LIVRE événement, critique. Pauline Girard : Léo Delibes – Itinéraire d’un musicien, des Bouffes-parisiens à l’Institut (Editions Vrin, 2018)

DELIBES leo delibes biographie itineraire d un musicien des bouffes parisiens a l institut PAULINE GIRARD biographie critique annonce livre par classiquenews VRIN edition CLIC de CLASSIQUENEWS ete 2018 juillet 2018 9782711628001LIVRE événement, critique. Pauline Girard : Léo Delibes – Itinéraire d’un musicien, des Bouffes-Parisiens à l’Institut (Editions Vrin, 2018). ELEGANCE ROMANTIQUE. Enfin une biographie d’envergure et très détaillée sur un génie romantique français oublié, méconnu ou si peu apprécié à sa juste valeur : à part le ballet Copelia ou l’opéra Lakmé, que connaît-on réellement de Léo Delibes, pur auteur hexagonal qui de ses maîtres au Conservatoire sut prolonger le métier musical entièrement dédié au théâtre ? La présente biographie très fouillée analyse la personnalité, sa vie, sa carrière, et bien sûr son oeuvre, riche, diverse, dont la continuité et la progression éclairent l’expertise d’un auteur qui éblouit en définitive par son talent d’orfèvre pour les voix et l’orchestre.
Léo Delibes (1836-1891) est formé dans le foyer familial, par sa mère et son oncle ; puis il rejoint le Conservatoire de Paris dans les classes de Benoist (orgue), Bazin (harmonie) et Adam (composition). Le Jeune choriste de 13 ans découvre l’opéra, son souffle, son imaginaire, tous ses possibles, en participant à la création du Prophète de Meyerbeer en 1849.
Doué, reconnu très rapidement, il peut faire jouer ses premiers ouvrages ; se partageant entre le métier d’organiste et celui d’accompagnateur au Théâtre-Lyrique. Sa carrière de compositeur dramatique débute à 20 ans, en 1856 avec plusieurs ouvrages bouffes, créés aux Folies-Nouvelles (le premier a pour nom Deux Sous de charbon), aux Bouffes-Parisiens et au théâtre des Variétés.
Il est chef de chœur au Théâtre-Lyrique et à l’Opéra, et ose d’autres genres : l’opéra-comique (Le Jardinier et son seigneur, 1863) ; surtout un premier ballet, La Source (1866 : partition impressionnante par son ruissellement mélodique et son orchestration très travaillée qui inspire à Edgar Degas, un tableau demeuré célèbre en 1867, preuve de la célébrité immédiate de Delibes à Paris) ; puis c’est un nouveau ballet, majeur : Coppélia ou La Fille aux yeux d’émail, créé à l’Opéra en 1870, – sujet fantastique et onirique qui reste l’un des plus célèbres ballet romantique français. Il a 34 ans. Mais la France sombre dans la terreur de la Commune, après la défaite du Second Empire.

 

 

Léo Delibes, génie oublié
de l’élégance romantique

 

 

DELIBES-leo-par-classiquenews-classiquenews-dossier-coppelia-kassya-opera-dossier-classiquenewsA partir de 1871, Delibes, jeune marié, se dédie à la composition, affirmant une nouvelle ambition et une inspiration tournée vers le raffinement (orchestration), l’élégance (mélodie), l’expressivité et la caractérisation (drame): un nouveau ballet Sylvia (1876), les opéras Le Roi l’a dit (1873), Jean de Nivelle (1880) et chef d’oeuvre absolument de la veine orientaliste, alors partagé par le peintre fameux et célèbre Gérôme :  Lakmé (1883). Ce dernier suscite un immense succès jamais démenti, depuis sa création : c’est que l’idylle sentimentale ailleurs fragile voire superficielle, renouvelle totalement le trio fondateur soprano, ténor, baryton (Lakmé, Gérald, Nilakantha) et sur le prétexte d’un orientalisme plus fantasmé que réaliste, gagne une profondeur et un coloris d’une puissance inédite. Professeur de composition au Conservatoire, il est élu en 1884 à l’Institut. C’est la consécration d’un parcours dont l’éclat social suscite bien des jalousies.

Wagnérien convaincu (car il assiste à la création de Parsifal à Bayreuth en 1882, puis de la Création de La Walkyrie à Bruxelles en 1887…), – comme Franck, son aîné, Delibes sait renouveler la leçon wagnérienne par une fraîcheur de l’inspiration, un souci de la transparence qui en font l’égal d’un Bizet (son contemporain, fauché trop tôt). A l’heure où le Festival Radio France ressuscite son ultime opéra Saskya (échec à sa création mais sommet sur le plan de l’orchestration cependant), voici une biographie qui témoigne des recherches très avancées d’un compositeur passionné par le timbre, la couleur, la fluidité de la texture orchestrale, en cela annonciateur des Debussy et Ravel, maîtres futurs de cette élégance onirique qui allait s’imposer après la mort de Delibes en 1891. Lecture indispensable.

 

 
 

 

—————————————————————————————————————————————————

CLIC D'OR macaron 200LIVRE événement, critique. Pauline Girard : Léo Delibes – Itinéraire d’un musicien, des Bouffes-parisiens à l’Institut – Vrin, collection « MusicologieS » – 432 pages – 17 × 24 cm / ISBN 978-2-7116-2800-1 – Parution : juin 2018. Titre élu CLIC de CLASSIQUENEWS. Meilleur ouvrage dans la catégorie Musique Romantique Française de l’été 2018. Prix indicatif : 38 euros.

—————————————————————————————————————————————————

 

 

LIRE la présentation de l’ouvrage « Pauline Girard : Léo Delibes – Itinéraire d’un musicien, des Bouffes-parisiens à l’Institut », sur le site des éditions VRIN : http://www.vrin.fr/book.php?code=9782711628001

—————————————————————————————————————————————————

 

 

APPROFONDIR

LIRE notre critique développée du dvd Copelia (Opéra de Paris, 2011 / Patrice Bart)

VOIR notre reportage vidéo exclusif de LAKME présenté à l’Opéra de Tours, avec Julien Dran, Vincent Letexier, Jodie (Janvier 2017)

 

 

Comments are closed.