MUSIQUE & MÉMOIRE 2020 : VIVANT !

festival musique et mémoire vosges du sud classiquenews annonce concert critique présentation festivalFestival Musique & Mémoire 2020 : 29 juil – 2 août 2020. «MUSIQUE-ET-MEMOIRE-2020-ete-VIVANT-annonce-critique-classiquenews Musique et Mémoire vivant ! » : le premier festival estival dans les Vosges du Sud, au Pays des Mille étangs, se réinvente, covid oblige; il démontre même un formidable élan de renouvellement, heureux de proposer cet été malgré la pandémie et les mesures sanitaires toujours en vigueur, un cycle de concerts particulièrement prometteur. Au total, entre le 29 juillet et le 2 août prochains, 7 concerts à vivre et à partager dans les Vosges du Sud où les familiers du Festival et tous les mélomanes retrouveront ce qui fait la séduction de Musique & Mémoire, la sûreté du geste, l’intensité des programmes, l’engagement des interprètes… dont beaucoup sont devenus des figures emblématiques. Attention nombre limité de places ! Réservations hautement conseillées dès à présent.

 

 

 

 VOSGES DU SUD : 26è Festival Musique & Mémoire (19 juil - 4 août 2019)

 

________________________________________________________________________________________________

 

Programme des 7 concerts 

 

1
Mercredi 29 juillet 202, 21h
Saint-Barthélemy, église

Fête champêtre
Marin Marais, François Couperin, Robert de Visée, Louis de Caix d’Hervelois
La Rêveuse
Florence Bolton, viole de gambe
Benjamin Perrot, théorbe

 

 

2
Jeudi 30 juillet, 21 h
Belfort, temple Saint-Jean

Les Maîtres du Nord
Heinrich Scheidemann, Michael Praetorius, Georg Boehm, Dietrich Buxtehude
Jean-Charles Ablitzer, orgue

 

 

3
Vendredi 31 juillet, 21 h
Lure, parc botanique de l’abbaye (rue Parmentier)

Inventions à 2 voix
Johann Sebastian Bach, Georg Philipp Telemann, Karl Friedrich Abel
Myriam Rignol, viole de gambe
Yoko Kawakubo, violon

Apporter une chaise pliante, une chilienne ou un transat
Repli à l’auditorium en cas d’intempéries (29 rue Albert Mathiez)

 

4
Samedi 1er août, 15 h
Faucogney, église Saint-Georges
Le Délire des lyres
Quatuor à deux
Musiques de Honoré d’Ambruys, Joseph Chabanceau de la Barre, Gabriel Bataille, Bellerofonte Castaldi, Sigismundo d’India, Girolamo Frescobaldi, Charles Hurel, Michel Lambert, Sébastien Le Camus, Carlo Milanuzzi.
Textes de Madeleine de Scudéry et d’autres auteurs
Faenza
Marco Horvat, chant, théorbe, lira, guitare baroque
Francisco Mañalich, chant, basse de viole, guitare baroque

 

 

 

5
Samedi 1er août, 18 h
Servance, église Notre-Dame de l’Assomption
Les Barricades Mystérieuses
François Couperin et ses contemporains
Julien Wolfs, clavecin

 

 

 

6
Dimanche 2 août, 11 h
Fougerolles, écomusée du pays de la cerise
Suites à ma manière
Johann Joseph Vilsmaÿr, Johann Georg Pisendel, Johann-Sebastian Bach, Georg Philipp Telemann
Alice Julien-Laferrière, violon

 

 

7
Dimanche 2 août, 17 h
Luxeuil-les-Bains, basilique Saint-Pierre
Aux Racines de Bach
Dietrich Buxtehude, Philipp Heinrich Erlebach, Johann Krieger, Johann Sebastian Bach, Georg Philipp Telemann
Ensemble Les Timbres
Yoko Kawakubo, violon
Myriam Rignol, viole de gambe
Julien Wolfs, clavecin

________________________________________________________________________________________________

Nombre de places limité, priorité aux adhérents de l’association Musique et Mémoire, réservation obligatoire au 06 40 87 41 39, festival@musetmemoire.com

Port du masque et désinfection des mains obligatoires
Accès aux lieux et placement conformes aux règles sanitaires en vigueur
Tarif par concert : 15 €, 10 € adhérents Musique et Mémoire (et Amis de l’Orgue de et de la Musique de Belfort, mercredi 30 juillet), gratuit pour les – de 16 ans

TOUTES les infos sur le site du Festival :
www.musetmemoire.com

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

ENTRETIEN avec FABRICE CREUX

 

creux-fabrice-musique-et-memoire-festival-Fabrice-Creux,-directeur-artistiqueMUSIQUE & MÉMOIRE 2020. Entretien avec Fabrice Creux, directeur du festival MUSIQUE & MÉMOIRE. Le dernier week end de juillet, aura bien lieu dans les Vosges du Sud, – du 29 juillet au 2 août 2020, un cycle événement en 7 concerts, nouvelle forme d’un festival « vivant », ainsi réinventé, malgré le contexte sanitaire imposé depuis la pandémie de la covid 19. Nouvelles formes, répertoire réinvesti, lieux emblématiques et inédits, l’été 2020 est un défi pour se réinventer et reprendre le dialogue entre acteurs culturels, publics, et artistes.
________________________________________________________________________________________________

CNC : Vous avez choisi de maintenir une programmation cet été. Quelles valeurs et quelles formes porte cette édition spéciale ?

FABRICE CREUX : C’est de toute évidence une proposition différente, une voie nouvelle à explorer. Les festivaliers pourront découvrir un répertoire de solistes qui proposent de réécouter les fondamentaux de la période baroque : Couperin, JS Bach… Le cycle met l’accent sur l’intimisme et le haut niveau artistique des interprètes invités. Il était essentiel pour nous de tisser et resserrer les liens entre les artistes et notre public ; de poursuivre notre recherche et l’exploration des oeuvres et des styles. Ce dialogue de l’intime permet tout cela.

 

 

 

CNC : parlez nous des lieux investis et des artistes qui s’y produiront.

musique et memoire vosges du sud classiquenewsFC : Les règles sanitaires nous imposent un cadre strict. L’accueil du public se fait dans des proportions moyennes et maîtrisées. Pensez que dans la basilique Saint-Pierre de Luxeuil où nous pouvions accueillir 500 personnes, seulement 150 personnes pourront y venir cet été. L’accent est donc mis par nécessité sur les petites formules. Outre la Basilique saint-Pierre, les festivaliers retrouveront des sites devenus emblématiques du festival : le Temple Saint-Jean de Belfort, l’églises Saint-Georges de Faucogney… mais aussi des lieux inédits comme à Lure, le parc botanique de l’Abbaye qui est un écrin champêtre en phase avec l’esprit de notre festival. Côté artistes, nous nous réjouissons de retrouver Les Timbres, ensemble associé dont la coopération nous semble toujours aussi évidente ; d’autant que le trio jouera Buxtehude, compositeur qui est le sujet de leur prochain cd à paraître ; songez que Jean-Charles Ablitzer, interprète familier du Festival lui aussi, jouera ainsi sa premier récital en tant que soliste, dans un répertoire qui condense ses compositeurs fétiches ; le cas de La Rêveuse est identique ; c’est un ensemble qui réalise avec Musique & Mémoire, un long compagnonnage, riche en découvertes. Dans la programmation initiale de cet été, j’avais invité Faenza et Marco Horvat pour ouvrir l’édition 2020 ; il me semblait naturel de maintenir sa présence dans un programme inédit accordant textes et musique du XVIIè siècle.

 

 

 

CNC : En quoi la période inédite que nous avons vécu depuis mi mars, a-t-elle fait évoluer votre conception du métier, des pratiques culturelles ?

FC : Après avoir décider d’annuler le festival 2020 à la mi avril, nous avons pris conscience qu’il fallait réagir à cette situation unique qui a mis sous cloche la culture vivante. Le besoin d’être présent et de prendre la parole d’une manière différente s’est affirmé. Les acteurs culturels ne sont pas plus contraints que les cafetiers ou les restaurateurs. Tous ont coûte que coûte repris leur activité. Certes, le monde culturel a trouvé une échappée grâce au numérique, mais rien ne remplace la proximité, l’expérience physique du concert ni le partage de la musique ensemble dans un même lieu. Il fallait conjurer le vide terrible qu’a engendré le confinement ; il nous fallait poursuivre notre activité et nos missions premières : assurer l’animation des territoires, maintenir la relation avec nos publics, soutenir les artistes. C’est notre responsabilité. Voilà les enjeux de la programmation de cet été; un cycle spécial dans un contexte singulier. Le lien avec le public s’est déjà renforcé ; les festivaliers fidèles qui nous suivent depuis 25 ans, ont répondu présents. Quel plus bel encouragement ?

 

 

Propos recueillis en juillet 2020

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Festival Musique & Mémoire 2020, Vosges du Sud : 29 juil – 2 août 2020. LIRE notre présentation du cycle de 7 concerts événements spécialement programmé pour l’été 2020 :
https://www.classiquenews.com/musique-memoire-2020-vivant/
Ce cycle remplace l’édition initialement programmée et qui a été annulée en avril 2020.

 

 

FESTIVALS 2020. MUSIQUE ET MEMOIRE : 27ème édition, du 17 juillet au 2 août 2020 (Vosges du Sud)

musique-memoire-vosges-du-sud-festival-2020-annonce-critique-classiquenewsFESTIVALS 2020. MUSIQUE ET MEMOIRE : 27ème édition, du 17 juillet au 2 août 2020 (Vosges du Sud)  -  14 concerts événements avec les ensembles a nocte temporis, Faenza, La Rêveuse, le Caravansérail, Les Meslanges, Les Surprises, la violoniste Alice Julien-Laferrière, le flûtiste Pierre Hamon, le claveciniste Yoann Moulin, les organistes Jean-Charles Ablitzer, Jean-Luc Ho et Yves Rechsteiner… Chaque été, Musique et Mémoire confirme sa place d’écrin laboratoire pour les ensembles et les tempéraments émergeants de la scène baroque en France.

Parmi les temps forts cette année, dans le cadre de l’édition 2020, distinguons en particulier la résidence de l’ensemble a nocte temporis (3 concerts exceptionnels les 24, 25 et 26 juillet 2020) ; le renouveau de l’orgue historique de la Basilique St Pierre de Luxeuil-les-Bains avec 2 concerts très prometteurs, les 1er et 2 août 2020). Festival événement classiquenews

 

 ACTE I
Les 17, 18, 19 juillet 2020

________________________________________________________________________________________________

 

 

Vendredi 17 juillet, Lucile Richardot et Faenza,
le voyage d’Anne de la Barre au Septentrion

Samedi 18 juillet,
La Rêveuse, Purcell’s Devotional Songs & Anthems

Dimanche 19 juillet,
Yoann Moulin, Midsummer night’s dream

Dimanche 19 juillet,
La Rêveuse, Londres 1700

 

 

 

 

 

 ACTE II
Les 23, 24, 25, 26 juillet 2020

________________________________________________________________________________________________

 

 

Jeudi 23 juillet, Pierre Hamon,
Los pasos perdidos

Vendredi 24 juillet,
a nocte temporis, Dumesny, haute-contre de Lully

Samedi 25 juillet,
a nocte temporis, Ma belle brunette

Dimanche 26 juillet,
Le Caravansérail, Bach

Dimanche 26 juillet,
a nocte temporis, The Dubhlinn Gardens

 

 

 

 

 

ACTE III
Les 30, 31 juillet – 1er, 2 août 2020

 ________________________________________________________________________________________________

 

Jeudi 30 juillet,
Jean-Charles Ablitzer et Les Meslanges,
Hymnes pour les principales festes
de Jehan Titelouze à Nicolas de Grigny

Vendredi 31 juillet,
Jean-Luc Ho, Johann Sebastian Bach

Samedi 1er août,
Jean-Luc Ho et Les Meslanges,
Nicolas de Grigny, messe pour les principales festes

Dimanche 2 août,
Alice Julien-Lafferière, Suites à ma manière…

Dimanche 2 août,
Yves Rechsteiner et Les Surprises,
l’héritage de Rameau

 


RÉSERVEZ VOS PLACES

Billetterie en ligne désormais accessible 

 musique_et_memoire-6730

________________________________________________________________________________________________

La programmation 2020 complète
https://musetmemoire.com/2020/01/15/programme-2020/

 

musique-memoire-vosges-du-sud-festival-2020-annonce-critique-classiquenews

 

________________________________________________________________________________________________

L’entretien de Fabrice Creux, directeur artistique, pour Classiquenews.com (extrait) :

 

creux-fabrice-musique-et-memoire-festival-Fabrice-Creux,-directeur-artistiqueCNC CLASSIQUENEWS : Vous avez déjà dévoilé une grande partie de la 27è édition 2020 du Festival Musique & Mémoire. On remarque la forte présence de programmes spécifiques et des talents les plus engagés de la nouvelle génération d’interprètes. Audace artistique et forts tempéraments sont-ils de fait les caractères distinctifs du Festival ?

FABRICE CREUX : Le festival Musique et Mémoire a un goût prononcé pour l’exploration des répertoires, mais aussi (et surtout) pour la découverte des nouvelles générations d’interprètes. J’ai souvent qualifié cet événement de la scène baroque de festival « laboratoire » et je crois que l’édition 2020 en sera une parfaite illustration.

Ainsi, année après année, le festival s’est taillé une identité forte permettant au territoire réinvesti, de diffuser l’idée et l’expérience d’une aventure humaine et culturelle désormais incontournable dans le paysage des festivals de l’été.

Musique et Mémoire est porté par cette idée forte et génératrice de porter au-devant du public un projet artistique exigeant lui permettant de découvrir des artistes très engagés dans leur choix artistique…. à suivre ici

 

 

________________________________________________________________________________________________

CONCERTS GRATUITS sur le TERRITOIRE
Un festival qui défend l’accessibilité de la musique et des concerts…

orphee aux enfers charpentier vox luminis nocte temporis meunier mechelen cd alpha critique opera baroque classiquenewsA NOCTE TEMPORIS en médiathèques
L’ensemble fondé par le ténor flamand Reinoud von Mechelen commence à Musique et Mémoire une résidence propice à l’émergence et l’approfondissement de plusieurs programmes inédits…

Musique irlandaise avec Anna Besson
La flûtiste de l’ensemble a nocte temporis, Anna Besson (également membre du Quatuor Nevermind) joue la musique irlandaise du XVIIIe siècle : « The Dubhlinn Gardens ».
La musique traditionnelle irlandaise, jardin personnel cultivé depuis l’enfance inspire à l’interprète un programme qui s’appuie aussi sur sa formation auprès de flûtistes irlandais (apprentissage essentiellement oral), sur sa propre expérience avec la flûte en bois puis la flûte traversière baroque et l’interprétation historique.
Le programme « The Dubhlinn Gardens » regroupe plusieurs airs parmi les plus populaires dans l’Irlande du XVIIIe siècle, à une époque où musique traditionnelle et musique « savante » sont également considérées. La collection de flûtes traversières d’Anna Besson éclaire les danses spécifiques et le style qui leur est propre.

 

 

________________________________________________________________________________________________

5 dates sur le territoire des VOSGES DU SUD
Gratuit, tout public

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & Mémoire diffuse l'excellence au Pays des 1000 étangs

________________________________________________________________________________________________

 

Mardi 7 avril, 18 h,
Lure, bibliothèque municipale

Mercredi 8 avril, 9 h,
Vaivre-et-Montoille, médiathèque (espace des Fauvettes)

Mercredi 8 avril, 15 h,
Saint-Loup-sur-Semouse, médiathèque

Mercredi 8 avril, 19 h,
Jussey, médiathèque

Vendredi 10 avril, 19 h,
Héricourt, médiathèque

________________________________________________________________________________________________

 Toutes les infos sur le site du Festival Musique & Mémoire 2020

________________________________________________________________________________________________
 

musique-memoire-vosges-du-sud-festival-2020-annonce-critique-classiquenews

 

FESTIVALS 2020. 27è Festival MUSIQUE & MEMOIRE (Vosges du Sud), Entretien avec Fabrice Creux

thumbnail_Musique et Mémoire 2020 150 DPIFESTIVALS 2020. 27è Festival MUSIQUE & MÉMOIRE (Vosges du Sud, 70). Fabrice Creux, directeur artistique et fondateur du premier Festival de musique dans les Vosges, annonce une programmation riche de promesses et de nouveaux défis artistiques. La 27è édition qui aura lieu à l’été 2020 (du 17 juillet au 2 août 2020) reste fidèle aux valeurs qui depuis sa création, singularisent et distinguent le Festival : exploration et prise de risques. C’est aussi sur le plan humain et artistique, de nouvelles aventures et rencontres qui font de Musique & Mémoire, une remarquable pépinière de talents dont le festivalier mesure chaque année, l’avancement du travail… A partir de l’été 2020, les spectateurs pourront suivre le geste d’un nouvel ensemble, bénéficiaire d’une résidence exceptionnelle : A nocte temporis. Soucieux de diffuser les programmes et favoriser la découverte, le festival sait rayonner sur le territoire (cette année entre autres, grâce aux médiathèques partenaires en Haute-Saône). Enfin, Musique & Mémoire cultive le goût de l’orgue : l’instrument roi lui inspire à chaque édition, une offre particulière, restituant le clavier dans son lieu patrimonial et dans son contexte musical… Entretien avec Fabrice Creux.

________________________________________________________________________________________________

 

 

creux-fabrice-musique-et-memoire-festival-Fabrice-Creux,-directeur-artistiqueCNC CLASSIQUENEWS : Vous avez déjà dévoilé une grande partie de la 27è édition 2020 du Festival Musique & Mémoire. On remarque la forte présence de programmes spécifiques et des talents les plus engagés de la nouvelle génération d’interprètes. Audace artistique et forts tempéraments sont-ils de fait les caractères distinctifs du Festival ?

FABRICE CREUX : Le festival Musique et Mémoire a un goût prononcé pour l’exploration des répertoires, mais aussi (et surtout) pour la découverte des nouvelles générations d’interprètes. J’ai souvent qualifié cet événement de la scène baroque de festival « laboratoire » et je crois que l’édition 2020 en sera une parfaite illustration.

Ainsi, année après année, le festival s’est taillé une identité forte permettant au territoire réinvesti, de diffuser l’idée et l’expérience d’une aventure humaine et culturelle désormais incontournable dans le paysage des festivals de l’été.

Musique et Mémoire est porté par cette idée forte et génératrice de porter au-devant du public un projet artistique exigeant lui permettant de découvrir des artistes très engagés dans leur choix artistique.

________________________________________________________________________________________________

 

 

CNC CLASSIQUENEWS : De quelle manière le territoire et les paysages des Vosges du Sud influencent-ils le fonctionnement du Festival ?

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & Mémoire diffuse l'excellence au Pays des 1000 étangsFABRICE CREUX : C’est une question essentielle, car le festival Musique et Mémoire repose sur une relation consubstantielle avec son territoire. Chaque production musicale est choisie en fonction d’un écrin architectural, ce qui est important pour que l’œuvre musicale s’exprime pleinement. Les paysages magnifiques des Vosges du Sud, empreints d’une poésie particulière, apportent aussi une dimension sensible marquante. L’enchevêtrement contrapuntique des mondes végétal, minéral et aquatique confère aux lieux une atmosphère particulière, propice au recueillement et à l’écoute. Une mélodie surgit enchâssée dans son écrin instrumental. Des voix s’entrelacent en une sublime polyphonie. Ici, l’âme baroque exprime toute sa quintessence…

________________________________________________________________________________________________

 

 

CNC CLASSIQUENEWS : Après Les Timbres, collectif en résidence pendant 6 années, votre choix se porte dès l’été 2020 et pour 3 années sur l’ensemble A Nocte temporis. Pour quelles raisons avez vous choisi la tribu de jeunes musiciens réunis autour du contre-ténor flamand Reinoud van Mechelen ? Sur quels répertoires et quels dispositifs allez vous travailler ensemble ?

FABRICE CREUX : Le compagnonnage artistique que nous avons vécu pendant 6 années avec l’ensemble Les Timbres fut d’une richesse inouïe : 19 programmes en création, 28 concerts, 7 projets de médiation. Après cette aventure tellement marquante, la question d’une nouvelle orientation s’est posée rapidement et il m’a semblé important d’opter pour un ensemble à la configuration différente. C’est la raison pour laquelle, nous avons eu envie de proposer à l’ensemble a nocte temporis de tenter un partenariat au long cours avec nous.
Dumesny-Haute-Contre-de-Lully cd classiquenews critique annonce review cd critique classiquenews critique opera critique concertCet ensemble fondé autour de la personnalité merveilleuse du jeune ténor belge Reinoud Van Mechelen rayonne déjà avec une force incroyable au firmament de la scène baroque actuelle. Son projet artistique est d’une grande diversité avec des propositions tournées vers le grand répertoire, mais aussi au carrefour du folk et de la musique baroque. Pour cette première année de collaboration, a nocte temporis proposera 3 programmes très différents :

Le premier rendra hommage au célèbre haute-contre Louis Dumesny, créateur de la plupart des opéras de Lully.

A nocte temporis présentera ensuite un nouveau programme créé pour Musique et Mémoire proposant un florilège d’airs et brunettes allant de la chanson la plus touchante jusqu’à l’air à boire le plus exalté !
Enfin, le troisième programme, The Dubhlinn Gardens, s’attachera à faire le lien entre la musique traditionnelle irlandaise et la musique baroque du XVIIIe siècle.
En 2020, le festival Musique et Mémoire prolonge sa collaboration avec la médiathèque départementale de la Haute-Saône en présentant un nouveau cycle de découvertes, dans 9 médiathèques du département de la Haute-Saône.
A cette occasion, la flûtiste de l’ensemble a nocte temporis, Anna Besson, présentera son projet autour de la musique irlandaise du XVIIIe siècle : « The Dubhlinn Gardens ».

________________________________________________________________________________________________

 

 

CNC CLASSIQUENEWS : Y a t il d’autres programmes présentés en 2020 que vous aimeriez aussi commenter et pourquoi ?

FABRICE CREUX : Je suis tenté de réponde tous ! Mais je dois dire que les retrouvailles avec l’orgue historique de la basilique St Pierre de Luxeuil-les-Bains dont l’origine de la construction remonte au début du XVIIe siècle, qui vient de bénéficier d’une importante campagne de travaux, me réjouissent particulièrement. Quel bonheur de réentendre cet instrument régénéré, au buffet somptueux, dans 2 programmes magnifiques : Messe pour les Principales Festes (1699) de Nicolas de Grigny par Jean-Luc Ho et l’ensemble Les Meslanges / L’héritage de Rameau par Yves Rechsteiner et l’ensemble Les Surprises.

 

 

Propos recueillis en janvier 2020

________________________________________________________________________________________________

 

 

FESTIVAL MUSIQUE ET MÉMOIRE, édition 2020, 27è édition, du 17 juillet au 2 août 2020. 14 concerts événements dans les Vosges du Sud
https://musetmemoire.com

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

LIRE aussi notre annonce dépêche : Nouvel ensemble associé au Festival Musique & Mémoire 2020, A nocte temporis / Reinould van Mechelen (article d’oct 2019)
https://www.classiquenews.com/festivals-musique-et-memoire-vosges-du-sud-a-nocte-temporis-nouvel-ensemble-associe/

______________________________

VIDEO
Voir notre reportage vidéo du 26è Festival Musique & Mémoire : La Fenice, Vox Luminis, Jean-Charles Ablitzer
https://www.classiquenews.com/festival-musique-et-memoire-2019-la-fenice-vox-luminis-jean-charles-ablitzer/
musique-et-memoire-festival-2019-26eme-edition-reportage-video-classiquenews-582Le 26è Festival Musique et Mémoire poursuit son exploration des répertoires entre XVIè et XVIIè avec La Fenice et Jean Tubéry ; il met aussi en scène le formidable orgue ibérique de Grandvillars, récemment inauguré, que joue l’organiste Jean-Charles Ablitzer (Tientos de Arauxo) auquel répondent les voix uniques, célestes, de VOX LUMINIS, interprètes du Requiem de Victoria – reportage © studio classiquenews.tv / Réalisation : Philippe-Alexandre PHAM (juillet 2019)

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

APPROFONDIR


Festival MUSIQUE & MÉMOIRE

LIRE notre dernier compte rendu publié à l’occasion de l’édition 2019 du festival Musique & Mémoire / COMPTE-RENDU, concert. GRANDVILLARS, église Saint-Martin, le 20 juillet 2019. Francisco CORREA de ARAUXO (1584 – 1654). Tientos. Victoria, Morales… Jean-Charles Ablitzer, orgue ibérique de Grandvillars, Vox Luminis :

https://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-grandvillars-eglise-saint-martin-le-20-juillet-2019-francisco-correa-de-arauxo-1584-1654-tientos-victoria-morales-jean-charles-ablitzer-orgue-iberique-de-gra/

 

 

 

Présentation du Festival Musique & Mémoire 2019 (26è édition) :
https://www.classiquenews.com/vosges-du-sud-26e-festival-musique-memoire-2019/

 

 

 

LIRE aussi notre présentation et critique du dernier cd édité par le Festival Musique & Mémoire en 2019 :
CD, événement, critique. El SIGLO DE ORO. Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars : Cabezon, Cabanilles… (2 cd Musique & Mémoire, oct 2018)

https://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-grandvillars-eglise-saint-martin-le-20-juillet-2019-francisco-correa-de-arauxo-1584-1654-tientos-victoria-morales-jean-charles-ablitzer-orgue-iberique-de-gra/

 

 

 

Notre présentation du Festival Musique & Mémoire 2018
http://www.classiquenews.com/festival-musique-memoire-2018-les-25-ans-2/

 

________________________________________________________________________________________________

Festival Musique et Mémoire 2019 : La Fenice, Vox Luminis, Jean-Charles Ablitzer

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVIDEO. MUSIQUE MEMOIRE 2019 : La Fenice, Vox Luminis et Jean-Charles ABLITZER, orgue (juillet 2019) – Le 26è Festival Musique et Mémoire poursuit son exploration des répertoires entre XVIè et XVIIè avec La Fenice et Jean Tubéry ; il met aussi en scène le formidable orgue ibérique de Grandvillars, récemment inauguré, que joue l’organiste Jean-Charles Ablitzer (Tientos de Arauxo) auquel répondent les voix uniques, célestes, de VOX LUMINIS, interprètes du Requiem de Victoria – reportage © studio classiquenews.tv / Réalisation : Philippe-Alexandre PHAM (juillet 2019)

VOSGES DU SUD : 26è Festival MUSIQUE & MÉMOIRE (19 juillet – 4 août)

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVosges du Sud, 26è FESTIVAL MUSIQUE ET MEMOIRE : 19 juillet – 4 août 2019. C’est le festival estival le plus original et le plus passionnant au nord de la Loire (ils ne sont pas nombreux et d’autant plus méritants) et dans le grand Est, en Franche-Comté ou dans les VOSGES DU SUD plus précisément. Inscrit dans le territoires des 1000 étangs, un paradis méconnu accordant forêts éternelles et musique classique, en une équation inoubliable. Depuis ses débuts, le Festival Musique et Mémoire sait développer l’audace et la fidélité, réservant aux ensembles les plus engagés, une résidence de 3 années pour approfondir un geste musical, affiner l’interprétation d’un répertoire ou d’un compositeur, ciseler le travail chambriste, l’écoute et l’expérimentation entre musiciens, et surtout le partage à l’adresse du public, heureux de participer à l’élaboration des programmes, stimulé à suivre ainsi la maturation des sensibilités. L’édition 2019 de Musique et Mémoire répond à tout cela, répondant avec délices et souvent de manière surprenante aux attentes du public. Car l’esprit de découverte et la curiosité sont toujours là, intactes et préservées après plus de 25 années de programmation.

 

 

Musique et Mémoire 2019 se déroule ainsi autour de 3 WEEK ENDS : 20-21 puis 27-28 juillet, enfin 3-4 août 2019 : une occasion idéale pour organiser votre séjour en Franche-Comté.

 

 

 

 

 

NOS 4 TEMPS FORTS 2019

________________________________________________________________________________________________

 

 

Parmi les temps forts 2019, distinguons entre autres :

 

 

 

1 – VENDREDI 19 JUILLET 2019

 

Concert d’ouverture de la Fenice avec un programme haut en couleursmonteverdi claudio portrait
COURONNEMENTS A VENISE / Incoronazione a Venezia
Messe de couronnement dans la Venise des Doges (Ven 19 juillet, Eglise St-martin de Lure, 21h). Ensemble La Fenice, Jean Tubéry.
Musiques des Gabrieli et de Monteverdi à Venise en 1615…
A 17h, répétition ouverte au public

2 – SAMEDI 20 JUILLET 2019

SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARSCollaboration Jean-Charles Ablitzer (orgue) / Vox Luminis pour une valorisation du merveilleux orgue espagnol de Grandvillars / SOL Y SOMBRA (soleil et ombre) : un programme en clair obscur, aux contrastes caravagesques, l’orgue de Jean-Charles Ablitzer et les voix éthérées, allusives, magiciennes de l’ensemble Vox Luminis (Lionel Meunier, direction), déjà invité au Festival l’an dernier (Eglise St-Martin de Grandvillars, sam 20 juillet, 18h et 21h). Musiques de Victoria et Arauxo.

 

 

__________

 

 

3 – VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUILLET 2019

spilmont-olivier-by-nicolas-maget-classiquenews-festival-musique-et-memoire-juillet-2017-JS-BACHPoursuite du parcours Jean-Sébastien Bach par Alia Mens
Vendredi 26 et samedi 27 juillet 2019 (3è année de résidence).
Récital d’Olivier Spilmont, clavecin (Suites Françaises, le 26 juil, Gd Salon de l’Hôtel de Ville de Lure, 21h)
Labyrinthe : Cantates de Leipzig en un labyrinthe de 3 cantates, un chanteur par partie, où règne, énigmatique et mystérieuse la plus doloriste et inquiétante « Meine Seufzer, meine Tränen » (Sam 27 juil, Basilique St-Pierre de Luxeuil-les-Bains, 21h)

 

 

__________

 

 

 

4 – WEEK END LES TIMBRES : 2,3,4, 5 AOÛT 2019

 

Enfin, le meilleur pour la fin, la dernière année de résidence (2 dans l’histoire dules-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenews festival, pour un campagnonage unique) du jeune ensemble envoûtant LES TIMBRES, ven 2, sam 3, dim 4 août 2019. C’est un miracle musical de péosie chambriste et d’entente collective comme il en existe peu ailleurs. Ainsi le joyeux trio enchanteur : Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs (violon, viole de gambe, clavecin) propose What is life (William Byrd, le ven 2 août, Eglise luthérienne d’Héricourt, 21h) ; Inventions à 2 violons (avec Maite Larburu, 2è violon), et Inventions avec 2 violes de gambe (avec Pau Marcos Vicens, 2è viole de gambe), Inventions à 4 mains (avec Marie-Anne Dachy, clavecin), puis L’art de la fugue qui réunit les 6 instrumentistes solistes, sam 3 août, Chapelle Saint-Martin de Faucogney, 15h.
Le dimanche 5 août, place aux individualités : Suites par Myriam Rignol (11h, chÅ“ur roman de Melisey), Sonate et Partita par Yoko Kawakubo (15h, Eglise ND de l’Assomption de Château-Lambert), enfin Variations Goldberg pr Julien Wolfs – enfin, réunion des 3 solistes des Timbres dans Sonates en trio (17h30, Eglise ND de l’Assomption de Servance).

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE :

boutonreservation

 

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & Mémoire diffuse l'excellence au Pays des 1000 étangs


VIDEO TEASER
évasion dans les VOSGES DU SUD

https://www.youtube.com/watch?v=vW50y5VJwiY 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos, les modalités de réservations
sur le site du festival MUSIQUE & MEMOIRE 2019 :

https://musetmemoire.com

musique et memoire festival 2019 programmation annonce critique coup de coeur temps forts festivals musique classique classiquenews

________________________________________________________________________________________________

MUSIQUE ET MÉMOIRE EN VIDÉO :

 

 

 

REPORTAGE VIDEO Festival Musique & Mémoire 2018 : Pour les 25 ans du Festival, Vox Luminis réalise la Messe en si de Jean-Sébastien Bach

 

REPORTAGE. JS BACH : Messe en si par VOX LUMINIS / Festival Musique et Mémoire 2018 from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Les éditions précédentes :

 

 

 

Festival 2013

 

Festival Musique et Mémoire 2013 : Les 20 ans from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Festival 2015 : Les Timbres, l’opéra dans tous ses états

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et Mémoire 2015 / Les Timbres from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2016 : Les 400 ans de FROBERGER

 

REPORTAGE. Le Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2016 : les 400 ans de Froberger from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2017 : ALIA MENS interprète Cantates et Concertos de JS BACH

 

REPORTAGE, vidéo. Festival MUSIQUE & MÉMOIRE : ALIA MENS joue JS BACH (juil 2017). from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2019 : 19 juillet – 4 août 2019

musique-et-memoire-festival-2019-annonce-programmation-concert-opera-festival-concerts-annonce-critiques-classiquenewsVosges du Sud, 26è FESTIVAL MUSIQUE ET MEMOIRE : 19 juillet – 4 août 2019. C’est le festival estival le plus original et le plus passionnant au nord de la Loire (ils ne sont pas nombreux et d’autant plus méritants) et dans le grand Est, en Franche-Comté ou dans les VOSGES DU SUD plus précisément. Inscrit dans le territoires des 1000 étangs, un paradis méconnu accordant forêts éternelles et musique classique, en une équation inoubliable. Depuis ses débuts, le Festival Musique et Mémoire sait développer l’audace et la fidélité, réservant aux ensembles les plus engagés, une résidence de 3 années pour approfondir un geste musical, affiner l’interprétation d’un répertoire ou d’un compositeur, ciseler le travail chambriste, l’écoute et l’expérimentation entre musiciens, et surtout le partage à l’adresse du public, heureux de participer à l’élaboration des programmes, stimulé à suivre ainsi la maturation des sensibilités. L’édition 2019 de Musique et Mémoire répond à tout cela, répondant avec délices et souvent de manière surprenante aux attentes du public. Car l’esprit de découverte et la curiosité sont toujours là, intactes et préservées après plus de 25 années de programmation.

 

 

Musique et Mémoire 2019 se déroule ainsi autour de 3 WEEK ENDS : 20-21 puis 27-28 juillet, enfin 3-4 août 2019 : une occasion idéale pour organiser votre séjour en Franche-Comté.

 

 

 

 

 

NOS 4 TEMPS FORTS 2019

________________________________________________________________________________________________

 

 

Parmi les temps forts 2019, distinguons entre autres :

 

 

 

1 – VENDREDI 19 JUILLET 2019

 

Concert d’ouverture de la Fenice avec un programme haut en couleursmonteverdi claudio portrait
COURONNEMENTS A VENISE / Incoronazione a Venezia
Messe de couronnement dans la Venise des Doges (Ven 19 juillet, Eglise St-martin de Lure, 21h). Ensemble La Fenice, Jean Tubéry.
Musiques des Gabrieli et de Monteverdi à Venise en 1615…
A 17h, répétition ouverte au public

 
 
 

2 – SAMEDI 20 JUILLET 2019
 
SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARSCollaboration Jean-Charles Ablitzer (orgue) / Vox Luminis pour une valorisation du merveilleux orgue espagnol de Grandvillars / SOL Y SOMBRA (soleil et ombre) : un programme en clair obscur, aux contrastes caravagesques, l’orgue de Jean-Charles Ablitzer et les voix éthérées, allusives, magiciennes de l’ensemble Vox Luminis (Lionel Meunier, direction), déjà invité au Festival l’an dernier (Eglise St-Martin de Grandvillars, sam 20 juillet, 18h et 21h). Musiques de Victoria et Arauxo.

 

 

3 – VENDREDI 26 et SAMEDI 27 JUILLET 2019
 
spilmont-olivier-by-nicolas-maget-classiquenews-festival-musique-et-memoire-juillet-2017-JS-BACHPoursuite du parcours Jean-Sébastien Bach par Alia Mens
Vendredi 26 et samedi 27 juillet 2019 (3è année de résidence).
Récital d’Olivier Spilmont, clavecin (Suites Françaises, le 26 juil, Gd Salon de l’Hôtel de Ville de Lure, 21h)
Labyrinthe : Cantates de Leipzig en un labyrinthe de 3 cantates, un chanteur par partie, où règne, énigmatique et mystérieuse la plus doloriste et inquiétante « Meine Seufzer, meine Tränen » (Sam 27 juil, Basilique St-Pierre de Luxeuil-les-Bains, 21h)

 

 

 

4 – WEEK END LES TIMBRES : 2,3,4, 5 AOÛT 2019

 

Enfin, le meilleur pour la fin, la dernière année de résidence (2 dans l’histoire dules-timbres-portrait-noi-et-blanc-classiquenews festival, pour un campagnonage unique) du jeune ensemble envoûtant LES TIMBRES, ven 2, sam 3, dim 4 août 2019. C’est un miracle musical de péosie chambriste et d’entente collective comme il en existe peu ailleurs. Ainsi le joyeux trio enchanteur : Yoko Kawakubo, Myriam Rignol, Julien Wolfs (violon, viole de gambe, clavecin) propose What is life (William Byrd, le ven 2 août, Eglise luthérienne d’Héricourt, 21h) ; Inventions à 2 violons (avec Maite Larburu, 2è violon), et Inventions avec 2 violes de gambe (avec Pau Marcos Vicens, 2è viole de gambe), Inventions à 4 mains (avec Marie-Anne Dachy, clavecin), puis L’art de la fugue qui réunit les 6 instrumentistes solistes, sam 3 août, Chapelle Saint-Martin de Faucogney, 15h.
Le dimanche 5 août, place aux individualités : Suites par Myriam Rignol (11h, chÅ“ur roman de Melisey), Sonate et Partita par Yoko Kawakubo (15h, Eglise ND de l’Assomption de Château-Lambert), enfin Variations Goldberg pr Julien Wolfs – enfin, réunion des 3 solistes des Timbres dans Sonates en trio (17h30, Eglise ND de l’Assomption de Servance).

 

 

 

RESERVEZ VOTRE PLACE
: boutonreservation

 

 

VOSGES DU SUD : le Festival Musique & Mémoire diffuse l'excellence au Pays des 1000 étangs


VIDEO TEASER
évasion dans les VOSGES DU SUD

https://www.youtube.com/watch?v=vW50y5VJwiY 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Toutes les infos, les modalités de réservations
sur le site du festival MUSIQUE & MEMOIRE 2019 :

https://musetmemoire.com

musique et memoire festival 2019 programmation annonce critique coup de coeur temps forts festivals musique classique classiquenews

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

MUSIQUE ET MÉMOIRE EN VIDÉO :

 

 

 

REPORTAGE VIDEO Festival Musique & Mémoire 2018 : Pour les 25 ans du Festival, Vox Luminis réalise la Messe en si de Jean-Sébastien Bach

 

REPORTAGE. JS BACH : Messe en si par VOX LUMINIS / Festival Musique et Mémoire 2018 from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Les éditions précédentes :

 

 

 

Festival 2013

 

Festival Musique et Mémoire 2013 : Les 20 ans from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

 

Festival 2015 : Les Timbres, l’opéra dans tous ses états

 

GRAND REPORTAGE : Festival Musique et Mémoire 2015 / Les Timbres from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2016 : Les 400 ans de FROBERGER

 

REPORTAGE. Le Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 2016 : les 400 ans de Froberger from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

Festival 2017 : ALIA MENS interprète Cantates et Concertos de JS BACH

 

REPORTAGE, vidéo. Festival MUSIQUE & MÉMOIRE : ALIA MENS joue JS BACH (juil 2017). from classiquenews.com on Vimeo.

 

 

 

 

REPORTAGE. JS BACH : Messe en si par VOX LUMINIS / Festival Musique et Mémoire 2018 (25è édition)

musique-et-memoire-2018-vignette-carre-classiquenews-coup-de-coeur-festival-evenementVIDEO, reportage. MUSIQUE & MÉMOIRE, 25è édition : 13-29 juillet 2018. LABORATOIRE BAROQUE VISIONNAIRE… Peu à peu, le Festival Musique & Mémoire (Vosges du Sud) a révélé des conditions exceptionnelles pour favoriser l’émergence et l’approfondissement de gestes artistiques défricheurs, exigeants. C’est le bénéfice d’une ligne artistique qui fonde son action auprès des artistes dans le sens d’un compagnonnage inédit… des résidences qui se déclinent pour chaque ensemble invité et donc associé, à 3 années de recherche, d’expérimentation, de consolidation. L’écriture suprême de Jean-Sébastien Bach y tient une place en or – phénomène singulier en France : rares les festivals qui poursuivent sur le long terme, un questionnement continu sur l’œuvre de Jean-Sébastien.

En 2017, Alia Mens révélait des affinités évidentes, une sonorité critique aiguisant aussi l’écoute des spectateurs. A l’été 2018, c’était Vox Luminis qui réalisait aux côtés de la Messe en si, un programme mettant en perspective, le premier Magnificat de Bach avec celui de son prédécesseur à Leipzig, Kuhnau. Défricheur, audacieux, le Festival dans les Vosges du Sud, conçu par Fabrice Creux, proposait aussi à Vox Luminis de défendre une cantate de Pachebel, un proche de JS Bach, dont l’écriture reste injustement minorée… Reportage spécial dédié à la 25 ème édition de Musique & Mémoire : JS Bach par Vox Luminis – bilan & perspectives du Festival par Fabrice Creux, fondateur et directeur artistique. Réalisation : © studio classiquenews / Philippe-Alexandre PHAM 2019

ENTRETIEN avec Fabrice CREUX et Jean-Charles Ablitzer… L’orgue ibérique de Grandvillars

ablitzer-jean-charles-siglo-de-oro-cd-festival-musique-et-memoire-cd-critique-annonce-cd-orgue-par-classiquenewsENTRETIEN avec Fabrice CREUX et Jean-Charles Ablitzer… le premier est fondateur du Festival dans les Vosges du sud, Musique & Mémoire ; le second est organiste renommé. Les deux partagent une même passion pour l’orgue. Une communauté de goût et de valeurs qui explique l’essor de l’orgue dans les Vosges, en Franche-Comté précisément où ils se retrouvent et œuvrent pour l’enrichissement instrumental dans le territoire. Jean-Charles Ablitzer coopère régulièrement au Festival Musique & Mémoire, offrant de somptueux récitals qui met « l’orgue en scène », association souvent féconde entre le clavier et les instruments, le clavier et aussi les voix… En mars 2019, le Festival Musique & Mémoire édite le premier recueil discographique qui met en avant le nouvel orgue ibérique de l’église Saint-Martin de Grandvillars. Interprète de la riche littérature pour l’orgue au Siècle d’or, Jean-Charles Ablitzer sait explorer et exploiter toutes les ressources expressives et esthétiques du joyau instrumental ainsi magnifié. Entretien avec Fabrice Creux et Jean-Charles Ablitzer à propos de l’orgue récemment inauguré (juin 2018) et du cd El Siglo de Oro qui en découle (CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2019)…

 

 
 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 


CLASSIQUENEWS / CNC : Comment ce nouvel enregistrement s’inscrit au sein du Festival Musique et Mémoire ?

Fabrice CREUX : Depuis 2006, le festival Musique et Mémoire s’est engagé dans un compagnonnage au long cours avec Jean-Charles Ablitzer permettant de valoriser pleinement le travail de recherche porté par cet organiste chercheur aux qualités musicales unanimement reconnues.
C’est donc tout naturellement, que nous avons souhaité porter à la connaissance de la communauté musicale, le fruit de ses nombreuses explorations des répertoires en réalisant plusieurs productions discographiques réalisées sur des instruments historiques :

Auch auff Orgeln
Michaël Praetorius (1572-1621), motets et danses
transcriptions de Johann Woltz (1617), Jean-Charles Ablitzer et Friedrich Wandersleb
Orgue historique Esaias Compenius 1610 du château de Frederiksborg (Danemark)

Gröningen 1596
Célèbre rencontre d’organistes
Hieronymus Praetorius (1560-1629), Hans Leo Hassler (1564-1612) et Michaël Praetorius (1572-1621)
Orgue historique Fritzsche (1622) / Treutmann (1728) de l’église St. Levin de Harbke(Allemagne, Saxe-Anhalt)

Sebastián Aguilera de Heredia (1561-1627)
L’œuvre d’orgue
Orgue historique Juan de Apecechea (1684) reconstruit en 2006 par Claudio Rainolter et Christine Vetter de l’église San Salvador de Salvatierra de Esca (Espagne, province d’Aragon)

Nourrie par un travail éditorial inspiré de l’artisanat d’art, chaque publication est richement mise en scène afin de rechercher la meilleure adéquation entre la réalisation musicale et l’objet qui la porte.
Rareté et exigence du contenu musical, design de l’objet, richesse des textes et des illustrations… Tout concourt à faire de chaque publication un objet unique et précieux.

Ce nouvel enregistrement est avant tout un « coup de cœur » pour le magnifique orgue espagnol de l’église Saint-Martin de Grandvillars construit par les facteurs d’orgues Joaquín Lois Cabello – Christine Vetter.

A l’issue de l’inauguration en juin 2018 par Jean-Charles Ablitzer, il nous a semblé indispensable de contribuer au rayonnement de cet instrument par une réalisation discographique.

Cette réalisation s’inscrit pleinement dans l’esprit du festival, qui depuis sa création s’attache à défendre des répertoires musicaux singuliers dans un contexte sonore adapté.

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS / CNC : Quelles sont les qualités de l’instrument que le programme du double cd met en avant ?

Jean-Charles ABLITZER : La réalisation technique et sonore de l’orgue de Grandvillars repose sur un concept évolutif de la facture d’orgues espagnole, de l’époque Renaissance à l’avènement du Baroque. De nombreux instruments historiques nous renseignent sur cette évolution. Adoption du sommier chromatique avec coupure de tous les jeux en basse et dessus, installation de jeux d’anches placés horizontalement à l’extérieur du buffet, apparition de jeux nouveaux. Bien souvent les orgues de l’époque Renaissance ont été « réformés » dès la seconde moitié du XVIIe siècle. Il s’agissait alors de modifier certaines parties mécaniques et de procéder à l’ajout de nouveaux jeux afin d’adapter ces instruments au goût baroque. Sur le plan sonore, le « fond ancien » subsistait pourtant. Ce processus a servi de modèle à la construction de l’orgue de Grandvillars, lequel présente des éléments purement Renaissance et d’autres typiques de l’époque baroque.
Le programme du double CD  a été élaboré pour illustrer ce concept et mettre en valeur les qualités sonores de l’orgue de Grandvillars, lui-même basé sur cette évolution historique. D’où la pertinence de présenter les écoles du nord et du sud de l’Espagne qui se sont succédées de la fin du XVe siècle au tout début du XVIIIe. Chaque compositeur est ainsi servi par un univers sonore qui lui est propre. Cette palette sonore élargie constitue une véritable originalité dans la démarche de construction d’un orgue typé et sans compromis, en regard de la réalité historique, ce que le double album illustre parfaitement. Ce survol stylistique permet également de proposer une recherche pertinente dans le domaine de la registration, suivant les époques, les compositeurs espagnols étant avares de conseils sur ce plan. Le meilleur guide reste donc la spécificité sonore des jeux copiés sur les modèles historiques et les possibilités de mélanges qu’ils offrent. S’y ajoute le souci constant de servir au mieux la musique dans sa structure rythmique et mélodique, tout en respectant les équilibres nécessaires entre les contrastes sonores. Enfin, l’enjeu était de faire entendre toutes les possibilités sonores de cet orgue à travers les différentes formes d’écriture, du tiento lleno (plein, sans contraste sonore) aux pièces pour demi-registres (dont la partie haute ou basse est contrastée) jusqu’aux batailles descriptives, imitant même le roulement de tambour produit par des basses profondes faisant intervenir une dissonance entre deux notes à un demi-ton d’intervalle (effet non indiqué par le compositeur bien sûr mais faisant appel à l’imagination de l’interprète)… 

 

SUBLIME ORGUE DE GRANDVILLARS

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS / CNC : Pendant le festival Musique et Mémoire, Jean-Charles Ablitzer occupe une place a part ; pouvez vous en préciser les enjeux et les apports ? Les formes de concert, comme les artistes avec lesquels il se produit (par exemple en 2019…)?

Fabrice CREUX : La musique baroque a fait l’objet depuis près de quarante ans d’un intense mouvement de redécouverte d’œuvres inconnues et des principes d’interprétation historiquement informés (recherche des manuscrits originaux, des instruments d’époque, des effectifs d’origine, du style d’interprétation…).
Ce mouvement de retour au baroque s’est attaché tout particulièrement à retrouver le son originel. Pour Philippe Beaussant, c’est la « recherche du son, de la couleur du son, de la vérité du son, de la vérité sonore d’une œuvre » qui importe vraiment.
Dans les années 70, alors que le répertoire d’orgue ancien se jouait sur des instruments inadaptés et que les instruments antérieurs au XVIIIe siècle sont meurtris, quelques organistes « pionniers » redonnent vie à un patrimoine oublié. Ils explorent les répertoires en redécouvrant les principes d’interprétation et révèlent au public des pages majeures de la mémoire musicale.

Ainsi, grâce à la restauration scrupuleuse des orgues d’époque et la construction d’instruments typés, les organistes ont retrouvé progressivement les sonorités adaptées aux différentes littératures européennes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

C’est dans ce contexte que Jean-Charles Ablitzer a initié à Belfort et Grandvillars la construction d’instruments aux esthétiques sonores affirmées :
• Orgue italien (Gérald Guillemin, 1979), église Saint-Odile de Belfort
• Orgue nordique (Marc Garnier, 1984), temple Saint-Jean de Belfort
• Orgue espagnol (Joaquín Lois Cabello – Christine Vetter, 2018), église Saint-Martin de Grandvillars.

Le festival Musique et Mémoire s’est toujours attaché  à mettre en situation les répertoires associés à ce patrimoine exceptionnel en créant un écrin dramatique adapté à chaque univers sonore où les voix, les instruments, la mise en lumière font écho aux émouvantes musiques de Correa de Arauxo, Frescobaldi, Praetorius, Buxtehude, Bach….

Ainsi, cet été nous valoriserons à nouveau l’orgue espagnol de Grandvillars avec deux concerts successifs proposant une immersion dans l’univers de deux géants de la musique espagnole : Tomás Luis de Victoria (Requiem, Vox Luminis) et Francisco Correa de Arauxo (Tientos, Jean-Charles Ablitzer).

A travers ces deux programmes, il nous a semblé essentiel de permettre aux mélomanes de mieux comprendre dans quel contexte artistique se situe cet instrument dont le répertoire appartient à une période extraordinaire de rayonnement culturel de l’Espagne en Europe (Le Siècle d’Or).

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS / CNC : En quoi les concerts d’orgue apportent-ils des éléments différents à une programmation traditionnelle ?
 
Fabrice CREUX : Compte-tenu de son histoire, l’orgue est évidemment un instrument singulier, comparable à nul autre. Pour autant, la place qu’il occupe dans l’histoire de la musique et plus particulièrement aux époques défendues par le festival est absolument essentielle. Les plus grands compositeurs ont écrit pour l’orgue, au premier rang d’entre eux, l’immense Johann Sebastian Bach !
Comment alors imaginer un projet artistique dédié à la musique ancienne qui ignorerait ce patrimoine ?  C’est évidemment inconcevable. Aussi, profitant de la richesse du patrimoine local, nous avons tout naturellement donné à sa littérature une place de choix dans chaque programmation, permettant aux auditeurs d’en apprécier la beauté.

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLASSIQUENEWS / CNC : Quels sont les aspects de ce double cd qui vous ont particulièrement captivé ?


Jean-Charles ABLITZER : L’enregistrement d’un double CD était nécessaire pour pouvoir offrir un choix de pièces illustrant tous les styles d’écritures ainsi que l’ensemble des grandes écoles d’orgue en Espagne. Il est clair que ces deux disques ne sont pas faits pour être écoutés in extenso, mais ils offrent la possibilité de voyager dans le temps, de comparer des styles de composition. Ils permettent de comprendre l’évolution de l’écriture et font découvrir l’art de la « mise en son », voire l’« orchestration » à travers la registration choisie pour certaines pièces. Il faut se rappeler que ces formes d’écriture peuvent aussi être traduites par d’autres instruments que ceux à clavier (harpe, luth ou ensembles instrumentaux). Le côté un peu « encyclopédique» d’un tel  survol musical n’est possible qu’à travers l’enregistrement, car seule cette forme de diffusion  permet de donner une vision d’ensemble de la musique espagnole dédiée à l’orgue. La démarche est différente de celle du concert, mais l’auditeur a aussi la possibilité d’« organiser » le programme d’écoute à sa guise, grâce à la commande des plages à distance.
L’autre aspect très séduisant de cette publication tient au fait que l’on peut découvrir dans le livret  la beauté de l’instrument à travers les photos remarquables qui y sont publiées, le témoignage original des facteurs d’orgues sur l’engagement qu’ils mettent dans leur travail. L’ensemble, instrument, interprétation, travail éditorial, met en avant une réalisation collective, dans laquelle chacun a donné le meilleur de lui-même.

 

 

Propos recueillis en mars 2019

 

 

 grandvillars-orgue-concert-jean-claude-ablitzer-classiquenews-critique-cd-el-siglo-de-oro-concert-festivals-critique-classique-news

 

 
 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

LIRE aussi notre CRITIQUE DU CD EL SIGLO DE ORO / Jean-Charles Ablitzer / CLIC DE CLASSIQUENEWS de mars 2019

ablitzer-jean-charles-siglo-de-oro-cd-festival-musique-et-memoire-cd-critique-annonce-cd-orgue-par-classiquenewsCD, événement, critique. El SIGLO DE ORO. Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars : Cabezon, Cabanilles… (2 cd Musique & Mémoire, oct 2018). En 2 cd, remarquablement édités (livret et illustrations de grande valeur, détaillant les qualités de l’instrument ibérique récemment inauguré à Grandvillars, en oct 2018), le coffret à l’initiative du festival Musique & Mémoire souligne l’œuvre de défricheur de l’organiste Jean-Charles Ablitzer (par ailleurs artiste associé du Festival des Vosges du sud) ; sa recherche sur l’organologie élargit toujours les champs de connaissances comme elle ne cesse de poser des questions sur la manière d’interpréter une très riche littérature musicale. S’agissant de l’orgue ibérique, voici un jalon indiscutable qui lève le voile sur la diversité des écritures comme l’originalité de la facture instrumentale à l’époque de Charles Quint et de ses successeurs…
 

 

________________________________________________________________________________________________

 

LIRE aussi notre ANNONCE du El Siglo de Oro :
CD événement, annonce. SIGLO DE ORO, Jean-Charles Ablitzer (2 cd Festival Musique & Mémoire 2018).

Emblématique de sa recherche musicale à partir de la facture des orgues historiques, le festival Musique & Mémoire publie le nouveau disque de Jean-Charles Ablitzer qui joue sur l’orgue espagnol Joaquín Lois Cabello – Christine Vetter (2018) de l’église St. Martin de Grandvillars (France, Territoire-de-Belfort). La volonté de rendre compte des possibilités saisissantes de l’instrument ainsi réalisé (inauguré au printemps 2018) est au cœur d’un programme qui sous le titre du Siècle d’or, Siglo de oro, cible l’apogée culturel et musical des Habsbourg, quand Cabezon et Cabanilles livraient la musique d’une dynastie soucieuse de sa grandeur comme de l’expression de sa propre spiritualité. Doué de qualités surprenantes, « l’orgue ibérique, avec ses sonorités flamboyantes et contrastées, invente ses formes caractéristiques tels que le tiento, les diferencias ou encore la batalla. » Le programme est d’autant plus convaincant qu’il est l’objet d’une remarquable édition en 2 cd et un livret de 72 pages. C’est une claire manifestation de l’interaction entre l’ancrage dans un territoire, l’essor de la facture d’orgue qui s’y est implanté et la complicité de longue date entre le Festival Musique & Mémoire (fleuron des festivals d’été) et l’organiste Jean-Charles Ablitzer. LIRE notre critique développée du cd Siglo d’oro par Jean-Charles Ablitzer dans le mag cd dvd livres de classiquenews.com

 

 

Illustrations de l’entretien croisé Fabrice Creux / Jean-Charles Ablitzer : © Michel Gantner 2019 / Festival Musique & Mémoire

 

 
 

 

Compte rendu, festival. Haute-Saône, Musique et Mémoire. Week end 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes à Musique et Mémoire : les 400 ans de Froberger

musique et mémoire 2016 visuel grand format 1000Compte rendu, festival. Haute-Saône, Musique et Mémoire. Week end 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes à Musique et Mémoire. Les Cyclopes, ensemble instrumental et vocal codirigé par Bibiane Lapointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue) ont apporté une preuve éclatante de la réussite du projet artistique façonné édition par édition par le directeur du Festival, Fabrice Creux. Comme pour la résidence féconde du jeune collectif Les Timbres (dont le noyau des fondateurs forme un trio pétillant, irrésistible, d’une élégance superlative), – c’est comme Les Cyclopes, ensemble sur instruments d’époque-, le bénéfice d’une compréhension musicale et humaine particulièrement forte, entre une institution idéalement ancrée dans son territoire et des familles de musiciens qui unis dans l’esprit d’une troupe à forte affinité et complicité, sont prêts à relever les derniers défis du spectacle vivant et accessible : adéquation toujours profitable pour les festivaliers venus découvrir les fruits de cette coopération qui réinvente la notion même de festival.

Ce grand « week end » des 20 au 24 juillet 2016,  – soit 6 programmes inédits, véritables jalons d’un nouveau marathon artistique-, Les Cyclopes mettent en lumière l’oeuvre de Johan Jacob Froberger (1616-1667), qui souffle ses 400 ans en 2016, et qui est mort sur le territoire même des Vosges Saônoises, en 1667. La trace de ce dernier séjour est encore présente au château d’Héricourt, bâtisse de sa protectrice et élève, la princesse Sybille de Wurtemberg.

Les Cyclopes à Musique et Mémoire réussissent le pari de l’exploration heureuse…

Clarifier FROBERGER et le rendre vivant

LE SAVANT rendu palpitant… Oeuvre particulière vouée à la recherche, et d’un caractère « réservé », c’est à dire conçue pour une élite d’amateurs et de proches, – amis ou protecteurs-, dont Sybille de Wurtemberg auquel le compositeur avait demandé de ne pas publier ni diffuser ses oeuvres, le corpus des partitions ainsi abordé, restait méconnu du grand public. Pourtant Froberger a voyagé dans l’Europe entière, comme compositeur (et certainement diplomate), rencontrant Weckmann, Gibbons, Frescobaldi puis Carrissimi, et aussi Louis Couperin, en un tour d’Europe, – Italie, Grande Bretagne, Allemagne, France-, qui indique l’ampleur du périple parcouru et la pensée musicale qui en résulte. Un auteur qui avant Jean-Sébastien Bach, réalise une synthèse musicale et esthétique à l’échelle européenne. D’où la valeur de son écriture qui méritait bien ce focus dédié à son oeuvre et sa pensée.

froberger johann jacobMort en mai 1667 (d’apoplexie) dans la tour d’Héricourt actuelle (vestige le plus spectaculaire de l’ancien château de la princesse Sybille), Johan Jacob Froberger réalise et laisse en héritage une prodigieuse synthèse entre toutes les cours européennes d’alors : fascinante, son oeuvre pour clavier influence tous ses contemporains par sa richesse et son raffinement ; surtout par son contrepoint remarquable (appris auprès de Frescobaldi) et par sa maîtrise du style français des luthistes (dans les nombreuses plaintes à Sybille, à lui-même, à Ferdinand III son protecteur) ; un style aussi assimilé auprès de Kirchner, le prodige fou rencontré en Italie (« le savant aux milles savoirs ») avec lequel Froberger élucide et explicite le fameux Stilus fantasticus, cet art spécifique qui fait parler le clavier, propre à l’Allemagne du nord, particulièrement marquant pour des auteurs tels Weckmann et aussi Buxtehude. C’est dire son importance. Pas un seul portrait identifié mais une musique singulière et profonde, parfois complexe qui cependant saisit aussitôt qu’elle s’écoute.

Les interprètes que la succession des 7 programmes semble non pas contraindre mais au contraire stimuler, rendent immédiatement accessible tout un monde sonore jusque là connu de quelques amateurs. Les défis sont pourtant nombreux car chaque concert mérite une attention / concentration particulière et un effectif singulier.

LES VOYAGES DE FROBERGER. C’est d’abord l’explication du génie « à la vie secrète » (concert conférence, le 20 juillet à Héricourt) : soutenu, compris (quoi de plus encourageant pour un créateur que de se voir estimé et respecté pour ses idées et son oeuvre ?), Froberger pourrait bien avoir été comme son contemporain le peintre Rubens, – préfigurant la carrière diplomatique de Stefani au XVIIIème, un artiste missionné (et financé) par un riche et puissant protecteur, en l’occurrence pour Froberger, l’Empereur Ferdinand III, tout au long de ses nombreuses escales européennes. Le 22 juillet suivant, oeuvres en l’honneur de « Madame Sybille » en référence à l’Allemande que le professeur dédia à sa meilleure élève et amie… Enfin les quatre derniers programmes les samedi 23 et dimanche 24 juillet, suivent les voyages de Froberger en Europe : à Rome, où il assimile l’oeuvre de Frescobaldi (Héricourt, église luthérienne, le 23 à 15h); puis à Hambourg où le jeu des rencontres réalisant des miracles stimulants ; il se lie avec Matthias Weckman (Belfort, temple St-Jean, le 23 à 21h) ; enfin jalons d’une pensée universelle, les concerts du dimanche 24 juillet : somptueux cheminement jusqu’à Londres (Plainte faite pour passer la mélancolie, en référence au titre de sa pièce composée pendant son séjour dans le royaume britannique, jusqu’à Oxford) ; surtout finale en apothéose : à Fresse, à l’église Sainte-Antide : évocation de la Diète d’Empire à Ratisbonne en 1653, réunion des politiques germaniques après la Guerre de Trente Ans, et donc célébrations musicales des grands de ce monde : Froberger y côtoie sans démériter, -relevant fièrement les défis de la comparaison…-, les Bertali, Valentini, surtout Schmelzer que Les Cyclopes connaissent bien pour lui avoir dédier un disque entier. Style germanique et italien fusionnent comme toujours aux noces des puissants (Ferdinand III épouse un princesse Gonzaga, Eleonore, sa 3ème femme, justement couronnée à Ratisbonne).

cyclopes-les-festival-musique-et-memoire-ete-2016-classiquenews-bibiane-lapointe-thierry-maeder-classiquenews-compte-rendu-critiqueCYCLOPES, VIVANTS AMBASSADEURS. Tout cela est magnifiquement exprimé, incarné par le collectif réuni autour des deux guides, Bibiane Lapointe et Thierry Maeder. La franchise des intentions, le naturel du style, la cohérence de l’ensemble éclairent chaque séquence avec une énergie convaincante. Au cÅ“ur de chaque proposition, la présence du clavier, instrument phare de son expérimentation et déjà avant Beethoven, Liszt, et Schumann comme Carl Philip, l’outil familier de toute la Recherche. A défaut de pouvoir voir les traits de Froberger – il n’existe aucun portrait authentifié de lui, les amateurs ne peuvent qu’écouter ses oeuvres, ce qui évidemment n’est pas négligeable. C’est pourquoi quand Bibiane Lapointe s’empare du clavier, c’est comme si nous assistions au travail de recherche mené par Un Froberger rendu à la vie. Le créateur est certes théoricien ; mais ses avancées dans l’écriture et la mise au propre de ses propres expérimentations formelles sont décisives. Il a su organiser c’est à dire, mettre en ordre la Suite française qui influencera JS Bach. Les Cyclopes relèvent un défi audacieux : exprimer la complexité d’une Å“uvre savante : lui rendre sa vivacité première, ce d’une éloquente façon.

lapointe-bibiane-les-cyclopes-concert-classiquenews-musique-et-memoire-2016MARATHON EN 5 JOURS. A l’invitation de Fabrice Creux, le parcours réalisé sur 5 jours, offre un aperçu sensationnel d’une écriture certes raffinée mais généreuse, abondante par sa densité, libre dans ses audaces. En somme, un profil qui sied admirablement au Festival Musique et Mémoire, que Fabrice Creux aime à définir non sans raison comme un « festival laboratoire ». Le compagnonnage entre le collectif artistique des Cyclopes et Musique et mémoire se donne tous les moyens pour démystifier la question musicale, et les interprètes requis, formidables ambassadeurs, en guides habités, rendent concrète la démarche esthétique, vivante sa fabuleuse créativité.
L’érudition du compositeur savant fait place à une offre flamboyante par sa diversité de formes, que Les Cyclopes réinscrivent dans leur contexte, celui d’une oeuvre resserrée mais très aboutie (à la manière d’un Leonard de Vinci) ; dans celui de l’époque où a vécu Froberger dont les relations professionnelles, amicales, ressuscitent une constellation humaines et artistique de premier plan. Le cycle de concerts suit les voyages en Europe de Froberger, restituant ce maillage complexe et très riche d’influences entre les foyers et les nations qu’il a su approcher.

Les Cyclopes éclairent à quel point l’oeuvre de Froberger n’a rien d’anecdotique, c’est a contrario l’affirmation d’une superbe pensée pour la musique : c’est un penseur qui même confidentiel laisse en héritage une oeuvre fondatrice dans l’élaboration du langage baroque européen.

L’ÂME D’UN FESTIVAL EXPLORATEUR. Ainsi l’esprit de troupe, telle une conscience collective porté par un geste commun d’une belle cohésion, inspire ici 6 programmes inédits (créations, commandes du festival : quel autre festival en France dédié aux musiques anciennes et baroques réalise le pari de l’invention, la création, le défrichement, le partage ?), couleurs et apports particuliers, cultivant ce qui n’a rien de convenu, préservant toujours la recherche sonore et musicale pour transmettre la clarté et l’évidence d’un courant, d’une question au départ abstraite et érudite, mais qui au final, parle directement à notre imaginaire contemporain.

Voici donc ce qui est particulier au Festival Musique et Mémoire et nul par ailleurs, l’esprit d’un atelier accessible, le dévoilement de la forge musicale, ouverts à tous : c’est la résolution d’une pensée savante enfin clarifiée par un geste clair, libre, naturel. C’est pourquoi tout ce qui se passe à Musique et Mémoire renouvelle notre approche actuelle des musiques anciennes et baroques. Audace et engagement, accessibilité et diversité des formes de concerts, voilà la clé d’un Festival exemplaire. Passionnant.

Compte rendu, festival. Haute-Saône, Musique et Mémoire. Week end II / 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes à Musique et Mémoire. Les Cyclopes, ensemble instrumental et vocal , Bibiane Lapointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue), direction. Célébration des 400 ans de Johan Jacob Froberger en Haute-Saône.

Festival Musique et Mémoire : 3 week ends événements, 17 juillet – 2 août 2015

visuel festival Musique et Mémoire 2015Festival Musique et Mémoire 2015. 22ème scène baroque – Vosges du Sud, Haute-Saône. Du 17 juillet au 2 août 2015. 3 week ends – 3 ensembles en résidence. Seul dans les Vosges, un festival défricheur repoussent les limites de la mémoire, réinvente la notion d’héritage et de traditions en exprimant tout ce que les Å“uvres anciennes et baroques ont de commun avec notre époque. Ni restitution formatée, ni postures péremptoires… le propre du festival Musique et mémoire est d’interroger avec liberté et exigence les répertoires de la fin de la Renaissance aux deux périodes baroques, XVIIè et XVIIIème, tout en renouvelant la forme du spectacle, suscitant rencontres et combinaisons variées de musiciens et d’instruments, comme la notion même de travail artistique.
Le premier week end (notre coup de coeur) : les 17, 18 et 19 juillet 2015, résidence marathon de l’ensemble Les Timbres, jeune collectif qui revisite les fondamentaux et les possibilités multiples de la musique de chambre baroque, cette année acclimatée au genre opéra (“l’opéra dans tous ses états” : Prosperine de Lully dans une version inédite et chambriste, un Carnaval des animaux résolument baroque : tempéraments animaliers dans la musique française, etc… 7 concerts enchaînés le temps d’un grand week end… Rien n’égale la découverte, la proximité, l’inventivité, la diversité et l’accompagnement artistique défendus par un festival exemplaire dans les Vosges Saônoises… 3 week ends à ne pas manquer. Réserver vos places, organiser votre séjour dans les Vosges (Haute-Saône).

visuel festival Musique et Mémoire 2015Festival Musique et Mémoire 2015
22̬me sc̬ne baroque РVosges du Sud, Haute-Sa̫ne
Du 17 juillet au 2 août 2015
3 week ends Р3 ensembles en r̩sidence

 

 

 

WEEK END 1 – Les Timbresles timbres ensemble classiquenews.com

Les 17, 18, 19 juillet 2015
L’Opéra dans tous ses états. Pas moins de 7 programmes défendus par Les Timbres sur les 3 jours de résidence : véritable marathon musical qui dévoile les aptitudes artistiques du collectif pour la musique de chambre la plus délicieusement concertante et dramatique
Proserpine de Lullu
Le Carnaval des animaux
La Gamme en forme de petit opéra
Le clavecin du Grand Siècle
Simphonies pour les Soupers du Roy
La chasse aux concerts
Sonnons en trio

 

 

 

WEEK END 2 РVox Luminisvisuel festival Musique et M̩moire 2015
Les 24, 25 et 26 juillet 2015
3 programmes mettent en lumière les accents embrasés de Vox Luminis
La dynastie Bach
Bach, la lignée d’Arnstadt
Pachelbel et Bach

 

 

 

visuel festival Musique et M̩moire 2015WEEK END 3 РLes Surprises
Du 29 juillet au 2 août 2015
L’Opéra : du salon à l’église
El Siglo de Oro
Les elémants
Frescobaldi, l’ange du clavier
Miroir du temps
La viole dans tous ses états
Songes sacrés

 

 

 

RESERVER. Toutes les infos, les modalités de réservation
sur le site du festival Musique et mémoire 2015

 

 

LIRE notre présentation du Festival Musique et Mémoire 2015

 

 

VOIR la BANDE ANNONCE VIDEO du Festival Musique et Mémoire (images du festival 2014) : Parade dans les rues avec l’ensemble Les Suonatori…

 

 

Festival Musique et Mémoire 2014 : laboratoire musical dans les Vosges Saônnoises

musique et memoire festival 2014 vosges saonoises franche comte festivals ete 2014Festival Musique et mémoire. Du 18 juillet au 3 août 2014, 21ème édition. Vosges saônnoises (70), Pays des mille étangs. Porté par la passion du son directeur fondateur, Fabrice Creux, le festival Musique et Mémoire rayonne chaque été dans l’est de l’Hexagone, avec d’autant plus d’éclat et de mérite qu’il est l’un des seuls cycles de musique au nord de la Loire et dans l’Est, – quand la majorité des festivals d’été se concentrent dans le sud. Rien de tel qu’une escapade au Pays des mille étangs (Haute-Saône), au pied du ballon des Vosges : les concerts y ont depuis des années pris racines dans le massif vert des Vosges saônnoises, soit une offre musicale parmi les plus passionnantes sur le plan artistique, associée au tourisme vert. Avant d’être une offre de concerts et d’événements musicaux, Musique et Mémoire, c’est d’abord un état d’esprit qui allie défrichement, expérimentation, et aussi continuité et accompagnement sur la durée comme l’atteste à chaque édition, le principe d’une résidence d’artistes, en 2014 : place ainsi au jeune ensemble baroque Les Timbres (bénéficiaire d’un compagnonage jusqu’en 2016) dont le répertoire de prédilection se concentre sur la forme du trio conformément aux trois artistes fondateurs de l’ensemble (2 violons, 1 clavecin) qui aiment aussi à cultiver les passerelles avec d’autres disciplines comme la danse contemporaine…

Géographie. En Haute-Saône (Franche Comté), le festival rayonne sur une dizaine de sites dont le centre est le choeur roman de Mélisey, noyau d’une itinérance musicale et artistique qui en étoile, investit les villes de Luxeuil-les-Bains à l’ouest ; Faucogney et la Mer au nord ; Corravillers, Château-Lambert, Servance et Miellin au nord-est ; enfin Lure, Héricourt et Belfort au sud…

 

 

 

En 2014, le festival propose pas moins de 15 concerts sur 3 week ends.

 

 

musique et memoire festival 2014 vosges saonoises franche comte festivals ete 2014Week end 1
les vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 juillet 2014

Pleins feux lors du premier week end sur les Sonadori et l’ensemble en résidence Les Timbres : Chanson ornée entre Renaissance et Baroque (le 18 juillet, 21h), Cantates et pièces de clavecin de Rameau (Les Timbres, même jour, à 22h30). Les Sonadori, 6 violons Renaissance ; Du Mignard luth (le 19 juillet, 17h) ; Les Sonadori en parade ; Orgue et violon concertant pour l’Ospedale San Rocco de Venise (Les Sonadori, le 20, 15h30). Enfin le 20 juillet (Luxeuil les bains, Basilique Saint-Pierre) Cantate, sonate et concerto d’Alessandro Scarlatti par Musica Perduta.

 

 

musique et memoire festival 2014 vosges saonoises franche comte festivals ete 2014Week end 2
les jeudi 24, vendredi 25, samedi 26, dimanche 27 juillet 2014

L’école du nord (concert orgue en scène), le 24 juillet à 21h (Temple Saint-Jean de Belfort : Jean-Charles Ablitzer, orgue et Les Timbres). Le 25 juillet à Lure (église Saint-Martin, 21h) : concert Rebel père et fils (Les Surprises). Le 26 juillet à Héricourt (17h), Carl Phillip Emanuel Bach : le langage des sentiments (Les Musiciens à la règle d’or). Le 27 juillet, 21h (Luxeuil les Bains, Basilique Saint-Pierre) : Anti melancholicus : les cantates de jeunesse de JS Bach (Alia Mens).

 

 

musique et memoire festival 2014 vosges saonoises franche comte festivals ete 2014Week end 3
les mercredi 30, jeudi 31, vendredi 2 et samedi 3 août 2014

 

 

6 programmes au menu du dernier week end de Musique et Mémoire 2014. Folies et Canaries, le 30 juillet à Lure 21h par Manuel de Grange, guitare. Le 31 juillet, 21h (Château-Lambert) : Portrait de José Marín, prêtre, chanteur, voleur, assassin. Le 1er août (église Saint-Blaise de Liellin, 21h) : L’art d’aimer, une promenade dans l’Europe galante. Le 2 août (église Saint-Jean Baptiste de Corravillers, 21h) : L’air italien au temps de Luis XIII. Enfin, deux programmes le 3 août :
A 11h (choeur roman de Melisey) : Coplas, trois siècle de musique espagnole ; à 17h (église ND de l’Assomption de Servance): L’air espagnol au temps de Luis XIII. A nouveau en juillet et août 2014, le festival Musique et Mémoire promet une édition de découvertes et d’approfondissements exceptionnels.

 

 

Informations et réservations sur le site du festival Musique et Mémoire

boutonreservation

 

 

 

Votre hébergement pendant le festival Musique et Mémoire 2014 : réservations : 03 84 97 10 80
www.destination70.com
reservation@destination70.com

Festival Musique et Mémoire 2014 : laboratoire musical dans les Vosges Saônnoises

musique et memoire festival 2014 vosges saonoises franche comte festivals ete 2014Festival Musique et mémoire. Du 18 juillet au 3 août 2014, 21ème édition. Vosges saônnoises (70), Pays des mille étangs. Porté par la passion du son directeur fondateur, Fabrice Creux, le festival Musique et Mémoire rayonne chaque été dans l’est de l’Hexagone, avec d’autant plus d’éclat et de mérite qu’il est l’un des seuls cycles de musique au nord de la Loire et dans l’Est, – quand la majorité des festivals d’été se concentrent dans le sud. Rien de tel qu’une escapade au Pays des mille étangs (Haute-Saône), au pied du ballon des Vosges : les concerts y ont depuis des années pris racines dans le massif vert des Vosges saônnoises, soit une offre musicale parmi les plus passionnantes sur le plan artistique, associée au tourisme vert. Avant d’être une offre de concerts et d’événements musicaux, Musique et Mémoire, c’est d’abord un état d’esprit qui allie défrichement, expérimentation, et aussi continuité et accompagnement sur la durée comme l’atteste à chaque édition, le principe d’une résidence d’artistes, en 2014 : place ainsi au jeune ensemble baroque Les Timbres (bénéficiaire d’un compagnonage jusqu’en 2016) dont le répertoire de prédilection se concentre sur la forme du trio conformément aux trois artistes fondateurs de l’ensemble (2 violons, 1 clavecin) qui aiment aussi à cultiver les passerelles avec d’autres disciplines comme la danse contemporaine…

Géographie. En Haute-Saône (Franche Comté), le festival rayonne sur une dizaine de sites dont le centre est le choeur roman de Mélisey, noyau d’une itinérance musicale et artistique qui en étoile, investit les villes de Luxeuil-les-Bains à l’ouest ; Faucogney et la Mer au nord ; Corravillers, Château-Lambert, Servance et Miellin au nord-est ; enfin Lure, Héricourt et Belfort au sud…

 

 

 

En 2014, le festival propose pas moins de 15 concerts sur 3 week ends.

 

 

musique et memoire festival 2014 vosges saonoises franche comte festivals ete 2014Week end 1
les vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 juillet 2014

Pleins feux lors du premier week end sur les Sonadori et l’ensemble en résidence Les Timbres : Chanson ornée entre Renaissance et Baroque (le 18 juillet, 21h), Cantates et pièces de clavecin de Rameau (Les Timbres, même jour, à 22h30). Les Sonadori, 6 violons Renaissance ; Du Mignard luth (le 19 juillet, 17h) ; Les Sonadori en parade ; Orgue et violon concertant pour l’Ospedale San Rocco de Venise (Les Sonadori, le 20, 15h30). Enfin le 20 juillet (Luxeuil les bains, Basilique Saint-Pierre) Cantate, sonate et concerto d’Alessandro Scarlatti par Musica Perduta.

 

 

musique et memoire festival 2014 vosges saonoises franche comte festivals ete 2014Week end 2
les jeudi 24, vendredi 25, samedi 26, dimanche 27 juillet 2014

L’école du nord (concert orgue en scène), le 24 juillet à 21h (Temple Saint-Jean de Belfort : Jean-Charles Ablitzer, orgue et Les Timbres). Le 25 juillet à Lure (église Saint-Martin, 21h) : concert Rebel père et fils (Les Surprises). Le 26 juillet à Héricourt (17h), Carl Phillip Emanuel Bach : le langage des sentiments (Les Musiciens à la règle d’or). Le 27 juillet, 21h (Luxeuil les Bains, Basilique Saint-Pierre) : Anti melancholicus : les cantates de jeunesse de JS Bach (Alia Mens).

 

 

musique et memoire festival 2014 vosges saonoises franche comte festivals ete 2014Week end 3
les mercredi 30, jeudi 31, vendredi 2 et samedi 3 août 2014

 

 

6 programmes au menu du dernier week end de Musique et Mémoire 2014. Folies et Canaries, le 30 juillet à Lure 21h par Manuel de Grange, guitare. Le 31 juillet, 21h (Château-Lambert) : Portrait de José Marín, prêtre, chanteur, voleur, assassin. Le 1er août (église Saint-Blaise de Liellin, 21h) : L’art d’aimer, une promenade dans l’Europe galante. Le 2 août (église Saint-Jean Baptiste de Corravillers, 21h) : L’air italien au temps de Luis XIII. Enfin, deux programmes le 3 août :
A 11h (choeur roman de Melisey) : Coplas, trois siècle de musique espagnole ; à 17h (église ND de l’Assomption de Servance): L’air espagnol au temps de Luis XIII. A nouveau en juillet et août 2014, le festival Musique et Mémoire promet une édition de découvertes et d’approfondissements exceptionnels.

 

 

Informations et réservations sur le site du festival Musique et Mémoire

boutonreservation

 

 

Votre hébergement pendant le festival Musique et Mémoire 2014 : réservations : 03 84 97 10 80
www.destination70.com
reservation@destination70.com

Grand reportage vidéo : le Festival Musique et Mémoire 2013 (les 20 ans)

Grand reportage vidéo : Festival Musique et Mémoire 2013. Au cÅ“ur du Pays des Vosges Saônoises, le festival Musique et Mémoire interroge les nouveaux champs créatifs de la Renaissance et du Baroque. A l’invitation de son directeur artistique et fondateur, Fabrice Creux, le Festival en laboratoire des pratiques musicales réinvente le principe des résidences d’artistes. Geste vocal, nouvelles formes de concerts, orgue en scène… sont les volets d’une démarche unique en France qui recherche toujours à conquérir de nouveaux publics. Reportage exclusif CLASSIQUENEWS : avec Fabrice Creux (directeur artistique fondateur du Festival), Bruno Boterf (directeur musical de l’ensemble en résidence Ludus Modalis), Jean-Charles Ablitzer (organiste associé du Festival).