Livres, compte rendu critique. Rire et sourire dans l’opéra-comique en France aux XVIIIè et XIXème siècles (Éditions Symétrie, collection Symétrie Recherche)

rire et sourire opera comique france XVIII et XIX charlotte loriot livres critique classiquenews isbn_978-2-36485-027-9Livres, compte rendu critique. Rire et sourire dans l’opéra-comique en France aux XVIIIè et XIXème siècles (Éditions Symétrie, collection Symétrie Recherche). L’opéra-comique fait-il toujours rire ? A cette question qui engage la définition du genre opéra-comique par le seul filtre de sa vertu comique, la réponse est claire : non! Si l’on évacue désormais l’humour, il faut donc chercher ailleurs et différemment, d’autres critères identitaires pour circonscrire l’opéra-comique, comme genre lyrique et théâtral, dans la diversité de ses aspects, tout au long de son histoire. C’est le champ d’investigation de cette publication passionnante à bien des égards. Alternance du parlé et du chanté, esprit délirant et parodique, liberté de ton, diversité de styles… voici d’autres critères pour mieux comprendre un théâtre musical spécifique dont l’histoire est en quelque sorte récapitulée ici, à travers les manifestations du genre au XVIIIè et XIXème siècles. La contrainte, née de sa concurrence avec les autres scènes contemporaines alors (théâtre et scène lyrique officielle, Comédie Française et Opéra…) détermine l’évolution du genre, qui a du se réinventer constamment pour exister, contourner les interdictions exubérantes, affirmer une originalité de ton, une nouvelle cohérence dramaturgique… Ce sont tous ces aspects qui correspondent en grande partie, aux jalons importants de l’histoire du genre qui sont développés ici, à travers la multiplicité des thématiques et des questions contextualisées. Concrètement, quels sont les apports de ce nouveau cycles d’articles et d’interventions ? Fuzelier, Grétry, Duni et Favart composent un premier choix d’auteurs qui affirment chacun, tout un monde poétique, expressif et qui influencent profondément jusqu’au théâtre de Beaumarchais ; analyse du Comte Ory de Rossini (à la source du comique rossinien) ; regards sur le didactisme du Docteur Miracle (1856) ; essor du genre entre Paris et Rio : cette dernière partie doit être mise en rapport avec la récente exhumation de l’opéra buffa de Marcos Portugal L’Oro no compra amore, ressuscité par le chef franco brésilien Bruno Procopio, voir notre reportage vidéo. Le sourire est pourtant bien présent dans l’Opéra-Comique ainsi qu’en témoignent plusieurs ouvrages phares tels L’Amant jaloux de Grtry (1778), Fra Diavolo d’Auber (1830), Féréol, succès tenace à l’Opéra-Comique. En fin en s’intéressant au comique dans plusieurs partitions célèbres du genre, les études démontrent à l’inverse, la diversité des autres registres poétiques complémentaires dont le rôle n’en est pas moins structurant : ainsi séguédilles et fariboles de la Périchole d’Offenbach, ou entre autres, Jean de Nivelle et Lakmé, joyaux des années 1880. Par la diversité des approches, cependant structurées dans une grille clairement énoncée, la publication est exemplaire, captivante par l’originalité des documents étudiés, la justesse de l’analyse (cf. La Matrone d’Ephèse de Fuzelier  : rire et sourire à la naissance de l’opéra-comique par François Rubelin. Voir aussi en complément de ce chapitre, notre sujet vidéo dédié à La Matrone d’Ephèse de Fuzelier en 1714, spectacle coup de coeur de classiquenews).

CLIC_macaron_2014Livres, compte rendu critique. Rire et sourire dans l’opéra-comique en France aux XVIIIè et XIXème siècles (Éditions Symétrie, collection Symétrie Recherche). Ouvrage collectif. ISBN 978-2-36485-027-9. Parution : décembre 2015. CLIC de classiquenews de janvier 2016. On ne saurait également trop louer le choix du visuel de couverture : Les Deux Carosses de Claude Gillot, chef d’oeuvre pictural qui tout en représentant une scène de la comédie La Foire-Saint-Germain, souligne dès le début du XVIIIè, à l’époque de la Régence et de Watteau, l’acuité et l’essor de la scène “comique” française, d’une liberté de ton inégalée.

Comments are closed.