CRITIQUE, opéra. Paris, Opéra Garnier, le 9 mars 2022. Bernstein : A Quiet Place. Kent Nagano / Krzysztof Warlikowski 

bernstein oepra de paris a quiet place annonce critique classiquenewsCRITIQUE, opĂ©ra. Paris, OpĂ©ra Garnier, le 9 mars 2022. Bernstein : A Quiet Place. Kent Nagano / Krzysztof Warlikowski  – Si l’annĂ©e du centenaire de la naissance de Leonard Bernstein (1918-1990) a permis un Ă©clairage bienvenu sur la pluralitĂ© des ouvrages composĂ©s bien au-delĂ  du sempiternel chef d’Ɠuvre West Side Story (voir notamment le cycle donnĂ© par l’Orchestre national de Lille Ă  cette occasion https://www.classiquenews.com/lille-lonl-fete-lenny-cycle-leonard-bernstein/), force est de constater que Lenny reste aujourd’hui cantonnĂ© Ă  ses succĂšs « faciles » du dĂ©but de carriĂšre, dont On the Town (1944). On oublie bien vite que cet artiste touche Ă  tout, immense chef d’orchestre et pĂ©dagogue, chercha une voie mĂ©diane entre la radicalitĂ© europĂ©enne d’aprĂšs-guerre (incarnĂ©e par Boulez en France) et les douceurs sucrĂ©es de Broadway. Preuve en est l’ambition de ses symphonies, qui Ă©voquent l’Ancien testament en rĂ©fĂ©rence aux racines juives ukrainiennes de ses parents, Ă©migrĂ©s aux Etats-Unis en 1910. Le langage musical, aux nombreuses dissonances, n’évite pas quelques Ă©lĂ©ments plus spectaculaires aux cuivres notamment, dans la veine de Mahler et Copland.

Avec son ultime ouvrage pour la scĂšne, A Quiet Place (1984), Leonard Bernstein rencontre l’un des Ă©checs les plus retentissants de sa carriĂšre, au style polytonal inspirĂ© de Stravinsky, volontairement Ă©clectique dans l’incorporation d’élĂ©ments disparates souvent dĂ©routants. Conçu comme une suite Ă  son premier opĂ©ra Trouble in Tahiti (1952), Ă  l’ivresse mĂ©lodique et rythmique irrĂ©sistible, le nouvel ouvrage s’en distingue par l’abandon des effluves jazzy entĂȘtantes, tout en surprenant par son sujet provocateur, qui moque les faux-semblants liĂ©s aux cĂ©rĂ©monies de funĂ©railles, et place au centre de l’intrigue la bisexualitĂ© de ses personnages, en rĂ©fĂ©rence Ă  la vie privĂ©e de Bernstein (voir notre prĂ©sentation : https://www.classiquenews.com/paris-palais-garnier-a-quiet-place-de-bernstein/).

On doit aux efforts conjuguĂ©s de Garth Edwin Sunderland, vice-prĂ©sident chargĂ© des projets crĂ©atifs du Leonard Bernstein Office (association officielle qui gĂšre le legs du compositeur), et du chef d’orchestre Kent Nagano, la rĂ©surgence de A Quiet Place, sans Trouble in Tahiti (donnĂ© au prĂ©alable ou incorporĂ© Ă  l’ouvrage). RemontĂ© en 2013 dans une version pour orchestre de chambre, l’ouvrage bĂ©nĂ©ficie d’un livret remaniĂ© par Sunderland, qui recentre l’attention sur les personnages centraux (voir le disque Ă©vĂšnement gravĂ© par Nagano quatre ans plus tard http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-bernstein-a-quiet-place-nagano-osm-2-cd-decca-2017/).

 

 

 

A QUIET PLACE Ă  Paris
une version inédite du dernier opéra de Lenny

 

 

 

Du fait de la jauge importante du Palais Garnier (prĂšs de 2000 places), la prĂ©sente production propose Ă©galement une voie mĂ©diane entre les 72 musiciens prĂ©vus en 1984 et les 18 imaginĂ©s pour la version de chambre, tout en remplaçant certains instruments trop « exotiques » (la guitare Ă©lectrique ou certains bruitages Ă©lectroniques) par d’autres (clavecin et orgue). On a donc lĂ  une version inĂ©dite qui permet d’assister Ă  une « crĂ©ation mondiale » de la nouvelle orchestration pour grand orchestre, composĂ©e par Garth Edwin Sunderland.

La soirĂ©e remporte un succĂšs public chaleureux au moment des saluts, du fait du plateau vocal rĂ©uni, idĂ©alement homogĂšne. S’en dĂ©tache le chant noble et altier de Russell Braun (Sam), qui donne une hauteur de vue bienvenue Ă  son rĂŽle, tandis que FrĂ©dĂ©ric Antoun (François) apporte beaucoup de soin Ă  l’articulation et au texte. On aime aussi les couleurs et les accents entre tragique et comique de Gordon Bintner (Junior), toujours digne dans la folie de son personnage. Remplaçante de derniĂšre minute suite au retrait de Patricia Petibon, Claudia Boyle (Dede) sĂ©duit par son aisance d’émission (hormis dans le suraigu), mais déçoit par sa faible projection et son interprĂ©tation un rien trop sage. A ses cĂŽtĂ©s, tous les seconds rĂŽles se montrent Ă  un niveau superlatif, aux premiers rangs desquels l’excellent quatuor de voix qui commentent les funĂ©railles au I, composĂ© des Ă©lĂšves de l’AcadĂ©mie lyrique.

La mise en scĂšne de Krzysztof Warlikowski joue la carte de la sobriĂ©tĂ© au dĂ©but, avant de finement confronter en miroir les dĂ©chirements familiaux, au moyen de deux modules superposĂ©s. Comme Ă  son habitude, le soin apportĂ© Ă  la scĂ©nographie classieuse, tout autant qu’aux Ă©clairages variĂ©s avec virtuositĂ©, donne un Ă©crin de toute beautĂ©, qui rappelle le travail rĂ©alisĂ© pour le diptyque BartĂłk / Poulenc, prĂ©sentĂ© ici-mĂȘme en 2018 https://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-paris-palais-garnier-le-17-mars-2018-bartok-poulenc-le-chateau-de-barbe-bleue-la-voix-humaine-metzmacher-warlikowski/.
La vidĂ©o ne prend jamais trop de place, tandis que l’ajout des errances fantomatiques de la mĂšre dĂ©cĂ©dĂ©e n’apporte pas grand-chose au propos, si ce n’est rappeler que le livret ne tranche jamais entre les diffĂ©rentes ambiguĂŻtĂ©s de ce drame familial.

 

 

 

________________________________

CRITIQUE, opĂ©ra. Paris, OpĂ©ra Garnier, le 9 mars 2022. Bernstein : A Quiet Place. Claudia Boyle (Dede), FrĂ©dĂ©ric Antoun (François), Gordon Bintner (Junior), Russell Braun (Sam), Colin Judson (le Directeur des pompes funĂšbres), RĂ©gis Mengus (Bill), HĂ©lĂšne Schneiderman (Susie), Jean-Luc Ballestra (Doc), Emanuela Pascu (Mrs. Doc), LoĂŻc FĂ©lix (le Psychanalyste), Orchestre et Choeurs de l’OpĂ©ra national de Paris, Alessandro Di Stefano (chef de chƓur), Kent Nagano (direction musicale) / Krzysztof Warlikowski (mise en scĂšne). A l’affiche de l’OpĂ©ra national de Paris jusqu’au 30 mars 2022. 

__________________________________________

 

 

 

LIRE aussi notre prĂ©sentation d’A QUIET PLACE de BERNSTEIN Ă  l’OpĂ©ra de Paris, Palais Garnier jusqu’au 30 mars 2022 :
http://www.classiquenews.com/paris-palais-garnier-a-quiet-place-de-bernstein/

LIRE aussi notre critique d’A QUIET PLACE de BERNSTEIN, cd DECCA, enregistrĂ© en 2017 par Kent Nagano avec Gordon Bintner
 « sprachgesang Ă  l’amĂ©ricaine / vertus de l’allĂšgement chmabriste / CLIC de CLASSIQUENEWS : http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-bernstein-a-quiet-place-nagano-osm-2-cd-decca-2017/

////////////////////////////////

 

 

 

PARIS, Palais Garnier : A QUIET PLACE de Bernstein

PARIS, GARNIER. BERNSTEIN : A QUIET PLACE – 9-30 mars 2022  -  EntrĂ©e au rĂ©pertoire attendue : A Quiet Place de Leonard Bernstein, mis en scĂšne par Krzysztof Warlikowski et dirigĂ© par Kent Nagano. La nouvelle production est d’autant plus prometteuse que le chef s’est dĂ©jĂ  distinguĂ© par une excellente lecture du dernier opĂ©ra de Bernstein (rĂ©alisĂ©e pour Decca Ă  Montreal en 2017 : LIRE notre critique de A Quiet Place de Leonard Bernstein, avec une distribution remarquable dont les barytons Gordon Bintner (remarquable Junior, si fin si trouble et d’une franchise dĂ©sarmante, annoncĂ© Ă  PARIS dans le mĂȘme rĂŽle qu’il tenait en 2017), Lucas Meachem (photo ci dessous : exceptionnel Sam en pĂšre d’abord pĂ©trifiĂ© et monolithique, puis peu Ă  peu humanisĂ© Ă  mesure que la leçon de la dĂ©cĂ©dĂ©e se prĂ©cise et s’illumine dans le III)


http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-bernstein-a-quiet-place-nagano-osm-2-cd-decca-2017/

Directeur musical de l’OSM Orchestre Symphonique de Montreal, KENT NAGANO y a donc Ă©blouit littĂ©ralement dans une version surtout chambriste, premiĂšre au disque, oĂč scintille l’intelligence du chant dialoguĂ©, l’équilibre d’un orchestre complice et suractif mais jamais couvrant, et un plateau superlatif de solistes (dont les chanteurs diseurs somptueusement articulĂ©s : Gordon Bintner et Lucas Meachen, dĂ©jĂ  mentionnĂ©s, dans les rĂŽles clĂ©s du fils et du pĂšre, Junior et Sam), qui savent dessiner avec beaucoup de finesse comme d’humanitĂ©, le profil de chaque protagoniste, dont surtout la famille des proches : Sam le pĂšre et ses deux enfants, la fille Dede et Junior le garçon “atypique”
 De sorte qu’au dĂ©but, la mosaĂŻque sociale bruyante et bavarde, devient conversation intime, d’une sincĂ©ritĂ© dĂ©chirante, un thĂ©Ăątre dĂ©pouillĂ© des artifices du dĂ©but / un lieu tranquille dont le terreau des incomprĂ©hensions passĂ©es peut enfin se rĂ©soudre et s’accomplir : la satire collective devient dans le dernier acte (III), thĂ©rapie familiale, hymne Ă  l’amour et Ă  la rĂ©conciliation. En somme, un drame familial qui vaut mĂ©taphore universel, propre Ă  l’humanisme fraternel de Bernstein. L’auteur de West Side Story (1957) signe avec A Quiet Place (1983), une Ă©pure qui saisit par sa simplicitĂ© active, sa fausse lĂ©gĂšretĂ©, et pourtant sa sincĂ©ritĂ© psychologique dans une galerie de portraits frappants par leur vĂ©ritĂ©. Que fera le metteur en scĂšne dĂ©jantĂ©, souvent confus, Krzysztof Warlikowski de cette Ă©vocation d’une famille amĂ©ricaine endeuillĂ©e dont la souffrance dĂ©voile les secrets intimes ?
Autre argument de la production parisienne, outre le chef, la prĂ©sence de la soprano Patricia Petibon, attendue dans le rĂŽle de Dede). Kent Nagano, qui fut proche de Bernstein au moment de l’écriture d’A Quiet place, dirige Ă  Paris, la version condensĂ©e (livret et orchestration resserrĂ©s) qu’il a crĂ©Ă© Ă  Berlin en 2013 puis enregistrĂ© avec la rĂ©ussite que l’on sait en 2017.

 

 

 

 

___________________________________
BERNSTEIN : A Quiet Place (1983) – version 2013bernstein oepra de paris a quiet place annonce critique classiquenews
Livret : Stephen Wadsworth / Adaptation livret, orchestration : Garth Edwin Sunderland
PARIS, Palais Garnier
Du mercredi 9 mars au mercredi 30 mars 2022
Les 9, 10, 16, 18, 21, 23, 24, 26, 29 et 30 mars Ă  20h, dimanche 13 mars Ă  14h30 ;
avant-premiĂšre pour les moins de 28 ans le 7 mars Ă  20h.
RÉSERVEZ VOS PLACESboutonreservation
directement sur le site de l’OpĂ©ra de Paris / Palais Garnier
https://www.operadeparis.fr/saison-21-22/opera/a-quiet-place
TĂ©l. : 08 92 89 90 90.

 

 

________________________________

DIFFUSION sur France Musique
A quiet Place sera diffusĂ© sur France Musique le samedi 23 avril Ă  20h dans l’Ă©mission “Samedi Ă  l’OpĂ©ra”,