Compte-rendu, opéra. Fribourg, le 6 janv 2018. Mozart : Die Zauberflöte. Mompart / Gendre.

Compte-rendu, OpĂ©ra. Fribourg, ThĂ©Ăątre de l’Equilibre, le 6 janvier 2018. W. A. Mozart : Die Zauberflöte. Joan Mompart / Laurent Gendre. NĂ© de la rĂ©cente fusion de l’OpĂ©ra de Fribourg et de la compagnie lyrique OpĂ©ra Louise, le Nouvel OpĂ©ra Fribourg (NOF) s’est donnĂ© comme mission d’ « enjamber les barriĂšres isolant le lyrique de la crĂ©ation scĂ©nique contemporaine ». C’est ainsi que Julien Chavaz – directeur de l’institution romande – a eu l’idĂ©e de proposer au metteur en scĂšne (de thĂ©Ăątre) suisse Joan Mompart, de mettre en images La FlĂ»te enchantĂ©e de Mozart. Le rĂ©sultat est prodigieux de beautĂ© visuelle et d’intelligence formelle. Le plateau vidĂ© de tout dĂ©cor restera vide de tout dĂ©cor tout au long de la reprĂ©sentation, laissant aux images vidĂ©os – signĂ©es par Brian Torney et projetĂ©es sur de grands rideaux de tulle – le soin de porter l’imagination des spectateurs vers de lointaines contrĂ©es tant physiques que psychiques.

 
 
 

mozart-zaubertflote-fribourg-opera-critique-concert-opera-la-flute-enchantee-fribourg-critique-opera-par-classiquenews

 
 
 

L’essentiel des vidĂ©os montre des forĂȘts mystĂ©rieuses, une nature grandiose et protectrice, en contre-bas desquelles les personnages font vibrer les sentiments qui les animent.
La soprano suisse BĂ©nĂ©dicte Tauran est un exquise Pamina, au timbre soyeux et au phrasĂ© raffinĂ© et musical. La voix rĂ©vĂšle dĂ©jĂ  une certaine ampleur, et il y a fort Ă  parier qu’elle Ă©voluera rapidement vers des emplois plus lyriques. A ses cĂŽtĂ©s, la française MarlĂšne Assayag fait preuve d’un bel aplomb dans la Reine de la Nuit, en alliant l’agilitĂ© Ă  une rĂ©elle puissance dramatique. De son cĂŽtĂ©, le tĂ©nor hollandais Peter Gijbertsen offre une voix plus corsĂ©e que de coutume pour le personnage de Tamino, ce qui n’obĂšre pas l’élĂ©gance d’un phrasĂ© presque rĂȘveur. Le baryton suisse BenoĂźt Capt campe un Papageno dĂ©bordant d’abattage, qui sĂ©duit immĂ©diatement le public. La basse nĂ©erlandaise Bart Driessen impose un Sarastro impressionnant de grandeur, tant par la beautĂ© du timbre que par la noblesse de la ligne. Du Monostatos de Roman Mamontov (annoncĂ© souffrant), on retient surtout la veine caricaturale tandis que SalomĂ© Zangerl prĂ©sente sans peine une attachante Papagena. Enfin, les Trois Dames ne manquent pas d’allant, ni les Trois GĂ©nies de justesse.
A la tĂȘte de l’Orchestre de Chambre Fribourgeois (qu’il dirige et qu’il a lui-mĂȘme fondĂ©), Laurent Gendre dĂ©fend une lecture vivante et transparente du chef d’Ɠuvre mozartien. Ce spectacle, triomphalement accueilli par un public ne boudant pas son plaisir (les 6 dates au ThĂ©Ăątre de l’Equilibre de Fribourg, qui abrite le spectacle, affichent complets), laisse bien augurer de l’avenir du Nouvel OpĂ©ra Fribourg ! A suivre.

________________________________________________________________________________________________

Compte-rendu, OpĂ©ra. Fribourg, ThĂ©Ăątre de l’Equilibre, le 6 janvier 2018. W. A. Mozart : Die Zauberflöte. Joan Mompart / Laurent Gendre.