CAEN : 40ème Festival ASPECTS des musiques d’aujourd’hui, 14-20 mars 2022

Aspects-Classical news(1)CAEN : 40è Festival ASPECTS des musiques d’aujourd’hui, 14-20 mars 2022. Pour ses 40 ans, le festival ASPECTS portĂ© par le Conservatoire & Orchestre de Caen affiche plusieurs Ă©vĂ©nements incontournables autour des compositeurs Martin Matalon, TĂ´n-Thât TiĂŞt, Xenakis, Messiaen…, soit une fĂŞte grand public cĂ©lĂ©brant la crĂ©ation contemporaine sur 6 jours de concerts, du 14 au 20 mars 2022.

LIRE notre présentation, les temps forts d’ASPECTS des musiques d’aujourd’hui 2022 / entretien avec Aurélien DAUMAS-RICHARDSON, directeur du Conservatoire et de l’Orchestre de CAEN : http://www.classiquenews.com/caen-40e-festival-aspects-des-musiques-daujourdhui-14-20-mars-2022/

CAEN. 40è Festival ASPECTS DES MUSIQUES D’AUJOURD’HUI : 14 – 20 mars 2022

Aspects-Classical news(1)CAEN, Festival ASPECTS des musiques d’Aujourd’hui, 14-20 mars 2022. Heureuse maison ! Le Conservatoire de Caen a la particularitĂ© d’avoir son orchestre et aussi son festival. Le Festival Aspects des Musiques d’Aujourd’hui 2022 fĂŞte son 40ème anniversaire, du 14 au 20 mars 2022, formidable laboratoire musical qui associe très Ă©troitement les Ă©quipes pĂ©dagogiques et les Ă©tudiants du Conservatoire de Caen dont les 2 auditoriums accueillent les concerts et le public. Depuis 40 annĂ©es, la crĂ©ation musicale s’affiche sans discontinuer Ă  Caen dans un esprit d’ouverture, d’éclectisme et de partage; en faisant rimer musique d’aujourd’hui et grand public, le Festival caennais fait figure de modèle, en particulier parce que les Ă©vĂ©nements se dĂ©roulent dans une ambiance conviviale et humaine. Tous les grands compositeurs contemporains sont passĂ©s par le Festival Aspects depuis sa crĂ©ation en 1982 par Jean-Pierre Dautel (fondateur de l’Orchestre de Caen). Pour cette 40è Ă©dition, le Conservatoire & Orchestre de Caen accueillent concerts de musiques, expositions, rencontres culturelles, de nombreuses autres manifestations artistiques, qui impliquent de façon exemplaire les Ă©lèves et leurs professeurs du Conservatoire et de l’Orchestre de Caen ; en 2022, la programmation offre un large choix d’écritures, de nombreux concerts intĂ©grant aussi les auteurs et les Ĺ“uvres des Ă©ditions prĂ©cĂ©dentes – hĂ©las reportĂ©s en raison de la pandĂ©mie : Martin Matalon, TĂ´n-Thât TiĂŞt. Sans omettre des clins d’œil Ă  l’annĂ©e 1982, celle de l’inauguration du Festival Aspects des musiques d’Aujourd’hui… Ainsi seront « reprises » les crĂ©ations de la 1ère Ă©dition : Psappha de Iannis Xenakis et les Vingt regards sur l’Enfant-JĂ©sus d’Olivier Messiaen – Les concerts ont lieu en majoritĂ© au sein du Conservatoire (Auditorium Jean-Pierre Dautel), mais aussi Ă  l’église ND de la Gloriette Ă  Caen (19 mars, 12h), au Centre chorĂ©graphique National de Caen (20 mars, 11h)… Temps forts le samedi 19 mars (concerts Ă  12h, 15h30, 20h) et dimanche 20 mars (concerts Ă  11h, 17h) – Festival Aspects des musiques d’aujourd’hui 2022, 6 jours de concerts, du 14 au 20 mars 2022.

 

 

 

 

 

 

Programmation 2022 : concert, événements…
___________________________________________

VOIR, RÉSERVERboutonreservation
https://conservatoire-orchestre.caen.fr/programmation?type_prog=1528

 

 

 

 

SĂ©lection

 

Mardi 15 mars 2022, 20h
CONSERVATOIRE : Auditorium Jean-Pierre Dautel
TRIO K/D/M – Orchestre de Caen – LĂ©o Warynski, direction
————————————————————————————

Mercredi 16 mars 2022, 18h
CONSERVATOIRE : Auditorium Jean-Pierre Dautel
Percussions symphoniques
————————————————————————————

Jeudi 17 mars 2022, 20h
CONSERVATOIRE : Auditorium Jean-Pierre Dautel
Trio K/D/M – XĂ©nakis (Psappha), Matalon (Traces IV, X, XVI), Lepauvre ( Morpho)
————————————————————————————

Vendredi 18 mars 2022, 20h
CONSERVATOIRE : Auditorium Jean-Pierre Dautel
Valeria Kafelnikov (harpe) – Orchestre RĂ©gional de Normandie
Jean Deroyer, direction

« VENT D’EST »
Tôn Thât Tiêt : Vo-Vi, pour orchestre à cordes / Les Jardins d’autre monde, pour harpe et ensemble instrumental
Debussy : Deux danses, pour harpe et orchestre Ă  cordes
P. Q. Phan (né en 1962) : East Wind (création, co-commande du Festival Aspects des Musiques d’Aujourd’hui et de l’Orchestre Régional de Normandie)
————————————————————————————

 
 

 

Samedi 19 mars 2022, 12h
Église Notre-Dame de la Gloriette
« Prière » : Tanguy, Hersant, Campo
Maîtrise de CaenOlivier Opdebeeck, direction
————————————————————————————

Samedi 19 mars 2022, 15h30
CONSERVATOIRE : Auditorium Jean-Pierre Dautel
1982 : Riley, Glass, Reich, Copland
————————————————————————————

Samedi 19 mars 2022, 20h
CONSERVATOIRE : Auditorium Jean-Pierre Dautel
Messiaen : Vingt regards sur l’Enfant-Jésus
Marie-Pascale Talbot, piano
————————————————————————————

Dimanche 20 mars 2022, 17h
Tôn Thêt Tiêt : L’Arbalète Magique - Musicatreize
OpĂ©ra de chambre pour 9 chanteurs, alto, harpe, flute et percussion (Livret : Tam Quy, d’après la lĂ©gende vietnamienne de Mi Chau et Trong Thuy) – Ensemble MUSICATREIZE
————————————————————————————

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENTRETIEN avec Aurélien DAUMAS-RICHARDSON, directeur du Conservatoire et de l’Orchestre de CAEN

————————————————————————————

 

 

 

 

CLASSIQUENEWS : De quelle façon impliquez-vous les élèves et les professeurs du Conservatoire & Orchestre de Caen au déroulement du Festival ?

Aurélien Daumas-Richardson : La grande particularité du festival est la cohabitation d’une programmation professionnelle et d’une programmation pédagogique. La première permet d’associer au festival de nombreux professeurs de l’établissement qui se produisent soit au sein de l’Orchestre de Caen (composé pour moitié d’artistes-enseignants) soit lors de concerts de musique de chambre. La seconde est construite autour d’avant-scènes qui sont des concerts d’élèves (cette année il y a en 10) mais également de rencontres ou de masterclass. Ce volet pédagogique mobilise de nombreux élèves de tout niveau et bien entendu leurs professeurs particulièrement investis pour leur préparation.

 

 

CLASSIQUENEWS : Idéalement, que souhaitez-vous que vivent le spectateur et le festivalier pendant le Festival ?

AurĂ©lien Daumas-Richardson : L’objectif que nous recherchons pour nos spectateurs et festivaliers est une double immersion : d’abord une plongĂ©e dans l’univers du compositeur invitĂ© – avec qui la programmation du festival est travaillĂ©e – en traversant l’ensemble de sa carrière et non exclusivement les derniers opus de son catalogue ; puis la possibilitĂ© de toucher du doigt la grande richesse et le foisonnement que peut proposer un Ă©tablissement aussi original que le Conservatoire & Orchestre de Caen ; le tout dans une ambiance quasi familiale.

 

 

CLASSIQUENEWS : Quels aspects de la musique contemporaine souhaitez-vous mettre en avant ?

Aurélien Daumas-Richardson : Très clairement, mon souhait est de créer une certaine proximité entre le public, les artistes, nos élèves et le compositeur en montrant qu’un compositeur n’est pas nécessairement quelqu’un de mort depuis plusieurs siècles et que la musique dite contemporaine n’est pas aussi ésotérique ou inaccessible que l’on veut s’en convaincre. La présence du compositeur invité durant une semaine et finalement la médiation que la programmation pédagogique facilite permet cela, je l’espère. Au-delà des différentes esthétiques qui peuvent être proposées selon le compositeur invité, j’aspire à ce que chacune et chacun puisse vivre une émotion musicale la plus saisissante possible.

 

 

CLASSIQUENEWS : Quels sont les temps forts de l’Ă©dition 2022 ?

Aurélien Daumas-Richardson : Pour les 40 ans, nous ne proposons pas une édition monographique mais bien une édition anniversaire doublée d’un rattrapage des deux dernières éditions qui ont été hélas annulées. C’est dans ce cadre qu’une partie de la programmation mettra à l’honneur Martin Matalon et Tôn-Thât Tiêt. Pour la partie plus anniversaire de cette édition, de nombreux clins d’œil à l’année 1982 seront proposés comme l’invitation faite à la compositrice Nina Senk née en 1982 ou le concert « Nineteen eighty two » organisé autour d’œuvres américaines de 1982. Enfin et surtout deux œuvres majeures du XXème siècle interprétées lors de la première édition du festival seront reprises : Psappha de Iannis Xenakis pour percussion seule interprété en 1982 par son dédicataire Sylvio Gualda qui sera reprise par Adélaïde Ferrière ; et les Vingt regards sur l’Enfant-Jésus interprété alors par Yvonne Loriod en présence du maître Olivier Messiaen. A l’époque, une élève d’Yvonne Loriod, Marie-Pascale Talbot était dans le public, elle est devenue ensuite professeure dans notre établissement et interprétera ces Vingt regards pour un anniversaire très marquant j’en suis certain.

 

 

CLASSIQUENEWS : Au moment de ses 40 ans, dans quelles directions souhaitez-vous orienter dans le futur le Festival Aspects ?

Aurélien Daumas-Richardson : Je souhaite poursuite modestement l’œuvre de mes prédécesseurs c’est-à-dire conserver l’idée simple d’un festival monographique de répertoire conjuguant programmation professionnelle et pédagogique. C’est dans cet esprit qu’en 2023 nous accueillerons Graciane Finzi puis en 2024 Sir George Benjamin. Depuis mon arrivée en 2018, nous travaillons à généraliser la commande d’œuvres dites pédagogiques (exercice ô combien difficile pour les compositeurs) en duos et proposons au compositeur invité de coopter des jeunes artistes compositeurs qu’il souhaiterait mettre en valeur). Enfin, je pense que ce festival, même s’il est connu et reconnu dans le milieu de la musique contemporaine, a un défaut de notoriété et de visibilité alors même que c’est une véritable pépite artistique comme pédagogique. A nous de le faire mieux connaitre d’ici son 50ème anniversaire.

Propos recueillis en février 2022

 

 

 

 

 

 

 

_________________________

DOCUMENTAIRE

 

VOIR aussi le documentaire « Une émotion à transmettre » réalisé par la musicologue Laurence Bancaud en mars 2021, lors du 39è Festival Aspects des Musiques d’Aujourd’hui dédié au compositeur Tôn Thât Tiêt.

https://www.youtube.com/watch?v=8uWpf-92q84&t=71s  –  52 mn

Formidable documentaire qui met en avant la parole des jeunes chanteurs de la MaĂ®trise, les Ă©lèves du Conservatoire & Orchestre de Caen (comĂ©diens, chanteurs lyriques, instrumentistes, etc…) / « Une Ă©motion Ă  transmettre »… Ă©claire le travail sur le chant, le sens du geste vocal, l’éloquence, la ciselure de la voix en situation… les Ă©lèves dĂ©couvrent la pensĂ©e du compositeur derrière les notes chantĂ©es ; ils passent de l’abstraction Ă  un apprentissage concret.

 

 

MUSIQUES-d-aujourd-hui-CAEN-festival-ASPECTS-concervatoire-de-caen-critique-concerts-annonce-festival-classiquenews

 

 

La Maîtrise de Caen inteprète Tôn Thât Tiêt (DR)

 
 

Avec le compositeur, les jeunes interprètes échangent, dialoguent ; il ne s’agit pas seulement de chanter sa musique mais aussi de la comprendre ; ainsi se tissent un lien et une relation sensible, capitale pour leur propre sensibilité…
En 2021, crise sanitaire oblige, en l’absence de public, le 39è festival s’est tenu en huis clos ; la venue du compositeur a été suspendue, mais pas le travail avec les jeunes chanteurs initialement programmés. Le volet pédagogique sauvegardé a permis que les concerts des étudiants se déroule coûte que coûte, sans spectateurs mais en présence des professeurs du Conservatoire…
De nombreux intervenants expliquent comment le Conservatoire porte le Festival, c’est un acteur majeur de la proposition de concerts à Caen.
Eric Tanguy, résident caennais a été lui-même nourri par les concerts du Festival organisé par le Conservatoire de Caen ; enfant, il a découvert toutes les musiques d’aujourd’hui ce qui a stimulé son activité de compositeur. Déjà en 1982, Olivier Messiaen était présent.
Les élèves du Conservatoires sont étroitement associés à chaque édition ; d’autant que les 2 auditoriums, favorisent la circulation des publics…
Avec entre autres, Olivier, Opdebeeck, directeur musical du Conservatoire de Caen / Aurélien Daumas-Richardson, directeur du Conservatoire et de l’Orchestre de CAEN, Yvon Quénéa, coordinateur des répertoires contemporains ; mais aussi de nombreux professeurs et les élèves du Conservatoire qui témoignent d’une expérience musicale unique dans l’Hexagone…

https://www.youtube.com/watch?v=8uWpf-92q84&t=71s

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CRITIQUE, opĂ©ra. CAEN, le 10 nov 2021 / Christopher Gibbons & Matthew Locke – CUPID & DEATH (Londres, 1653) – Correspondances

CRITIQUE, opĂ©ra. CAEN, le 10 nov 2021 / Christopher Gibbons & Matthew Locke – CUPID & DEATH (Londres, 1653)Correspondances, SĂ©b. DaucĂ©. Le 30 janvier 1649, sous les fenĂŞtres de la Banqueting House de Whitehall, le bourreau fait tomber la hâche sur la nuque de Charles Ier, roi d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande. La guerre civile britannique est consommĂ©e, la monarchie absolue s’est Ă©teinte en Albion avec ce corollaire sanglant. Le rĂ©gime “rĂ©publicain” d’Oliver Cromwell peut dĂ©finitivement asseoir son autoritĂ© et la mainmise sur les consciences. Une annĂ©e auparavant, alors que le roi Charles conservait une autoritĂ© morale et symbolique qui empĂŞchait Cromwell et ses thurifĂ©raires de se saisir du pouvoir durablement. MalgrĂ© cela, le “Long parliament” dĂ©cide le 11 fĂ©vrier 1648 en ces “temps d’humiliations”, de “bannir toutes les pièces qui rĂ©pandent la liesse lascive et lĂ©gère.” Ce puritanisme marque un coup d’arrĂŞt dans l’Ă©volution des lettres britanniques, jusqu’alors en plein essor après l’ère ElisabĂ©thaine.

 

 

“Lascivious Mirth and Levity”

 

cupid-and-death-locke-gibbons-correspondances-theatre-de-caen-nov-2021-critique-opera-classiquenews

 

 

 

Mais le 26 mars 1653, l’ambassadeur portugais JoĂŁo Rodrigues de Sá e Meneses, 3ème comte de PenaguiĂŁo, assiste Ă  la crĂ©ation du “Masque”, « Cupid and Death » de James Shirley, mis en musique par Christophe Gibbons et Matthew Locke. L’oeuvre s’inspire des fables d’Esope et met en scène l’Ă©change des carquois de la Mort et de l’Amour. Dans une Ă©poque qui avait lĂ©gifĂ©rĂ© sur l’interdiction formelle de toute forme de reprĂ©sentation théâtrale et au coeur d’un conflit qui opposait l’Angleterre et la RĂ©publique des Provinces-Unies, il est Ă©tonnant qu’une telle crĂ©ation eut lieu et qu’il n’y ait eu ni condamnation, ni consĂ©quences pour le librettiste et les musiciens.

Il semble vraisemblable que la reprĂ©sentation chez l’ambassadeur de l’alliĂ© Portugais y soit pour beaucoup dans la magnanimitĂ© des autoritĂ©s parlementaires, mais aussi le message de l’oeuvre qui semble inciter Ă  l’ordre après le chaos a pu garder le discours moralisateur de l’Ă©poque. Cependant, certaines figures et certaines situations dans la narration semblent mettre en avant plutĂ´t un discours contraire Ă  l’idĂ©ologie en place et un appel Ă  une puissance de droit divin pour ramener la paix sur les terres d’Albion. L’apparition de Mercure, “deus ex-machina”, semble un appel Ă  la restauration de la monarchie comme un catalyseur aux bouleversements socio-politiques qui s’ensuivirent après la fin de la 2ème Guerre Civile Anglaise.

 

 

Cupid & Death Ă  Caen
Un défrichement convaincant

 

 

Chaque fois que le Théâtre de Caen s’aventure dans les sentiers mĂ©connus du rĂ©pertoire, c’est un succès. Depuis qu’il est Ă  sa tĂŞte, Patrick Foll a Ă©tĂ© un acteur central dans la rĂ©surrection du rĂ©pertoire et leur rayonnement. Grâce Ă  sa vision et son dynamisme il a permis Ă  Vincent Dumestre de recrĂ©er la Coronis de Sebastian Duron et Ă  SĂ©bastien DaucĂ© de ressusciter enfin le Ballet Royal de la Nuit. Cette fois-ci, le Théâtre de Caen, toujours Ă  l’avant-garde dans l’exploration des trĂ©sors baroques, accompagne Correspondances dans Cupid and Death.
La volontĂ© du talentueux SĂ©bastien DaucĂ© dans la restitution des oeuvres du XVIIème siècle a commencĂ© d’abord par la France et maintenant continue avec le rĂ©pertoire anglais. Quasi exact contemporain du Ballet Royal de la Nuit, le Cupid and Death de Gibbons/Locke est un des rares masques anglais a nous ĂŞtre parvenu dans son intĂ©gralitĂ© (texte parlĂ©, musique et airs chantĂ©s). L’interprĂ©tation est d’une richesse et d’un raffinement sans Ă©gal, digne de la subtilitĂ© de la partition Ă  4 mains du fils du divin Orlando Gibbons et de Locke. La direction de SĂ©bastien DaucĂ© est enthousiasmante (danses), dynamique (grands rĂ©cits), notamment celui de la Nature, et vigoureuse (airs). On aime l’Ă©lĂ©gance des ritournelles et le souci de l’Ă©quilibre. Le chef nous fait franchir le seuil d’un style oubliĂ©, mais d’une formidable beautĂ©.

La mise-en-scène de Jos Houben est construite sur un dĂ©cor de boĂ®tes en bois brut. On se croirait dans les caves d’un musĂ©e ou la cale d’un navire au coeur d’une cargaison merveilleuse plutĂ´t que dans un théâtre. On saisit assez bien qu’il veut apporter un peu des arts circassiens dans le discours quelque peu absurde de la fable, cependant tout ne semble pas fonctionner. Est-ce qu’il faut oublier le contexte dans lequel l’oeuvre est nĂ©e ? Faut-il que le théâtre parlĂ© l’emporte sur la musique ? Il y a des idĂ©es très belles; de purs moments de poĂ©sie, comme la belle apparition des singes et les masques qui les griment astucieusement. Or, la prĂ©sence constante de comĂ©diens pas très justes qui dĂ©vient l’attention sur une sous-intrigue pas très bien dĂ©veloppĂ©e, Ă©voquent davantage une tentative d’adaptation moderne Ă  la restitution de la forme. Le masque n’avait pas assez d’arguments dramaturgiques pour s’imposer au public du XXIème siècle ?

CĂ´tĂ© chanteurs, Lucile Richardot est divine dans les grands rĂ©cits avec un timbre riche en couleurs et en contrastes. Le grand Air de Nature “Change your fatal bows” est dĂ©clamĂ© avec une force dramatique, une maĂ®trise du style, une prĂ©gnance très Ă©mouvante. Le reste de la distribution est correct dans les interventions assez courtes des solistes et les belles pages chorales qui contrastent avec la pĂ©riode plutĂ´t morne du puritanisme triomphant. Malheureusement Yannis François, malgrĂ© une belle prĂ©sence sur scène, semble avoir quelques problèmes de justesse dans le grand air de Mercure.

Après la descente de Mercure et le retour Ă  l’ordre Ă©tabli, il semble que la “Merry England” revienne Ă  ses plaines fertiles et ses bosquets joyeux. Or en 1653 s’instaure la dictature militaire de Cromwell Ă  sa tĂŞte et un rĂ©gime qui verra les masques se flĂ©trir jusqu’Ă  1660 et le retour du roi Charles II et sa suite joyeuse de festivitĂ©s. L’histoire de Cupid and Death dĂ©montre que la musique ne peut mourir sans avoir chantĂ© les deux fondements de l’existence humaine : l’amour constant qui Ă©pice l’existence, et le repos du trĂ©pas reçu comme un cadeau. A la fin de la reprĂ©sentation, on peut supposer que Shirley, Gibbons et Locke imaginaient, peut-ĂŞtre que les traits de la mort allaient les atteindre après un procès humiliant, finalement quelques siècles plus tard, c’est l’Ă©ternitĂ© des feux de la rampe qui les rendra immortels malgrĂ© la nuit qu’ils ont subi.

 

 

CRITIQUE, opĂ©ra. CAEN, le 10 nov 2021 / Christopher Gibbons & Matthew Locke – CUPID & DEATH (Londres, 1653) – Correspondances, SĂ©b. DaucĂ©.

Solistes :
Perrine Devilliers
Lieselot De Wilde
Yannis François
Nicholas Merryweather
Lucile Richardot
Antonin Rondepierre

Comédiens:
Fiamma Bennett,
Soufiane Guerraoui

Ensemble Correspondances
Orgue, virginal et direction : Sébastien Daucé

Mise en scène: Jos Houben et Emily Wilson
Scénographie, costumes et masques : Oria Puppo
RĂ©alisation des costumes et masques : Julia Brochier, Sabine Schlemmer
Dramaturgie : Katherina Lindekens
Lumières : Christophe Schaeffer

 

 

 

 

COMPTE-RENDU, critique, opéra. CAEN, le 7 nov 2019. DURON : Coronis (création française). Druet, G Toro, V Dumestre.

COMPTE-RENDU, critique, opĂ©ra. CAEN, le 7 nov 2019. DURON : Coronis (crĂ©ation française). Druet, G Toro, V Dumestre. Pour un mĂ©lomane, la crĂ©ation d’un chef d’oeuvre est toujours une promesse et certainement une revanche sur le temps et ses alĂ©as. C’est pour cela que l’exploit accompli dans la production fabuleuse de Coronis de Sebastian Duron a Ă©tĂ© une vĂ©ritable rĂ©vĂ©lation de ce que le spectacle vivant peut faire de meilleur.

Quoiqu’ayant une histoire et une gĂ©ographies communes, les institutions lyriques Françaises ont souvent boudĂ©, voire oubliĂ© tout le rĂ©pertoire lyrique Espagnol. Alors qu’aux XIXème et XXème siècles, c’est sous l’influence IbĂ©rique que certaines des plus grandes partitions Françaises ont Ă©tĂ© conçues. C’est grâce Ă  la musique venue d’Espagne que Bizet a composĂ© Carmen, et n’oublions pas que c’est l’Espagne qui a Ă©tĂ© le théâtre d’une multitude d’autres intrigues de cette France conquĂ©rante contemporaine. Mais la zarzuela dans tout ça ?

 

 

La politique des muses

 

 

coronis-duron-poeme-harmonique-creation-dumestre-opera-caen-critique-opera-classiquenews

 

 

On a dit et Ă©crit beaucoup sur ce genre, qu’en Espagne l’on appelle avec une certaine tendresse, el “genero chico” (le “petit genre”). Mais c’est la zarzuela qui est finalement le genre Espagnol par excellence depuis ses origines Ă  l’Ă©poque baroque, toujours glânant des idĂ©es Ă  la France et Ă  l’Italie, mais aussi aux AmĂ©riques. La zarzuela et ses compositeurs peuvent s’apparenter Ă  un arbre immense dont les racines sont fermement enterrĂ©es dans le sol Espagnol mais dont les branches touchent et s’abreuvent des cultures environnantes. Contrairement Ă  l’opĂ©ra, mĂŞme bouffe ou comique, qui demeure dans son histoire, un genre extrĂŞmement codifiĂ©; la zarzuela est plus souple, plus adaptĂ© Ă  recevoir des ajouts et des influences. Ne retrouve-t-on pas des zarzuelas dans tous les pays d’AmĂ©rique Latine qui ont Ă©pousĂ© les langues, cultures et accents (la zarzuela Maria Pacuri en quechua au Paraguay) ? Et mĂŞme l’exemple gĂ©nial de Walang Sugat, la zarzuela en tagalog, devenue “sarswela” dans les Philippines! Le intrigues proches de la vie des spectateurs et avec un brin de mĂ©lodrame, en font le genre musical le plus populaire par essence et insurrectionnel par nature. Par exemple, sous la dictature de Franco, des livrets tels Black, el payaso de Pablo Sorozabal ont passĂ© on ne sait comment la censure, alors qu’il y a une critique Ă  peine voilĂ©e des rĂ©gimes autoritaires et une leçon de bon gouvernement.  Si vous allez Ă  Madrid et assistez au Teatro de la Zarzuela Ă  une reprĂ©sentation, n’oubliez pas que c’est le seul théâtre fondĂ© par des musiciens et des librettistes pour dĂ©fendre leur droit Ă  la diffusion de leur art.

A l’Ă©poque de Sebastian Duron, la zarzuela menait des voyages entre la cour des rois Habsbourg et Bourbons et les “coliseos” ou “corrales” populaires. Les combats n’Ă©taient pas de la mĂŞme nature et la mythologie Ă©tait de mise pour que le livret soit acceptĂ©. Dans Coronis, le mythe de la belle nymphe infidèle Ă  Apollon est totalement rĂ©interprĂ©tĂ© par une lecture Ă©tonnante.

D’emblĂ©e, Coronis, il y a moins d’un an n’Ă©tait pas attribuĂ©e Ă  Sebastian Duron avec certitude scientifique. Sebastian Duron, nĂ© la mĂŞme annĂ©e que le grand Alessandro Scarlatti, Ă©tait, Ă  l’Ă©gal du grand maĂ®tre italien, un des compositeurs les plus cĂ©lèbres de son temps. Il a composĂ© une multitude d’oeuvres sacrĂ©es et profanes dans le sillage du dernier roi Habsbourg d’Espagne, Charles II (1665-1700). A l’arrivĂ©e des Bourbons avec Philippe V (1700 – 1746), Duron n’Ă©tait pas trop bien perçu selon les tĂ©moignages et a fini banni, vraisemblablement, parce qu’il Ă©tait restĂ© fidèle au parti Habsbourg. Il meurt Ă©tonnement Ă  Cambo-les-bains près de Bayonne en 1716, pour un ennemi des Bourbons c’est un acte drĂ´lement masochiste que de trouver en France son dernier refuge.

Dans la très intĂ©ressante introduction Ă  l’Ă©dition critique de Raul Angulo et Antoni Pons on apprend finalement la très rĂ©cente attribution et les arguments musicologiques qui la soutiennent. Cependant, aucune interprĂ©tation du livret n’est Ă©tablie et pour une oeuvre nĂ©e dans une pĂ©riode aussi troublĂ©e, c’est bien Ă©tonnant.

En effet, Coronis a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e vraisemblablement au tout dĂ©but de la Guerre de Succession d’Espagne. Ce conflit vit se coaliser quasiment la totalitĂ© de l’Europe contre la France de Louis XIV. En effet, le Roi Soleil a imposĂ© au roi Charles II d’Espagne qu’un de ses petit-fils devienne son hĂ©ritier. A la mort du monarque en 1700, le duc d’Anjou devient Philippe V d’Espagne, de Naples et des AmĂ©riques. Evidemment cette succession devait ĂŞtre contestĂ©e par les Habsbourg d’Autriche puisqu’avec les changement dynastique, les Bourbons, et le roi de France par la force des choses, controlaient la moitiĂ© de la planète. Selon les musicologues Espagnols, Coronis daterait de 1705 ou 1706, soit deux annĂ©es de basculement pour le conflit. En effet, en 1705, malgrĂ© une victoire des troupes Françaises du duc de VendĂ´me sur les PiĂ©montais Ă  Cassano, en Espagne, l’archiduc Charles de Habsbourg est proclamĂ© roi Ă  Barcelone, occupĂ©e par les Anglais. En 1706, les choses empirent avec un Ă©tĂ© oĂą Madrid et l’Espagne passe des Bourbons aux Habsbourg pour revenir finalement aux Bourbons. Ces saltimbanques historiques ont certainement influencĂ© l’auteur anonyme du livret de Coronis.

Coronis raconte en effet, tout d’abord l’histoire d’amour malheureuse du monstre marin Triton pour la belle nymphe Coronis. Elle vit dans la Thrace mythologique qui est tourmentĂ©e par une guerre divine entre Apollon (Le Soleil) et Neptune (Les Mers). Curieuse fable qui oublie le mythe originel d’Ovide pour adapter l’intrigue Ă  une querelle beaucoup plus politique que divertissante.

Dans les livrets de l’Ă©poque baroque il Ă©tait rĂ©current de tordre la mythologie Ă  des fins idĂ©ologiques. En l’occurence tout le livret de Coronis est traversĂ© par la violence qui agite la terre fertile de Thrace. Le personnage de ProtĂ©e, au lieu d’ĂŞtre la mĂ©tamorphose incarnĂ©e, devient une sorte d’ordonnateur. Si l’on peut hasarder une interprĂ©tation euristique du livret de Coronis, l’on trouve des allusions Ă  la fois Ă  la dĂ©faite des Bourbons (symbolisĂ©s par Apollon) Ă  la fin de la première journĂ©e et immĂ©diatement sa victoire et la Paix tant dĂ©sirĂ©e par son symbole de concorde qu’est la dĂ©esse Iris. De plus Triton, serait l’archiduc Charles qui, venu d’au-delĂ  des mers cherche Ă  tout prix Ă  obtenir les faveurs de Coronis qui serait une sorte de figure reprĂ©sentant la couronne Espagnole (Coronis – Corona: couronne en Espagnol). C’est bien clair qu’Ă  la fin, la nymphe parle de la paix et du culte au Soleil dans le jardin des HespĂ©rides (qui, selon la tradition, se trouverait Ă  Hispalis, c’est Ă  dire en Andalousie, en Espagne).

coronis-duron-opera-creation-critique-classiquenews-critique-opera-concert-festival-CAEN

Monter une telle oeuvre avec les dĂ©fis que le livret et la musique comportent Ă©tait un rĂ©el exploit. Mais nous pouvons sincĂ©rement saluer l’audace de Patrick Foll, directeur du Théâtre de Caen qui, de saison en saison rĂ©ussit Ă  rĂ©unir des talents formidables pour offrir Ă  son public une programmation d’une grande qualitĂ©. A deux heures de Paris, cette maison des arts et des artistes qu’est le Théâtre de Caen rayonne par l’originalitĂ© de ses projets. Nous encourageons chaleureusemnt nos lecteurs Ă  suivre les saisons dans cette belle salle Normande, oĂą chaque spectateur Ă  son Ă©toile.

C’est Ă  l’initiative de Patrick Foll donc que Vincent Dumestre et Omar Porras ont donnĂ© un souffle puissant Ă  Coronis. Invoquant la poĂ©sie et le merveilleux sur scène, Omar Porras a pris Coronis avec Ă©lĂ©gance et modernitĂ©. Certains moments sont des vĂ©ritables poèmes. Omar Porras Ă©tonne, Ă©meut et innove, c’est un vĂ©ritable magicien de la narration puisqu’en peu de temps et avec quelques artifices, il nous fait vibrer. De plus, le dialogue avec les arts du cirque et la culture pop (perruques et la scène d’Iris), rappellent que l’opĂ©ra est un art de la vie et rĂ©unit en son sein toutes les formes d’expression.

En fosse, Vincent Dumestre ravive la flamme de Coronis, en ajoutant quelques fandagos et jacaras aux lacunes de la partition. Mais quels tempi, quels sublimes phrasĂ©s, et cette Ă©nergie qui ne s’arrĂŞte jamais. Dans les sublimes lamenti que Duron composa, on est saisi de frissons par la sincĂ©ritĂ© de ce Poème Harmonique inĂ©narrable et son chef qui demeure un des rares Ă  vĂ©ritablement comprendre la musique latine.

Les solistes, quasiment tous francophones sont superbes. La prosodie, malgrĂ© quelques petits faux-pas dans la prononciation, est d’une grande clartĂ©. Nous saluons le travail de Sara Agueda, la conseillère linguistique, qui a fait d’un groupe de chanteurs Français, des vĂ©ritables Espagnols du Grand Siècle.

La Coronis de Ana Quintans est juste parfaite. Non seulement elle campe son rĂ´le avec grâce, finesse et voluptĂ©, mais Ă  l’entendre l’on prend un plaisir incommensurable. Sa voix est juste, ses phrasĂ©s et ses vocalises Ă©quilibrĂ©s et inventifs. On vibre avec ses lamenti qui feraient pleurer les pierres et admirons le timbre riche et ciselĂ© de cette merveilleuse soliste.
Isabelle Druet est un Triton Ă©mouvant et nous transporte avec ses mĂ©diums riches. C’est une soliste dont la voix est tout un théâtre, une de ses artistes qui peut offrir Ă  tous ses rĂ´les, le sens dramatiques le plus fort, l’Ă©motion la plus prĂ©cise.

Emiliano Gonzalez Toro, incarne le Proteo loufoque de Duron. La voix est timbrée et généreuse, puissante et subtile à la fois.

Les rĂ´les des divinitĂ©s en guerre : Apolo fabuleux de Marielou Jacquard aux aigus emplis de panache et le Neptuno Ă  la voix riche telle l’ocĂ©an de Caroline Meng. Brenda Poupard en Iris est absolument un talent Ă  suivre.

Et les “Graciosos”, les rĂ´les comiques incarnĂ©s par la fabuleuse Anthea Pichanick qui nous ravit Ă  chaque production et nous fascine par ses dons de comĂ©dienne dans le rĂ´le dĂ©sopilant de Menandro. Victoire Bunel est une Sirene pĂ©tillante et pleine de charme.

Finalement, après quasiment trois siècles, Sebastian Duron rĂ©sonne en France après son dĂ©cès au Pays Basque et c’est avec ce compositeur que la zarzuela fait une entrĂ©e remarquable et brillante sur une des plus belles scènes d’Europe et une première sur les chemins de France. EspĂ©rons que le charme de la belle Coronis, rĂ©ussira Ă  donner une place permanente Ă  l’opĂ©ra en langue Espagnole dans les programmations Ă  cĂ´tĂ© des oeuvres slaves et germaniques. Si le rĂŞve de Louis XIV, Ă  la genèse de Coronis, Ă©tait d’abattre les PyrĂ©nĂ©es et lier le lys de France et le lion d’Espagne, peut-ĂŞtre que grâce Ă  cette production, c’est la France qui ouvrira les portes de l’Europe Ă  la zarzuela, et pour longtemps.

 

Illustrations : Théâtre de CAEN © Phil. Delval

 

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, critique, opéra. CAEN, le 7 nov 2019. DURON : Coronis (création française). Druet, G Toro, V Dumestre.

Jeudi 7 Novembre 2019 – 20h – Théâtre de Caen

Sebastian Duron (1660 – 1716)

CORONIS
zarzuela en deux journées
Création Française

Coronis – Ana Quintans – soprano
Triton – Isabelle Druet – mezzo-soprano
Proteo – Emiliano Gonzalez Toro – tĂ©nor
Menandro – Anthea Pichanick – contralto
Sirene – Victoire Bunel – mezzo-soprano
Apolo – Marielou Jacquard – mezzo-soprano
Neptuno – Caroline Meng – mezzo-soprano
Iris – Brenda Poupard – mezzo-soprano
Rosario – Olivier Fichet – tĂ©nor

Ely Morcillo, Alice Botelho, Elodie Chan, David Cami de Baix, Caroline Le Roy, MichaĂ«l Pollandre – danseurs, acrobates, comĂ©dien et contorsionniste.

Le Poëme Harmonique
direction – Vincent Dumestre

Coproduction Théâtre de Caen, Opéra de Rouen, Opéra Comique, Opéra de Limoges, Opéra de Lille.

 
 

Compte rendu, ballet. Caen, le 4 juin 2014, Manège de la Guérinière. Rameau, maître à danser. Les Arts Florissants. William Christie, direction

 

RAMEAU, MAĂŽTRE A DANSER : le spectacle Ă©vĂ©nement des Arts Florissants. A Caen, William Christie poursuit un travail captivant sur la forme théâtrale : a contrario de tout ce qu’on avait pu espĂ©rer, imaginer, cogiter, le fondateur des Arts Florissants, dans une santĂ© rayonnante ce 4 juin, sait surprendre oĂą on ne l’attendait pas : son nouveau spectacle “Rameau, maĂ®tre Ă  danser” nous Ă©tonne ; les deux actes de ballets (Daphnis et EglĂ© puis La naissance d’Osiris datant du dĂ©but des annĂ©es 1750) ainsi ressuscitĂ©s trouvent dans l’Ă©crin improbable du Manège de l’acadĂ©mie Ă©questre de la GuĂ©rinière (lieu inconnu des caennais jusqu’Ă  il y a 2 mois encore), un dispositif surprenant qui permet en rĂ©alitĂ© de mesurer une approche concertĂ©e, audacieuse, expĂ©rimentale entre le mot, la note, le corps. Pour rĂ©ussir cette alliance prometteuse, la production s’appuie sur la complicitĂ©, la jeunesse, la subtilitĂ©.

rameau-maitre-a-danser-christie-william-dirige

 

Esprit de famille

Christie_william_maxpeopleworld700428C’est peu dire que Bill veille Ă  l’accompagnement, la transmission, le perfectionnement des Ă©quipes d’artistes qu’il sait regrouper autour de lui ; c’est une famille qui se retrouve et nous gratifie d’une entente complice, si rare ailleurs. Les chanteurs sont des voix partenaires, dĂ©sormais familières au chef (et aux spectateurs qui les suivent pas Ă  pas depuis leurs dĂ©buts) : on y retrouve les anciens laurĂ©ats du Jardin des Voix, l’acadĂ©mie vocale fondĂ©e Ă  Caen avec le concours du Théâtre de Caen et son directeur Patrick Foll : Sean Clayton, Elodie Fonnard, Reinoud von Mechelen…  Chacun y approfondit encore son sens de l’espace, ses aptitudes dramatiques en un jeu qui doit ĂŞtre concertĂ©, et compris collectivement (en rĂ©alitĂ© les prĂ©ceptes approchĂ©s lors du Jardin des Voix et ici concrètement appliquĂ©s).
S’y illustrent aussi les 8 danseurs rĂ©unis par la chorĂ©graphe Françoise Denieau, comme les costumes superbes d’Alain Blanchot (lequel avait dĂ©jĂ  signĂ© auparavant ceux de Venus and Adonis de John Blow, la saison dernière au Théâtre de Caen)… Pas de doute en soignant d’infimes dĂ©tails, les producteurs ont relevĂ© le pari de ce nouveau spectacle. Pour la mise en scène, une ancienne chanteuse des Arts Florissants, Sophie Daneman poursuit ses dĂ©buts comme scĂ©nographe : le rĂ©sultat est aussi convaincant que pour Le Jardin de Monsieur Rameau, crĂ©Ă© en une tournĂ©e mondiale, amorcĂ©e lĂ  encore Ă  Caen. L’ex soprano sait faire respirer les corps, les mettre en situation, avec cette once de poĂ©sie, de fragilitĂ© et de dĂ©licatesse qui Ă©claire d’un autre regard le dĂ©roulement du spectacle. En sachant rĂ©unir dramatiquement les deux Ă©pisodes dansĂ©s, Sophie Daneman rĂ©ussit dĂ©jĂ  le dĂ©fi de la continuitĂ© : mais son souci  de la justesse s’accorde idĂ©alement au travail du Maestro sur l’articulation, la pulsion, la tension et la dĂ©tente qui alternent du dĂ©but Ă  la fin avec une Ă©lĂ©gance dĂ©lectable.

Laboratoire théâtral

La proximitĂ© avec la scène tout d’abord, fonctionne remarquablement avec une disposition oĂą les deux parties du public se font face, enserrant le plateau.  Les spectateurs ont le sentiment d’ĂŞtre Ă  la place du Roi Louis XV et de la Cour invitĂ©e Ă  Fontainebleau pour y assister en petit comitĂ©, aux nouveaux ballets de monsieur Rameau, chacun cĂ©lĂ©brant un Ă©vĂ©nement dynastique. Quand l’Ă©quipe des comĂ©diens arrivent sur scène, l’esprit des trĂ©teaux, la connivence d’une troupe apprĂŞtĂ©e pour l’occasion se rĂ©alisent idĂ©alement.
Autre point remarquable pour tous les spectateurs : debout, fĂ©dĂ©rateur des Ă©nergies combinĂ©es, William Christie, pour piloter le jeu des danseurs et des chanteurs,  fait face Ă  la scène, prodiguant avec cette Ă©lĂ©gance expressive dont il est le seul Ă  maĂ®triser la fascinante chorĂ©graphie, une direction souple et nerveuse, racĂ©e et coulante : du très grand art qui porte les musiciens vers l’excellence. Chacun de ses gestes millimĂ©trĂ©s, chacune des nuances indiquĂ©es vers les musiciens, chaque attaque et chaque articulation pour les chanteurs, s’offre ainsi aux spectateurs. Le travail sur l’expressivitĂ© s’en trouve plus Ă©clatant : c’est la leçon d’un très grand maĂ®tre qui nous est ainsi rĂ©vĂ©lĂ©e, visage de face, en attitudes et gestuelles gĂ©nĂ©reuses, expressives, communicatives.

 

 

home-rameau-maitre-a-danser-william-christie-580-380

 

 

Le fondateur des Arts Florissants renoue ici avec ses meilleures rĂ©ussites musicales, affirmant par devant tous, dont ses très nombreux Ă©lèves et Ă©mules, sa totale maĂ®trise chez Rameau. Dès le commencement, l’on ne saurait demeurer insensible Ă  la poĂ©sie languissante de la musique, sa tendresse, sa dĂ©licatesse jamais mièvre qui avant l’ère romantique, sait dĂ©voiler la richesse du sentiment, ici les mystères de l’amour. Avant BĂ©atrice et BĂ©nĂ©dicte, Rameau (et CollĂ©, son librettiste) s’intĂ©ressent aux liens tĂ©nus qui sĂ©parent l’amitiĂ© de l’amour : ainsi Daphnis et EglĂ© ne tardent-ils pas Ă  tomber dans les bras l’un de l’autre. Heureuse destinĂ©e de deux  bergers amis qui deviennent amants sous l’arc tendu d’un Cupidon facĂ©tieux très en voix (Magali LĂ©ger). Le ton est donnĂ© : ivresse, extase, ravissement, en particulier dans la musette finale qui fait basculer l’action pastorale dans l’enivrement collectif.

le mot, la note, le corps…  : musique et danse fusionnĂ©es

La seconde partie (La Naissance d’Osiris) est plus enchanteresse encore grâce Ă  l’interaction très aboutie entre le chant et la danse : la première scène fait paraĂ®tre les danseurs en un tableau nocturne, vĂ©ritable hymne Ă  la fragilitĂ©, finesse et dĂ©licatesse Ă  jamais inscrites dans une production sertie de joyaux lyriques que l’on retrouve encore dans le solo de la jeune danseuse qui prĂ©cède le final.
Absent mais sollicité déjà dans le premier ballet, Jupiter soi-même paraît en un superbe aigle noir sous les traits du noble et altier Pierre Bessière.
Rapport troublant entre le chant et la danse, les danseurs semblent prendre l’avantage, confinant dĂ©jĂ  au ballet d’action que dĂ©veloppera Noverre en fin de siècle. DĂ©jĂ  en 1754, Rameau enchaĂ®ne les tableaux avec une grâce inĂ©galĂ©e ; certes les airs de bergère et le jeu piquant et drĂ´latique entre les acteurs font indiscutablement pensĂ© Ă  l’opĂ©ra italien : Paris se remet Ă  peine de la Querelle des Bouffons. Rameau prolonge en cela l’esprit champĂŞtre enchantĂ© des madrigaux pastoraux de Monteverdi. Mais Ă  plusieurs reprises, il semble que ce que les mots et le chant ne peuvent exprimer, la danse et le mouvement concertĂ© des corps le disent plus clairement (superbe solo du danseur russe : Artur Zakirov).

Le Théâtre de Caen (et son directeur Patrick Foll) peut ĂŞtre fier d’accompagner Bill et ses Arts Florissants dans des expĂ©riences nouvelles Ă  la marge du spectacle musical classique : c’est un laboratoire dont voici une nouveau jalon passionnant. La formule est bien connue des familiers de la Cartoucherie Ă  Vincennes quand Ariane Mouchkine recrĂ©ait la forme du théâtre en une relation rĂ©inventĂ©e avec le public : ici, le mĂŞme sentiment expĂ©rimental fait mouche.

 

 

rameau-maitre-a-danser-william-christie-can-tournee-2014

 

MAGIQUE MUSIQUE. Mais l’on aurait tort d’oublier l’essentiel : la pure magie de la musique ramĂ©lienne. Du dĂ©but Ă  la fin, on reste mĂ©dusĂ© par l’Ă©quilibre et la richesse des pupitres de l’orchestre des Arts Florissants, gorgĂ© d’une saine vitalitĂ©, traversĂ© par un sens inouĂŻ du dĂ©tail et de l’intensitĂ© dramatique. La force du Rameau chorĂ©graphe c’est Ă©videmment l’alternance des passages alanguis, de la transe amoureuse et tendre, d’un Ă©clair qui foudroie le ciel et terrasse les acteurs sur le plateau ; puis c’est le jeu de l’ensemble quand chant et danse se mĂŞlent. La combinaison s’impose par son intelligence fusionnelle moins sa juxtaposition : dĂ©jĂ  les deux disciplines tendent Ă  n’en former qu’une seule vers une forme théâtrale spĂ©cifique, singulièrement dramatique. Rien de dĂ©coratif ou de superficiel mais un théâtre frappant de sentiments justes. Tel n’est pas le moindre apport de Bill l’enchanteur Ă  la scène ramĂ©lienne. Le chef sait en exprimer l’indicible nostalgie ; il a le secret miracle de rĂ©vĂ©ler la profondeur et la gravitĂ© d’un Rameau qui n’a rien dĂ©cidĂ©ment de dĂ©coratif ni de pĂ©dant. Autant dire que ce nouveau spectacle en cette annĂ©e Rameau frappe fort et nous touche par son extrĂŞme et profonde dĂ©licatesse. Un must.

 

rameau-maitre-a-danser-ballet-danseuse-william-christie

 

 

Christie William portrait 290Caen. Manège de l’AcadĂ©mie de la GuĂ©rinière, le 4 juin 2014.  Rameau, maĂ®tre Ă  danser. Les Arts Florissants choeur et orchestre. William Christie, direction musicale. Sophie Daneman, mise en scène. Françoise Denieau, chorĂ©graphie / Nathalie Adam, Robert Le Nuz assistants Ă  la chorĂ©graphie. Alain Blanchot, costumes. Reinoud van Mechelen, Daphnis / Elodie Fonnard, EglĂ©e / Magali LĂ©ger, Amour (D&E), Pamilie (Naissance) / Arnaud Richard, grand prĂŞtre / Pierre Bessière, Jupiter / Sean Clayton, un berger (La Naissance). Robert Le Nuz, Nathalie Adam, Andrea Miltnerova, Anne-Sophie Berring, Bruno Benne, Pierre-François DollĂ©, Artur Zakirov, Romain Arreghini danseurs.

 

 

A l’affiche Ă  Caen, les 5, 7, 8 juin. Le 14 juin au Manège du Haras national de Saint-LĂ´. A l’affiche du Festival de William Christie en VendĂ©e Ă  ThirĂ©, les 23 puis 24 aoĂ»t 2014. Production donnĂ©e sur le miroir d’eau dans le cadre enchanteur des Jardins de William Christie. Incontournable.

Le 27 septembre  2014 Ă  Mortagne au Perche (festival Septembre musical de l’Orne). Puis tournĂ©e française et mondiale Ă  Paris, Dijon, puis Londres, Luxembroug et Moscou. Diffusion en direct sur culturebox le 8 juin 2014, 17h. Parution d’un dvd Ă  venir courant 2015.

 

boutonreservation

 

 

 

Illustrations : Philippe Delval 2014

Tournée Rameau, maître à danser
Après sa création au Théâtre de Caen, le programme part en tournée :

Le 14 juin 2014, 21h. Saint-LĂ´ (Manche) : Haras national
Août 2014 : présentation particulière du spectacle à Thiré, dans le cadre du festival Dans les jardins de William Christie : les 23 et 24 août à Thiré.
Le 27 septembre 2014, 19h. Mortagne au Perche, Septembre musical de l’Orne
Le 4 novembre 2014, 20h. Philharmonie de Luxembourg
Les 6 et 7 novembre 2014, 20h. Moscou, Théâtre du Bolchoï
Le 14 novembre 2014, 20h. Dijon, Opéra
Le 18 novembre 2014, 20h. Londres, Barbican Centre
Les 21 et 22 novembre 2014, 20h. Paris, Cité de la musique

APPROFONDIR : d’autres articles sur William Christie et Les Arts Florissants :

CD. Le Jardin de Monsieur Rameau
CD. Belshazzar
Atys 2011 : l’Ĺ“uvre au noir du Roi Soleil
Festival Dans les jardins de William Christie, 1ère édition août 2012 

William Christie ressuscite le génie chorégraphique de Rameau

Christie William portrait 290Rameau, maĂ®tre Ă  danser par William Christie : Caen, 4-8 juin 2014. Sur les traces des Ă©blouissantes danseuses devenues lĂ©gendaires Ă  l’Ă©poque baroque, La Camargo ou Marie SallĂ©, que Rameau a su mettre en avant dans ses ballets Ă©clatants, William Christie et  Les Arts Florissants soulignent la verve enchanteresse du Dijonais sur la scène chorĂ©graphique dans un nouveau programme … “Rameau maĂ®tre Ă  danser”… c’est le titre prĂ©cis de ce nouveau spectacle façonnĂ© par les Arts Florissants. William Christie pour l’annĂ©e Rameau 2014 nous offre deux ballets Ă  redĂ©couvrir (tous deux reprĂ©sentĂ©s Ă  Fontenaibleau) dont un ballet peu connu crĂ©Ă© pour la naissance du Dauphin, futur Louis XVI, le 12 octobre 1754. Avant la vogue Retour d’Egypte Ă  venir, Rameau aborde l’exotisme de l’AntiquitĂ© Ă©gyptienne en cĂ©lĂ©brant la naissance d’un dieu, Osiris.  Dieu majeur du panthĂ©on nilotique qui incarne, thème central de la ferveur antique, la rĂ©surrection après la mort. C’est selon la vision de Rameau, toujours soucieux de reprĂ©senter les mĂ©canismes et phĂ©nomènes de la nature, une pastorale heureuse et rĂ©jouissante (commande royale oblige) oĂą Jupiter descend des cintres, interrompt la danse des bergers, pour annoncer l’évĂ©nement heureux : l’amour et les grâces s’associent aux mortels pour cĂ©lĂ©brer la naissance divine. Ni spectaculaire fracassant, ni apparitions fantastiques (quoique) mais la seule et miraculeuse activitĂ© de la danse ; ici règne sans partage essor chorĂ©graphique (gigue, gavotte, sarabande, tambourins et menuets charmants) mais aussi incursion dĂ©veloppĂ©e de la pantomime. En pleine Querelle des Bouffons, oĂą les clans s’affrontent, les uns pour les Italiens, les autres pour la grande machine lyrique française, Rameau inflĂ©chit son style : il s’italianise (les deux ouvertures sont Ă  l’italienne : vif-lent-vif).

La Naissance d’Osiris, ballet en un acte
Daphnis et Eglé, pastorale
nouvelle production
William Christie, direction
Sophie Daneman, mise en scène

Opéra Théâtre de Caen

Les 4, 5, 7 et 8 juin 2014

Caen, Manège de l’Académie

Les Arts Florissants choeur et orchestre / William Christie, direction musicale
Sophie Daneman, mise en scène / Françoise Denieau, chorégraphie / Nathalie Adam, Robert Le Nuz, assistants à la chorégraphie / Gilles Poirier, répétiteur / Alain Blanchot, costumes / Christophe Naillet, lumières et scénographie

Reinoud van Mechelen, Daphnis / Elodie Fonnard, Eglée / Magali Léger, Amour (D&E), Pamilie (Naissance) / Arnaud Richard, grand prêtre / Pierre Bessière, Jupiter / Sean Clayton, un berger (La Naissance)

Robert Le Nuz, Nathalie Adam, Andrea Miltnerova, Anne-Sophie Berring, Bruno Benne, Pierre-François Dolle, Artur Zakirov, Romain Arreghini, danseurs

Reprises les 14 juin puis 27 septembre 2014

Ce spectacle est Ă©galement prĂ©sentĂ© le samedi 14 juin au Manège du Haras National de Saint-LĂ´ et le samedi 27 septembre Ă  Mortagne au Perche dans le cadre de Septembre Musical de l’Orne.

 

 

EN LIRE +

 

 

boutonreservation