DEGAS Ă  l’OpĂ©ra (catalogue de l’exposition)

degas a l opera catalogue livre evenement exposition degas opera musee d orsay janvier 2010 critique annonce analyse classiquenewsLivres, catalogue d’exposition, critique. Degas Ă  l’OpĂ©ra (MusĂ©e d’Orsay). Superbe catalogue qui fait le point sur l’Ɠuvre musical et chorĂ©graphique de Degas, peintre solitaire, en marge de tout acadĂ©misme et d’un tempĂ©rament rĂ©solument original. MĂȘme s’il se rapproche de Monsieur Ingres (la ligne serpentine inspirĂ©e de RaphaĂ«l), en Italie de Gustave Moreau qui devient un temps son mentor, Degas cultive une mise Ă  distance de l’acadĂ©misme et des institutions qu’il sait remettre en question. Mais s’il se rapproche des indĂ©pendants et des impressionnistes, de Manet avec lequel il aura des relations animĂ©es, Edgar Degas recompose tout dans son atelier ; prend des notes Ă  l’opĂ©ra, dans la salle, les coulisses, assiste aux rĂ©pĂ©titions Salle Le Peletier surtout
 puis assemble toute composition dans l’atelier, avec comme seule force recrĂ©ative et organisatrice, la puissance de sa fabuleuse mĂ©moire visuelle. Le catalogue de l’exposition « Degas Ă  l’OpĂ©ra » analyse tous les ressorts de la thĂ©matique appliquĂ©s au dessin et Ă  la couleur du MaĂźtre : mouvement, sujets, cadres, formats, techniques (peinture et dessin Ă©videmment, mais aussi pastels, craie sur papier calque, monotype, sculpture
) ; le catalogue sait analyser les goĂ»ts artistiques et musicaux du peintre ; oĂč rĂšgnent comme Berlioz, l’inestimable / l’inĂ©puisable Gluck ; et aussi Reyer et son opĂ©ra wagnĂ©rien, « Sigurd ». Degas y admire comme nul autre la soprano Rose Caron (dans le rĂŽle de Brunnhilde) dont il a louĂ© le grain de la voix et la plastique des bras inoubliables.
Or sur le sujet d’une interprĂšte adulĂ©e, tout avait commencĂ© par le portrait d’une danseuse cocotte en vedette dĂšs les annĂ©es 1867 : « EugĂ©nie Fiocre dans le ballet La Source » de Nuitter et Delibes.
Plus qu’une danseuse qui pose, comme il le fera ensuite en corps dĂ©sarticulĂ©s, avec tutu et ruban, Ă©reintĂ©s, suintant voire douloureux, Degas peint la Fiocre en un songe oriental et rĂȘveur qui est pure allĂ©gorie d’une nostalgie mystĂ©rieuse. Un tour (magique et premier) qui ne manque pas encore de dĂ©concerter. Tout est lĂ  dĂ©jĂ  dans ce fabuleux (grand) portrait, et qu’explicitent avec Ă©rudition les textes du catalogue. Lecture incontournable, ne serait-ce que pour prĂ©parer votre visite au MusĂ©e d’Orsay. Exposition jusqu’au 19 janvier 2020.

PrĂ©sentation par l’éditeur :
« Rien en art ne doit ressembler Ă  un accident, mĂȘme le mouvement. » Edgar Degas

Durant toute sa carriĂšre, des annĂ©es 1860 jusqu’aux Ɠuvres ultimes au-delĂ  de 1900, Degas a fait de l’OpĂ©ra le point central de ses travaux, sa « chambre Ă  lui ». Il en explore les divers espaces – salle et scĂšne, loges, foyer, salle de danse, s’attache Ă  ceux qui les peuplent, danseuses, chanteurs, musiciens, spectateurs, abonnĂ©s en habit noir hantant les coulisses. Cet univers clos est un microcosme aux infinies possibilitĂ©s et permet toutes les expĂ©rimentations : multiplicitĂ© des points de vue, contraste des Ă©clairages, Ă©tude du mouvement et de la vĂ©ritĂ© du geste.‹‹Aucun ouvrage jusqu’Ă  prĂ©sent n’avait envisagĂ© l’OpĂ©ra dans sa globalitĂ© dans l’Ɠuvre de Degas, Ă©tudiant tout Ă  la fois le lien passionnĂ© qu’il avait avec cette maison, ses goĂ»ts musicaux, mais aussi les infinies ressources de cette merveilleuse « boĂźte a outils ». Par le prisme de l’OpĂ©ra, Henri Loyrette redessine une monographie de celui qui fut peut-ĂȘtre un des plus grands artistes du XIXe siĂšcle.‹‹Exposition organisĂ©e par les musĂ©es d’Orsay et de l’Orangerie, Paris et la National Gallery of Art, Washington oĂč elle sera prĂ©sentĂ©e du 1er mars au 5 juillet 2020, Ă  l’occasion du trois cent cinquantiĂšme anniversaire de l’OpĂ©ra de Paris.‹

Exposition DEGAS A L’OPERA. PARIS, MusĂ©e d’Orsay 24 septembre 2019 – 19 janvier 2020 – Textes en français – 328 pages / 323 illustrations – CoĂ©dition Rmn-Grand Palais / MusĂ©es d’Orsay et de l’Orangerie – prix indicatif : 45 €

LIRE aussi notre prĂ©sentation de l’exposition DEGAS Ă  l’OpĂ©ra au MusĂ©e d’ORSAY

DEGAS Ă  l’opĂ©ra… prĂ©sentation de l’exposition Ă  Orsay

autoportrait degas Degas_Edgar_21_autoportrait_maxARTE, dim 6 oct 2019. DEGAS Ă  l’OpĂ©ra
 Au thĂ©Ăątre lyrique, le peintre Edgar Degas (1834 – 1917) qui dĂ©testait Wagner, c’est peut-ĂȘtre lĂ  son seul dĂ©faut, anlayse, observe, scrute les corps en mouvement. Non pas ceux des chanteurs acteurs, moins les instrumentistes en fosse (quoiqu’il joue des formes des instruments : crosses, archets, etc
), surtout ce qui passionne le peintre , quand mĂȘme un peu voyeur, ce sont les danseuses. En 1868, il immortalise la danseuse EugĂ©nie Fiocre interprĂšte du ballet la Source, rĂ©cemment remis Ă  l’honneur de l’OpĂ©ra Garnier. Degas frĂ©quente assidument l’OpĂ©ra de Paris, alors rue Le Peletier
 Puis il croque au pastel, attitudes, contorsions bridant les corps, mouvements en groupe
, port de tĂȘte, arabesques des bras, des jambes, dĂ©tail des mains. Aucun portrait sauf Fiovre au dĂ©part : que des attitudes
 et des ĂȘtres qui souffrent, dans des compositions audacieuses, des cadrages photographiques.

degas-a-l-opera-exposition-paris-musee-orsay-annonce-critique-classiquenewsIl en dĂ©coulera la statue en cire perdue, scandaleuse tant elle est rĂ©aliste, de La Petite danseuse de 14 ans
 GrĂące Ă  son ami le librettiste et compositeur Ludovic HalĂ©vy, Degas peut atteindre les coulisses et assister aux cours et rĂ©pĂ©titions ses spectacles. Aucun doute, mĂȘme si aprĂšs l’incendie de l’OpĂ©ra Le Peletier et au moment de l’édification du futur opĂ©ra Garnier, Degas dĂ©sormais rĂ©invente ce qu’il a vu et observĂ©, dans son atelier, le temple lyrique et chorĂ©graphique demeure son laboratoire : une source essentielle pour sa crĂ©ativitĂ© d’une exceptionnelle modernitĂ©. Mais au gĂ©nie des formes nouvelles et des dispositions novatrices, Degas, mĂȘme s’il se refuse Ă  ĂȘtre dĂ©nonciateur, peint aussi la rĂ©alitĂ© sociale du mĂ©tier de danseuse : l’exposition au dĂ©sir et Ă  la convoitise des abonnĂ©s mĂąles, qui, dans la coulisse, contrastant avec le raffinement et la magie de la scĂšne, cherchent Ă  sĂ©duire et payer les jeunes crĂ©atures pour quelques heures de plaisir. De l’art Ă  la prostitution, il n’y a que quelques pas de danse, menus, menus.  Documentaire inĂ©dit, 2019. RĂ©alisation : Blandine Armand, Vincent Trisolini – 52 mn.

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

arte_logo_2013ARTE, dim 6 oct 2019. DEGAS Ă  l’OpĂ©ra
 17h35. Documentaire en liaison avec l’exposition Ă©vĂ©nement rĂ©prĂ©sentĂ©e par le MusĂ©e d’Orsay jusqu’au 19 janvier 2020 : http://www.classiquenews.com/paris-exposition-musee-dorsay-degas-a-lopera-24-sept-2019-19-janv-2020/

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

DEGAS-opera-exposition-degas-danse-docu-film-classiquenews

 

 

danseuse-degas-opera-degas-al-opera-exposition-annonce-presentation-classiquenews-critique-explications-cles

 

________________________________________________________________________________________________