En direct sur internet : Clear, loud, bright… crĂ©ation de Millepied sur Culturebox

En direct sur internet. Le nouveau ballet de Benjamin Millepied en crĂ©ation Ă  l’OpĂ©ra de Paris en octobre 2015. Que vaut l’Ă©criture du nouveau directeur de la danse Ă  l’OpĂ©ra de Paris ? Culturebox diffuse en direct puis jusqu’en avril 2016, le nouveau ballet de Benjamin Millepied (intitulĂ© “Clear, loud, bright”… Clair, Fort, Lumineux,…), artiste amĂ©ricain plus connu Ă  New York qu’Ă  Paris, jusqu’Ă  sa rĂ©cente nomination dans la Maison parisienne… Sa nouvelle chorĂ©graphie entend rendre hommage aux deux figures qui l’ont marquĂ© alors qu’il Ă©tait danseur Ă  New York… Balanchine et Robbins.

 

millepied benjamin opera paris danse cocteau balanchine daphnis chloeVendredi 2 octobre 2015 : spectacle de danse, ” Balanchine / Millepied / Robbins “ à l’OpĂ©ra Bastille Ă  Paris, premier spectacle inaugurant la direction de Benjamin Millepied Ă  l’OpĂ©ra de Paris au poste de Directeur de la Danse. VOIR le ballet  ” Balanchine / Millepied / Robbins ” sur Culturebox (jusqu’au 2 avril 2016). Millepied nouvel arrivant dans la maison parisienne prĂ©sente un nouveau ballet en crĂ©ation (Clear, Loud, Bright, Forward
 collectif de 16 jeunes danseurs, fruit de sa collaboration avec le compositeur Nico Muhly), intercalĂ© entre les sommets chorĂ©graphiques signĂ©s Balanchine (ThĂšme et Variations) et Robbins (Opus 19 The Dreamer), ses deux maĂźtres amĂ©ricains. Millepied fut danseur principal du New York City Ballet oĂč Robbins participa Ă  la demande de Balanchine comme directeur artistique associĂ© Ă  partir de 1949. L’apprentissage et l’expĂ©rience amĂ©ricaine de Millepied se ressentent particuliĂšrement dans sa nouvelle chorĂ©graphie conçue comme un hommage aux deux figures qui l’ont marquĂ© comme interprĂšte et aujourd’hui comme artiste chorĂ©graphe, directeur de la Danse de l’OpĂ©ra de Paris… L’Ă©criture trĂšs dĂ©monstrative de Benjamin Millepied se dĂ©voile ici dans un langage surabondant, sophistiquĂ© et hyperesthĂ©tique, voire un rien artificiel, style voyez comme je sais faire cela, auquel rĂ©pond un souci obsessionnel de la ligne, de la pose (style “Vogue” de Madonna, annĂ©e 1990), le tout sur un rythme trĂ©pidant qui reste indiscutablement un bel hommage Ă  Balanchine. Le suresthĂ©tisme des tableaux collectifs, flattant la courbure flexible des danseurs, exige une synchronicitĂ© parfois imprĂ©cise du corps de Ballet, en particulier chez les femmes. La nouvelle gĂ©nĂ©ration de danseurs parisiens est pourtant lĂ , (LĂ©onore Baulac, Letizia Galloni, Germain Louvet, Hugo Marchand
), ambassadeurs d’un glamour de facto trĂšs new yorkais. Pas sĂ»r que cette surĂ©lĂ©gance qui aime se montrer, fasse un spectacle qui doit aussi toucher par sa profondeur. La technicitĂ©, l’esthĂ©tisme, la recherche de la pose Ă©lĂ©gante font-ils un style complet ? Le final qui singe les poses d’un dĂ©filĂ© de mode montre aussi les limites d’une telle vision. Le dĂ©coratif se suffit il Ă  lui mĂȘme ? Les amateurs de Balanchine applaudiront. Les autres, attentifs et curieux quant au devenir de la Maison parisienne ainsi reformulĂ©, pourront exprimer quelques rĂ©serves. La beautĂ© des lumiĂšres et le dispositif tout en contrastes mouvant restent eux saisissants en Ă©pure poĂ©tique. C’est un magnifique spectacle dans sa globalitĂ© qui confirme l’Ă©tonnante Ă©lasticitĂ© acrobatique et athlĂ©tique des danseurs parisiens.

 

 

millepied-benjamin-danse-clear-loud-bright-creation-opera-de-paris-critique-classiquenews

 

 

Platée de Rameau par Les Arts Florissants

10013809_256214464553237_1528097424_nPlatĂ©e de Rameau par Les Arts Florissants. Culturebox, le 27 mars 2014,20h. OpĂ©ra live web. A dĂ©faut d’une tragĂ©die lyrique d’ampleur tels Dardanus, Les BorrĂ©ades, Castor et Pollux, voici la comĂ©die lyrique la plus dĂ©jantĂ©e du XVIIIĂšme siĂšcle portĂ©e par la savante facilitĂ© des Arts Florissants, spĂ©cialistes inatteignables de Rameau depuis des annĂ©es. Dans la fosse de l’OpĂ©ra Comique, William Christie prĂ©cĂ©demment annoncĂ© est remplacĂ© par Paul Agnew. Laide mais sincĂšre et mĂȘme dĂ©sarmante, PlatĂ©e nymphe des marais … retourne l’Olympe de la mode. Les dieux sont infĂąmes et leur victime rien que … divinement humaine. Une apothĂ©ose en somme. Et contre toute attente, c’est la moins sophistiquĂ©e de tous qui triomphe. Il y a certainement un peu de Rousseau chez Rameau mĂȘme si l’Ă©crivain philosophe, partisan du bon sauvage, fut le rival trop jaloux du compositeur Ă©rudit. Face aux dieux et leur suite invitĂ©s ici (une parodie de Cour), la figure naturelle de la nymphe issue du marais remporte les lauriers de la sincĂ©ritĂ© et de la vĂ©ritĂ©. Un joyau au royaume du clinquant et du factice.

Carsen rĂ©cidive ainsi chez Rameau: comme il l’avait fait des BorrĂ©ades, pas de costumes ni de dĂ©cors ou machineries XVIII Ăšme mais une actualisation chic (trĂšs parisienne) convoquant les icĂŽnes de la fashion Week.  Au sommet d’une Olympe rhabillĂ©e,  Junon – Coco Chanel et Jupiter – Lagerfield vivent le nouvel avatar de leur dĂ©route conjugale au dĂ©triment de la mortelle PlatĂ©e dont la laideur et la naĂŻvetĂ© font les dĂ©lices d’une clique arrogante et cynique.
En pointant du doigt la face hideuse de la batracienne Jupiter moralisateur entend souligner combien la jalousie de Junon est dĂ©placĂ©e. .. un tel laideron fiancĂ©e de Jupiter ? Et tous de s’Ă©trangler d’un rire persifleur qui pourtant se retourne contre ceux qui l’ont proclamĂ©. La laideur morale assassine les arrogants. Lire notre critique complĂšte de PlatĂ©e de Rameau par Les Arts Florissants : … “la PlatĂ©e des Marais renverse l’Olympe de la mode”.

Internet. Fil rouge Rameau 2014 sur culturebox

logo_culturebox_300_2014Rameau 2014 sur culturebox. Tout au long de l’annĂ©e 2014, la plateforme dĂ©diĂ©e au spectacle vivant sur la toile, culturebox, dĂ©die plusieurs live des concerts importants de l’annĂ©e Jean-Philippe Rameau, pour ses 250 ans en 2014. Tous les spectacles importants sont relayĂ©s sur culturebox pendant l’annĂ©e Rameau : Les Dieux d’Egypte, ballet mĂ©connu crĂ©Ă© Ă  la Cour de Louis XV, Les Indes Galantes, fleuron des opĂ©ras ballets conçus par le Dijonais, surtout PlatĂ©e dans la nouvelle production crĂ©Ă©e Ă  Vienne en fĂ©vrier 2014, sous la direction de l’immense William Christie et dans la mise en scĂšne nouvelle de Robert Carsen. Voir tous les Ă©vĂ©nements Rameau relayĂ©s par culturebox, dans notre rubrique spĂ©ciale culturebox

Culturebox : l’offre musique en vidĂ©o, directs, reportages …

logo_culturebox_300_2014Retrouvez ici, l’offre musique classique du portail vidĂ©o culturebox. Classiquenews a Ă©tabli une sĂ©lection des meilleurs contenus de l’offre culturebox, une opportunitĂ© inĂ©galĂ©e de vivre l’expĂ©rience des grands concerts et des personnalitĂ©s qui font pour nous l’actualitĂ© du classique, dans votre salon, en accĂšs gratuit sur votre Ă©cran connectĂ© : les live Ă  venir, les contenus encore accessibles (attention certains sont bientĂŽt retirĂ©s du net – nous indiquons dans ce cas la date de suppression du sujet vidĂ©o…). Les contenus et sujets vidĂ©os sont accessibles sur culturebox ou sur le site du partenaire producteur ou diffuseur du programme concernĂ©.

 

millepied benjamin opera paris danse cocteau balanchine daphnis chloeVendredi 2 octobre 2015 : spectacle de danse, ” Balanchine / Millepied / Robbins “ Ă  l’OpĂ©ra Bastille Ă  Paris, premier spectacle inaugurant la direction de Benjamin Millepied Ă  l’OpĂ©ra de Paris au poste de Directeur de la Danse. VOIR le ballet  ” Balanchine / Millepied / Robbins ” sur Culturebox (jusqu’au 2 avril 2016). Millepied nouvel arrivant dans la maison parisienne prĂ©sente un nouveau ballet en crĂ©ation (Clear, Loud, Bright, Forward… fruit de sa collaboration avec le compositeur Nico Muhly), intercalĂ© entre les sommets chorĂ©graphiques signĂ©s Balanchine (ThĂšme et Variations) et Robbins (Opus 19 The Dreamer), ses deux maĂźtres amĂ©ricains. Millepied fut danseur principal du New York City Ballet oĂč Robbins participa Ă  la demande de Balanchine comme directeur artistique associĂ© Ă  partir de 1949. L’apprentissage et l’expĂ©rience amĂ©ricaine de Millepied se ressent particuliĂšrement dans sa nouvelle chorĂ©graphie conçu comme un hommage aux deux figures qui l’ont marquĂ© comme interprĂšte et aujourd’hui comme artiste chorĂ©graphe, directeur de la Danse de l’OpĂ©ra de Paris

 

 

En direct sur internet. La Nuit des Rois : Jordi Savall Ă  Versailles, mardi 30 juin 2015 en direct sur culturebox, dĂšs 20h. 2015 marque le tricentenaire de la mort de Louis XIV (en septembre exactement). Par mi les nombreuses cĂ©lĂ©brations de la mort du Roi Soleil le septembre 1715, Versailles invite Jordi Savall pour la Nuit des Rois : 3 concerts dans 3 Lieux du chĂąteau pour cĂ©lĂ©brer la gloire et le goĂ»t musical et artistique des 3 souverains bourbons qui ont marquĂ© un Ăąge d’or de la culture française Ă  l’ñge baroque, du premier XVIIĂš Ă  l’esprit des LumiĂšres. Ainsi au programme :

Concert Louis XIII Ă  l’OpĂ©ra royal
Concert Louis XIV Ă  la Chapelle royale
Concert Louis XV dans la Galerie des glaces

Lully Ă  VersaillesEn 2014, il avait dĂ©diĂ© Ă  Versailles une premiĂšre nuit thĂ©matique autour des oeuvres de Haendel, investissant l’espace d’un soir, les 3 lieux emblĂ©matique de la vie de cour Ă  Versailles entre dĂ©votion, opĂ©ra et allĂ©geance au Souverain : la chapelle, l’opĂ©ra et la galerie. Le 30 juin 2015, Jordi Savall souligne le goĂ»t spĂ©cifique de chaque monarque français, et le genre dans lequel il a marquĂ© une passion personnelle. LIRE la prĂ©sentation complĂšte de la Nuit des Rois au ChĂąteau de Versailles par Jordi Savall, mardi 30 juin 2015 Ă  20h (4 h de direct)

dukas-paul-ariane-et-barbe-bleue-opera-opera-du-rhin-avril-2015Le 6 mai 2015, 20h. Paul DUKAS : Ariane et Barbe-Bleue. Production en direct de Strasbourg. Lire notre prĂ©sentation de cette nouvelle production prĂ©sentĂ©e par l’OpĂ©ra national du Rhin. Ariane, demeure le seul opĂ©ra de Paul Dukas (1865-1935) et c’est indiscutablement son chef-d’oeuvre. Le compositeur suit l’idiome de CĂ©sar Franck: composer du rare mais de l’excellent. Une sensibilitĂ© Ă  part
 L’ouverture Polyeucte (1892), L’Apprenti Sorcier (1897), le scherzo symphonique auquel il doit sa cĂ©lĂ©britĂ©, puis la Sonate pour piano de 1901 sont les premiĂšres contributions du musicien rĂ©servĂ© autant que rĂ©flĂ©chi, sur l’autel de l’excellence
 MarquĂ© (comme d’autres) par le modĂšle wagnĂ©rien et son flot orchestral continu, Dukas, comme Chabrier, Chausson et Debussy, ambitionne l’opĂ©ra mais il sera comme eux, le compositeur d’une seule oeuvre. Si Chausson doit beaucoup Ă  Tristan (Le Roi Arthus), Debussy fait son “aprĂšs Wagner”, avec PellĂ©as (1902) en regardant vers Parsifal
 Mais Dukas ne doit rien qu’à lui-mĂȘme, pur gĂ©nie original, sauf peut-ĂȘtre du cĂŽtĂ© de Beethoven. Son poĂšme La PĂ©ri (1911) indique comme Ariane, une sensibilitĂ© Ă  part.

 

 
 

 

Le 27 mars 2014 à 20h : RAMEAU : Platée, William Christie, Robert Carsen, Opéra Comique. Production événement coup de coeur de classiquenews.com. Production créée à Vienne, le 17 février 2014

Le 25 mars 2014 Ă  19h30 : MOZART : La Finta Giardiniera. Le Concert d’AstrĂ©e. Emmanuelle HaĂŻm, direction. Mise en scĂšne par David Lescot. Production prĂ©sentĂ©e par l’OpĂ©ra de Lille.

 

 

 

 

CrĂ©ation Ă  l’OpĂ©ra de Marseille, Colomba, d’aprĂšs MĂ©rimĂ©e, le 13 mars 2014, 20h30
visu-colombaMarseille, OpĂ©ra. Colomba, crĂ©ation. Du 8 au 16 mars 2014. NommĂ© inspecteur des Monuments historiques en 1834 par Louis-Philippe, Prosper MĂ©rimĂ©e rĂ©alise son inspection en 1839 afin de recenser les monuments en Corse ; aprĂšs deux mois de sĂ©jour et de collecte, il rapporte surtout l’ébauche de sa nouvelle Colomba. AchevĂ©e Ă  son retour Ă  l’HĂŽtel Beauvau de Marseille, le texte dĂ©finitif est publiĂ© en 1840. C’est l’histoire d’une vengeance, ou vendetta (vendette en français) : la belle Colomba della Rebbia veut venger l’honneur de son pĂšre, le colonnel ayant servi pour l’Empereur, assassinĂ© selon ses dires par Barrichini, le Maire de PiĂ©tranĂ©ra. Colomba ne cesse d’exhorter son frĂšre Ors’Anton’, lieutenant des armĂ©es impĂ©riales revenu au pays de son enfance aprĂšs Waterloo, Ă  prendre les armes et rĂ©aliser sa vengeance. En lire +

 

 

Claudio Monteverdi : Les VĂȘpres de la Vierge, le 9 mars 2014, 18h
En direct depuis la chapelle royale du chĂąteau de Versailles, Culturebox diffuse en direct le concert des VĂȘpres de la Vierge de Claudio Monteverdi (Pages du CMBV, English Baroque Soloists. John Eliot Gardiner, direction), Ɠuvre sacrĂ©e, surtout expĂ©rimentale et inventive de 1610, vĂ©ritable performance chorale et solistique inventĂ©e par le pĂšre de l’opĂ©ra vĂ©nitien au XVIIĂšme siĂšcle. Pour cette captation, les Ă©quipes techniques utilisent de nouvelles techniques audio vidĂ©o (ultra HD et audio 3D) assurant au moment du visionage un rĂ©alisme spectaculaire. Le dispositif du concert se prĂȘte Ă  la captation et son modĂšle spatialisĂ© car dĂšs l’origine Monteverdi a conçu plusieurs chƓurs qui se rĂ©pondent, la polychoralitĂ© Ă©tant l’emblĂšme de l’esthĂ©tique baroque Ă  l’Ă©glise (un phĂ©nomĂšne utilisĂ© sous la voĂ»te depuis la fin de la Renaissance)… Le concert aprĂšs le direct du 9 mars 2014,reste disponible au visionnage sur le site de cuturebox et Ă  l’adresse : http://francetv.in/1g0ceBh (http://francetv.in/1g0ceBh )

Jean-Philippe Rameau
Pour les 250 ans du plus grand compositeur d’opĂ©ras au XVIIIĂš, culturebox dĂ©veloppe «  son « fil rouge Rameau 2014 ». En direct live puis en accĂšs pendant 60 jours sur le site de culturebox :Le 13 fĂ©vrier 2014 Ă  20h : Les FĂȘtes de l’Hymen et de l’Amour. Le Concert Spirituel, HervĂ© Niquet, Ă  l’OpĂ©ra Royal du chĂąteau de Versailles. http://francetv.in/1bq9R5NLe 27 fĂ©vrier 2014 Ă  20h : Les Indes Galantes, Les Talens Lyriques, Laura Scozzi, OpĂ©ra National de Bordeaux. http://francetv.in/1lzZCWk
Le 9 mars 2014 à 15h : Nouvelles suites de piÚces de clavecin, Blandine Rannou et à 17h, Cantates et piÚces de clavecin en concert, Ensemble Amarilys au Grand Trianon de VersaillesLe 27 mars 2014 à 20h : Platée, William Christie, Robert Carsen, Opéra Comique. Production événement coup de coeur de classiquenews.com. Production créée à Vienne, le 17 février 2014
Le 7 juin 2014 Ă 20h: Rameau, maĂźtre Ă  danser au ManĂšge de L’AcadĂ©mie de Caen. Les Arts Florissants. William Christie, direction.
Octobre 2014 : Castor et Pollux, Théùtre des Champs Elysées. Version de concert. Ensemble Pygmalion.

 

 

Claudio Abbado
Hommage Ă  Claudio Abbado suite Ă  la disparition du maestro italien survenu en le 20 janvier 2014. Encore accessible le doc intitulĂ© «  Claudio Abbado et l’orchestre de Lucerne : les 80 ans du Maestro. Film tournĂ© en juin 2013 pour les 80 ans du chef d’orchestre.

 

 

 

ORW_liege_logo_tete_201_fond_violetFidelio de Beethoven, en direct de l’OpĂ©ra Royal de Wallonie. Le 6 fĂ©vrier 2014 Ă  20h. Live web. Fidelio en direct de l’ORW Ă  LiĂšge, le 6 fĂ©vrier 2014, 20h. Depuis plusieurs annĂ©es, l’OpĂ©ra royal de Wallonie se met au diapason du numĂ©rique en offrant en accĂšs libre, l’accĂšs en direct de nombreuses productions de la saison lyrique en cours. Jeudi 6 fĂ©vrier 2014, en direct de l’OpĂ©ra royal de Wallonie Ă  LiĂšge, pleins feux sur Fidelio de Beethoven dĂšs 20h, sur le site de l’OpĂ©ra royal de Wallonie. Accessible sur culturebox jusqu’au 7 aoĂ»t 2014. En lire +, lire notre prĂ©sentation complĂšte

 

 

 

CD_CENCIC_max_emanuel_cencic_hasse_opera-arias_DECCA_CD_290_coverROKOKO---copie-1 - copieMax Emmanuel Cencic chante les opéras de Hasse
Armonia Atenea. Programme du disque Rokoko, airs d’opĂ©ras de Hasse par Max Emanuel Cencic, contre-tĂ©nor
Direct de l’Arsenal de Metz du 30 janvier 2014
visionnable sur culturebox jusqu’au 26 aoĂ»t 2014
Lire notre critique du cd Rokoko de Max Emanuel Cencic

&nbsp

Rokoko : Mac Emanuel Cencic chante Hasse

En direct sur internet. Rokoko : le nouveau rĂ©cital lyrique de Max Emanuel Cencic, le 30 janvier 2014, 20h sur culturebox. Avec Rokoko, le contre-tĂ©nor  croate (nĂ© Ă  Zagreb en 1976) fait une entrĂ©e fracassante chez Decca. Si Cecilia Bartoli ressuscite depuis peu la suavitĂ© haendĂ©lienne d’Agostino Steffani, Max Emanuel Cencic et sa voix d’or, au medium d’une richesse harmonique Ă©blouissante dans ce nouveau programme, cĂ©lĂšbre la passion dramatique d’un autre contemporain de Haendel, et comme lui, vĂ©ritable phare musical europĂ©en au XVIIIĂš : Johann Adolf Hasse (1699-1783).

 

 

Hasse révélé

CD_CENCIC_max_emanuel_cencic_hasse_opera-arias_DECCA_CD_290_coverROKOKO---copie-1 - copieD’emblĂ©e, c’est un Hasse Ă©clatant et aussi direct qui surprend ici, grĂące Ă  son orchestre d’une finesse instrumentale mĂ©sestimĂ©e (cor, bassons, flĂ»tes
) Ă  laquelle les musiciens apportent un Ă©clairage enthousiasmant. La voix du soliste saisit par son assurance, tout en explorant plusieurs aspects mĂ©connus du compositeur Saxon : ” Notte amica ” (cantico de ” Tre Fanciulli “, plage 1) berce par sa tendresse mozartienne, avec outre sa douceur suave, un soupçon de gravitĂ© tragique (couleur du basson)
 le brio n’empĂȘche pas la profondeur, voilĂ  un cocktail gagnant qui pourrait bien expliquer la rĂ©ussite de Hasse (comme c’est le cas de son compatriote et prĂ©dĂ©cesseur Haendel).
Un bon rĂ©cital sait varier les humeurs et les climats expressifs, soignant les effets stimulants des contrastes ; ainsi le 2 est plus hĂ©roĂŻque et pĂ©taradant faisant valoir l’agilitĂ© triomphale d’Arminio, le hĂ©ros unifcateur des germains contre les romains

Le débit vocal assumé par Cencic met en lumiÚre cette coupe napolitaine si spécifique, que maßtrise habilement Hasse, et que reprend aussi la vocalità plus artificielle de Jommelli par exemple.
En maĂźtre d’une dramaturgie lyrique Ă©quilibrĂ©e, Cencic alterne ainsi affects alanguis suspendus (plage 3, Siroe : ” la sorte mia tiranna ” d’une dignitĂ© hĂ©roĂŻque pleine d’effusion plus introspective) tout en ciselant surtout l’impact Ă©motionnel des arias plus trĂ©pidants : ainsi ” Opprimete i contumaci ” de Tito Vespasiono (plage 4) frappe par son allant impĂ©tueux d’autant que l’orchestre sert idĂ©alement la cadence Ă  la fois martiale et fruitĂ©e d’une partition trĂšs caractĂ©risĂ©e. MĂȘme tempĂȘte et mĂȘme houle vĂ©ritable, et d’une Ă©nergie vivaldienne (mĂ©lismes accentuĂ©s du basson dialoguant avec les cordes frĂ©nĂ©tiques) dans L’Olimpiade qui suit (plage 5) : ” Siam navi all’onde “
 le flot Ă©ruptif est ici dĂ©fendu avec une hargne instrumentale, une onctuositĂ© vocale jamais prise en dĂ©faut. Ipermestra (plage 6), est plus dĂ©tendue et d’une insouciance quasi absente jusque lĂ  dans le programme : l’aria fait valoir la souveraine flexibilitĂ© du medium d’une caressante ivresse… Lire notre critique complĂšte du cd Rokoko de Max Emanuel Cencic

Rokoko, rĂ©cital baroque et lyrique par Max Emanuel Cencic (airs d’opĂ©ras de Hasse). En direct sur internet, jeudi 30 janvier 2014 Ă  20h sur culturebox (en direct de Metz). Visitez le site de culturebox

Les Arts Florissants : les Madrigaux de Monteverdi (Livre VI)

Madrigaux_paul_agnewInternet. En direct : Le Livre VI de madrigaux de Monteverdi par Les Arts Florissants et Paul Agnew, ténor. Jeudi 16 janvier 2014 à 20h. Le 16 janvier 2014 à partir de 20h sur le site culturebox, palpitez en direct depuis la Cité de la musique à Paris, avec les solistes des Arts Florissants (Paul Agnew, ténor et direction), serviteurs ciselés des madrigaux composés par Claudio Moneverdi, le plus compositeur italien du Premier Baroque.

Les Arts Florissants poursuivent ici leur intĂ©grale des madrigaux de Claudio Monteverdi avec la sensualitĂ© expressive et articulĂ©e qui les caractĂ©risent depuis leur fondation en 1979 par William Christie. C’est fidĂšle Ă  l’intention artistique premiĂšre souhaitĂ©e par ” Bill “, le souci du verbe, l’affirmation – vivante-, d’une Ă©loquence fluide et partagĂ©e, restituant l’humanitĂ© des textes mis en musique.
En mai 2014, les interprĂštes joueront les derniers Livres VII et VIII, oeuvres capitales qui malgrĂ© leur format chambriste, chanteurs et instrumentistes, recueillent toutes les avancĂ©es poĂ©tiques du gĂ©nie de l’opĂ©ra italien au XVIIĂš Ă  Venise. Le Livre VI sublime les textes mis en musique : c’est un cycle remarquablement abouti oĂč Monteverdi traite les passions et les sentiments de l’Ăąme (tendresse, dĂ©sir, extase, amertume et dĂ©pit…) en une langue musicale particuliĂšrement imagĂ©e et expressive. Aucun auteur Ă  son Ă©poque n’atteint un tel sensualisme voire un tel Ă©rotisme langoureux dont l’arc tendu et les vertiges les plus indicibles expriment le mystĂšre de l’amour. Concert Ă©vĂ©nement. A vivre en direct depuis la CitĂ© de la musique Ă  Paris.

Culturebox propose le live en direct sur le web, web mobile, tablette et TV connectĂ©e, puis en replay durant 6 mois (jusqu’en juin 2014).

Livre VI des madrigaux de Claudio Monteverdi, par Les Arts Florissants, Paul Agnew (ténor et direction) à découvrir sur culturebox le jeudi 16 janvier 2014, à 20h. Consultez le site culturebox