Nouvelle Tosca à NANCY : Paoli / Allemandi

puccini-giacomo-portrait-operas-classiquenews-dossier-special-HOMEPAGE-classiquenewsNANCY. PUCCINI : Tosca. 22 juin – 2 juillet 2022. Allemandi / Paoli. Nouvelle production de Tosca à Nancy. L’œuvre marque l’évolution du goût contemporain : il semble que Tosca, sommet lyrique de Puccini au début du XXè (création en janvier 1900), quasi simultané au Pelléas de Debussy (1902) soit devenu l’opéra le plus joué sur les scènes lyriques mondiales, surclassant Carmen de Bizet, Don Giovanni de Mozart et La traviata de Verdi, trio de tête des ouvrages les plus représentés dans les 5 dernières saisons. Si Carmen, l’opéra « africain » selon Nietzsche, exacerbe la passion furieuse de la Gitane, libre et suicidaire, Tosca offre une autre vision de l’amour tragique, celle d’un couple d’artistes (Floria, cantatrice / Mario, peintre) broyés tous deux par la machination d’un monstre politique, le baron Scarpia, préfet de Rome et monarchiste aussi radical (que Mario est bonapartiste). Au huis clos du trio vocal : Floria, Mario, Scarpia, qui fixe définitivement le trio des tessitures affrontées : un baryton jalouse le ténor car il aime la même soprano… Puccini ajoute le réalisme poétique des évocations de Rome, arrière plan de l’action qui est aussi un personnage à part entière. Chacun des 3 actes s’inscrit dans un lieu emblématique de la ville éternelle : église San Andrea della Valle (acte I) ; Palais Farnèse, le bureau du tortionnaire Scarpia (acte II) ; terrasse du Château San Angello (acte III) ; sans omettre, l’évocation pastorale du jeune berger menant son troupeau de moutons sur les collines romaines, vrai tableau idyllique, virgilien, celui de la campagne en son aube printanière, au cœur de la tragédie qui se noue…
3 TEMPS FORTS Puccini a le génie de la composition, autant dans l’exposition des passions individuelles que dans la grandeur des scènes collectives. L’acte I est certes d’exposition mais il est construit aussi comme un vaste crescendo dramatique qui se déploie en toute puissance dans le dernier tableau à l’église où Scarpia impose son pouvoir sur l’assemblée des croyants réunis autour de la statue de la Vierge ; dans l’acte II, le plus théâtral au sens d’une scène fermée, étouffante, où Mario est torturé, Floria harcelée et implorante (son air fameux : Vissi d’amore, vissi d’arte / Je vivais d’amour et d’art), Scarpia… définitivement liquidé ; au III, la tension culmine dans un climat suspendu où le formidable duo amoureux est détruit quand s’accomplit la vengeance et la duplicité haineuse de Scarpia… Tosca regorge de coups de théâtre et de rebondissements qui ne seraient qu’accents spéctaculaires s’il n’était la musique, arrière plan prodigieux en tableaux atmosphériques, au souffle déjà cinématographique.

_____________________

NANCY, Opéra de Lorraintosca puccini nancy opera paoli allemandi critique opera classiquenews.gif.
PUCCINI : Tosca – Nouvelle production / 6 représentations
Du mercredi 22 juin au samedi 2 juillet 2022,
Mise en scène de Silvia Paoli
Orchestre & Chœur de l’Opéra national de Lorraine,
Direction musicale : Antonello Allemandi

Mercredi 22 juin, 20h
Vendredi 24 juin, 20h
Dimanche 26 juin, 15h
Mardi 28 juin, 20h
Jeudi 30 juin, 20h
Samedi 2 juillet, 20h

RÉSERVEZ VOS PLACES
directement sur le site de l’Opéra National de Lorraine, NANCY, ici :
https://www.opera-national-lorraine.fr/fr/activity/336-tosca-puccini

Distribution
Salome Jicia : Floria Tosca,
Rame Lahaj : Mario Cavaradossi,
Daniel Mirosław : le Baron Scarpia,
Tomasz Kumięga : Cesare Angelotti,
Daniele Terenzi , un Sacristain,
Marc Larcher : Spoletta,
Jean-Vincent Blot : Sciarrone,
Yong Kim : un geôlier
Heera Baen : un berger

______________________________

Une heure avant le début du spectacle sur chaque représentation (gratuit, sur présentation du billet)

Comments are closed.