Opéra de Tours, saison lyrique 2015 – 2016

opera-de-tours-saison-2015-2016Opéra de Tours, saison lyrique 2015 – 2016. 6 productions événements. La scène tourangelle poursuit son activité lyrique dans l’excellence, où les distributions confirment une grande cohérence de style, les mises en scène savent respecter les oeuvres en dévoilant aussi des regards personnels puissants et toujours parfaitement lisibles, où surtout la direction musicale préserve l’éloquence des chanteurs et l’activité dramatique allusive et forte de l’orchestre. Les 6 productions à venir à Tours au Grand Théâtre Opéra promettent une nouvelle saison d’expériences lyriques toujours plus convaincantes grâce au souci artistique du chef et directeur des lieux, Jean-Yves Ossonce.

2 productions événements

Butterfly et Onéguine par Garichot
SADMP et trouble in Tahiti par Catherine Dune

 

 

Temps forts pour nous, car déjà remarquées et appréciées ici même, la direction d’acteurs et la réalisation scénique du metteur en scène Alain Garichot, toujours scrupuleux, pertinent, et d’un rare respect pour les oeuvres abordées. On se souvient de sa Clémence de Titus et plus récemment de Titus et Bérénice, opéra de Magnard dont le chef Jean-Yves Ossonce est depuis toujours un ardent défenseur : l’ouvrage avait surgi dans sa sensualité épurée, néoclassique, dont la noblesse et la justesse sont dignes de Corneille ; pour la saison prochaine, l’homme de théâtre ouvre et clôture la saison nouvelle tourangelle, abordant deux superbes partitions tragiques marquées par l’impuissance des êtres, leur propre fascination pour l’audestruction. Ainsi la figure de Cio Cio San, geisha adolescente sacrifiée sur l’autel d’un tourisme de pacotille, honteux qui n’ose dire son nom (Madame Butterfly, dès le 7 octobre 2015 puis les 9,11 et 13), puis le drame de l’impuissance et de la fatalité, celui ciselé par Tchaikovski : Eugène Onéguine les 11, 13 et 15 mai 2016, avec ici et là des chanteurs engagés prêts à suivre Alain Garichot dans deux lectures particulièrement fortes dont il a le secret.
L’autre joyau à ne pas manquer demeure la production signée Catherine Dune (ex chanteuse familière à Tours et qui avait mis en scène un précédent “diptyque” : L’heure Espagnole et La Voix Humaine dans une vision très fine et onirique) : La Société anonyme des Messieurs prudents de Louis Beydts (mort en 1953), sur un livret tout en subtilité cocasse de Sacha Guitry, couplé avec l’excellent Trouble in Tahiti de Bernstein et sa musique irrésistible. Nouvelle co production. Tours les 25,27 et 29 mars 2016.

Les 3 autres productions à l’affiche de l’Opéra de Tours :

Pour Noël 2015 et le Nouvel an 2016
La Belle Hélène, opéra bouffe de 1864 signé Jacques Offenbach en quatre dates elle aussi (comme Butterfly) : les 26, 27, 30 et 31 décembre 2015. Avec Karine Deshayes dans le rôle titre (mise en scène : Bernard Pisani).

Même finesse comique et parodique avec La Cenerentola de Rossini, chef d’œuvre de facétie mordante créé en 1817 soit 1 an après le choc du Barbier de Séville (1816) dans la mise en scène de Jérôme Savary et sous la direction de Dominique Trottein : les 22, 24 et 26 janvier 2016

L’Enlèvement au sérail de Mozart, les 26, 28 février et 1er mars 2016. Mis en scène par Tom Ryser.

Toutes les infos et les modalités de réservation sur le site de l’Opéra de Tours

Comments are closed.