Moses und Aron de Schoenberg

moise MoiseFrance musique, samedi 31 octobre 2015, 19h : MoĂŻse et Aaron de Schoenberg. Moise et Aaron propose comme opĂ©ra philosophique voire thĂ©orique deux concepts du Dieu des fervents : le Dieu incarnĂ© et reprĂ©sentĂ© par l’image et par la langue ici le chant, celui d’Aaron ; l’idĂ©e abstraite d’une force et d’une autoritĂ© (invisible, inconcevable, infinie) qui ne se reprĂ©sente pas et ne peut pas mĂŞme ĂŞtre exprimĂ©e, celui de MoĂŻse qui de fait dans l’Ă©criture mĂŞme de l’opĂ©ra de Schoenberg, ne chante pas mais s’exprime dans un parlĂ© chantĂ© permanent (sprechgesang, rĂ´le parlĂ© donc), plutĂ´t synthĂ©tique. La parole dĂ©forme et dĂ©nature plutĂ´t qu’elle transmet et communique… Dans la carrière de l’auteur, Moses und Aaron crĂ©Ă© en 1954 Ă  Hambourg (en version de concert renforçant ainsi la force de l’abstraction idĂ©ologique selon MoĂŻse), annonce l’essor proche de la nouvelle langue contemporaine et moderne, l’atonalitĂ©. Contradiction frappante et stimulante que de reprĂ©senter sur la scène un opĂ©ra dont l’une des composantes tend Ă  l’invisibilitĂ© et l’abstraction.  Concrètement, Schoenberg utilise dans la partition une seule sĂ©rie dodĂ©caphonique dont il sait dĂ©velopper les variations : dans les faits, le compositeur occupĂ© par ce chantier lyrique contradictoire et d’une certaine façon handicapant Ă  dĂ©faut Ă©reintant, dès 1934, n’acheva jamais l’Ă©difice, laissant sous forme d’esquisse tout l’acte III (jamais mis en musique). Pierre Boulez, Solti, Michael Gielen ont soulignĂ© en l’abordant la cohĂ©rence d’une oeuvre qui rĂ©concilie idĂ©e et formalisme, concept et rĂ©alisation. Juif inquiĂ©tĂ© au dĂ©but des annĂ©es 1920, l’allemand Arnold Schoenberg dĂ©veloppe très tĂ´t une lecture personnelle de la religion juive qui concentre l’essence de propre identitĂ©, une question esthĂ©tique et autobiographique, dont tĂ©moigne son ouvrage, d’abord cantate puis ouvrage thĂ©ologique enfin opĂ©ra. Ici pèse le sens de la parole exacte peu gĂ©nĂ©reuse face Ă  une foule instable et mouvante, mais omniprĂ©sente (le choeur des hĂ©breux incrĂ©dules). En dĂ©finitive outre la cristallisation d’un nouveau langage musical, Schoenberg exprime la recherche de toute une vie : comment tĂ©moigner malgrĂ© les rĂ©voltes et la montĂ©e de la haine raciste, la vĂ©ritĂ© de sa propre identitĂ© ? La question le hante sa vie durant et explique pourquoi il eut tant de mal Ă  terminer son oeuvre.

schoenberg arnold moses und aaron opera classiquenews presentation reviewL’action se dĂ©roule en Egypte, au moment oĂą MoĂŻse reçoit les tables de la Loi d’un Dieu invisible et omniscient. Le peuple hĂ©breu fuit les troupes de Pharaon qui les avait rĂ©duit en esclavage. Tout l’acte I reprĂ©sente MoĂŻse et Aaron en un duo complĂ©mentaire : Aaron exprimant en langage intelligible, les vĂ©ritĂ©s divines que MoĂŻse Ă©nonce synthĂ©tiquement; mais quand il faut croire en Dieu, Aaron use des miracles (l’eau du Nil changĂ© en sang ; la verge de MoĂŻse, en serpent, etc…) afin de convertir le peuple HĂ©breux.
A l’acte II, MoĂŻse quitte le peuple hĂ©breu pour se rapprocher de Dieu. En son absence, les adorateurs se livrent Ă  l’adoration du Veau d’or, reprĂ©sentation concrète du dieu Ă  honorer : ballets, orgies, dĂ©cadence collective.. Quand MoĂŻse redescend, il dĂ©truit le Veau et reproche Ă  Aaron de l’avoir trahi.
Acte III, MoĂŻse dĂ©fend l’idĂ©e de l’essence de Dieu qui ne peut ĂŞtre rĂ©duit Ă  aucune reprĂ©sentation. Aaron meurt. MoĂŻse guide le peuple dans le dĂ©sert, hors du joug de Pharaon.

Moses und Aron
boutonreservationMoĂŻse et Aaron Ă  l’OpĂ©ra de Paris, OpĂ©ra Bastille
Du 17 octobre au 9 novembre 2015
1h45 sans entracte
Nouvelle production
entrĂ©e au rĂ©pertoire de l’OpĂ©ra de Paris

OpĂ©ra en apparence difficile, MoĂŻse et Aaron d’Arnold Schoenberg Ă  travers son sujet, questionne le langage musical appliquĂ© Ă  l’opĂ©ra c’est Ă  dire Ă  l’explicitation d’un drame et d’une idĂ©e. L’OpĂ©ra bastille accueille la mise en scène du rĂ©alisateur, faiseur d’images mi fantastique mi surrĂ©alistes, Romeo Castellucci.
Direction musicale : Philippe Jordan. Avec Thomas Johannes Mayer (Moses / MoĂŻse) et John Graham-Hall (Aaron)…

Diffusion medias :
En direct sur Arte concert le 20 octobre 2015, sur Arte télé le 23 octobre 2015.
En différé sur France Musique, samedi 31 octobre 2015

LIRE aussi notre dossier Moses und Aron / MoĂŻse et Aaron, 1954 d’Arnold Schoenberg

Comments are closed.