CD événement, critique. GERVAIS : Hypermestre, 1717 (Vashegyi, 2 cd Glossa, 2018)

gervais-hypermestre-opera-1717-cd-review-critique-cd-classiquenews-vashgyi-critique-opera-classiquenewsCD Ă©vĂ©nement, critique. GERVAIS : Hypermestre, 1717 (Vashegyi, 2 cd Glossa, 2018). Avant l’immense Rameau qui clĂŽt de façon spectaculaire et visionnaire, le XVIIIĂš, figure en bonne place des faiseurs d’opĂ©ras aux cĂŽtĂ©s de Campra, Destouches
Charles-Hubert Gervais (1671-1744), ami du rĂ©gent Philippe d’OrlĂ©ans, devint dĂšs 1723, sous-maĂźtre de la chapelle de Louis XV. Son ouvrage Hypermnestre (1716), marquant la fin du grand rĂšgne (Louis XIV, mort en 1714) reste le plus fameux de ses 4 opĂ©ras. Il est mĂȘme jouĂ© aprĂšs la mort de Rameau jusqu’en 1766, preuve qu’il s’agissait alors d’une valeur sĂ»re du rĂ©pertoire (le Prologue revĂȘt des accents puissants qui annoncent Rameau). Le chef hongrois, Gyorgy VASHEGYI, dĂ©fenseur du Baroque français, restitue ici la version rĂ©visĂ©e de 1717, mais avec en bonus, la fin originelle (de 1716) ; Ă  chacun de choisir sa prĂ©fĂ©rĂ©e. L’histoire est d’une noirceur tragique mettant en scĂšne un assassinat collectif, celui des 49 fiancĂ©s des 49 sƓurs d’Hypermestre, loyales au pĂšre qui appelle Ă  la vengeance de leur clan. Salieri mettra bientĂŽt en musique le sujet (Les DanaĂŻdes, 1784), mais avec ce caractĂšre de grandeur ampoulĂ©e pas toujours vraisemblable. Gervais garde une dimension humaine et expressive plus naturelle. TroublĂ©e, Hypermestre hĂ©site entre devoir et amour : obĂ©ir au pĂšre DanaĂŒs, aimer son fiancĂ© LyncĂ©e. En plus d’ĂȘtre sanglant et terrifique, l’opĂ©ra de Gervais, est aussi fantastique et surnaturel : au I, il imagine le fantĂŽme d’Argos, dĂ©tronĂ© par DanaĂŒs en un tableau spectral assez rĂ©ussi. Le compositeur demeure fidĂšle Ă  l’esprit et au style de Lully, introduisant plusieurs danses, dont l’une serait de la main du RĂ©gent, et comme Rameau, indique un goĂ»t manifeste pour l’Italie.

Le maestro Vashegyi confirme son appĂ©tence et sa comprĂ©hension de la musique française avec cette implication gĂ©nĂ©reuse, ce sens du drame et de l’articulation, dĂ©lectables. Offrant de somptueux Ă©pisodes orchestraux (Ouverture, intermĂšdes et danses du IV).

LyncĂ©e de luxe, Mathias Vidal Ă©tincelle vocalement, douĂ© d’un relief dramatique qui ne laisse pas neutre ; face Ă  lui, l’Hypermestre de la soprano Katherine Watson, par laquelle vient le « miracle de l’amour », semble Ă©trangĂšre aux enjeux qu’elle est sensĂ©e provoquer et mesurer ; manque de souffle, manque de passion. Thomas DoliĂ© reste lui aussi rĂ©servĂ© et incarne un DanaĂŒ pas assez terrible et noir. La rĂ©vĂ©lation est totale et justifie totalement cette gravure souhaitons le salutaire pour la partition.

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200CD Ă©vĂ©nement, critique. GERVAIS : Hypermestre, 1717 (Vashegyi, 2 cd Glossa, 2018) – Katherine Watson (Hypermnestre), Mathias Vidal (LyncĂ©e), Thomas DoliĂ© (DanaĂŒs), Chantal Santon-Jeffery (une Égyptienne), Manuel Nuñez Camelino (un Égyptien), Juliette Mars (Isis), Philippe-Nicolas Martin (le Nil, l’Ombre de GĂ©lanor), Purcell Choir, Orfeo Orchestra, dir. György Vashegyi (sept 2018). 2h25.

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre annonce de la recrĂ©ation d’Hypermestre de Gervais par Gyorgy VASHEGYI, direct live depuis le MUPA de Budapest le 18 sept 2018.
http://www.classiquenews.com/hypermnestre-de-gervais-1716-recreation-baroque-a-budapest/

Fille du roi Danaos, Hypermnestre (l’aĂźnĂ©e de toutes) est la seule parmi ses sƓurs sanguinaires (50 au total), a Ă©pargnĂ© son Ă©poux, LyncĂ©e (car le soir de leurs noces, il a su Ă©pargner sa virginitĂ©). LyncĂ©e vengea le meurtre de ses frĂšres en assassinant toutes les DanaĂŻdes qui en furent les criminelles, ainsi que l’ordonnateur du massacre, le roi Danaos (qui Ă©tait pourtant le protĂ©gĂ© d’AthĂ©na). LyncĂ©e devint roi d’Argos