Noël 2021, Nouvel an 2022 : OFFENBACH en majesté (La Vie Parisienne, Les Contes d’Hoffmann…)

FÊTES 2021 : entre Noël et le jour de l’an, passez les festivités avec Offenbach – Arte met les petits plats dans les grands et a la juste intuition de choisir le divin Jacques Offenbach comme guide de nos divertissements pour les fêtes de fin de l’année 2021, et celles du début de l’année 2022…

 

 

olympia-contes-hoffmann-opera-hamburg-peretyatko-critique-opera-review-classiquenews

 

 

 

OFFENBACH en fête sur Arte
ARTE célèbre le génie de Jacques Offenbach à travers 2 pièces lyriques de premier choix, son ultime : Les Contes d’Hoffmann et son opéra bouffe parisien, La Vie Parisienne, dans une nouvelle production qui ressuscite (enfin) la version originale de 1866 (en 5 actes, plutôt que les 3 actes selon la version tronquée dénaturée pour la troupe du Palais Royal) : ainsi sont recréés 16 morceaux inédits, des dialogues primitifs, un nouveau finale pour l’acte III et pour l’acte IV… (la recréation tient l’affiche du TCE du 21 déc 2021 au 9 janv 2022, dans le regard second empire et café berlinois du couturier Ch Lacroix qui en assure la mise en scène). La partition mêle le cocasse et le militaire, le panache et la nostalgie, la grâce et le délire romantique, poussé à l’extrême… il y faut une élégance toute française pour réussir cette équation des plus complexes.

 

antonia contes hoffmann offenbach opera critique review classiquenews

 

Puis Arte diffuse les Contes d’Hoffmann, perle ultime des œuvres de Jacques l’ensorceleur, son dernier opéra, le plus poétique et le plus noir aussi ; d’après ETA Hoffmann, le « Mozart des Champs Elysées, aborde le fantastique tenébreux qui met en scène les récits amoureux et désabusés du Poète Hoffmann, rédigés entre 1814 et 1822 : en quête d’amour, et de la femme idéale, le héros se perd définitivement à chaque rencontre Olympia, Stella, Antonia, Giuletta… La partition est quasiment achevée quand Offenbach meurt en 1881. L’Opéra de Hambourg en proposait (sept 2021) la version intégrale, reconstituée d’après les esquisses laissées par l’auteur. Y brillent entre autres, le ténor français Benjamin Bernheim dans le rôle d’Hoffmann, et la soprano coloratoure russe Olga Peretyatko qui incarne ici les 4 visages de l’amour au féminin ; et aussi Luca Pisaroni dans le rôle du Diable, lequel apparaît à chaque acte sous des masques différents pour mieux tromper Hoffmann, selon un schéma faustéen… (Lindorf, Coppelius, Dr Miracle, Dapertutto) – Mise en scène : Daniele Finzi Pasca. Durée 2h52 – Philharmonisches Staatsorchester Hamburg.

 

 

 

 

 

 

Les contes d’Hoffmann (1881)
Depuis l’opéra de Hambourg
Arte, mer 29 déc 2021, 23h
Arte concert, du 28 déc 2021 au 27 janv 2022
VOIR les Contes d’Hoffmann depuis l’Opéra d’Hambourg avec Olga Peretyatko (sept 2021) :
https://www.youtube.com/watch?v=Q-P84vi6lCQ
Sur ARTEconcert :
https://www.arte.tv/fr/videos/105765-000-A/les-contes-d-hoffmann-de-jacques-offenbach/

 

 

 

La vie parisienne (1866)La Vie Parisienne d'Offenbach sur Arte : Bonne année 2022 !
Version originelle complète en 5 actes [1866] – recreation
Arte, Dim 2 janv 2022, 16h40
Arte concert, du 27 dec 2021 au 27 dec 2023
Basé sur le drame du même nom de Jules Barbier et Michel Carré édité par Michael Kaye et Jean-Christophe Keck.
 

 
VOIR La vie Parisienne sur ARTEconcert
https://www.arte.tv/fr/videos/106197-000-A/la-vie-parisienne-de-jacques-offenbach/

 

 
 LIRE aussi notre critique de La Vie Parisienne d’Offenbach dans la mise en scène de Christian Lacroix, déjà présentée à l’Opéra de TOURS, le 3 déc 2021 …

Opera-de-tours-critique-vie-parisienne-offenbach-classiquenews-critique-operaCRITIQUE, opéra. TOURS, Grand-Théâtre, le 3 déc 2021. Jacques OFFENBACH : La Vie parisienne (version originale en 5 actes, 1866). Christian Lacroix / Romain Dumas. Après Rouen en novembre (et avant le Théâtre des Champs-Elysées pour les fêtes de fin d’années), c’est le public de l’Opéra de Tours qui avait la chance de découvrir cette nouvelle version de La Vie parisienne de Jacques Offenbach (en 5 actes) mise en images par rien moins que le couturier star Christian Lacroix (qui signe là sa première mise en scène lyrique). C’est à l’indispensable Palazetto Bru Zane que l’on doit cette nouvelle mouture qui se veut au plus près de la version originale de 1866, et qui ne comporte pas moins de 16 numéros inédits, dont il faudra citer l’inénarrable scène dans laquelle une armada de bottiers germaniques opposée aux gantières marseillaises réclamant de la bouillabaisse (!), le trio militaire du III, ou encore cette apparition du Commandeur de Don Giovanni au dernier acte…

 

 
 

 
 

 

 

documentaire
L’Odyssée Offenbach

___________________________________________________

 

 

Joué dans le monde entier, inventeur de l’opérette (ou “opéra bouffe”), Jacques Offenbach (1819-1880) fusionne l’humour et la musique. Sa fantaisie masque en vérité une dimension subversive : son antimilitarisme (La grande-duchesse de Gerolstein), sa satire du pouvoir (Barkouf), ses rôles de femme audacieux (La Belle Hélène, La grande Duchesse de Gérolstein, surtout La Périchole…) et l’érotisme allègre, déjanté (Orphée aux enfers), la sensualité onirique, noire et nostalgique (Les Contes d’Hoffmann) qui parcourt son oeuvre. Un portrait foisonnant.

 

 

portrait-offenbach-odyssee-classiquenews-critique-annonce-opera-classiquenews-ARTE

 

 

Né en 1819 en Allemagne, le jeune Jacob apprend le violoncelle en cachette de son père, chantre de la synagogue de Cologne. Cette petite rébellion, première d’une longue série, réussit au jeune virtuose, qui se découvre, à 13 ans, des dons de compositeur. La Prusse offrant peu d’opportunités aux juifs, Offenbach père veut que son fils fasse carrière à Paris. Subjugué par l’animation de la capitale française qu’il restituera plus tard dans La vie parisienne, Jacob s’y installe dès 1833 et se rebaptise vite “Jacques”. Après un bref passage au Conservatoire, il devient violoncelliste à l’Opéra-Comique. En 1858, il lance triomphalement le genre de l’opérette avec l’ébouriffant Orphée aux enfers, attaque en règle contre l’académisme. Malgré ce succès, Offenbach, tour à tour honni et applaudi, subira toute sa vie un violent ostracisme, rejet qui s’intensifie durant la guerre de 1870, époque où il est traité d’espion par les Français et de traître par les Allemands.

Folie contagieuse
Richement illustrée, la biographie foisonnante révèle les nombreuses facettes d’un compositeur prolifique, conscient de son art, très cultivé, pour lequel le geste lyrique, dans toutes les veines expressives, est un acte engagé, marqué par l’exigence, le raffinement et la volonté de dénoncer aussi certains travers de la société (du Second Empire). Pour le docu de vrais chanteurs d’opéra jouent dans les scènes de reconstitution – Stéphanie d’Oustrac compose, notamment, une pétillante Hortense Schneider, diva à l’humeur changeante, muse et cause de bien des tourments d’Offenbach. Des extraits de spectacles, morceaux de bravoure menés à un train d’enfer et d’une folie contagieuse, ponctuent ce réjouissant portrait.

 

 

 

Portrait du génie français de l’opéra bouffe et onirique et d’un chef d’oeuvre, Les Contes d’Hoffmann…

ARTE, mer 29 déc 2021, 23h30
Sur Arteconcert en replay, du 28 déc 2021 au 27 janv 2022
VOIR le portrait d’OFFENBACH sur Arteconcert
https://www.arte.tv/fr/videos/085417-000-A/l-odyssee-offenbach/

 

 

 

 

 
 

  

 
 

Comments are closed.