Opera Fuoco joue Damon de Telemann à Magdebourg

Chine. David Stern dirige le Festival Baroque de ShanghaiMagdeburg, Théâtre. 12-19 mars 2016. Telemann : Damon. Opera Fuoco, David Stern. Après une Alcina saisissante à Shanghai (décembre 2015, dans le cadre du festival Baroque de Shanghai, Chine), voici Damon à Magdebourg. La Compagnie lyrique Opera Fuoco forte de ses jeunes talents vocaux, ciselés, engagés sous la direction de David Stern, éclaire avant l’année 2017, grande année Telemann, le génie dramatique et poétique de l’auteur des Quatuors parisiens. C’est l’occasion pour l’équipe de David Stern, vraie troupe dans l’esprit de complicité et de famille, d’aborder toute la subtilité d’un auteur cosmopolite mais profond et étonnament juste (comme Haendel et Rameau ses contemporains). La partition de 1724 (intitulée Der neumodische Liebhaber Damon) a pour sujet la vengeance de Damon qui s’imposant en Arcadie au risque de troubler l’harmonie habituelle, entend se venger de Tyrsis. Querelles et intrigues de bergers arcadiens qui engagent pourtant le cœur et les vœux de chaque amoureux éconduit : comme souvent, sous le masque d’un divertissement comique, se  précisent des failles émotionnelles d’une finesse imprévues. Dans sa première mouture (Les satyre en Arcadie, élaboré à Francfort)), l’opéra fut créé précédemment à l’Opéra de Leipzig en 1719, soit deux années avant que Telemann de devienne directeur de la musique à Hambourg en 1721.

Passions et complots en Arcadie

 

Opéra baroque. Opera Fuoco ressuscite Damon de Telemann

 

Le berger Damon, figure de la bacchanale donc d’essence dyonisiaque et sensuel, affirme son pouvoir récent en Arcadie, terre de l’équilibre des hommes et de la nature, en un pacte olympien/apollonien. Damon souhaite la chute de son ennemi Tyrsis, qui avait entraîné sa disgrâce passée. Pourtant Damon est né en Arcadie et avait toute légitimité pour y vivre. Heureusement depuis la mort de Tyrsis, Damon peut enfin s’battre librement en terres arcadiennes… Avant le songe d’une nuit d’été et son labyrinthe amoureux (Shakespeare/Mendelssohn), Damon de Telemann met en scène les personnages de l’Arcadie idyllique, celle dépeinte par Virgile dans ses églogues (ou Buccoliques) : toujours il y est question d’injustice de l’amour et de passion amoureuse ; langueur, extase, espoir, mais aussi manipulation et tromperie jalonnent pour chaque cœur éprouvé, un parcours émotionnel qui emporte parfois la raison jusqu’au bord de la folie : les bergers poètes, les naïades et les satyres composent le peuple de l’Arcadie buccolique et Virgile lui-même inspiré de Théocrite, met en scène le berger Damon, âme éplorée après Nysa l’ait quitté (Eglogue VIII) ; la partition cultive les tableaux multiples, le jeu déroutant des apparences, le charme troublant des illusions (scènes d’ivresse, de sommeil et de nuit, de songe et d’extase, travestissements et quiproquos à la clé, comme dans l’opéra vénitien du siècle antérieur). Dans sa mixité poétique, mêlant sérieux héroique et tragique, comme comique, sentimentale et pathétique, voire satirique, l’ouvrage annonce déjà ce que fera Mozart dans le genre dramma giocoso : une synthèse diverse où règne avant tout, la magie, féerie et miroir réaliste, du théâtre. En Damon, il faut reconnaître la volonté de dignité d’un être hybride écarté du fait de sa naissance (satyre et non homme), auquel statut et estime ont été refusés.
Telemann, génie du Baroque germaniqueMais la culture de Telemann, érudit et habile facétieux, aime aussi se jouer de sa propre forme ; et l’auteur combine en un jeu de distanciation propice à la profondeur du genre, grands airs italiens da capo, ariosos, pastiches d’airs français et divertissements chorégraphiques à la française, sertis et reliés par des récitatifs savoureux, assemblés dans un continuum souple et expressif. Tout le génie de Telemann est concentré dans Damon et promet une superbe (re)découverte. L’œuvre est bien connue du public de Magdebourg car on se souvient que Michael Schneider l’avait déjà “ressuscité” sur la même scène en 1996, soit il y a 20 ans (enregistrement cd chez CPO).

 

 

 

 

header_damonDamon de Telemann au Théâtre de Magdebourg (Allemagne)
4 représentations événements
Samedi 12 mars 2016 à 19h30
Dimanche 13 mars 2016 à 16h
Vendredi 18 mars 2016 à 19h30
Samedi 19 mars 2016 à 19h30

avec

Laurindo – Alexandre Artemenko
Tyrsis – Martin Candela
Elpina – Jennifer Courcier
Ergasto – Thomas Florio
Damon – Martin-Jan Nijhof
Mirtilla – Natalie Perez
Nigella – Sylvia Ziegler

Orchestre – Opera Fuoco
David Stern, direction
Mise-en-scène – Aron Stiehl

PRÉSENTATION

Génie protéiforme, Telemann illumine le XVIIIè, contemporain de Rameau et plus célèbre de son vivant que Jean-Sébastien Bach. Né en 1681 et mort en 1767, il a écrit dans toutes les formes, réussit une synthèse éblouissante entre les styles français, italien, germanique. Compositeur doué d’un sens dramatique naturel,- comme Rameau, son égal en France, Telemann laisse de nombreux opéras qui reste à redécouvrir et à juger à leur juste valeur. Damon en fait évidemment partie. L’intrigue en est majoritairement comique mais l’écriture ose de nombreux registres poétiques mêlés avec un sens expressif et une intelligence dramatique de premier plan. LIRE notre dossier portrait de Telemann

POUSSIN-INSPIRATION-POESIE-CARRE-VIGNETTE-Poussin_Inspiration_of_the_poet_LouvreSynopsis de Damon… Damon et sa troupe de satyres surgissent en pleine Arcadie. Depuis la mort de Tyrsis, Damon est devenu tout puissant et nul ne peut échapper à ses assiduités, pas même la jeune Mirtilla qui se réfugie dans une folie feinte, ni Elpina qui en tombe amoureuse. Mais ce que Damon ne peut soupçonner c’est que derrière la belle nymphe Caliste se cache Tyrsis qui a feint la mort pour lui échapper.

 

 

Illustration : La Grande Bacchanale, avec la joueuse de luth de Nicolas Poussin (DR)

 

 

LIRE aussi ALCINA de Haendel par David Stern et OPERA FUOCO à Shanghai, décembre 2015 / Festival international de musique baroque de Shanghai

 

 

Comments are closed.