esthĂ©tque et musicale : chaque Électeur prĂ©sent, y est accompagnĂ© de ses musiciens, au premier rang desquels, le Maestro di Capella de l’Empereur : Antonio Bertali. Mais un jalon dĂ©cisif survient quand meurt en 1657, son protecteur de toujours, l’empereur Ferdinand III : Froberger, quadragĂ©naire, compose l’une de ses plus compositions les plus profondes et recueillies lĂ  aussi.

froberger johann jacobHERICOURT, ULTIME PERIODE (1664-1667). Ultime pĂ©riode Ă  HĂ©ricourt auprès de la Duchesse Sybilla. C’est un tournant dans sa carrière : le nouvel empereur LĂ©opold I, très italophile et lui aussi compositeur, particulièrement Ă©pris d’oratorios (sepolcri), ne conserve par Froberger Ă  son service. Le compositeur quitte Ă  nouveau Vienne, mais cette fois dĂ©finitivement. Il retourne Ă  Paris oĂą il bĂ©nĂ©ficie du soutien du Marquis de Termes (ancien protecteur de Blancrocher). Il compose alors sa Meditation faite sur ma mort future, “â Paris 1 May Anni 1660″. HĂ©las la disgrâce du marquis de Termes Ă  la suite de la chute de Fouquet en 1661, prĂ©cipite le propre destin de Froberger : il doit quitter Paris…
Le compositeur rejoint en 1664, alors au Château d’Hericourt le service de la duchesse et Princesse de MontbĂ©liard, Sybilla de Wurtemberg (1620-1707) ; MontbĂ©liard Ă©tant alors une enclave du Wurtemberg en France. Grande amatrice de musique, et femme indĂ©pendante, Sybilla est une amie d’enfance qui a appris la musique avec le père de Froberger.
Sibylla et son mĂ©decin particulier, laissent un tĂ©moignage prĂ©cieux sur la personnalitĂ© de Froberger : un ĂŞtre sociable, de compagnie fort agrĂ©able ; ” un homme gentil, aux moeurs chrĂ©tiennes, connu pour son caractère mesurĂ©, sa bonne humeur et son esprit exquis. D’un cĂ´tĂ© il avait l’habitude de se mouvoir en compagnie des princes, de l’autre il se plaisait Ă  jouer aux cartes pendant de longues heures avec les gens de maison, tuant le temps gaiement”.
Le 7 mai 1667, Froberger meurt brusquement d’une attaque d’apoplexie, lors de sa prière des vĂŞpres ; il est enterrĂ© Ă  Bavilliers. Peu avant sa mort, l’ami et le confident laisse des instructions prĂ©cises quant Ă  ses Ĺ“uvres : en s’adressant Ă  Sybilla de Wurtemberg, il dĂ©sire que ne soient pas divulguĂ©es ses manuscrits, car “beaucoup ne sauraient pas comment s’y prendre et ne feraient que du gâchis” (lettre de Sybilla Ă  Constantin Huygens). MalgrĂ© cette dĂ©fense, nombre de ses compositions sont publiĂ©es, suscitant après lui, l’admiration et la grande estime de Jean-SĂ©bastien Bach ou de Mozart (qui copia l’une de ses fantaisies).

 

 

 

 

Froberger au Festival Musique et MĂ©moire 2016
musique-et-memoire-2016-visuel-1-582-frobergerLes instrumentistes associĂ©s et en rĂ©sidence au Festival 2016 explorent chacun selon son goĂ»t et sa sensibilitĂ©, le monde multiple et raffinĂ© de Froberger, compositeur et claviĂ©riste de premier plan dont nous apprenons aujourd’hui Ă  mesurer la pensĂ©e universelle, l’Ă©clectisme musical, la richesse poĂ©tique… LIRE notre prĂ©sentation complète des concerts Froberger au Festival Musique et MĂ©moire 2016, 2 premiers week ends, 15-31 juillet 2016. WEEK END 1 : 15,16,17 juillet avec Les Timbres / WEEK END 2 avec Les Cyclopes : les 20,21,22,23,24 juillet 2016

 

 

Les Timbres, trio enchanteur et enchantĂ© oĂą la conversation musicale affirme chaque instrument comme un acteur principal, poursuivent leur rĂ©sidence crĂ©ative au festival Musique et MĂ©moire. Après Lully et le Baroque français du XVIIIè, les trois instrumentistes s’investissent dans les arcanes raffinĂ©es du style d’un Froberger Ă©clectique et expressif.
Récital Froberger par le claveciniste de l’ensemble Julien Wolfs,
le 16 juillet 2016, 15h
Chapelle Saint-Martin de Faucogney

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et MĂ©moire juillet 2015 / rĂ©sidence de l’ensemble Les Timbres 

musique et memoire pave-2-musique-et-memoire-2015Grand Reportage. Retour sur … En juillet 2015, le Festival Musique et Mémoire (22ème édition) joue la carte des jeunes interprètes, en l’occurrence, les trois instrumentistes orfèvres virtuoses des TIMBRES qui accordent intimisme ciselé et expressivité partagée. Recréation de Proserpine de Lully dans une version historique de 1682, genre théâtral et musical innovant Le Carnaval Baroque des animaux… l’approche et le geste façonnent une offrande artistique captivante qui redéfinit l’exercice même d’un festival de musique dans son territoire. Entretien avec les instrumentistes des Timbres, entretien avec FABRICE CREUX, directeur et fondateur du Festival Musique et mémoire. © STUDIO CLASSIQUENEWS 2016.…
Posté le 24.06.2016 par 

 

Les Cyclopes, autre ensemble en rĂ©sidence au Festival Musique et MĂ©moire, rĂ©alisent de leur cĂ´tĂ© un cycle inĂ©dit, dĂ©diĂ© lui aussi aux multiples facettes du Froberger, compositeur et personnalitĂ© mandatĂ©e par l’Empereur Ferdinand III :
“Les voyages mystĂ©rieux de Johann Jacob Froberger (1616-1667)”
Mercredi 20, Vendredi 22, samedi 23 et dimanche 24 juillet
Programmes en création

Le concert Ă©voque la carrière mobile et très fĂ©conde de Froberger, voyageur continu en mission pour l’Empereur Ferdinand III : Stuttgart, Vienne, Rome, Bruxelles, Londres, Paris et HĂ©ricourt, mais aussi Ratisbonne, Madrid, Mayence, Florence, Dresde, Mantoue, Utrecht… Le programme prĂ©sente l’univers musical de Froberger Ă  proximitĂ© des lieux oĂą il a passĂ© les dernières annĂ©es de sa vie en France, et oĂą il repose. Ses très nombreux voyages Ă©voque un panorama particulièrement riche de la musique au milieu du XVIIe siècle. Les Cyclopes travaillent en 2015 et 2016 dans le cadre d’une rĂ©sidence de recherche Ă  Royaumont autour de Froberger et de ses voyages.

 

 

 

 

Mercredi 20 juillet 2016, 21h
Château d’Héricourt
La vie secrète de Johann Jacob Froberger
Rencontre avec Bibiane Lapointe (violon) et Thierry Maeder, clavecin

Froberger, est l’un des compositeurs pour clavier les plus importants du XVIIe siècle. Il est aussi sans doute le musicien le plus cosmopolite du Premier Baroque, comme l’attestent ses nombreux voyages à travers l’Europe, investissant les milieux musicaux de chacun des pays traversés (Italie, France, Angleterre, Allemagne…). Sa vie est à l’image d’une aventure, d’un grand voyage ponctué par des haltes dans les grandes capitales européennes où il réside sur des périodes plus ou moins longues. Son oeuvre permet de retracer son itinéraire qui semble influencée par les actualités politiques, les périodes de trouble. On sait aussi que ses expéditions sont financées par l’Empereur. Tous ces éléments excitent l’imagination et incitent à penser que Froberger menait d’autres activités en parallèle de sa vie de musicien. Bibiane Lapointe et Thierry Maeder, directeurs artistiques de l’ensemble Les Cyclopes, évoquent en notes et en mots la vie étonnante de ce musicien aventurier dans le lieu même où elle s’acheva en 1667. Un moment émouvant…

 

 

 

 

Vendredi 22 juillet, 21 h
Eglise luthérienne d’Héricourt
Ă€ l’honneur de Madame Sibylle

Johann Jacob Froberger au château d’Héricourt (1664-1667)
Oeuvres dédiées à Sybille de Wurtemberg
Motets et sonates de Philipp Friederich Böddecker (1607-1683), Claudio Monteverdi (1567-1643), Samuel
Capricornus (1628-1665)
Johann Jacob Froberger
Allemande faite à l’honneur de Madame Sybille Duchesse de Wurtemberg

Ensemble Les Cyclopes
Camille Poul, soprano
Olivia Centurioni, violon
Jérémie Papasergio, dulciane
Lucile Boulanger, viole de gambe
Bibiane Lapointe, clavecin
Thierry Maeder, orgue positif
Benoît Colardelle, lumières

En 1664 Froberger rejoint au château d’HĂ©ricourt son Ă©lève prĂ©fĂ©rĂ©e, la princesse Sibylle de Wurtemberg (1620-1707) qu’il connaissait vraisemblablement depuis sa jeunesse Ă  Stuttgart. Claveciniste accomplie, mĂ©cène des musiciens et peut-ĂŞtre mĂŞme compositrice, elle est admirĂ©e pour sa piĂ©tĂ© et son talent. Dans une dĂ©dicace que lui fait un musicien elle et ses deux soeurs sont nommĂ©es les trois grâces du Wurtemberg. Si grande est sa familiaritĂ© avec l’oeuvre de son cher, fidèle et zĂ©lĂ© professeur, que Froberger aimait Ă  dĂ©clarer que qui n’aurait vu Sibylle jouer ses pièces, n’aurait sceu discerner si c’estoit elle ou lui-mĂŞme qui les touchoit. Il lui confie ses oeuvres et lui demande de n’en donner aucune Ă  personne. C’est Ă  HĂ©ricourt qu’il meurt brusquement d’apoplexie en 1667. La princesse le fait inhumer avec les plus grands honneurs, invitant tous ses amis de MontbĂ©liard, car sa bonne humeur l’avait fait aimer desgens, mĂŞme s’ils ne comprenaient pas son art…

 

 

 

 

Samedi 23 juillet, 16h
Eglise luthérienne d’Héricourt
1637-1641, 1645-1649 : Rome

Motets, Toccate, Canzoni et airs romains de :
Girolamo Frescobaldi (1583-1643)
Giacomo Carissimi (1605-1674)
Johann Jacob Froberger
Motets Apparuerunt apostolis et Alleluia Absorpta est mors

Ensemble Les Cyclopes
Soprano, ténor, basse, 2 violons et basse continue (orgue et clavecin)
Camille Poul, soprano
Fabien Hyon, ténor
Benoît Arnould, basse
Olivia Centurioni et Lathika Vithanage, violons
Lucile Boulanger, viole de gambe
Bibiane Lapointe, clavecin
Thierry Maeder, orgue positif
Benoît Colardelle, lumières

1637: au service de Ferdinand III, Froberger est envoyĂ© par l’empereur Ă  Rome pour Ă©tudier avec Girolamo Frescobaldi (1583-1643), après bien entendu sa nĂ©cessaire conversion au catholicisme. Avec Frescobaldi il cultive l’art de la Toccata et la finesse du contrepoint. Fidèle Ă  l’enseignement de son maĂ®tre il sera aussi un agent de la diffusion de sa musique: l’apparition d’oeuvres de Frescobaldi dans les manuscrits français et anglais suit ses voyages. Lors de son deuxième sĂ©jour, après la mort de Frescobaldi, il travaille avec Athanasius Kircher. SurnommĂ© le “maĂ®tre des cent savoirs”, ce jĂ©suite, professeur au Collegium Germanicum est l’auteur de “Musurgia universalis” paru en 1650 qui sera une rĂ©fĂ©rence sur l’esthĂ©tique musicale pendant toute la pĂ©riode baroque. C’est dans cet ouvrage qu’est pour la première fois dĂ©fini, certainement grâce Ă  la collaboration de Froberger le stylus fantasticus. C’est aussi dans cet ouvrage qu’est Ă©ditĂ©e pour la seule fois de sa vie une oeuvre de Froberger, la fantaisie ut-rĂ©-mi-fa-sol-la. Ă€ Rome, Froberger est aussi en contact avec Giacomo Carissimi, maĂ®tre de chapelle de l’église Saint-Apollinaire qui appartenait au Collegium Germanicum. C’est probablement dans ce contexte qu’il composera les deux motets Apparuerunt apostolis et Alleluia Absorpta est mors, les seules oeuvres non destinĂ©es au clavier qui nous soient parvenues

 

 

 

 

Samedi 23 juillet, 21h
Temple Saint-Jean de Belfort
Abendmusiken Ă  Hambourg

Froberger et Weckmann
Sonates Ă  5 :
Matthias Weckmann (1616-1674)
Marco Antonio Ferro (? -1662),
Pièces de clavier de Matthias Weckman et de Johann Jacob Froberger extraites du manuscrit de la
Singakademie et du manuscrit Hintze

Ensemble Les Cyclopes
Frithjof Smith, cornettino
Olivia Centurioni, violon
Stefan Legée, saqueboute
Jérémie Papasergio, dulciane
Bibiane Lapointe, clavecin
Thierry Maeder, orgue
Benoît Colardelle, lumières

Pendant l’hiver 1649, Ferdinand III envoie Johann Jacob Froberger à Dresde pour remettre une lettre au Prince Electeur Jean-Georges I de Saxe. A cette occasion l’organiste de l’empereur joue entre autres 6 toccatas, 8 capricci, 2 ricercare et 2 suites, toutes dans un livre soigneusement relié et copiées de sa main, qu’il remet alors au Prince-Electeur, lequel lui offre une chaîne en or. Aussitôt Froberger s’enquiert auprès du prince de la présence d’un certain Weckman, déjà célèbre à la Cour impériale et dont il souhaite faire la connaissance. Matthias Weckmann (1616-1674) se trouvait juste derrière eux. Le prince lui frappe l’épaule en disant “voilà mon Mathias”. Weckman se lance ensuite au clavecin dans une improvisation de près d’une demi-heure sur un thème emprunté à Froberger, à l’admiration de toute la Cour et de Froberger lui-même. Cette rencontre sera l’origine d’une longue et fidèle correspondance. Cette correspondance s’est poursuivie lorsque Weckman, organiste à Hambourg fonde le Collegium Musicum qui lui permet de présenter le meilleur de la musique de son temps. Nul doute que les fructueux échanges entre Froberger et Weckman ont contribué à construire le style des musiciens d’Allemagne du nord et à y introduire l’influence de Frescobaldi, des clavecinistes français et le stylus fantasticus. Plusieurs manuscrits importants originaires de Hambourg en témoignent

 

 

 

 

Dimanche 31 juillet, 16h
Grand salon de l’Hôtel de Ville de Lure
Dresde 1649
La joute musicale de Froberger et Weckmann

Oeuvres de Matthias Weckmann, LĂ©opold Weiss, Nikolaus Bruhns, extraits du “Hintze Manuscript” offert Ă  Weckmann par Froberger (Froberger, Kerll, De la Barre…)

Jean-Luc Ho, clavicorde à pédalier
Fait par Emile Jobin, 2012, d’après les modèles germaniques
programme en création (commande du festival)

En 1649 le Prince Ă©lecteur de Saxe provoque Ă  Dresde une joute musicale entre deux grands musiciens de claviers : Johann Jakob Froberger et Matthias Weckmann. Une correspondance suivie ainsi que l’Ă©change de manuscrits musicaux attestent qu’une forte amitiĂ© les a ensuite rĂ©unis. Cousin du luth et du clavecin, le clavicorde est l’instrument de l’expression et de l’intimitĂ© par excellence, celui de la mĂ©ditation et du dĂ©veloppement des affects, pliĂ©s au caractère de la danse. C’est aussi le compagnon de travail des compositeurs; celui des polyphonies savantes: du ricercar oĂą l’on entrevoit un miroir idĂ©alisĂ© du monde. DotĂ© de deux claviers manuels et d’une pĂ©dale avec 16′ il s’approprie avec plĂ©nitude les effets spectaculaires de l’orgue propres au style fantastique et au traitement du choral luthĂ©rien. Ne s’impose-t-il pas au milieu du XVIIe siècle comme l’instrument Ă  clavier le plus riche et le plus polyvalent ?

 

boutonreservationTOUTES LES INFOS sur le site du Festival Musique et Mémoire 2016, en Haute-Saône, Vosges du sud, du 15 au 31 juillet 2016