Dossier cadeaux : cd, dvd, livres de Noël 2014

une-cd-noel-dossier-special-350-537Dossier cadeaux : cd, dvd, livres de NoĂ«l 2014. La RĂ©daction de classiquenews s’est rĂ©unie comme chaque annĂ©e, fin novembre pour Ă©lire les cd, dvd, livres parus cette annĂ©e, parmi les meilleures rĂ©alisations, c’est Ă  dire sur le plan interprĂ©tatif les plus surprenantes et sur le plan Ă©ditorial, les plus soignĂ©es. Voici nos 15 cadeaux incontournables… pour ne pas vous tromper et offrir le meilleur du classique pour les fĂȘtes de fin d’annĂ©e 2014.

 

 

 

 

15 cd, dvd, livres “clics” de classiquenews, Ă  offrir absolument

 

 

 

magnificat-jordi-savall-vivaldi-bach-alia-vox-cd-clic-de-classiquenewsCD. Magnificat. Vivaldi, Bach. Jordi Savall (1 cd / 1 dvd Alia Vox). Alia Vox offre un montage spĂ©cifique pour les fĂȘtes de NoĂ«l 2014, associant les Magnificat de Vivaldi puis de Bach, en les faisant prĂ©cĂ©dĂ©e chacun de Concerti, prĂ©ambules profanes qui fonctionnent cependant Ă  merveille, comme les portiques d’une ferveur Ă©panouie Ă  suivre, d’une Ă©vidente profondeur exaltĂ©e. Au volet Vivaldi, le Concerto pour 2 violons RV578 enregistrĂ© en 2003 Ă  Cardona prĂ©cĂšde donc le Magnificat enregistrĂ© en live Ă  la Chapelle royale de Versailles dix annĂ©es aprĂšs, en juin 2013. Puis le Magnificat de Bach captĂ© Ă  la mĂȘme date Ă  Versailles est introduit par le Concert pour clavecin en RĂ© mineur BWV 1052, enregistrĂ© quant Ă  lui quelques semaines plus tard en juillet 2013 Ă  Fontfroide. LIRE notre compte rendu critique du cd Magnificat Vivladi / JS Bach par Jordi Savall 

 

 

 

 

 

 

 

karajan 1980 deutsche grammophon orchestral recordings cd coffret Noel 2014CD, coffret. Karajan 1980s. 78 cd Deutsche Grammophon. NĂ© en 1908, Karajan vit dans les annĂ©es 1980, sa derniĂšre dĂ©cennie : il meurt en 1989. En un coffret remarquablement Ă©ditĂ© (mĂȘme si le livret d’accompagnement ne comporte pas de textes en français :  seulement en anglais, allemand et japonais),Deutsche Grammophon publie l’intĂ©grale des enregistrements symphoniques du Karajan des annĂ©es 1980, soit l’hĂ©ritage du dernier Karajan : un cycle qui vaut testament musical, esthĂ©tique. C’est l’époque oĂč en 1980, Karajan cĂ©lĂšbre ses 25 ans d’activitĂ© comme chef principal (Ă  vie) du Berliner Philharmoniker. (de fait sauf contreindication, tous les enregistrements ici rĂ©unis ont Ă©tĂ© produits avec les instrumentistes berlinois
 Pourquoi offrir ce coffret ? Parce que Karajan demeure “le chef” absolu : esthĂšte, interprĂšte de premier plan Ă  la tĂȘte ici des Philharmoniques de Berlin et de Vienne.

 

 

 

William Christie dĂ©voile la veine funĂ©raire de HaendelCD. Handel : Music for Queen Caroline (1 cd Les Arts Florissants, William Christie, 2013). Pour son second disque Handel Ă©ditĂ© sous son propre label discographique, William Christie grand spĂ©cialiste de Handel, dĂ©voile un cycle d’une sincĂ©ritĂ© inĂ©dite à laquelle le chef fondateur des Arts Florissants apporte son expĂ©rience des oratorios et des opĂ©ras. Ici le geste n’a jamais semblĂ© plus Ă©conome, fin, mesurĂ© ; il articule le sens et les images du sublime texte des FunĂ©railles de la Souveraine dĂ©cĂ©dĂ©e en 1737 (Funeral Anthem for Queen Caroline HWV 264) en un travail subtil et profond sur la prosodie et la dĂ©clamation littĂ©ralement prodigieux : il tĂ©moigne aussi avec une sincĂ©ritĂ© inĂ©dite, de l’amitiĂ© exceptionnelle qui unissait le musicien Ă  sa protectrice la Reine Caroline. Pourquoi offrir ce disque ? Parce que le plus grand interprĂšte actuel de Handel rĂ©alise un travail remarquable sur le texte dramatique avec son choeur et des musiciens des Arts Florissants en particulier dans le Funeral Anthem pour la Reine Caroline. Une ferveur pudique irrĂ©sistible.

 

 

TEBALDI-carre-portrait-tebaldi-renata-voce-d-angelo-complete-decca-recordingsCD. coffret. Renata Tebaldi : Voce d’angelo, the complete Decca recordings (66 cd Decca). ElĂšve de Carmen Melis, diva de La Scala de Milan, la jeune Renata dĂ©bute dans le rĂŽle d’Elena de Mefistofele en 1944, elle a 22 ans (plus tard en 1958 pour Decca justement, elle chantera sous la direction de Tulio Serafin Ă  Rome, le rĂŽle de Marguerite, offrant Ă  l’hĂ©roĂŻne sacrifiĂ©e sa chair angĂ©lique dans une fresque orchestrale pleine de souffle et de ressentiment goethĂ©en
). Puis Ă  24 ans, c‘est le chef Arturo Toscanini antinazi convaincu, qui deux ans plus tard (1946) lance sa prodigieuse carriĂšre pour le concert de rĂ©ouverture de La Scala. Le maestro lui fait apprendre le rĂŽle titre d’Aida dĂšs 1950 (avec del Monaco : c’est un triomphe). Plus qu’en Europe, c’est principalement Ă  New York que La Tebaldi s’impose ensuite sans faiblir jusqu’en 1973 ! Pourquoi offrir ce coffret lyrique ? Renalta Tebaldi reste la plus grande soprano des annĂ©es 1960 et 1970 : un monstre sacrĂ©, rivale de Callas, au tempĂ©rament vĂ©riste d’une absolue puretĂ© expressive Ă  redĂ©couvrir de toute urgence…

 

decca-phase-4-stereo-stereo-concert-series-coffret-visuel-carreCD. Coffret Phase 4 stereo, stereo concert series. Coffret 40 cd Decca (1964-1977). Phase 4 stereo ou le son  Decca des sixties and seventies
 En 1962, Decca lance sa communication sur la technologie d’enregistrement “phase 4 stereo” : en nombre (la console du mixage son dispose Ă  prĂ©sent de 20 canaux diffĂ©rents, tous tout autant individualisĂ©s), les micros multiplient les pistes rĂ©vĂ©lant les dĂ©tails de l’orchestration, une nouvelle conception de l’espace sonore aussi se prĂ©cise, qui permet Ă  l’auditeur de (re)dĂ©couvrir les Ɠuvres avec une richesse d’informations plus fine et plus variĂ©e.

 

 

mozart cosi fan tutte currentzis 3 cd anna kasyanCD. Mozart : Cosi fan tutte (Kassian, Currentzis, 2013). DĂ©capant, enivrĂ© : le Cosi du chef Teodor Currentzis nĂ© grec mais citoyen russe (42 ans). LivrĂ© tout chaud des presse Sony en ce 17 novembre 2014, le Currentzis nouveau vient de sortir : la suite aprĂšs des Noces dĂ©capantes, de la trilogie Mozart Da Ponte. Avant Don Giovanni (Ă  paraĂźtre automne 2015), voici un Cosi supĂ©rieur encore aux Noces de l’an dernier : en Ă©nergie mais ciselĂ©e, en voix mieux homogĂšnes, en finesse et subtilitĂ© (le duo Despina Alfonso fonctionne Ă  merveille), en juvĂ©nilitĂ© ardente, naĂŻve, celle des fiancĂ©s parieurs (Ferrando et Guglielmo) d’un bout Ă  l’autre totalement engagĂ©s, et mĂȘme palpitants. Ces officiers y apprennent l’inconstance et la philosophie d’en accepter le jeu. Pourquoi offrir ce coffret lyrique ? Parce que Le chef dĂ©poussiĂšre avec finesse une partition que l’on croyait connaĂźtre, avec une jeune diva irrĂ©sistible, belcantiste et mozartienne ciselĂ©e : Anna Kassyan. Retenez bien son nom : sa Despina est ici … miraculeuse.

 

 

 

rameau courrentzis musicaeterna tteodor currentzis sound of lightCD. Rameau : the sound of light (Currentzis, 2012). Voici un Rameau qui fait rĂ©agir : lisez d’abord le titre de cette anthologie, The sound of light, le son de la lumiĂšre… Lumineux et mĂȘme solarisĂ© (serait-ce une rĂ©fĂ©rence indirecte Ă  son appartenance à une loge comme Ă  ses nombreux ouvrages pĂ©nĂ©trĂ©s de symboles et rituels maçonniques : de ZaĂŻs Ă  Zoroastre
?). FrĂ©nĂ©tique, motorique, surexpressive
 la lecture de Teodor Currentzis, jeune chef athĂ©nien formĂ© dans la classe d’Illya Musin Ă  Saint-PĂ©tersbourg (Ă  22 ans) qui est passĂ© par l’OpĂ©ra de Novossibirsk puis actuellement Perm, – oĂč il est directeur artistique, ne laisse pas indiffĂ©rent : sa baguette suractive exaspĂšre comme elle transporte.

 

 

 

wiener-philharmoniker-decca-coffret-the-orchestral-edition-decca-CD, coffret. Wiener Philharmoniker : The Orchestral Edition (64 cd DECCA)/a> Depuis 1842, l’Orchestre Philharmonique de Vienne, le Wiener Philharmoniker, crĂ©Ă© par Otto Nicolai, incarne le rĂȘve de tout orchestre : la phalange, vĂ©ritable mythe musical, enchante le monde par ses qualitĂ©s interprĂ©tatives et surtout une sonoritĂ© fluide, voluptueuse, coulante, magistralement onctueuse qui ne cesse de convaincre : chaque Concert du Nouvel retransmis sur toutes les chaĂźnes du monde renouvelle le miracle attendu : on y dĂ©cĂšle l’éloquence oxygĂ©nĂ©e de ses cordes  flexibles, la puissance ronde et chaude de ses cuivres (les cors en particulier), la clartĂ© individuelle de son harmonie (bois)
 et l’on se dit Ă  chaque concert, voici indiscutablement le meilleur orchestre au monde. Et pourtant depuis l’essor des orchestres sur instruments d’époque, notre perception a changĂ© : timbres petits, dĂ©licats caractĂ©risĂ©s contre puissance et cohĂ©rence lisse voire creuse.

 

 

fleming renee soprano decca renee fleming cd deccaRenĂ©e Fleming : Winter in New York (1 cd Decca). NoĂ«l Ă  New York… La nouvelle diva jazz ? Une affiche de partenaires somptueuse. Les chanteurs Kurt Elling, Gregory Porter, Rufus Wainwright, les trompettistes Chris Botti et Wynton Marsalis, le pianiste surdouĂ© et roi de l’impro, Brad Mehldau
. autant dire que pour ce nouveau disque non lyrique, la superdiva amĂ©ricaine RenĂ©e Fleming a su s’entourer de pointures particuliĂšrement aguerries et les plus raffinĂ©es mĂȘme comme les plus originales de la planĂšte jazz 
 Ils sont tous, chacun dans leur registre, des stars de la scĂšne amĂ©ricaine
  Sous la neige Ă  Central Park (Serenade de la plage 10), Ă  la nuit tombĂ©e ou reprenant certains standards parmi les plus connus du rĂ©pertoire de NoĂ«l, la diva s’accordent plusieurs duos musicalement sertis et ciselĂ©s qui montrent que si la voix lyrique a Ă©voluĂ©, la cantatrice n’a rien perdu de sa musicalitĂ©. Les fans de la diva amĂ©ricaine seront enchantĂ©s de retrouver leur i

 

 

 

 

 

 

 

CD, coffret. Jonas Kaufmann : So great arias (4 cd Decca)

jonas-kaufmann-so-great-arias-decca-4-cdBĂȘte de scĂšne (il l’a confirmĂ© encore par ce chant irradiĂ©, fĂ©lin, sauvage, idĂ©alement dyonisiaque, dans la derniĂšre production d’Ariane Auf Naxos – de surcroĂźt dans sa version originelle de 1912, prĂ©sentĂ©e en 2012 au festival de Salzbourg : un inoubliable Ă©vĂ©nement s’il n’était la direction certes fluide mais dĂ©sincarnĂ©e et peu subtil de Daniel Harding). Mais ce charisme tendu, viril, Ă©rotique qui passe dans le fil d’une voix animale demeure le plus grand apport sur la scĂšne musicale et lyrique au carrefour des deux siĂšcles. Decca rĂ©Ă©dite en un coffret incontournable la quintessence d’un  chant investi, affinĂ©, subtil, celui  d’un immense interprĂšte fin et intense, au timbre cuivrĂ© toujours Ă©poustouflant. VĂ©risme, wagnĂ©risme, chambrisme aussi en diseur schubertien (de premiĂšre classe pour les lieder rĂ©cemment, mais aussi dĂ©jĂ  audacieux pour l’une de ses premiĂšres apparitions sur scĂšne dans Alfonso und Estrella, l’opĂ©ra oubliĂ© de Schubert et que l’OpĂ©ra de Zurich remontait avec justesse
).

 

 

 

dvd événement 2014

 

 

Rameau enchantĂ©DVD. Rameau, maĂźtre Ă  danser : Daphnis et EglĂ©, La naissance d’Osiris (William Christie, Les Arts Florissants, 1 dvd Alpha). Pour l’annĂ©e Rameau 2014, son plus fervent et convaincant champion, William Christie et ses Arts Florissants, surprennent lĂ  oĂč nous ne les attendions pas : ni tragĂ©die lyrique ni grand ballet mais deux piĂšces intimistes, des opĂ©ras miniatures dont le charme et la lĂ©gĂšretĂ© nous sont astucieusement restituĂ©s par un ” Bill ” plus inspirĂ© que jamais. Les deux actes de ballet sont mĂȘme astucieusement reliĂ©s l’un Ă  l’autre en une totalitĂ© musicale, dramatique, dansante d’une belle cohĂ©rence. Ce dvd rĂ©alisĂ© Ă  Caen en juin dernier (2014), confirme les impressions vĂ©cues sur le vif et dont tĂ©moigne aussi notre compte-rendu complet rĂ©digĂ© au moment de la crĂ©ation de la production Ă©vĂ©nement : LIRE Rameau, maĂźtre Ă  danser par William Christie et Les Arts Florissants, nouvelle production pour l’annĂ©e Rameau 2014. Pour faire simple et court, Bill renoue avec la rĂ©ussite de son enregistrement rĂ©cent, Le jardin de Monsieur Rameau : mĂȘme Ă©cole de la grĂące collective, mĂȘme orchestre ciselĂ©, taillĂ© et assoupli au diapason de la tendresse la plus allusive
 Au XVIIIĂš, la France de Louis XV sait s’alanguir des dĂ©lices tendres et sensuels de divertissements dĂ©licieusement aimables. C’est Ă©videmment le cas de ces deux actes de ballet : Daphnis et EglĂ©puis La naissance d’Osiris-, dont Rameau revivifie la tension dramatique grĂące au seul gĂ©nie de sa musique que Bill divin interprĂšte dans ce rĂ©pertoire, rĂ©tablit dans son raffinement tendre le plus enchanteur. En musicien savant et lettrĂ© respectant la tradition de la cour de France,  le compositeur ajoute le ballet,  c’est Ă  dire cette ” belle danse ” que la chorĂ©graphe complice, Françoise Denieau aborde avec une verve rafraĂźchissante au diapason d’une mise en scĂšne subtile et trĂšs prĂ©cise (signĂ©e de l’ex chanteuse Sophie Daneman) dans l’esprit d’une troupe de comĂ©diens dont le jeu collectif apporte une cohĂ©rence imprĂ©vue entre les deux divertissements.

 

 

 

 

Les 4 Livres qui nous ont le plus convaincus en 2014

 

schumann-robert-folies-et-musiques-le-passeur-editeur-philippe-andre-robert-schumann LIVRES. “Robert Schumann, folies et musiques” de Philippe AndrĂ© (Le Passeur Ă©diteur). Folie et musique, dĂ©sĂ©quilibre psychique et crĂ©ation romantique 
 Les cas d’autres artistes frappĂ©s comme Robert Schumann (1810-1856) par la menace de la dĂ©mence et de l’inĂ©luctable destruction psychique (Ă  cause de la Syphilis, tels Poussin, Nietzsche, Baudelaire, Flaubert
) saisit car l’équation du gĂ©nie jaillissant et la dĂ©raison destructrice simultanĂ©e, Ă©chafaude une contradiction spectaculaire
  le sujet pourrait agacer tant elle peut vĂ©hiculer d’aprioris fastidieux et stĂ©riles. Il n’en est rien ici car l’auteur aime passionnĂ©ment son sujet, prĂ©cisĂ©ment la musique de Schumann


 

 

 

BEETHOVEN monette vacquin penta editions livres Livres. Monette Vacquin : « Grave, ma non troppo « . Beethoven, dernier mouvement. (Editions Penta). Le gĂ©nie de Beethoven est solitaire, exacerbĂ© par sa souffrance intĂ©rieure, qui ne peut ĂȘtre partagĂ©e ni vĂ©cue comme lui, de l’intĂ©rieur. Il  paraĂźt comme Ă  part, Ă©cartĂ© de la sociĂ©tĂ© viennoise. Ici donc les femmes sont inaccessibles ou lointaines insaisissables (comme chez Berlioz, cet autre romantique absolu). C’est pour contrer cette malĂ©diction vĂ©ridique qui fut pour le compositeur viennois Ă  la fois son calvaire et le catalyseur de son Ă©lan crĂ©atif que l’auteure de ce texte admirable, offre une rĂ©Ă©criture salutaire pour Beethoven
  : lui offrir ce qu’il ne put jamais vivre ni connaĂźtre de son vivant. La chaleur bienveillante et complice d’une amie vĂ©ritable. Ainsi la narratrice qui raconte ce texte imaginaire (mais qui s’appuie sur une documentation vĂ©ridique), Liebe partage le quotidien du grand romantique : d’intendante, elle devient sa confidente, son double qui suit chaque nouvelle composition de l’intĂ©rieur, et davantage encore au fur et Ă  mesure des pages d’une vie Ă  deux peu Ă  peu conquise et dĂ©voilĂ©e.

 

 

 

la martiniere opera garnierBeaux-livres. OpĂ©ra Garnier (Éditions de La MartiniĂšre). 290 photographies composent la valeur visuelle de ce beau-livre Ă©ditĂ© en format carrĂ© par les Ă©ditions de La MartiniĂšre. Un portfolio de vues et clichĂ©s remarquables, signĂ© par le photographe Jean-Pierre Delagarde dont on ne saurait trop louer le sens de la composition et du dĂ©tail. Jamais l’OpĂ©ra Garnier n’a paru mieux chatoyant, plus prĂ©cieux, chromatiquement inventif
 certes prouesse architecturale et technologique, mais aussi d’un fini aussi parfait qu’une Ɠuvre d’art ou un meuble luxueux, tel un immense cabinet de curiositĂ©. Le dessin gĂ©nĂ©ral des volumes n’affecte en rien la richesse du dĂ©cor de surface, ses matiĂšres clinquantes et prĂ©cieuses, dans toutes les disciplines (peintures, sculptures
). De sorte que l’on redĂ©couvre ici comment le Palais de Charles Garnier concentre l’excellence des arts français propre aux annĂ©es 1870. Dans sa prĂ©face l’architecte français de l’OpĂ©ra national de PĂ©kin, dernier joyau de l’art lyrique du XXĂšme siĂšcle, Paul Andreu, sait souligner combien le Palais Garnier reste pour son temps un miracle d’intĂ©gration urbaine, un Ă©crin imaginatif pour la reprĂ©sentation, surtout un volume d’une lisibilitĂ© absolue
 C’est aussi une expĂ©rience sensorielle que restitue l’admirable structure Ă©ditoriale du livre. Visiter ainsi l’OpĂ©ra inaugurĂ© en 1875 (ce qui rend son Ă©clectisme pompier contemporain des derniĂšres audaces impressionnistes) permet de mesurer le dĂ©lire dĂ©coratif, l’objet social, l’intelligence de son dispositif, permettant de passer de la rue Ă  la scĂšne grĂące Ă  une sĂ©rie d’espaces progressifs faisant toujours l’admiration des publics et des visiteurs aujourd’hui.

 

 

 

 

fayard daniel barenboim la musique est un toutLivres. Daniel Barenboim : La musique est un tout (Fayard). VoilĂ  un opuscule que beaucoup d’artistes devraient mĂ©diter, assimiler, rĂ©guliĂšrement consulter et interroger : leur place dans la sociĂ©tĂ©, la relation salvatrice de l’art et de l’engagement philosophique, sociĂ©tal Ă  dĂ©faut d’ĂȘtre politique, y gagnent un manifeste qui vaut tĂ©moignage exemplaire. Il n’est pas d’équivalent en France Ă  la personnalitĂ© transnationale du chef charismatique Daniel Barenboim aujourd’hui : une telle hauteur de vue, une telle pensĂ©e musicale et artistique se font rare et qui dans sa suite dĂ©fendront les mĂȘmes valeurs ? Humaniste engagĂ©, en particulier au service de la rĂ©conciliation
 des peuples au Moyen Orient, Daniel Barenboim qui a la double nationalitĂ© (palestinienne et israĂ©lienne) s’exprime ici en textes choisis, dĂ©jĂ  connus et publiĂ©s, mais rassemblĂ©s avec quelques autres plus rĂ©cents (premier chapitre ” Ă©thique et esthĂ©tique ” oĂč l’acte musical est dĂ©sormais investi d’une exigence morale). Le chef argumente sa vision de la musique, une chance pour l’humanitĂ© de sauver son destin trop marquĂ© par la guerre, la destruction, l’incommunicabilitĂ©. En homme de paix qui a cĂŽtoyĂ© les plus grands politiques, Daniel Barenboim prĂ©cise aussi ici une maniĂšre d’idĂ©al de vie, une formule personnelle qui s’appuyant sur l’expĂ©rience et les rencontres, brosse le  (l’auto)portait d’un homme de bonne volontĂ©, prĂ©occupĂ© par le sens de l’histoire et de la sociĂ©tĂ©, l’avenir des peuples pour lesquels l’offrande musicale pourrait s’avĂ©rer salutaire. Une forme de vivre ensemble, de penser autrement le monde qui suscite Ă©videmment l’admiration.

 

 

 

 

d’autres idĂ©es de cadeaux ? …

 

 

RAMEAU 2014 : sĂ©lection cdL’annĂ©e 2014 Ă©tait celle de Rameau et de Richard Strauss : pour vos idĂ©es cadeaux, ne manquez rien des rĂ©alisations discographiques qui ont marquĂ© ce cru 2014, dĂ©finitivement exceptionnel ; les Ă©diteurs se sont montrĂ© prolixes en matiĂšre de cĂ©lĂ©brations, rĂ©Ă©ditant souvent les perles de leur catalogues, soutenant aussi les initiatives nouvelles, distinguĂ©es par le fameux CLIC de classiquenews. LIRE nos dossiers sĂ©lection Rameau 2014, Richard Strauss 2014, Carl Philip Emanuel Bach 2014