Publication, fac similé, événement. Carnet / Verzeichnüss aller meiner Werke de Wolfgang Amadeus MOZART (Editions des Saint-Pères)

carnet-musical-de-mozartPublication, fac similé, événement. Carnet / Verzeichnüss aller meiner Werke de Wolfgang Amadeus MOZART (Editions des Saint-Pères). L’éditeur de manuscrit Saint-Pères édite en grand format le journal personnel de Mozart, son carnet qui contient ses partitions achevées, de 1784 à sa mort.
Dans son Carnet personnel, autographe exceptionnel, écrit pendant 7 années et jusqu’à 3 semaines avant sa mort (de février 1784 à sa mort en 1791), le divin Mozart nous a laissé un éclairage saisissant sur les dernières années de sa vie si courtes et si intenses. Des portées manuscrites, des séries de mélodies, de partitions annotées… Ainsi Wolfgang se dévoile au fil d’une écriture sensible, frénétique, sans ratures. Les éditions des Saint-Pères éditent le fac similé de ce manuscrit personnel qui permet de (re)découvrir l’atelier musical du génie salzbourgeois, dans l’intimité de son travail. Jusqu’à sa mort à 35 ans en 1791, Mozart regroupe l’essentiel de ses recherches musicales, synthétise une partie importante de ses réalisations. C’est un journal de bord à la fois méticuleux et emblématique de son processus de création et de composition.

 

 

 

mozart-carnet-editions-saint-peres-fac-simile-livre-presentaiton-par-classiquenews-livre-evenement

 

 

 

Le Carnet – intitulé Verzeichnüss aller meiner Werke, ou Répertoire de mon travail – témoigne de l’âge d’or, en termes créatifs, de la vie du musicien. Mozart le tient scrupuleusement à jour, et de façon chronologique; les morceaux connus côtoient les partitions mineures mais ce sont toutes des compositions achevées qui y sont déposées – c’est la raison pour laquelle le Requiem n’y figure pas.
Deux quatuors dédiés à son ami Haydn, Les Noces de Figaro en collaboration avec Lorenzo Da Ponte, la sérénade Une petite musique de nuit, un Adagio en B mineur pour piano, la Symphonie n°40 en sol mineur (bouleversante apothéose de son génie symphonique, déjà préromantique), l’ouverture de La Flûte enchantée… ultime chef d’oeuvre lyrique composé simultanément à son dernier seria, La Clemnza di Tito.
Le manuscrit provient de la Stefan Zweig Collection – un fond constitué par l’écrivain autrichien, enrichi ensuite par ses héritiers à Londres. Le Carnet, acheté par Zweig aux enchères en 1935, fut confié au British Museum en 1956 puis à la British Library en 1986.

Le père de Wolfgang, Leopold, qui avait jadis établi une liste des compositions de son fils entre ses 7 et 12 ans, et avec lequel Mozart séjourna à Salzburg peu de temps avant de commencer le Carnet, fut probablement à l’origine de cet esprit d’inventaire. À la même époque, Mozart commence aussi à tenir des comptes très précis de ses revenus – issus de concerts, de leçons particulières, de séries symphoniques et des créations de ses concertos pour piano, etc. Son train de vie à Salzbourg est bien documenté de cette façon.

 

 

Organisation de l’inventaire autographe 

 

MOZART-1790-le-derneir-mozart-photo-de-pedro-par-CLASSIQUENEWS-dossier-special-dernier-Mozart-et-exposition-Mozart-a-parisSur la page de gauche, Mozart indique la date de la composition, son titre et les instruments requis. On y trouve aussi parfois le nom des instrumentistes et des chanteurs auxquels elle est destinée : Aloysia Lange, dont Mozart fut amoureux ; Josepha Hofer, première interprète de la Reine de la Nuit… Sur la page de droite, l’incipit de la partition qui est noté.
Certaines numérotations ou signets, à l’encre noire ou marron, sont sans doute des ajouts ultérieurs de sa femme, Constanze, ou de l’éditeur Johann André.
Quelques entrées correspondent à des partitions perdues ou détruites. Enfin, certains incipit diffèrent des partitions « officielles » : Mozart s’autorise des corrections tardives, sur partitions (hors Carnet). De même que les dates du Carnet sont parfois en décalage : il arrive à Mozart de faire jouer un morceau avant de le répertorier, ou de reprendre des compositions antérieures à 1784 pour les retravailler.

 

 

Le Catalogue / Répertoire personnel est donc édité en fac-simile : s’y dévoile dans son immédiateté la formidable écriture du compositeur de génie, première source d’admiration et de renseignement pour les amateurs, chercheurs, historiens, musicologues. La qualité de l’édition, le soin apporté à la publication des feuilles originelles du manuscrit britannique sont remarquables.

 

 

 

—————————————

 

 

 

CLIC D'OR macaron 200FAC SIMILE, manuscrit, événement. W.A. Mozart, Carnet 1784-1791, Éditions des Saints-Pères. 1000 exemplaires numérotés, parution le 26 mars 2018.
Coffret en Français, Allemand, Anglais. Edition fac similé évènement, CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2018

 

 

 
 

 

 

Comments are closed.