Livre événement, annonce. Gaspare SPONTINI par Patrick Barbier (Bleu Nuit éditeur, à paraître le 14 mars 2017)

cover-SPONTINILivre événement, annonce. Gaspare SPONTINI par Patrick Barbier (Bleu Nuit éditeur, à paraître le 14 mars 2017). Né italien, génial conteur lyrique, d’abord dans le genre idéalement maîtrisé du buffa napolitain (parfait assimilateur de Cimarosa au succès européen), Gaspare Spontini (1774-1851) affirme une maîtrise exemplaire dans le genre lyrique à gros effectif, genre « grand opéra » à la française,… ainsi, d’abord en France, protégé de l’Impératrice Joséphine, illustrant la pompe glorieuse napoléonienne (La Vestale, 1807 ; Fernand Cortez, 1809); puis à Berlin à partir de mai 1820, après avoir servi la France post impériale, celle de la Restauration (à travers des oeuvres de circonstances peu mémorables). C’est que frappé par le puissance dramatique (choeurs, scènes collectives, continuité de l’action, séduction mélodique de certains airs, et toujours cette noblesse impérieuse de l’inspiration…), le roi de Prusse, Frédéric Guillaume III, tombé sous le charme de sa musique, invite à grands frais l’impossible Spontini dans la capitale germanique.

GASPARE SPONTINI en expérimentateur
L’inventeur du grand opéra et du drame continu à l’âge romantique…

Malgré l’opposition du parti anti italien qui ne comprend pas qu’un italien ne parlant pas l’allemand ait été choisi pour créer le nouvel opéra germanique (quand Weber compose Der Freischutz, puis Euryanthe), l’italien Spontini parvient cependant à imposer sa synthèse européenne dans la langue de Schiller et de Goethe : Lalla Rûkh, 1821, qui devient Nurmahal, 1822 ; surtout Alcidor, 1824, et Agnes von Hohenstaufen, 1827 (premier acte), puis version intégrale, en 1829 : prémice par l’ampleur de son dessein dramatique, du drame continu de Wagner.

spontini gaspareLe texte biographique, édité par Bleu Nuit éditeur, complet, très documenté et abondamment illustré de Patrick Barbier (auteur d’ouvrages clés sur Venise et les castrats entre autres), rétablit la carrure d’un génie de l’opéra romantique première manière. Il précise aussi la personnalité pas facile de cet homme entier, parfois sec et cassant, toujours soucieux de sa gloire et des titres et privilèges qu’il mérite en tant qu’auteur indépassable de La Vestale et de Fernand Cortez. Son ménage avec Céleste Erard est aussi bien évoqué : pilier d’une existence aux multiples distinctions et honneurs à l’échelle européenne. Au mérite illustre de Spontini d’avoir eu ce goût de faire connaître aux parisiens (finalement absents et moqueurs) Don Giovanni (1808) et Les Nozze di Figaro (1809) de Mozart alors qu’il était directeur de l’opéra impérial à l’Odéon (Théâtre Italien, rebaptisé alors « Opéra de l’Impératrice », réunissant les genres seria et buffa).

Spontini méritait bien cette nouvelle biographie exhaustive. A l’heure où l’intérêt pour le romantisme français se confirme, rétablir Spontini à sa juste place – admirateur de Mozart et Beethoven, et lui-même admiré de Berlioz, s’avère bénéfique. D’autant plus en pleine année Méhul (DOSSIER MEHUL centenaire 2017), autre compositeur romantique français et précurseur de Spontini (La Vestale est créée la même année que Joseph de Méhul en 1807). Au final, le tempérament viril de Spontini illumine la scène romantique française et européenne à l’époque impériale et dans les années 1820 : il apporte une réflexion très convaincante sur l’idée de drame continu, sachant cultiver la force et l’impact dramatique des choeurs, la cohérence des situations enchaînées, rompant avec la tradition pourtant native, italienne, encore poursuivie par Rossini (Guillaume Tell, 1829), de l’air fermé. Chez Spontini se dessine une tendance que les germaniques vont reprendre, développer, étoffer grâce à Schumann et Wagner. De sorte que malgré ce qu’ont voulu faire accroire ses pires critiques à Berlin, Spontini réalise une synthèse profitable pour l’éclosion d’un drame romantique germanique après lui et grâce à lui. Telle n’est pas la seule et moindre conclusion qui se précise à la lecture de cette biographie désormais fondamentale.
Compte rendu critique complet à venir le jour de la parution du livre Spontini par Patrick Barbier, dans le mag cd dvd livres de classiquenews.com

_____________________

Livre événement, annonce. Gaspare SPONTINI par Patrick Barbier (Bleu Nuit éditeur, à paraître le 14 mars 2017) — CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2017.

Comments are closed.