SOUSTONS, du 14 – 24 juillet 2019. La Belle Hélène d’Offenbach par l’Opéra de Landes

Landes-opera-critique-opera-offenbach-belle-helene-olivier-tousis-philippe-forget-opera-critique-annonce-soustons-offenbach-2019SOUSTONS, du 14 – 24 juillet 2019. L’Opéra des Landes anniversaire Offenbach oblige présente La Belle Hélène, relecture décapante de la mythologie grecque, à la fois farce délirante et comédie fine et onirique. S’il aime les situations cocasses, Offenbach n’en est pas moins sensible et profond. La Belle Hélène avec Orphée aux enfers (1858) renouvelle l’opéra antique dont il fait une fusion très aboutie de la comédie et de l’héroïque, sur le mode bouffe.
Au moment où Napoléon III met fin aux privilèges des théâtres (1864), : n’importe qui peut désormais ouvrir une salle et y jouer le genre qu’il souhaite, Offenbach compose une nouvelle satire parodie d’après l’Antiquité, La Belle Hélène? Sur un livret de ses fidèles librettistes Meilhac et Halévy, et destiné à la scène des Variétés, l’ouvrage bénéficie d’une distribution solide ; sa muse Hortense Schneider tient le rôle-titre (mezzo), le ténor José Dupuis (formé à l’école de son rival Hervé), celui de Pâris, … la création du 17 décembre 1864 est un triomphe. Les connaisseurs de la mythologie y retrouvent les fondamentaux d’une histoire qui croise amour et devoir. Le berger Paris arrive à Sparte pour y courtiser la belle Hélène ; avec l’augure Calchas, Paris s’arrange pour éloigner le mari d’Hélène, Ménélas (acte I). Dans un rêve supposé (superbe duo onirique Hélène / Paris), les deux amants se retrouvent ; Hélène sacrifiant ses derniers assauts d’épouse fidèle, pour les délices d’une nouvelle sensualité. Ménélas les surprend : Paris doit partir (acte II).
Plus facétieux et libre que jamais, en épigone d’Hermès voleur, astucieux, Paris déjoue les pronostics, se déguise en « Grand Augure de Cythère » et enlève sa belle proie, à la barbe des rois offusqués.
L’amour triomphe toujours : Amor vincit omnia (Amour vainc tout, selon l’adage des sensuels). Tout le luxe et l’imaginaire flamboyant du Second Empire se déploie dans la verve et l’esprit parodique de Jacques Offenbach.

________________________________________________________________________________________________

La BELLE HELENE, 1864
Opéra bouffe de Jacques Offenbach
Durée 3 h

SOUSTONS, Espace Culturel Roger Hanin
Les 15, 16, 23, 24 juillet à 20h30
Le 21 juillet à 18h

Tarifs de 16 à 46€

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.opera-des-landes.com/labellehelenesoustons2019

________________________________________________________________________________________________

Hélène: Frédérique Varda
Pâris: Matthieu Justine
Calchas: Matthieu Toulouse
Ménélas: Jean Goyetche
Oreste: Maela Vergnes
Agamemnon: Marc Souchet
Parthenis: Clémence Lévy
Lehena: Anaïs de Faria
Achille: Thomas Marfoglia
Ajax 1: Fabio Sitzia
Ajax 2: Fabrice Foison

Chœur de l‘Opéra des Landes, direction: Frédéric Herviant
Pianiste du choeur: Maurine Grais
Orchestre de l’Opéra des Landes
Philippe Forget, direction

Mise en scène: Olivier Tousis
Chorégraphies: Clémence Lévy
Décor: Kristof t’Siolle

Costumes: Olivier Tousis et Kristof t’Siolle
Lumières: Frédéric Warmulla

Comments are closed.