Rameau 2014. Quel bilan discographique ?

AnnĂ©e Rameau 2014 : concerts, opĂ©ras, temps forts de septembre Ă  dĂ©cembre 2014CD. Rameau 2014. Quel bilan discographique ? L’annĂ©e Rameau, pour le 250Ăšme anniversaire de la mort du gĂ©nie dijonnais, s’achĂšve. Les concerts et opĂ©ras Ă  l’affiche ont Ă©tĂ© diversement accueillis, plus ou moins convaincants, mais d’une indiscutable Ă©loquence quant Ă  l’inventivitĂ© et au gĂ©nie du Rameau rĂ©formateur. Le compositeur mort en 1764 aura bien fait Ă©voluer l’art musical français du XVIIIĂšme, sous le rĂšgne de Louis XV et Ă  l’époque des LumiĂšres, malgrĂ© l’esthĂ©tique aimable, dĂ©corative ambiante instillĂ© par La Pompadour. Qu’en est-il des rĂ©alisations discographiques Ă©ditĂ©s pour l’annĂ©e des 250 ans ? Certaines majors ont rĂ©Ă©ditĂ© les perles de leur catalogue (ainsi Erato, voir chapitre coffrets… ; d’autres son restĂ©es Ă©trangement muettes (Decca, Archiv, Deutsche Grammophon) ; ou ont confirmĂ© une approche rĂ©solument neuve, dĂ©poussiĂ©rĂ©e voire excessive (Teodor Currentzis pour Sony classical… mais l’audace ne suscite t elle pas le renouvellement de l’interprĂ©tation?… C’est surtout de la part des petits labels privĂ©s et indĂ©pendants que la surprise a jailli, – plus audacieux et dĂ©fricheurs que jamais, rĂ©vĂ©lant des Ɠuvres oubliĂ©es ou confirmant des gestes nouveaux, ceux des nouveaux champions ramĂ©liens, inspirĂ©s par une ardeur inĂ©dite d’une Ă©lĂ©gance prometteuse (Bruno Procopio, BenoĂźt Babel, Alexis Kossenko…). Voici nos coups de coeur par ordre dĂ©croissant d’importance…

 
 
 

Tout Rameau 2014

en 10 cd et 2 coffrets majeurs

 

 

Le Rameau le plus impétueux, le plus troublant : Teodor Currentzis

rameau courrentzis musicaeterna tteodor currentzis sound of lightCD. Rameau : the sound of light (Currentzis, 2012). The sound of light… Lumineux et mĂȘme solarisĂ© (serait-ce une rĂ©fĂ©rence indirecte Ă  son appartenance Ă  une loge comme Ă  ses nombreux ouvrages pĂ©nĂ©trĂ©s de symboles et rituels maçonniques : de ZaĂŻs Ă  Zoroastre
?). FrĂ©nĂ©tique, motorique, surexpressive
 la lecture de Teodor Currentzis, jeune chef athĂ©nien formĂ© dans la classe d’Illya Musin Ă  Saint-PĂ©tersbourg (Ă  22 ans) qui est passĂ© par l’OpĂ©ra de Novossibirsk puis actuellement Perm, – oĂč il est directeur artistique,


 

 

 

Le mieux concertant : BenoĂźt Babel et ZaĂŻs

DOM BEDOS Rameau handel orgue PARATY visuel_cd_handelrameau_reelCD. Rameau, Handel : Concertos pour orgue, PiĂšces pour clavecin
 (ZaĂŻs, Paul Goussot, Paraty, 2013).  Attention, programme remarquablement audacieux. Et sur le plan interprĂ©tatif : quelle fulgurance dans un jeu Ă  la fois noble, gĂ©nĂ©reux et aussi percutant voire d’une mordante Ă©nergie ! Sans rĂ©serve, voici le cd que nous attendions pour l’annĂ©e Rameau 2014 : d’une plĂ©nitude enthousiasmante et par le choix de son programme, dans les Ɠuvres retenues et transcrites, l’expression la plus sincĂšre et la plus directe de cette furie musicale, doublĂ©e d’élĂ©gance propre au gĂ©nie ramĂ©llien : l’affinitĂ© des interprĂštes (instrumentises de l’ensemble ZaĂŻs et organiste)


 

 

 

Le plus sensuel, le mieux articulĂ© : William Christie l’enchanteur

le-jardin-de-monsieur-rameau-cd-les-arts-florissants-rameau,-monteclair-grandval,-jardin-des-voix-2013CD. Le Jardin de Monsieur Rameau (William Christie, le Jardin des Voix 2013). A chacune de ses Ă©ditions, l’acadĂ©mie de jeunes chanteurs des Arts Florissants, le Jardin des Voix fait le pari de l’engagement artistique et de la complicitĂ© humaine, vertus collĂ©giales partagĂ©es par tous les participants, professionnels et jeunes apprentis. Le miracle d’une telle aventure humaine et musicale se rĂ©alise pleinement dans chacun des programmes et peut-ĂȘtre d’une façon souvent inouĂŻe pour cette promotion 2013 (la 6Ăšme du genre) oĂč les 6 nouveaux Ă©lus (la paritĂ© y est prĂ©servĂ©e : 3 chanteuses, 3 chanteurs), portĂ©s par l’exigence de grĂące et


 

 

 

 

Bruno Procopio, chef décapant et raffiné.
Orchestralement impeccable et sur instruments modernes !

IDOL_PARATY512120Rameau in Caracas, Soloists of SimĂłn BolĂ­var Symphony Orchestra of Venezuela (Bruno Procopio, direction, 1 cd Paraty). Programme festif et exaltant en prĂ©lude Ă  l’annĂ©e Rameau (2014), qui marque le 250Ăšme anniversaire de la mort du compositeur. Rameau in Caracas Soloists of the SimĂłn BolĂ­var Symphony Orchestra of Venezuela conducted by Bruno Procopio Jouer Rameau Ă  Caracas – Les Soloists of SimĂłn BolĂ­var Symphony Orchestra of Venezuela, invitent Bruno Procopio Ă  diriger un programme totalement dĂ©diĂ© Ă  Jean-Philippe Rameau. C’est pour les musiciens vĂ©nĂ©zuĂ©liens, une dĂ©couverte exceptionnelle : celle du baroque français, premiĂšre incursion dans la musique française du XVIIIĂšme siĂšcle. Bruno Procopio commente : J’ai surtout voulu susciter la curiositĂ© des musiciens de l’Orchestre pour une


 

 

 

Le mieux chambriste : Bruno Procopio, clavecin

CD Ă©vĂ©nement. Rameau rĂ©vĂ©lĂ© Rameau: PiĂšces de clavecin en concert (Bruno Procopio, clavecin… label Paraty). Avec ses PiĂšces pour clavecin en concert, Rameau offre un aboutissement inĂ©galĂ© dans l’art de la musique de chambre mais selon son goĂ»t, c’est Ă  dire avec impertinence et nouveautĂ©: jamais avant lui, le clavecin, instrument polyphonique et d’accompagnement n’avait osĂ© revendiquer son autonomie expressive de la sorte. PubliĂ© en 1741, voici bien le sommet du chambrisme français sous la rĂšgne de Louis XV: alors que Bach se concentre sur le seul tissu polyphonique, Rameau fait Ă©clater la palette sonore du clavier central, qui de pilier confinĂ© devient soliste


 

 

 

Les plus poĂ©tiques : Alexis Kossenko et Sabine Devieilhe…

Devieilhe_sabine_ERATO_rameau_theatre_amour_ambassadeursCD. Rameau : le grand thĂ©Ăątre de l’Amour. Sabine Devielhe. Le sentiment de notre rĂ©dacteur Benjamin Ballif suscite l’unanimitĂ© de la rĂ©daction de classiquenews : le nouvel album des Ambassadeurs, complices du premier rĂ©cital lyrique de la jeune diva française Sabine Devieilhe Ă©merveille. La chanteuse Ă©tait sacrĂ©e ” rĂ©vĂ©lation lyrique” aux derniĂšres Victoires de la musique 2013. Voici un Rameau inventif et audacieux, expressif et intelligent qui convainc absolument. Il est d’autant plus pertinent qu’il met en avant cette sensualitĂ© raffinĂ©e propre au XVIIIĂš français et qui fait aussi de Rameau, Ă  cĂŽtĂ© du scientifique et du


 

 

 

Le plus défricheur : une partition méconnue dévoilée

rameau-fetes-hymen-amour-1747-Niquet-cd-glossaCD. Rameau : Les fĂȘtes de l’Hymen et de l’Amour (Niquet, fĂ©vrier 2014, 2 cd Glossa).  A l’époque oĂč La Pompadour enchante et captive le coeur d’un Louis XV dĂ©pressif, grĂące Ă  ses divertissements toujours renouvelĂ©s, Rameau et son librettiste favori Cahuzac imaginent de nouvelles formes lyrique et thĂ©Ăątrales. Quoiqu’on en dise, les deux compĂšres forment l’un des duos crĂ©ateurs les plus inventifs de l’heure, ce plein milieu XVIIIĂš, encore rocaille et rococo qui pourtant par sa nostalgie et ses aspirations Ă  l’harmonie arcadienne prĂ©figure dĂ©jĂ  en bien des points, l’idĂ©al pacificateur et lumineux des LumiĂšres. Au contact de Cahuzac,


 

 

 

 

 

3 opéras de référence par William Christie

 

 

 

rameau_hippolyte_aricie_christie_eratoCD. Rameau : Hippolyte et Aricie (Christie, 1996). DĂšs 1996, William Christie et ses Arts Florissants, portĂ©s par une expĂ©rience collective de prĂšs de 17 ans, inaugure avec cette gravure historique devenue lĂ©gendaire, un cycle Rameau particuliĂšrement saisissant. Autant Zoroastre par son sujet et le profil des protagonistes Ă©voque le choc des forces du Bien et du mal en un opĂ©ra vĂ©ritablement spectaculaire, autant Les BorĂ©ades rĂ©activent sous le prĂ©texte du sujet du Dieu du vent du nord (BorĂ©e), le fantastique des phĂ©nomĂšnes naturels (tempĂȘtes multiples), 
 autant Hippolyte, premier grand ouvrage du Dijonais, sorte de dĂ©claration de tout ce qu’il va rĂ©aliser par la suite (1733) est un ouvrage oĂč perce la solitude des ” grands ” (PhĂšdre et ThĂ©sĂ©e), Rameau y analyse comme un texte de Corneille et surtout de Racine (le thĂ©Ăątre parlĂ© grande rĂ©fĂ©rence des gĂ©nies lyriques) l’impuissance trouble des Ăąmes saisies dans leur Ă©loquente solitude et leur conscience terrifiĂ©e : le couple royal implose en plein vol et la musique dans le chant de l’orchestre nous dit tout de leur errance et de leur course au vide. Ici la fosse exprime les vertiges infernaux, Hippolyte Ă©galement (voir ici tout l’acte II : ThĂ©sĂ©e aux Enfers, Ă  la recherche de son ami PirithoĂŒs) mais Rameau peint aussi Ă  travers les amours d’Hippolyte et Aricie, le formidable printemps d’un l’amour juvĂ©nile le plus tendre jamais peint de cette façon (depuis Lully) sur une scĂšne lyrique…

 

 

RAMEAU_zoroastre_cd_christie_ERATOCD. Rameau : Zoroastre (Christie, 2001). En ces temps de cĂ©lĂ©bration Rameau (2014 marque le 250Ăšme anniversaire de sa mort en 1764), oĂč les grands projets lyriques se font rares – aucune grande tragĂ©die lyrique du Dijonais n’est Ă  l’affiche ni l’OpĂ©ra de Paris, hĂ©ritiĂšre de l’institution pour laquelle le compositeur a Ă©crit tous ses opĂ©ras (AcadĂ©mie royale de musique), ni mĂȘme Ă  l’OpĂ©ra de Dijon (qui ne manque pas de moyens pour cĂ©lĂ©brer son plus grand gĂ©nie musical et patrimonial), le disque remplit opportunĂ©ment notre soif et comble d’une certaine façon notre attente. D’autant qu’avec la renaissance du


rameau_Castor_pollux_ChristieCD. Rameau : Castor et Pollux (Christie, 1992).  La deuxiĂšme tragĂ©de lyrique de Rameau cĂ©lĂšbre l’amour fraternel et viril. La rĂ©alisation de William Christie est liĂ©e Ă  cet accord exemplaire (lĂ©gendaire) entre un plateau de solistes quasi idĂ©al (Daneman, Shirer, Padmore
), un choeur palpitant (sauf les sopranos pour le tableau d’HĂ©bĂ©), des instrumentistes conteurs, inventifs, nuancĂ©s. La direction du chef est exactement emblĂ©matique de sa sensibilitĂ© comme ramĂ©llien de premier plan : aiguĂ« sans ĂȘtre cassante ni raide, prĂ©cise et mordante, d’une fluiditĂ© hautement dramatique, capable d’une tendre et poĂ©tique sincĂ©ritĂ©. La plasticitĂ© de la dĂ©clamation lyrique française, engagĂ©e,


 

 

 

 

 

 

Coffrets événements

 

 

ERATO coffret Rameau 27 cdCD. Coffret Rameau 2014 (27 cd ERATO). Nul ce coffret Ă©vĂ©nement pour l’annĂ©e Rameau 2014 rĂ©capitule 40 ans d’interprĂ©tation ramĂ©llienne : comme souvent, les approches les plus pertinentes sont extrahexagonales, voire anglo-saxonnes
 Paillard et Harnoncourt, puis McGegan et Gardiner, surtout William Christie qui rĂ©invente Rameau en lui restituant sa poĂ©tique symphonique singuliĂšre
 voilĂ  autant d’interprĂštes majeurs qui font de la rĂ©Ă©dition anniversaire Ă©laborĂ©e par Erato pour l’annĂ©e Rameau 2014 et en 27 cd, une somme Ă©vĂ©nement. Evidemment CLIC de classiquenews. Le coffret prend valeur d’odyssĂ©e discographique dĂ©voilant les jalons marquants de l’interprĂ©tation ramellienne depuis 40 ans – c’est dire son


 

 

 

grands motets francais william christie ERATOCD. Grands Motets français. Desmaret, Campra, Rameau, Mondonville. Les Arts Florissants. William Christie (4 cd ERATO, 1994-2002). Le coffret Erato tombe Ă  pic : fleuron de l’annĂ©e Rameau 2014, rĂ©capitulatif d’un legs discographique majeur, et tout autant, focus remarquablement persuasif sur un pan entier de notre rĂ©pertoire musical qui Ă©tait bien oubliĂ© jusqu’au dĂ©but des annĂ©es 1990
 jusqu’à ce que William Christie  ne s’en empare en dĂ©fricheur visionnaire et si justement inspirĂ© : le fondateur  et directeur musical des Arts Florissants rĂ©vĂšle l’humanitĂ© et la splendeur des Grands Motets français. Il en dĂ©voile mĂȘme l’exceptionnelle fortune aprĂšs les Lully et Lalande qui au


 

 

 

Ă  venir …

La moisson continue en 2015. En liaison avec l’activitĂ© du Centre de musique Baroque de Versailles grand coordinateur de l’annĂ©e Rameau 2014 en France et dans le monde, deux nouveautĂ©s absolues sont annoncĂ©es en 2015, dĂ©sormais Ă  suivre : Les FĂȘtes de Polymnie et Le temple de la Gloire, qui fut entre autres rĂ©vĂ©lations, un temps fort de la programmation Rameau au ChĂąteau de Versailles, pendant cet automne 2014…

One thought on “Rameau 2014. Quel bilan discographique ?

  1. Pingback: Bruno Procopio dirige Rameau Ă  LiĂšge | Classique News