Cd Ă©vĂ©nement, critique. MARAIS : Alcione – Jordi Savall (3cd Alia Vox, 2017)

MARIN-MARAIS-CD-ALCIONE-jordi-Savall-concert-des-nations-cd-classiquenews-critique-dossier-noel-classiquenews-critique-cd-Cd Ă©vĂ©nement, critique. MARAIS : Alcione – Jordi Savall (3cd Alia Vox, 2017). En 1706, Marin Marais, chef d’orchestre Ă  l’AcadĂ©mie royale, adulĂ© pour ses dons de violiste et depuis toujours favorisĂ© par le Roi, livre Alcione, ultime tragĂ©die en musique du règne de Louis XIV. Il y a peu d’effusion amoureuse et heureuse dans une partition qui touche par son Ă©loquence instrumentale, sa progression tragique, ses rares duos sublimes (Alcione / PelĂ©e au IV et V), ses Ă©vocations maritimes et sa tempĂŞte, mĂŞlĂ©e au songe qui frappe Alcione. Jordi Savall accomplit en 2007 l’une des meilleures contributions au genre lyrique du Grand Siècle, Ă©clairant mĂŞme cette modernitĂ© poĂ©tique de Marais, en particulier dans le flux irrĂ©pressible qui mène le drame vers son dĂ©nuement finalement heureux quand Neptune touchĂ©, ressuscite les amants Ă©prouvĂ©s afin qu’ils engendrent les Alcions, protecteurs des marins, chasseurs de tempĂŞtes et donc de naufrages.

En recréant ainsi Alcione de 1706,

Jordi Savall dévoile le génie orchestral
et la veine tragique de Marin Marais

CLIC_macaron_2014La Chaconne finale, véritable morceau orchestral, indique au début XVIIIè, le souffle symphonique d’une écriture à redécouvrir d’urgence. A la clarté et l’articulation du continuo comme de l’orchestre, répond le souci du verbe et des récits dramatiques que portent à une perfection agissante les 3 solistes réunis ici : Léa Desandre dans le rôle titre (laquelle délivre pour Alcione, une soie vocale des plus fluides, à la fois onctueuse et mordante, éclairant aussi cette angélisme volontaire), Cyril Auvity, ténor souple en Ceix, et surtout le baryton percutant, naturel Marc Mauillon qui fait du personnage de Pellée, le pilier de l’action : l’amoureux en souffrance d’Alcione brûle littéralement par son ardeur virile jusqu’à son suicide « heureux » au V. Il revient à Marais d’éblouir par son écriture colorée et puissante, pourtant dans un genre qui avait été dominé jusque là par Lully. Le soin qu’apporte Savall à la caractérisation et l’enjeu poétique de chaque acte, et ce dès le Prologue (duel Apollon / Pan) convainc particulièrement.

————————————————————————————————————————————————–

Cd Ă©vĂ©nement, critique. MARAIS : Alcione – Jordi Savall (3cd Alia Vox, 2017) – CLIC de CLASSIQUENEWS hiver 2020. Plus d’infos sur le site d’ALIA VOX :
https://www.alia-vox.com/fr/catalogue/marin-marais-alcione-tragedie-lyrique/