Vivaldi – Les Quatre Saisons, le « Printemps » (partition interactive pour VIOLON)

Icône_1024x1024_VivaldiVivaldi – Les Quatre Saisons, le « Printemps » (partition interactive pour VIOLON). Avec accompagnement de l’orchestre. Les Quatre Saisons de Vivaldi font partie du recueil Il Cimento dell’armonia e dell’invenzione (opus 8) paru à Amsterdam chez l’éditeur Le Cène en 1725. Le titre éclaire sur le plan esthétique la confrontation qui au centre de la démarche vivaldienne, inspire tout l’édifice : raison contre imagination, harmonie contre invention. En réalité, l’interprète comme l’auditeur ne doivent pas considérer l’enjeu comme une arène conflictuelle mais bien comme la fusion de deux orientations complémentaires, idéalement combinées grâce au jeu même des interprètes. Le recueil présente donc 7 concertos à programmes, dont les quatre premiers sont nos Quatre Saisons (Printemps, été, automne, hiver). Dans la dédicace au Comte Venzel von Morzin, Vivaldi précise rassembler plusieurs partitions antérieures à la date d’impression : les Quatre Saisons pourraient bien avoir été composées avant 1725.

 

vivaldi 220px-Antonio_VivaldiLe Printemps, entre description et évocation… La force expressive des Saisons vivaldiennes vient de l’intelligence de l’écriture. En mi majeur le premier ou Le Printemps (R 269), adopte comme les autres Concertos, le plan tripartite, typiquement italien : vif, lent, vif. C’est le plus célèbre des Concertos et du vivant de Vivaldi, repris avec succès en France (au Concert Spirituel, plus de trois fois en 1728), Louis XV s’en montrant particulièrement friand. Après la mort de Vivaldi (1741), Le Printemps fut adapté par la français Corette sous la forme d’un grand motet (intitulé « Laudate Dominum ») ; puis compositeur à ses heures, Jean-Jacques Rousseau en écrivit une transposition à la flûte. Génie de l’écriture concertante, Vivaldi réalise la fusion des esthétiques : poésie créatrice et complexité d’une composition virtuose. Tout le concerto Le Printemps exprime concrètement les épisodes de la vie (l’aboiement du chien à l’alto) ou un climat ou une situation plus impalpables (le berger endormi au violon).

A la fois narratif et suggestif, le style de Vivaldi exprime plus qu’il ne décrit les événements dont il est témoin. En exploitant toutes les ressources du violon et des instruments à cordes (dont il est lui-même un praticien extrêmement doué), Vivaldi évoque les éclairs et le tonnerre (couplet central), mais aussi la légèreté piquante et aérienne des oiseaux. Aucun autre morceau musical n’a mieux réussi le mariage de la virtuosité technicienne et de la pure poésie. Un défi exaltant pour le violoniste.

 

bouton partition

Niveau de difficulté : intermédiaire (4-5)
Prix : 4,99 euros
Partition interactive disponible sur iPad

Avec l’application pour iPad Play , Vivaldi : Le Printemps (Quatre saisons), l’éditeur Tombooks révolutionne la partition musicale en proposant au musicien des fonctionnalités nouvelles :
- Faites défiler la partition interactive sur l’écran au tempo que vous aurez choisi
- Ajouter vos annotations personnalisées à la partition et imprimez-là
- Enregistrez-vous et réécoutez-vous
- Partagez vos enregistrements et vos partitions annotées avec votre professeur ou vos amis

DECOUVREZ  la partition interactive Vivaldi : Le Printemps (Quatre saisons) pour violon
(avec la démonstration de la partition interactive : )

http://tom-books.com/app/les-quatre-saisons-le-printemps/

Comments are closed.