Orch National de Lille : E-CONCERT P. Kopatchinskaja / Alexandre Bloch

patricia-Kopatchniskaja-violon-orchestre-national-de-lille-alexandre-bloch-concert-samedi-5-dec-2020-critique-annonce-classiquenewsE CONCERT depuis LILLE : l’ON LILLE, Alex Bloch, ce soir, 20h. Sam 5 dĂ©cembre 2020, depuis l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle de Lille. Grand concert symphonique malgrĂ© le confinement des musiciens du National de Lille. Sous la baguette du directeur musical, Alexandre Bloch, la phalange lilloise accompagne la violoniste Patricia Kopatchinskaja, tempĂ©rament Ă©ruptif, facĂ©tieux, parfois hallucinĂ©, toujours hautement impliquĂ©. Au programme, le Concerto pour violon de Tchaikovsky (1878), Ă©crit au moment de l’échec de son mariage avec Antonina Milioukova, noces qui ont tournĂ© court (et suscitĂ© dans l’esprit du compositeur, une pĂ©riode dĂ©pressive intense). Le concert prĂ©sentĂ© et jouĂ© ce soir, jalonne la nouvelle offre 100% digitale de L’ON LILLE / Orchestre National de Lille (baptisĂ©e l’AUDITO 2.0). L’Orchestre Lillois a prouvĂ© depuis le printemps dernier une Ă©tonnante crĂ©ativitĂ© face Ă  la crise sanitaire. Son dernier festival de piano (conçu par le chef fondateur Jean-Claude Casadesus), LILLE PIANO(S) Festival (juin 2020) a pu se maintenir en diffusant tous ses concerts sur internet : une offre musicale inĂ©galĂ©e depuis, toujours visionnable sur le site Youtube de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille.
Le Concerto pour violon de Piotr Illiytch Tchaikovski, Alexandre Bloch et les musiciens de l’ON LILLE joueront aussi la Sinfonietta de Francis Poulenc, clin d’Ɠil au cycle de musique française Ă  l’honneur en janvier 2021
 ComposĂ©e en 1947, la Sinfonietta cultive bonne humeur et gaietĂ© communicative. Comme le Concerto de TchaĂŻkovski, la partition de Poulenc fut mal accueillie Ă  sa crĂ©ation. Écrite pour un programme de la BBC, elle est pourtant l’une des piĂšces les plus charmantes du compositeur français.

 

 ON-LILLE-Orchestre-national-de-lille-audito-2.0-concerts-annonce-critique-classiquenews

 

 

 

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

E-CONCERT deORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
l’Orchestre National de Lille / Alexandre Bloch, direction
Samedi 5 décembre 2020, 20h
En direct depuis l’Auditorium du Nouveau Siùcle à Lille
sur la chaüne YouTube de l’ON LILLE :
https://bit.ly/3ortO8b
Plus d’1 million de vues depuis sa crĂ©ation en 2009.

 

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

CD événement, critique. DANIEL LOZAKOVICH, violon : NONE BUT THE LONELY HEART (1 CD NONE BUT THE LONELY HEART).

daniel LOZAKOVICH tchaikovsky none but the lonely heart cd annonce critique review cd classiquenews critique cd classiquenews 4836086CD Ă©vĂ©nement, critique. DANIEL LOZAKOVICH, violon : NONE BUT THE LONELY HEART (1 CD NONE BUT THE LONELY HEART). DG 2
 Legato fluide et aĂ©rien, sonoritĂ© solaire et pourtant investie, miracle d’articulation et d’élĂ©gance stylistique
 c’est peu dire que ce dĂ©jĂ  second album du violoniste suĂ©dois, vĂ©ritable prodige du violon, DANIEL LOZAKOVICH nĂ© en suĂšde en 2001 confirme les qualitĂ©s que nous relevions alors dans son recueil JS BACH (Partitas) Ă©ditĂ© chez DG en juin 2018. La maturitĂ© lui va Ă  ravir dans le choix judicieux, naturel du pourtant trĂšs dĂ©licat Concerto de Tchaikovski, l’opus 35 en rĂ© majeur, oĂč en 1878 Piotr Illiytch se reconstruit en Suisse aprĂšs la berezina de son mariage avec Antonina Milukova : le compositeur a probablement eu la rĂ©vĂ©lation dĂ©finitive de son homosexualitĂ© au moment de ses noces malheureuses
 sĂ©paration et crise personnelle marque une pĂ©riode des plus Ă©prouvantes. Le ton Ă©lĂ©giaque et tragique alternent constamment dans cette lecture investie, pudique, profonde, d’une musicalitĂ© inouĂŻe, que l’on n’avait pas Ă©coutĂ© ainsi avec autant de sensibilitĂ© et de naturel depuis
 Vadim Repin (son prĂ©dĂ©cesseur chez DG). Mais Lozakovich montre que ses allures de Petit Prince ne sont pas usurpĂ©s : un miel de pure poĂ©sie habite le jeune homme et colore de façon spĂ©cifique son jeu d’une absolue sensibilitĂ©. L’interprĂšte ajoute un surcroĂźt de fragilitĂ© et d’incisive blessure cependant jamais extravertie (exprimĂ©e suggĂ©rĂ©e sur le souffle et sur une ligne toujours filigranĂ©e et suspendue), qui imprime Ă  sa juvĂ©nilitĂ© incarnĂ©e, une sincĂ©ritĂ© bouleversante, en particulier dans le jeu dialoguĂ© avec les bois et la clarinette, oĂč l’on atteint un trĂšs haut degrĂ© de douceur poĂ©tique, Ă  tirer les larmes
 ce que rĂ©alise Daniel Lozakovich tien du miracle dans un concerto que l’on aborde souvent sous le seul angle de la virtuositĂ©. Le violoniste y ajoute une couleur particuliĂšre qui fait toute la sincĂ©ritĂ© et la profondeur de sa lecture.

Le jeune suĂ©dois apporte et cultive cette soie de l’ñme qui chante et qui touche au cƓur : portant au ciel sa mĂ©lodie si vocal en sol mineur (Canzonetta). Autant de profondeur et de richesse intĂ©rieure ne se peuvent comprendre qu’en les reliant avec le drame intime du compositeur.

En complĂ©ment, le soliste joue plusieurs transcriptions et mĂ©lodies dont celle nostalgique, dĂ©tachĂ©e, et qui donne son titre au programme : Rien sinon le coeur solitaire / « None but the lonely heart ». Le jeune virtuose douĂ© d’une rare intensitĂ© expressive, profonde et grave serait-il ici particuliĂšrement inspirĂ©, sous la direction de son mentor Vladimir Spivakov ?

CLIC_macaron_2014BlessĂ©e, mais digne, la Valse sentimentale opus 51 pour violon et piano met en lumiĂšre la capacitĂ© du jeune instrumentiste Ă  faire chanter sa ligne, dans l’épure et une simplicitĂ© qui dĂ©sarme. Enfin, le SuĂ©dois termine ce rĂ©cital par 3 piĂšces avec orchestre : l’introduction puis la MĂ©ditation de Souvenir d’un lieu cher opus 42 1a et 1b, oĂč dĂšs les premiĂšres mesures saisit le relief caressant et voluptueux des bois et des vents,avant que la harpe ne porte les premiĂšres notes d’un violon 
 en transe extatique.
Tout Tchaikovski est lĂ  : puissant et dĂ©truit, incandescent, d’une pudeur qui brĂ»le. Le jeune Lozakovich maĂźtrise tout cela avec une musicalitĂ© habitĂ©e, intĂ©rieure, d’une ineffable pudeur, d’une subtilitĂ© qui bouleverse. Le chef inspirĂ©, en un geste mozartien, divinement chambriste, sculpte chaque timbre avec une gourmandise elle aussi intĂ©rieure. La Valse-Scherzo opus 34, racĂ©e, altiĂšre, un brin bravache, qui fait ressortir le jeu mordant sur les cordes (attaques d’une nettetĂ© jubilatoire) referme ce fabuleux livre de joyaux sonores oĂč c’est essentiellement la sonoritĂ© intense, pudique d’un Lozakovich solaire qui Ă©blouit et Ă©meut. AprĂšs son premier cd JS BACH, ce nouveau TCHAIKOVSKY demeure une rĂ©ussite exemplaire. A suivre.

CD Ă©vĂ©nement, critique. DANIEL LOZAKOVICH, violon : NONE BUT THE LONELY HEART (1 CD NONE BUT THE LONELY HEART). Parution le 18 octobre 2019 – 1 CD Deutsche Grammophon. CLIC de CLASSIQUENEWS de l’automne 2019.

LIRE notre présentation du CD événement, critique. DANIEL LOZAKOVICH, violon : NONE BUT THE LONELY HEART (1 CD NONE BUT THE LONELY HEART).
https://www.classiquenews.com/tag/daniel-lozakovich/