CD, critique. ELSA DREISIG, sop. MORGEN. STRAUSS (1 cd ERATO, 2019)

DREISIG elsa cd morgen strauss critique cd classiquenewsCD, critique. ELSA DREISIG, sop. STRAUSS (1 cd ERATO, 2019). Le cheminement de ce rĂ©cital est contrariĂ© ; il dĂ©bute pour le dire simplement, instable et timide ; puis Ă  partir du second Rachmaninov, pose plus franchement les options de l’interprĂšte, et dans les Strauss, une maĂźtrise texte et legato, plus affirmĂ©e dans le 4Ăš lied. Ainsi la voix sonne petite, serrĂ©e, aigus tendus, sans cette chair onctueuse qui doit faire les dĂ©lices des Rachmaninov ; son Duparc (L’invitation au voyage) reste Ă©triquĂ© aussi, avec une articulation parfois inintelligible ; mĂȘme constat pour PhidylĂ© bien que l’intonation et la ligne soient mieux maĂźtrisĂ©es.
Les Strauss sont les plus attendus dont les quatre (faux) derniers lieder ; ici on prĂ©fĂšre l’entente intimiste, personnelle, diaphane et filigranĂ©e chant / piano, aux Ă©quilibres tĂ©nus qui expose tout autant la voix : FrĂŒhling manque de respiration Ă©perdue, de souffle, de grandeur dans ses Ă©vocations climatiques ; voilĂ  qui nous rappelle une autre diva, Anna Netrebko qui se risquait elle aussi dans les Quatre derniers lieder sous la direction de Barenboim, rĂ©cital et cd vite oubliĂ©s qui montraient cependant une force dramatique correspondant exactement aux ressources rĂ©elles de la diva austro-russe. Concernant Elsa Dreisig, il est Ă©vident que le choix vient d’une affection personnelle pour le rĂ©pertoire, mais la tessiture de la soprano française est-elle rĂ©ellement celle pour les lieder straussiens ?

Duparc, Rachmaninov, Strauss

ELSA DREISIG, le goût du risque


Par contre saluons la tendresse allusive du piano de Jonathan Ware (PhidylĂ©). Quelque chose se produit, articulation plus percutante, plus de texte et d’accents, de prĂ©cision et d’éclat dans le second Rachmaninov, vraie petite scĂšne opĂ©ratique par ses humeurs contrastĂ©s, volubiles (Krysolov)
 on espĂšre que la soliste poursuive ainsi sur cette lancĂ©e, dans cette justesse expressive.
September et ses harmonies miroitantes doit enivrer, mais ici reste terre Ă  terre en lignes frĂȘles et fragiles presqu’incertaines. Les tempos sont adaptĂ©s, ralentis pour mieux enchĂąsser la voix dans les notes du piano. Et justement, la partie pour piano, Ă  dĂ©faut des ors orchestraux, captive elle vĂ©ritablement (confirmation dans le piano solo : « Aux Ă©toiles » oĂč le pianiste fait chanter son instrument en se souciant de tous les plans sonores, distinguant la ligne mĂ©lodique principale, des colorations sonores qui l’enveloppent).
On se demande s’il Ă©tait bien justifiĂ© de morceler ainsi les Quatre Vier lieder, au risque d’en disperser l’unitĂ© organique.

Les Rachmaninov qui exigent moins de legato et de souffle infini, jouant plus sur les couleurs et la rupture de la ligne, vont mieux à la voix, curieusement plus à son aise (trÚs textuelle Romance n°1, opus 38 : fugace, mieux réussie).
Meilleure houle maĂźtrisĂ©e (et crĂ©pusculaire) dans Chanson triste, mais les aigus sont courts et durs, Ă  peine tenus ; Extase est un pur instant poĂ©tique et mordorĂ©, fusion indiscutable entre le clavier souverain et le chant comme enseveli (mais qui perd l’acuitĂ© du texte).

On reste surpris par le tempo Ă©tirĂ©, diluĂ©, – suspendu extatique de « Beim Schlafengehen » / En s’endormant – nouveau jalon des Strauss, de loin celui qui affirme le parti de lenteur des interprĂštes : le renoncement, la volontĂ© d’anĂ©antissement et de disparition, dans la mort et aussi le rĂȘve justifient des sĂ©ries de sĂ©quences ralenties, morcelĂ©es au risque de la perte de l’unitĂ© : la palette des couleurs, et les intervalles requis par la partition forcent la diva Ă  sortir du bois et affirmer cette fois une caractĂ©risation vocale dĂ©terminĂ©e, tranchante, indiscutable. Dans la mort et l’oubli, le chant s’affine : affĂ»tĂ©, percutant, il frappe directement. Bravo Elsa.

Le rĂ©cital se referme avec le dernier des Quatre Lieder de Strauss : « Im Abdendrot » ; puis « Morgen » (qui donne aussi son titre au cd). PĂąle et lugubre, aux couleurs d’une tendresse triste, le chant rayonne dans le premier, posĂ© comme une interrogation sans rĂ©ponse et dans un tempi trĂšs Ă©tirĂ© (trop ?) ; mais les couleurs du piano sont superbes. Il est emblĂ©matique de terminer le rĂ©cital avec « Morgen » / Demain (Et demain le soleil brillera encore) : hymne Ă©perdu lui aussi au miracle d’une Nature toujours sublimĂ©e, renouvelĂ©e grĂące Ă  la caresse du soleil : chant de langueur, legato maĂźtrisĂ©, aux nuances Ă©panouies, Elsa Dreisig finit ce rĂ©cital dans l’extase suave la plus convaincante. VoilĂ  qui se termine mieux qu’au dĂ©but. Ouf. Quoiqu’il en soit, et malgrĂ© les petites rĂ©serves Ă©mises, le courage et ce goĂ»t du risque doivent ĂȘtre encouragĂ©s. A suivre.

D’une façon gĂ©nĂ©rale, son prĂ©cĂ©dent cd MIROIRS, « CLIC de Classiquenews » nous a paru mieux convenir Ă  la voix, Ă  sa tessiture (1 cd Erato, sept 2018).
https://www.classiquenews.com/cd-critique-miroirs-elsa-dreisig-soprano-1-cd-erato/

On attend et suivra la diva sur scĂšne au fur et Ă  mesure de ses prochains engagements, surtout au Staatsoper de Berlin (Musetta, janv 2020 ; DircĂ© dans MĂ©dĂ©e de Cherubini Ă  Berlin fev 2020 ; puis Fiordiligi et Pamina en avril 2020 ; avant Paris oĂč Bastille l’annonce en Gilda (juin 2020)

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. ELSA DREISIG, sop. MORGEN : STRAUSS, DUPARC, RACHMANINOV (1 cd ERATO, 2019)  -  Enregistré en juillet 2019, Paris.

 

 

 

 

 

 

APPROFONDIR

________________________________________________________________________________________________

Découvrir la version originale pour orchestre, des Vier Letzte Lieder de Richard Strauss par Jessye Norman et Kurt Masur. La voix de Jessye Norman qui nous a quitté en septembre 2019, perce, embrase, saisit littéralement
. par sa puissance naturelle, ses couleurs, ses nuances :

https://www.youtube.com/watch?v=SDoqnjB7Um4

MORGEN de STRAUSS par Jessye Norman :
https://www.youtube.com/watch?v=z3r9ifssLZQ

SEPTEMBER de STRAUSS par Jessye Norman
https://www.youtube.com/watch?v=qtmEjXZx340
(1991, Salisbury Festival)

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

AGENDA

Le programme du cd MORGEN tourne en Europe

PARIS, mardi 28 janvier 2020, 20h.
TCE, cycle Grandes Voix

BORDEAUX, Gd Théùtre, le 30 janvier 2020

LONDON, le 2 fév 2020
Wigmore Hall

COLOGNE, le 4 fév 2020
Deutschlandfunk, Kammermusiksaal

BERLIN, le 10 fév 2020
Staatsoper, Apollosaal

TOULOUSE, le 27 avril 2020
Capitole

Voir toutes les dates de la tournĂ©e sur le site d’Elsa Dreisig
https://www.elsadreisig.fr

DISTINCTIONS. PalmarĂšs, 26Ăšmes Victoires de la Musique Classique 2019

france3 logo 2019 2019DISTINCTIONS. PalmarĂšs, 26Ăšmes Victoires de la Musique Classique 2019. A l’issue de la cĂ©rĂ©monie diffusĂ©e en direct sur France 3, ce mercredi 13 fĂ©vrier 2019 Ă  21h, la 26e cĂ©rĂ©monie des Victoires de la Musique Classique a donc dĂ©cernĂ© ses prix et distinctions, Ă©lisant les talents français les plus « mĂ©ritants » au cours de l’annĂ©e 2018 :

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Victoire d’honneur
Le pianiste chinois Lang Lang

 

 

 

Soliste instrumental
Nicholas Angelich, pianiste

 

 

Artiste lyrique
Stéphane Degout, baryton

 

 

Révélation artiste lyrique
Eléonore Pancrazi, mezzo soprano

 

 

Révélation soliste instrumental
Thibaut Garcia, guitare

 

 

Compositeur
Guillaume Connesson

 

 
 

 

Enregistrement de l’annĂ©e
Les Troyens de Berlioz avec Joyce DiDonato, Michael Spyres, Marie-Nicole Lemieux,berlioz-les-troyens-didonato-spyres-nelson-3-cd-ERATO-annonce-cd-premieres-impressions-par-classiquenews Marianne Crebassa, Stanislas de Barbeyrac, Cyrille Dubois, StĂ©phane Degout, Nicolas Courjal et Jean Teitgen. L’Orchestre Philharmonique de Strasbourg dirigĂ© par John Nelson est complĂ©tĂ© par la rĂ©union de trois chƓurs, celui de l’OpĂ©ra National du Rhin, du Philharmonique de Strasbourg et le Badischer Staatsopernchor.

 
 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

LIRE aussi notre présentation des 26Ú Victoires de la musique 2019 (liste des nomminés avant le palmarÚs rendu le 13 février 2019)
http://www.classiquenews.com/france-3-merc-13-fev-2019-ce-soir-des-20h-26emes-victoires-de-la-musique-classique/ 

 

A venir, notre critique et compte rendu de la soirée des 26Úmes Victoires de la musique classique

 

 

 

 

Webserie. INSTAGRAM : INSTRAVIATA, la Traviata 2.0
 (1er-30 mars 2019).

instragram-elsa-dreisig-arte-concert-actus-infos-musique-classique-opera-par-classiquenews-concerts-festival-operaINSTAGRAM : INSTRAVIATA, la Traviata 2.0
 (1er-30 mars 2019). ELSA DREISIG, la plus jeune Traviata depuis La Callas
 L’annonce est aguicheuse et demande Ă  ĂȘtre approfondie. En rĂ©alitĂ© Arte diffuse une sĂ©rie de petits clips qui compose une BD animĂ©e, soit 30 Ă©pisodes sous pour expliquer l’opĂ©ra de Verdi : La Traviata, d’aprĂšs Dumas fils. La jeune soprano Elsa Dreisig, diva consacrĂ©e par classiquenews (son dernier et premier cd Miroirs a réçu notre CLIC de classiquenews en dĂ©cembre 2018), a chantĂ© pour la premiĂšre fois le personnage de Violetta Valery au Staatsoper de Berlin (la bande son des Ă©pisodes dessinĂ©s utilise l’interprĂ©tation d’Elsa Dreisig Ă  Berlin et sa Traviata de 2017) . Les Ă©pisodes sont diffusĂ©es sur instagram, chaque jour Ă  midi, composant une BD 2.0 oĂč l’histoire de Violetta croise la vie artistique de la soprano franco-danoise. A voir sur Arteconcert. INSTRAVIATA, Ă  dĂ©couvrir sur Arte concert : 30 Ă©pisodes en BD pour dĂ©couvrir autrement le mĂ©tier d’Elsa Dreisig Ă  travers son interprĂ©tation de la Traviata de Verdi
 Du vendredi 1er au samedi 30 mars 2019. Dessin : LĂ©on Maret – rĂ©alisation : Claire Albry et TimothĂ©e Magot.
Au moment de publier cette info, nous n’avons pas visionnĂ© les Ă©pisodes. Quelle est au juste l’interaction entre le dessin l’histoire de la Traviata (epxliquĂ©e) et la vie et le chant d’Elsa Dreisig ? A suivre


________________________________________________________________________________________________

 

 

 

VISITER le site officiel d’Elsa Dreisig
https://www.elsadreisig.fr

Elsa Dreisig chante en 2019 : Zerlina (OpĂ©ra de Paris : 11 – 13 juillet 2019)

 

 

 

LIRE aussi notre critique complùte du cd MIROIRS d’Elsa Dreisig (1 cd warner classics / CLIC de classiquenews novembre 2018)

500x500-ELSA-DREISIG-miroirs-cd-critique-clic-de-classiquenews-la-nouvelle-diva-francaise-par-classiquenewsCD, critique. MIROIR(S). ELSA DREISIG, soprano (1 cd ERATO). DĂ©jĂ  la prise de son est un modĂšle du genre rĂ©cital lyrique : la voix de la soliste se dĂ©tache idĂ©alement sur le tapis orchestral, dĂ©taillĂ© et enveloppant. Le programme de la soprano Pretty Yende enregistrĂ© chez SONY ne bĂ©nĂ©ficiait pas d’un tel geste orchestral ni d’une telle prise de son. Dans cet espace restituĂ© avec finesse, la voix somptueuse de la jeune mezzo française affirme un beau tempĂ©rament, sensuel, Ă©panoui, naturel, et aussi espiĂšgle (sa Rosina qui l’avait rĂ©vĂ©lĂ© au Concours de Clermont Ferrand : voir notre entretien avec la jeune diva, alors non encore distinguĂ© par son prix Operalia 2016) : du chien, une finesse enjouĂ©e, et donc un talent belcantiste naturel. Sa comtesse, quoiqu’on en dise trouble malgrĂ© une couleur qui manque de profondeur, mais la justesse de l’intonation, le souci de la ligne, indique lĂ  aussi, aux cĂŽtĂ©s de la rossinienne, l’excellente mozartienne

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

CD, critique. MIROIR(S). ELSA DREISIG, soprano (1 cd ERATO).

500x500-ELSA-DREISIG-miroirs-cd-critique-clic-de-classiquenews-la-nouvelle-diva-francaise-par-classiquenewsCD, critique. MIROIR(S). ELSA DREISIG, soprano (1 cd ERATO). DĂ©jĂ  la prise de son est un modĂšle du genre rĂ©cital lyrique : la voix de la soliste se dĂ©tache idĂ©alement sur le tapis orchestral, dĂ©taillĂ© et enveloppant. Le programme de la soprano Pretty Yende enregistrĂ© chez SONY ne bĂ©nĂ©ficiait pas d’un tel geste orchestral ni d’une telle prise de son. Dans cet espace restituĂ© avec finesse, la voix somptueuse de la jeune mezzo française affirme un beau tempĂ©rament, sensuel, Ă©panoui, naturel, et aussi espiĂšgle (sa Rosina qui l’avait rĂ©vĂ©lĂ© au Concours de Clermont Ferrand : voir notre entretien avec la jeune diva, alors non encore distinguĂ© par son prix Operalia 2016) : du chien, une finesse enjouĂ©e, et donc un talent belcantiste naturel. Sa comtesse, quoiqu’on en dise trouble malgrĂ© une couleur qui manque de profondeur, mais la justesse de l’intonation, le souci de la ligne, indique lĂ  aussi, aux cĂŽtĂ©s de la rossinienne, l’excellente mozartienne (plus Ă©vidente pour elle et son Ăąge, Ă©videmment Pamina). Pas encore trentenaire, la mezzo Ă©blouit littĂ©ralement dans les hĂ©roĂŻnes de l’opĂ©ra romantique français : ThaĂŻs de Massenet, Marguerite du Faust de Gounod avec cette dĂ©licatesse articulĂ©e du verbe : la grande classe. IntĂ©ressant jeu de miroirs pour reprendre le titre du cd, ses Manons chez Massenet (dĂ©chirant et sobre « Adieu notre petite table ») et chez Puccini (couleur idĂ©ale du timbre). Nouvel effet d’échos pour sa Juliette : celle acadĂ©mique et ennuyeuse de Daniel Steibelt (mort en 1823), que l’on oubliera vite, quand celle de Gounod (scĂšne du poison) transpire d’émotion tragique, de suavitĂ© mortifĂšre, d’une Ă©vanescence poĂ©tique admirable.

CLIC D'OR macaron 200La piĂšce de choix ou l’apothĂ©ose de ce rĂ©cital quand mĂȘme un brin ambitieux, reste la SalomĂ© en français (validĂ©e par Strauss) lui-mĂȘme : la candeur perverse, l’innocente obscĂšne se dĂ©lecte ici en une danse vocale autour de la tĂȘte coupĂ©e du ProphĂšte Jokanaan (hallucinĂ©e, entre le thĂ©Ăątre et le monologue Ă©perdu : « je la mordrai avec les dents  ») : pour une fois que nous avons lĂ  une interprĂšte qui a et l’ñge et la couleur et la technique du rĂŽle, on dit : « brava ». Le rĂ©sultat est sidĂ©rant car la juvĂ©nilitĂ© primitive, irradiante de cette adolescente malade Ă©blouit littĂ©ralement dans la monstruositĂ© de sa folie barbare. L’intelligence de la diction, la subtilitĂ© de l’émission, tout en sobriĂ©tĂ© sensuelle suscitent notre admiration. A suivre. LIRE aussi notre prĂ©sentation du cd MIROIR(S) de la mezzo soprano ELSA DREISIG

Cd, annonce. MIROIRS. Elsa Dreisig, soprano (1 cd Erato)

500x500-ELSA-DREISIG-miroirs-cd-critique-clic-de-classiquenews-la-nouvelle-diva-francaise-par-classiquenewsCd, annonce. MIROIRS. Elsa Dreisig, soprano (1 cd Erato). MIROIRS : voici un premier album pour la « nouvelle diva française » (prĂ©cisĂ©ment franco-danoise), Elsa Dreisig, soprano coloratoure au chant flexible, naturel, agile, idĂ©alement intelligible (enfin une chanteuse dont on comprend chaque syllabe, et donc chaque intonation bien nuancĂ©e)
 Les hĂ©roĂŻnes romantiques françaises sont prĂ©sentes Marguerite dans Faust, Juliette de RomĂ©o et Juliette de Gounod ; Thais de Massenet, 
 mais l’idĂ©e qui renvoie au titre, en un effet de MIROIR pertinent, demeure la confrontation d’un mĂȘme profl psychologique, traitĂ© par deux compositeurs diffĂ©rents : voici donc Manon (version Massenet et Puccini), Juliette (Gounod / Steibelt), surtout SalomĂ© (Massenet, HĂ©rodiade / Richard Strauss : dans la version française originale prosodiĂ©e par Romain Rolland : on l’a compris, le joyau de cet album)


 

 

 

Elsa Dreisig signe son premier cd
La belle voix d’Elsa
Salomé superlative


 

 

 

Belle amplitude expressive, grand appĂ©tit pour la jeune diva, rĂ©vĂ©lĂ©e au Concours de Clermont Ferrand Ă  23 ans en 2015 (VOIR notre entretien alors avec la jeune diva qui chantait dĂ©jĂ  Rosina), puis consacrĂ©e Ă  Operalia 2016
 Celle qui chante aussi Traviata Ă  Berlin, « ose » ici une collection de 10 airs parmi les plus ambitieux et caractĂ©risĂ©s du rĂ©pertoire lyrique. D’emblĂ©e l’ampleur de ce timbre tendre, d’une belle agilitĂ©, s’impose par sa maturitĂ© et son Ă©lĂ©gance. Un style impeccable d’une intensitĂ© continue, qui sait surtout magnifiquement articuler le français. Un rĂ©gal qui nous rappelle donc Mirella Freni pour le volume et la tension canalisĂ©s, et aussi Crespin pour la prĂ©cision du souci linguistique.

Ainsi voici la Comtesse des Noces de Figaro de Mozart, en sa priĂšre douloureuse et digne : « Porgi amor » ; Rosina du Barbier de SĂ©ville de Rossini et sa dĂ©termination juvĂ©nile, combattante, rĂ©flĂ©chie ; SalomĂ© de Strauss, enivrĂ©e, extatique, hallucinĂ©e)
. A coup sĂ»r, ce pourrait bien ĂȘtre son incarnation de SalomĂ©, version Strauss qui pourrait ĂȘtre majeure. En français, profĂ©rant des aigus languissants, extatiques donc, en concurrence direct avec la frĂ©nĂ©sie des flĂ»tes simultanĂ©s, rivalisant d’amples volutes sombres et chaudes avec les cors, sa personnification de l’hĂ©roĂŻne de Oscar Wilde, innocente et perverse, criminelle et aimante, dĂ©sirante et monstrueuse pourrait bien affirmer dĂ©finitivement un tempĂ©rament d’exception, Ă  suivre Ă©videmment dĂ©sormais. Il s’agit d’une rĂ©vĂ©lation confirmĂ©e et l’avĂšnement d’une nouvelle grande diva française aux cĂŽtĂ©s d’une autre soprano emblĂšme de l’écurie Erato, Sabine Devielhe. Grande critique du cd MIROIRS / Elsa Dreisig, Ă  venir dans le mag de classiquenews.com

 

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

Cd, annonce. MIROIRS. ELsa Dreisig, soprano (1 cd Erato)

Mexico, Operalia, palmarĂšs 2016 : la française Elsa Dreisig, Premier Prix…

operalia 2016, domingo, elsa derisiMexico, Operalia, palmarĂšs 2016 : la française Elsa Dreisig, Premier Prix… Le 25 juillet dernier, Ă  Guadalajara au Mexique, le Concours Operalia fondĂ© en 1993 par le tĂ©nor Placido Domingo a proclamĂ© son palmarĂšs 2016. Parmi les finalistes et laurĂ©ats de la CompĂ©tition lyrique, la soprano française Elsa Dreisig, laurĂ©ate du Premier Prix : que CLASSIQUENEWS avait rencontrĂ©e et interrogĂ©e Ă  propos de sa distinction au dernier Concours lyrique de Clermont-Ferrand 2015, oĂč la jeune cantatrice avait dĂ©crochĂ© le premier prix lĂ  aussi pour chanter le rĂŽle de Rosina du Barbier de SĂ©ville
 VOIR notre grand reportage CONCOURS DE CHANT DE CLERMONT-FERRAND avec Elsa Dreisig
  Elsa Dressing succĂšde ainsi aux prĂ©cĂ©dents laurĂ©ats couronnĂ©s par Operalia : entre autres, Nina Stemme, Joyce DiDonato, Joseph Calleja, Ana MarĂ­a MartĂ­nez, Sonya Yoncheva


 

 

 

PalmarĂšs Operalia 2016
Winners, Operalia 2016

First Prize – Male / Premier Prix, homme
South Korea, Keon-Woo Kim, tenor

First Prize – Female / Premier Prix, femme
France, Elsa Dreisig, soprano

Second Prize – Male / Second Prix, homme
Russia, Bogdan Volkov, tenor

Second Prize – Female / Second Prix, femme
USA/Italy, Marina Costa-Jackson, soprano

Third Prize – Male / Troisiùme Prix, homme
Kosovo, Rame Lahaj, tenor

Third Prize – Female / Troisiùme Prix, femme
Ukraine, Olga Kulchynska, soprano

Birgit Nilsson Prize – Male / Prix Birgit Nilsson
USA, Brenton Ryan, tenor

The Pepita Embil Prize of Zarzuela / Prix Pepita Embil de Zarzuela
USA/Italy, Marina Costa-Jackson, soprano

The Don PlĂĄcido Domingo Ferrer Prize of Zarzuela
Mexico, Juan Carlos Heredia, baritone
USA, Nicholas Brownlee, bass-baritone

Audience Prize – Male / Prix du Public, homme
South Korea, Keon-Woo Kim, tenor

Audience Prize – Female / Prix du Public, femme
Russia, Elena Stikhina, soprano

Culturarte Prize
Russia, Elena Stikhina, soprano

 

 

 

Membres du Jury Operalia 2016
Jury members, Operalia 2016

Marta Domingo
Stage Director

F. Paul Driscoll
Editor in Chief, Opera News

Anthony Freud
General Director, Lyric Opera of Chicago, USA

Jonathan Friend
Artistic Administrator, The Metropolitan Opera, New York, USA

Jean-Louis Grinda
General Director, Opéra de Monte Carlo, Monaco
General Director, ChorĂ©gies d’Orange, France

Peter Katona
Casting Director, Royal Opera House, London, United Kingdom

Joan Matabosch
Artistic Director, Teatro Real, Madrid, Spain

Marco Parisotto
Music Director, Orquesta FilarmĂłnica de Jalisco, Mexico
Music Director, Ontario Philharmonic, Canada

Andrés Rodriguez
Artistic Consultant

Ilias Tzempetonidis
Casting Director, Opéra National de Paris, France

Plus d’infos sur le Concours lyrique Operalia :
http://www.operaliacompetition.org

 

 

 

VOIR notre grand reportage Elsa Dreisig, lauréate du CONCOURS DE CHANT DE CLEMENT-FERRAND 2015

 

dreisig-elsa-mezzo-soprano-rossini-bellini-jeune-talent-CLIC-de-classiquenews-

 

 

 

Elsa Dreisig, la Rosina dont en parle

dresig-elsa-mezzo-soprano-rossini-bellini-jeune-talent-CLIC-de-classiquenews-Clermont-Ferrand. Rossini : Le Barbier de SĂ©ville. Les 15 et 16 janvier 2016. Attention de la crĂ©ation du sommet buffa de Rossini, crĂ©Ă© en fĂ©vrier 1816 au Teatro Argentina de Rome : Le Barbier de SĂ©ville d’aprĂšs Beaumarchais. Le drame rĂ©alise une action qui a lieu avant l’opĂ©ra de Mozart : Les Noces de Figaro. Alors barbier Ă  SĂ©ville, le jeune Figaro retrouve le Comte Almaviva qui lui demande Ă  SĂ©ville son aide pour sĂ©duire et enlever la belle Rosine, alors sĂ©questrĂ©e par son tuteur qui veut l’Ă©pouser, le vieux et soupçonneux Bartolo. Amoureux de la confusion (finales vertigineux et dĂ©lirant dans l’esprit de Mozart), semant l’esprit de la rĂ©volution avant l’heure et d’une intelligence libertaire, Rossini le facĂ©tieux, alors jeune ĂągĂ© de 26 ans, signe une musique enjouĂ©e, subtile, d’une ivresse mĂ©lodique incomparable oĂč jaillit tel un joyau rebelle, l’indomptable Rosine (qui pourtant devenue Ă©pouse sage et unr ien frustrĂ©e, songera non sans amertume Ă  ces annĂ©es miraculeuses oĂč le Comte / Lindoro entreprenait tout pour la conquĂ©rir). La rĂ©ussite des productions du Barbier rossinien dĂ©pend souvent de la composition qu’accordent les solistes aux deux personnages clĂ©s de Figaro et de la malicieuse Rosina. Soit deux emplois fĂ©tiches, vrais dĂ©fis vocaux et dramatiques, pour baryton agile et mezzo-soprano coloratoure. Qu’en sera-t-il dans la nouvelle production prĂ©sentĂ©e par le Centre lyrique Clermont Auvergne ? La sĂ©lection des chanteurs s’est dĂ©roulĂ©e lors du dernier Concours de chant lyrique oĂč les deux rĂŽles, de Figaro et de Rosine ont Ă©tĂ© distribuĂ© ; respectivement ce sont le baryton Viktor Korovitch et surtout la jeune et dĂ©jĂ  sĂ©millante Elsa Dreisig, laurĂ©ate du Concours de Clermont Ferrand 2015 (24Ăšme Ă©dition) qui dĂ©fendront sur scĂšne, la magie dramatique de leurs personnages respectifs. Figaro est une jeune homme plein d’entrain, d’une vivacitĂ© complice ; Rosine est une jeune femme soucieuse de s’Ă©manciper en choisissant celui qui ravira son cƓur, en l’occurrence Lindoro (le patron de Figaro). Selon le fonctionenment Ă  prĂ©sent bien rodĂ© du Concours lyrique de Clermont-Ferrand, les jeunes laurĂ©ats peuvent Ă©prouver et perfectionner leur interpĂ©tation d’un rĂŽle lors de la tournĂ©e d’une nouvelle production, en plusieurs dates, comme c’est le cas de cette nouvelle production du Barbier qui commence sa brillante avenure souhaitons le Ă  Clermont-Ferrand Ă  partir du 15 janvier 2016.

 

 

VIDEO. VOIR notre grand reportage vidĂ©o dĂ©diĂ© au Concours de chant de Clermont-Ferrand 2015 oĂč de nombreuses sĂ©quences concernent la sĂ©lection du rĂŽle de Rosine, avec un entretien avec Elsa Dreisig, aprĂšs sa remise du Prix.

 

 

 

 

boutonreservationClermont-Ferrand, Opéra-Théùtre
Rosini : Il Barbiere di Seviglia / Le barbier de SĂ©ville, 1816
Nouvelle production
Vendredi 15 janvier 2016, 20h
Samedi 16 janvier 2016,15h
De 12 à 48€
2h30 entracte compris
Chanté en italien . Surtitré en français

Accessible en audiodescription le samedi 16 janvier 2016

 

barbier-seville-clermont-production-2016-582

Direction musicale / Amaury du Closel
Mise en scĂšne / Pierre Thirion-Vallet
Création du décor / Frank Aracil
Réalisation du décor / Atelier Artifice
Création des costumes / Véronique Henriot
RĂ©alisation des costumes / Atelier du Centre lyrique
Création des lumiÚres / Véronique Marsy
Traduction et régie surtitrage / David M. Dufort

Le Comte Almaviva / Guillaume François
Figaro / Viktor Korotich *
Rosina / Elsa Dreisig *
Bartolo / Leonardo Galeazzi
Basilio / Federico Benetti
Berta / Anne Derouard
Fiorillo et un Officier / Jean-Baptiste Mouret
ChƓur OpĂ©ra Nomade

Orchestre Philharmonique d’État de Timisoara

 

 

 

 

Prochain Barbier Ă  l’OpĂ©ra Bastille, 2 fĂ©vrier > 4 mars 2016.

Pour les amateurs et connaisseurs du barbier de Rossini, l’OpĂ©ra Bastille Ă  Paris affiche une prochaine production Ă  partir du 2 fĂ©vrier et jusqu’au 4 mars 2016. Avec dans un rĂŽle qui devrait la rĂ©vĂ©ler en France l’excellente Pretty Yende (jeune soprano sud africaine, laurĂ©ate du Concours Bellini  2011 avant d’obtenir le Concours Operalia) : agilitĂ©, grĂące, timbre fruitĂ© et rayonnant, technique bel cantiste (cĂ©lĂ©brĂ©e par le Jury du Concours Bellini de 2011), Pretty Yende a tout pour Ă©blouir dans le rĂŽle de la jeune intrĂ©pide et conquĂ©rante Rosine…

http://www.classiquenews.com/1er-concours-international-vincenzo-bellini-2010album-vido-pretty-yende-june-anderson/

https://www.operadeparis.fr/saison-15-16/opera/il-barbiere-di-siviglia

La Rosina d’Elsa Dreisig Ă  Clermont-Ferrand

dresig-elsa-mezzo-soprano-rossini-bellini-jeune-talent-CLIC-de-classiquenews-Clermont-Ferrand. Rossini : Le Barbier de SĂ©ville. Les 15 et 16 janvier 2016. Attention de la crĂ©ation du sommet buffa de Rossini, crĂ©Ă© en fĂ©vrier 1816 au Teatro Argentina de Rome : Le Barbier de SĂ©ville d’aprĂšs Beaumarchais. Le drame rĂ©alise une action qui a lieu avant l’opĂ©ra de Mozart : Les Noces de Figaro. Alors barbier Ă  SĂ©ville, le jeune Figaro retrouve le Comte Almaviva qui lui demande Ă  SĂ©ville son aide pour sĂ©duire et enlever la belle Rosine, alors sĂ©questrĂ©e par son tuteur qui veut l’Ă©pouser, le vieux et soupçonneux Bartolo. Amoureux de la confusion (finales vertigineux et dĂ©lirant dans l’esprit de Mozart), semant l’esprit de la rĂ©volution avant l’heure et d’une intelligence libertaire, Rossini le facĂ©tieux, alors jeune ĂągĂ© de 26 ans, signe une musique enjouĂ©e, subtile, d’une ivresse mĂ©lodique incomparable oĂč jaillit tel un joyau rebelle, l’indomptable Rosine (qui pourtant devenue Ă©pouse sage et unr ien frustrĂ©e, songera non sans amertume Ă  ces annĂ©es miraculeuses oĂč le Comte / Lindoro entreprenait tout pour la conquĂ©rir). La rĂ©ussite des productions du Barbier rossinien dĂ©pend souvent de la composition qu’accordent les solistes aux deux personnages clĂ©s de Figaro et de la malicieuse Rosina. Soit deux emplois fĂ©tiches, vrais dĂ©fis vocaux et dramatiques, pour baryton agile et mezzo-soprano coloratoure. Qu’en sera-t-il dans la nouvelle production prĂ©sentĂ©e par le Centre lyrique Clermont Auvergne ? La sĂ©lection des chanteurs s’est dĂ©roulĂ©e lors du dernier Concours de chant lyrique oĂč les deux rĂŽles, de Figaro et de Rosine ont Ă©tĂ© distribuĂ© ; respectivement ce sont le baryton Viktor Korovitch et surtout la jeune et dĂ©jĂ  sĂ©millante Elsa Dreisig, laurĂ©ate du Concours de Clermont Ferrand 2015 (24Ăšme Ă©dition) qui dĂ©fendront sur scĂšne, la magie dramatique de leurs personnages respectifs. Figaro est une jeune homme plein d’entrain, d’une vivacitĂ© complice ; Rosine est une jeune femme soucieuse de s’Ă©manciper en choisissant celui qui ravira son cƓur, en l’occurrence Lindoro (le patron de Figaro). Selon le fonctionenment Ă  prĂ©sent bien rodĂ© du Concours lyrique de Clermont-Ferrand, les jeunes laurĂ©ats peuvent Ă©prouver et perfectionner leur interpĂ©tation d’un rĂŽle lors de la tournĂ©e d’une nouvelle production, en plusieurs dates, comme c’est le cas de cette nouvelle production du Barbier qui commence sa brillante avenure souhaitons le Ă  Clermont-Ferrand Ă  partir du 15 janvier 2016.

 

 

VIDEO. VOIR notre grand reportage vidĂ©o dĂ©diĂ© au Concours de chant de Clermont-Ferrand 2015 oĂč de nombreuses sĂ©quences concernent la sĂ©lection du rĂŽle de Rosine, avec un entretien avec Elsa Dreisig, aprĂšs sa remise du Prix.

 

 

 

 

boutonreservationClermont-Ferrand, Opéra-Théùtre
Rosini : Il Barbiere di Seviglia / Le barbier de SĂ©ville, 1816
Nouvelle production
Vendredi 15 janvier 2016, 20h
Samedi 16 janvier 2016,15h
De 12 à 48€
2h30 entracte compris
Chanté en italien . Surtitré en français

Accessible en audiodescription le samedi 16 janvier 2016

 

barbier-seville-clermont-production-2016-582

Direction musicale / Amaury du Closel
Mise en scĂšne / Pierre Thirion-Vallet
Création du décor / Frank Aracil
Réalisation du décor / Atelier Artifice
Création des costumes / Véronique Henriot
RĂ©alisation des costumes / Atelier du Centre lyrique
Création des lumiÚres / Véronique Marsy
Traduction et régie surtitrage / David M. Dufort

Le Comte Almaviva / Guillaume François
Figaro / Viktor Korotich *
Rosina / Elsa Dreisig *
Bartolo / Leonardo Galeazzi
Basilio / Federico Benetti
Berta / Anne Derouard
Fiorillo et un Officier / Jean-Baptiste Mouret
ChƓur OpĂ©ra Nomade

Orchestre Philharmonique d’État de Timisoara

 

 

 

 

Prochain Barbier Ă  l’OpĂ©ra Bastille, 2 fĂ©vrier > 4 mars 2016.

Pour les amateurs et connaisseurs du barbier de Rossini, l’OpĂ©ra Bastille Ă  Paris affiche une prochaine production Ă  partir du 2 fĂ©vrier et jusqu’au 4 mars 2016. Avec dans un rĂŽle qui devrait la rĂ©vĂ©ler en France l’excellente Pretty Yende (jeune soprano sud africaine, laurĂ©ate du Concours Bellini  2011 avant d’obtenir le Concours Operalia) : agilitĂ©, grĂące, timbre fruitĂ© et rayonnant, technique bel cantiste (cĂ©lĂ©brĂ©e par le Jury du Concours Bellini de 2011), Pretty Yende a tout pour Ă©blouir dans le rĂŽle de la jeune intrĂ©pide et conquĂ©rante Rosine…

http://www.classiquenews.com/1er-concours-international-vincenzo-bellini-2010album-vido-pretty-yende-june-anderson/

https://www.operadeparis.fr/saison-15-16/opera/il-barbiere-di-siviglia

Clermont-Ferrand. PalmarÚs du 24Úme Concours de chant lyrique : la jeune mezzo soprano française Elsa Dreisig couronnée nouvelle diva

centre-lyrique-clermont-ferrand-logoClermont-Ferrand. PalmarĂšs du 24Ăšme Concours de chant lyrique : la jeune mezzo soprano française Elsa Dreisig couronnĂ©e nouvelle diva. Edition biennale, le Concours international de chant lyrique de Clermont Auvergne a proclamĂ© son palmarĂšs Ă  l’issue de la finale qui s’est dĂ©roulĂ©e Ă  l’OpĂ©ra ThĂ©Ăątre de Clermont Ferrand, samedi 21 fĂ©vrier 2015. Comme Ă  son habitude et selon son fonctionnement, la CompĂ©tition cherchait Ă  distribuer plusieurs rĂŽles dans deux productions nouvelles bientĂŽt Ă  l’affiche de l’OpĂ©ra de Clermont et ensuite dans plusieurs autres villes Ă  l’occasion de tournĂ©es. Ont Ă©tĂ© ainsi Ă©lus laurĂ©ats du Concours international de chant de Clermont-Ferrand 2015 :

 

 

 

elsa dreisig copyright Lucas FalcheroElsa Dreisig, soprano (23 ans, France) pour le rĂŽle de Rosina du Barbier de SĂ©ville de Rossini. Elsa Dreisig charme immĂ©diatement par sa franchise d’Ă©mission, des aigus puissants et timbrĂ©s Ă  la fois, la clartĂ© intense de son timbre, une intelligence rare dans l’incarnation de la situation. Son duo avec Victor Korotych, dernier air de la soirĂ©e de Finale du 21 fĂ©vrier a Ă©tĂ© particuliĂšrement applaudi. La soprano française a aussi dĂ©crochĂ© les 3 Prix remis Ă©galement en 2015 : Prix du Jeune Public ; Prix Jeune espoir, CFPL (Centre Français de Promotion Lyrique) et Prix du Public. C’est pour elle, une indiscutable consĂ©cration.

Victor Korotych, baryton (34 ans, Ukraine) pour le rĂŽle de Figaro du Barbier de SĂ©ville

Le rĂŽle de Basilio n’a pas Ă©tĂ© distribuĂ©. Elsa Dreisig et Victor Korotych feront donc partie de la prochaine nouvelle production du Barbier de SĂ©ville annoncĂ©e pour le Bicentenaire de la crĂ©ation de l’opĂ©ra, Ă  l’OpĂ©ra de Clermont, les 15 et 16 janvier 2016, puis repris en tournĂ©e jusqu’au dĂ©but 2017.

Edward Grint, baryton-basse (31 ans, Grande-Bretagne) pour le rÎle de PolyphÚme dans Acis et Galatée de Haendel

Patrick Kilbride, ténor (25 ans, Etats-Unis) pour le rÎle de Damon dans Acis et Galatée de Haendel

Le rĂŽle de GalatĂ©e n’a pas Ă©tĂ© distribuĂ©. Edward Grint et Patrick Kilbride feront donc partie de la prochaine nouvelle production d’Acis et GalatĂ©e de Haendel annoncĂ©e Ă  l’OpĂ©ra de Clermont, les 5 et 7 fĂ©vrier 2016, puis en tournĂ©e Ă  l’Ă©tĂ© 2016.

 

 

 

Enfin a également été distinguée :

HĂ©lĂšne Walter, soprano (25 ans, France) pour la crĂ©ation mondiale de Here, scĂšne lyrique pour voix et orchestre Ă  cordes d’Oscar Bianchi, commande du Centre Lyrique Clermont Auvergne.

helene walter sopranoHĂ©lĂšne Walter crĂ©era donc la piĂšce d’Oscar Bianchi, avec orchestre lors du prochain festival Musiques DĂ©mesurĂ©es, le 13 novembre 2015. Here inspirĂ©e de Purcell, renouvelle le genre du lamento baroque. C’est une piĂšce trĂšs courte mais trĂšs intense composĂ©e par Oscar Bianchi : hauteur, legato, intervales ahurissants exigent de l’interprĂšte une technicitĂ© prĂ©cise et sans faille, comme une capacitĂ© Ă  incarner l’Ă©lan lyrique et la profondeur tragique bouleversante de la partition.

 

 

 

A partir des 400 candidatures initiales, 130 candidats originaires du monde entier (36 nationalitĂ©s) ont Ă©tĂ© auditionnĂ©s. Ils Ă©taient 15 seulement Ă  avoir suffisamment convaincu le jury pour ĂȘtre prĂ©sents lors de la Finale du 21 fĂ©vrier 2015.

Toutes les informations sur le site du Centre Lyrique Clermont-Auvergne
Lire aussi notre présentation du 24Úme Concours de chant Lyrique de Clermont Ferrand

 

 

Rv est pris en février 2017 pour le 25Úme Concours international de chant de Clermont Ferrand