PARIS, Palais Garnier : A QUIET PLACE de Bernstein

PARIS, GARNIER. BERNSTEIN : A QUIET PLACE – 9-30 mars 2022  -  EntrĂ©e au rĂ©pertoire attendue : A Quiet Place de Leonard Bernstein, mis en scène par Krzysztof Warlikowski et dirigĂ© par Kent Nagano. La nouvelle production est d’autant plus prometteuse que le chef s’est dĂ©jĂ  distinguĂ© par une excellente lecture du dernier opĂ©ra de Bernstein (rĂ©alisĂ©e pour Decca Ă  Montreal en 2017 : LIRE notre critique de A Quiet Place de Leonard Bernstein, avec une distribution remarquable dont les barytons Gordon Bintner (remarquable Junior, si fin si trouble et d’une franchise dĂ©sarmante, annoncĂ© Ă  PARIS dans le mĂŞme rĂ´le qu’il tenait en 2017), Lucas Meachem (photo ci dessous : exceptionnel Sam en père d’abord pĂ©trifiĂ© et monolithique, puis peu Ă  peu humanisĂ© Ă  mesure que la leçon de la dĂ©cĂ©dĂ©e se prĂ©cise et s’illumine dans le III)…

http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-bernstein-a-quiet-place-nagano-osm-2-cd-decca-2017/

Directeur musical de l’OSM Orchestre Symphonique de Montreal, KENT NAGANO y a donc éblouit littéralement dans une version surtout chambriste, première au disque, où scintille l’intelligence du chant dialogué, l’équilibre d’un orchestre complice et suractif mais jamais couvrant, et un plateau superlatif de solistes (dont les chanteurs diseurs somptueusement articulés : Gordon Bintner et Lucas Meachen, déjà mentionnés, dans les rôles clés du fils et du père, Junior et Sam), qui savent dessiner avec beaucoup de finesse comme d’humanité, le profil de chaque protagoniste, dont surtout la famille des proches : Sam le père et ses deux enfants, la fille Dede et Junior le garçon “atypique”… De sorte qu’au début, la mosaïque sociale bruyante et bavarde, devient conversation intime, d’une sincérité déchirante, un théâtre dépouillé des artifices du début / un lieu tranquille dont le terreau des incompréhensions passées peut enfin se résoudre et s’accomplir : la satire collective devient dans le dernier acte (III), thérapie familiale, hymne à l’amour et à la réconciliation. En somme, un drame familial qui vaut métaphore universel, propre à l’humanisme fraternel de Bernstein. L’auteur de West Side Story (1957) signe avec A Quiet Place (1983), une épure qui saisit par sa simplicité active, sa fausse légèreté, et pourtant sa sincérité psychologique dans une galerie de portraits frappants par leur vérité. Que fera le metteur en scène déjanté, souvent confus, Krzysztof Warlikowski de cette évocation d’une famille américaine endeuillée dont la souffrance dévoile les secrets intimes ?
Autre argument de la production parisienne, outre le chef, la présence de la soprano Patricia Petibon, attendue dans le rôle de Dede). Kent Nagano, qui fut proche de Bernstein au moment de l’écriture d’A Quiet place, dirige à Paris, la version condensée (livret et orchestration resserrés) qu’il a créé à Berlin en 2013 puis enregistré avec la réussite que l’on sait en 2017.

 

 

 

 

___________________________________
BERNSTEIN : A Quiet Place (1983) – version 2013bernstein oepra de paris a quiet place annonce critique classiquenews
Livret : Stephen Wadsworth / Adaptation livret, orchestration : Garth Edwin Sunderland
PARIS, Palais Garnier
Du mercredi 9 mars au mercredi 30 mars 2022
Les 9, 10, 16, 18, 21, 23, 24, 26, 29 et 30 mars Ă  20h, dimanche 13 mars Ă  14h30 ;
avant-première pour les moins de 28 ans le 7 mars à 20h.
RÉSERVEZ VOS PLACESboutonreservation
directement sur le site de l’Opéra de Paris / Palais Garnier
https://www.operadeparis.fr/saison-21-22/opera/a-quiet-place
TĂ©l. : 08 92 89 90 90.

 

 

________________________________

DIFFUSION sur France Musique
A quiet Place sera diffusĂ© sur France Musique le samedi 23 avril Ă  20h dans l’Ă©mission “Samedi Ă  l’OpĂ©ra”,

Comments are closed.