STREAMING opĂ©ra. R. STRAUSS : Ariadne auf Naxos en direct d’ANVERS

Richard Strauss, un "gĂ©nie contestĂ©"STREAMING, opĂ©ra chez soi. STRAUSS : Ariadne auf Naxos, OpĂ©ra des Flandres, dim 14 fĂ©v 2021, 20h. Mais pourquoi Ariane se dĂ©sespère sur son rocher de l’Ă®le de Naxos ?Celle qui fut aimĂ©e par ThĂ©sĂ©e, lequel lui doit d’avoir pu s’Ă©chapper du labyrinthe et de son monstre, le minautore, est comme Armide et Alcina, une amoureuse loyale, trahie et abandonnĂ©e. L’OpĂ©ra d’Anvers diffuse en live streaming, l’opĂ©ra nĂ©o baroque de Richard Strauss, Ariane Ă  Naxos, inspirĂ© de la mythologie, mais dans sa première partie, le prologue (avant le drame antique proprement dit) prĂ©sente sur la scène la troupe des artistes en rĂ©pĂ©tition et en divagation : troupe mĂŞlĂ©e de comĂ©diens buffons italiens et solistes très sĂ©rieux choisis pour tenir les rĂ´les d’Ariane, l’amante dĂ©laissĂ©e par ThĂ©sĂ©e et qui se morfond, suicidaire, dĂ©sespĂ©rĂ©e sur l’île de Naxos, jusqu’à ce qu’elle rencontre le pĂ©tillant Bacchus / Dyonisos, dieu du vin et des plaisirs qui par son ivresse irrĂ©sistible permet la mĂ©tamorphose qui sauvera Ariane…
Dans le prologue, Strauss et son librettiste Hugo von Hoffmansthal imaginent le compositeur en proie aux doutes de la crĂ©ation, qui revĂŞt ici les habits d’un Mozart juvĂ©nile, d’une ardente Ă©nergie comme un jeune dĂ©miurge, conquĂ©rant, enthousiaste mais trop inexpĂ©rimentĂ©, Ă  l’Ă©nergie irrationnelle voire trop naĂŻve… (superbe rĂ´le pour une mezzo hofmannsthal Hugo_von_Hofmannsthal richard strausstravesti). De surcroĂ®t, la partition imaginĂ©e par Richard Strauss et son librettiste le poète Hugo von Hofmmansthal, abordent le dĂ©fi de l’opĂ©ra, Ă  la fois théâtre et chant, oĂą les disciplines convoquĂ©es ballet, orchestre, chanteurs et comĂ©diens, entre comĂ©die et tragĂ©die, sont repensĂ©es, rĂ©Ă©valuĂ©es. Musique ou paroles, orchestre ou texte, chant ou théâtre ? Qu’est ce qui prime rĂ©ellement ? L’Ă©quilibre est fragile et les deux crĂ©ateurs, dans l’esprit prĂ©servĂ© des baroques français, surtout de Molière, renouvellent l’approche de l’opĂ©ra au dĂ©but du XXè siècle.

La production aversoire, annulée sur les planches, revit ici grâce à sa proposition en streaming, diffusée dès 20h

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

ARIANE A NAXOS / Ariadne auf Naxos
STRAUSS / HOFMANNSTHAL
Opéra en un acte avec prologue, 1916

LIVE STREAMINGstrauss richard
Dimanche 14 février 2021
Opera Ballet Vlaanderen / Anwerpt
Opéra des Flandres à Anvers
En version de concert
Alejo PĂ©rez, direction
Orchestre Symphonique de l’Opéra des Flandres
Opera Ballet Vlaanderen Symphony Orchestra
A VOIR sur le site de l’Opéra de Flandres
www.operaballet.be

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

PRIMADONNA, ARIADNE : Carla Filipcic-Holm
DER TENOR, BACCHUS : Michael Weinius
ZERBINETTA : Lisa Mostin
HARLEKIN : Leon Košavić
SCARAMUCCIO : Stefan Adriaens*
TRUFFALDIN : Goran Jurić
BRIGHELLA : Daniel Arnaldos°
DER KOMPONIST : Raehann Bryce-Davis
EIN MUSIKLEHRER : Werner Van Mechelen
DER TANZMEISTER/BRIGHELLA : Denzil Delaere
DER HAUSHOFMEISTER : Freek De Craecker
DER PERRĂśCKENMACHER : Thierry Vallier*
LAKAI : Onno Pels*
DER OFFIZIER : Davy Smets*
NAJADE : Elisa Soster° / DRYADE : Raphaële Green / ECHO : Chia Fen Wu*

°Member young ensemble Opera Ballet Vlaanderen
*Chorus member Opera Ballet Vlaanderen

Opera Ballet Vlaanderen Symphony Orchestra

Live online from Opera Antwerp
Sun 14 feb 8 pm
and available until 28 february

Tickets : €10 | www.operaballet.be

Compte-rendu, opĂ©ra. Anvers, OpĂ©ra de Flandre, le 19 fĂ©vrier 2016. Verdi : Otello. Ian Storey, Corinne Winters, Vladimir Stoyanov…

Il serait difficile d’imaginer une production d’Otello plus noire que celle de Michael Thalheimer Ă  l’OpĂ©ra de Flandre. Tout y est funèbre, au propre comme au figurĂ©. Le visage peint en noir, Otello n’a droit Ă©galement qu’a des vĂŞtements noirs, comme d’ailleurs les membres du chĹ“ur et le reste de la distribution. Seules la robe de mariĂ©e et le mouchoir de Desdemona Ă©chappe Ă  cette sombre teinte, de mĂŞme qu’ils sont les seuls accessoires d’une scĂ©nographie (un bloc noir signĂ© par Henrik Ahr) au dĂ©pouillement extrĂŞme. Et le spectacle ne laisse aucune place au moindre rayon lumineux, hors la scène finale oĂą les parois pivotent lĂ©gèrement pour laisser passer un peu de lumière blanche, pendant le meurtre de Desdemone, qu’Otello Ă©touffe avec sa robe de mariĂ©e…

 

 

 

NOIR OTELLO Ă  l’OpĂ©ra de Flandre

 

 

0tello2PrĂ©vu en seconde distribution, Zoran Todorovitch laisse finalement la place – dans le rĂ´le-titre – Ă  son collègue Ian Storey. S’il possède l’endurance requise, le tĂ©nor britannique offre, en revanche, un timbre plutĂ´t ingrat et un chant qui manque de projection et de puissance, bĂ©mols nĂ©anmoins compensĂ©s par une crĂ©dibilitĂ© et une vĂ©ritĂ© scĂ©niques saisissantes. La Desdemone de la soprano amĂ©ricaine Caroline Winters, dans sa rectitude psychologique, est convaincante dès sa première apparition. La voix est lumineuse et la technique apprĂ©ciable, avec un beau legato qui fait merveille au dernier acte pendant la fameuse « chanson du saule » – et un refus de tout effet extĂ©rieur qui la rend profondĂ©ment Ă©mouvante. Le timbre du chanteur bulgare Vladimir Stoyanov manque de cet Ă©clat et de cette noirceur qu’on serait en droit d’attendre d’un grand Iago. Il joue le traĂ®tre sur un mode retenu, avec classe et bonhomie, mais reste en dessous du rĂ´le. Membre de la troupe de l’OpĂ©ra de Flandre (Opera Vlaanderen), Adam Smith (Cassio) confirme l’Ă©volution positive d’un tĂ©nor dont l’Ă©mission gagne toujours en stabilitĂ© et en puissance, tout en conservant une souplesse fluide sur l’Ă©tendue de la tessiture. Du cĂ´tĂ© des emplois plus courts, personne ne retient l’attention, hors l’Emilia volontaire et bien timbrĂ©e de Kai RĂĽĂĽtel. Quant aux chĹ“urs maisons, ils sont dignes de leur rĂ©putation : puissants, colorĂ©s, d’une cohĂ©sion jamais prise en dĂ©faut. A la tĂŞte d’un Orchestre Symphonique de l’OpĂ©ra de Flandre admirablement disposĂ©, le chef Alexander Joel – grand habituĂ© de la maison flamande – offre une direction serrĂ©e, tendue et haletante de la partition de Verdi, confĂ©rant notamment beaucoup de force et de dynamisme aux scènes d’ensemble. Il est pour beaucoup dans le succès de la soirĂ©e, couronnĂ©e – comme toujours Ă  Anvers (peu importe la qualitĂ© du spectacle…) – par une standing ovation.

 

 

 

Compte-rendu, opĂ©ra. Anvers, OpĂ©ra de Flandre, le 19 fĂ©vrier 2016. Verdi : Otello. Avec Ian Storey (Otello), Corinne Winters (Desdemona), Vladimir Stoyanov (Iago), Adam Smith (Cassio), Kai RĂĽĂĽtel (Emilia), Stephan Adriaens (Roderigo), Leonard Bernad (Lodovico), Patrick Cromheeke (Montano). Michael Thalheimer (mise en scène), Henrik Ahr (dĂ©cor), Michaela Barth (costumes), Stefan Bolliger (lumières). ChĹ“ur et Orchestre de l’OpĂ©ra de Flandre. Jan Schweiger (direction du ChĹ“ur). Alexander Joel (direction musicale).

Photo © Annemie Augustijns