CD. Franco Fagioli : Arias for Caffarelli (1 cd NaĂŻve)

CLICK_classiquenews_dec13Premier rĂ©cital lyrique du jeune contre-tĂ©nor assoluto Franco Fagioli. Un must absolu. Il y a en qui se mesure aux airs tissĂ©s pour Farinelli (Philippe Jaroussky et surtout l’excellent jeune David Hansen, rĂ©cente rĂ©vĂ©lation mĂ©morable), et d’autres comme le divo ” Bartolo ” (le masculin de Bartoli) qui, vocalises agiles et flexibles, aigus mordants et timbrĂ©s, ose se confronter Ă  l’autre castrat lĂ©gendaire : Caffarelli lequel doit sa lĂ©gende exceptionnelle comme interprète favori entre autres de Haendel.
Avouons d’emblĂ©e que Fagioli appartient aux nouveaux champions des contre tĂ©nors immensĂ©ment douĂ©s et pleins d’ardeur dramatique, de la trempe de son confrère et contemporain, David Hansen (cd DHM, ” Rivals “, qui a suscitĂ© l’enthousiasme de la rĂ©daction cd de classiquenews).

 
 

nouveau divo assoluto :
il Bartolo double ” ff ” (Franco Fagioli)

 
 

Fagioli_franco_caffarelli_arias_for_cd_naiveMême sens du risque, même musicalité, surtout exigence artistique délectable qui compose in fine un programme des plus jubilatoires.
Le chanteur argentin renouvelle la performance de son semblable rĂ©cemment rĂ©vĂ©lĂ© : voici un style franc, immĂ©diat, claironnant comme une trompette qui tourne dĂ©finitivement la page des pionniers tels Deller ou Bowman, adeptes de l’Ă©lĂ©gance et de la langueur hĂ©doniste d’un beau son, parfois rĂ©ducteur.
Ici, en plus de la musicalitĂ©, le contre-tĂ©nor new style, ajoute la flexibilitĂ©, l’expressionnisme qui Ă©crase totalement le mythe habituel du castrat au mĂ©tal Ă©triquĂ©. De la rondeur, du tempĂ©rament, de la suavitĂ© gĂ©nĂ©reuse et onctueuse mĂŞme, une richesse harmonique naturelle, l’Argentin en a Ă  revendre. L’agilitĂ© pĂ©tarandante dont est capable Fagioli l’assimile sans peine Ă  ce que fit une Bartoli Ă  ses dĂ©buts tout aussi prometteurs et spectaculaires (d’oĂą le surnom du contre-tĂ©nor, baptisĂ© ” Bartolo “). Ici ressuscite l’immense champion du chant haendĂ©lien (quand Farnielli Ă©tait plutĂ´t dĂ©fenseur du style concurrent de … Porpora) : Caffarelli en personne (1710-1783). Serviteur ou vedette des compositeurs baroques tels Pergolesi, Hasse, Leo, surtout les mĂ©connus pourtant très habiles Cafaro (L’Ipermestra), Sarro (Valdemarro), Manna (Lucio Vero et Lucio Papiro)… sans omettre Porpora dĂ©cidĂ©ment incontournable.

Du dĂ©but Ă  la fin, on reste mĂ©dusĂ© par l’aplomb vocal, la sĂ»retĂ© technique, l’aisance interprĂ©tative d’un soliste nĂ© fin musicien. Quand la virtuositĂ© Ă©gale la subtilitĂ©, le rĂ©sultat est tout simplement Ă  couper le souffle. Et ce n’est pas l’accompagnement tout en relief et en finesse d’Il Pomo doro (Ricardo Minasi, direction) qui abaisse la note gĂ©nĂ©rale du cd. Un must absolu.
Voici avec David Hansen, le contre-tĂ©nor le plus passionnant de l’heure.

 

Franco Fagioli : Arias for Caffarelli. Il Pomo d’oro. Ricardo Minasi, direction. Livre cd de 76 pages avec une riche notice de prĂ©sentation comportant un dossier intitulĂ© ” Naples et la musique “. Enregistrement rĂ©alisĂ© Ă  Vicence (Italie) en aoĂ»t et septembre 2012. 1 cd NaĂŻve

 
 

CD. Rivals : David Hansen, contre ténor(1 cd DHM)

Rivals. David Hansen, contre-ténor
1 cd DHM (De Marchi, 2013)

Le titre renvoie Ă  cette rivalitĂ© historiquement documentĂ©, opposant les divos Ă  l’heure baroque, quand Farinelli et d’autres n’hĂ©sitaient pas Ă  se mesurer pour les Ă©craser Ă  leurs confrères tout aussi arrogants et dĂ©terminĂ©s. CohĂ©rent avec le titre de cet album dĂ©coiffant, l’australien David Hansen faisant son entrĂ©e tonitruante dans l’arène discographique surprend ici et convainc totalement ; il rivalise donc, cd interposĂ©, avec son contemporain Philippe Jaroussky, lui-aussi rĂ©cent acteur d’un programme dĂ©diĂ© au castrat italien lĂ©gendaire (quand Fabio Fagioli prĂ©fère lui rendre hommage au divo handĂ©lien par excellence, Cafarelli).
David Hansen a une voix bien accrochĂ©e,plutĂ´t intense et puissante avec une intensitĂ© Ă  la Bartoli, un Ă©clat mĂŞme supĂ©rieur et une agilitĂ© toute aussi pĂ©taradante. C’est dire le tempĂ©rament du jeune homme, l’Ă©gal dans ce rĂ©pertoire d’un autre admirateur de la diva romaine, le dĂ©jĂ  nommĂ© “FF” ou Fabio Fagioli (surnommĂ© depuis non sans raison, ” il Bartolo “).

David HansenInspiré par les Cafarelli, Farinelli, Bernacchi et Manzuoli, Hansen ose tout, se risque souvent, et relève les défis multiples de ce récital hors normes.
En outre, audacieux dĂ©fricheur, Hansen nous gratifie gĂ©nĂ©reusement de plusieurs inĂ©dits dont quelques airs que le frère de Farinelli, Carlo Broschi, composa pour son parent prodigieux… (Son qual Nave… restituĂ© avec les notations du crĂ©ateur de l’air).
Plein de santĂ© juvĂ©nile et osons dire de testostĂ©rone prĂŞte Ă  dĂ©gainer vocalement, le divo au look ravageur a dĂ©cidĂ©ment tout pour rĂ©ussir et affirmer une très plaisante carrière. Les Cencic ou Scholl connaissent Ă  prĂ©sent leur successeur. Ce gars lĂ  a apparemment une prĂ©sence, bientĂ´t scĂ©nique, Ă  revendre : voilĂ  qui changera des voix Ă©troites au physique maladroit. Pour ses prises de risques, son sens de l’Ă©quilibre sur le fil, ce disque est exemplaire et si le talent se confirme ici, voici Ă  n’en pas douter l’un des meilleurs reprĂ©sentants de la jeune gĂ©nĂ©ration de haute contre rĂ©ellement sensationnels.