WAGNER : Le RING de Philippe JORDAN. Jonas Kaufmann et EM Westbroek, déprogrammés

ring-opera-de-paris-ph-jordan-critique-annonce-classiquenewsPARIS. LE RING de Philippe JORDAN : nouveaux rebondissements pour une production au parcours chaotique ; le nouveau Ring du chef Philippe Jordan, moment phare de la saison de l’Opéra de Paris en 2020, qui devait marquer aussi son départ de l’Institution parisienne, connaît de récents et sérieux changements dans sa distribution : Jonas Kaufmann a finalement annulé sa participation dans le rôle de Siegmund, préférant réduire ses déplacements. De même Eva-Maria Westbroek annoncée dans le rôle de Sieglinde (compagne de Siegmund : les deux Welsung sont les parents de Siegfried), devenue cas contact, ne peut plus se déplacer. Les deux chanteurs sont remplacés respectivement par Stuart Skelton et Lise Davidsen, straussienne de choc qui devrait assumer le défi wagnérien… à suivre. Les retransmissions en direct sur France Musique sont toujours maintenues sauf contre ordre à partir du 26 décembre prochain.

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

LIRE notre présentation du WAGNER / RING 2020 de Philippe Jordan
http://www.classiquenews.com/opera-de-paris-france-musique-wagner-le-ring-jordan-2020/

WAGNER : le Ring Jordan sur France Musique

Dates et horaires des diffusions France Musique

L’Or du Rhin : Samedi 26 décembre 2020 à 20h
La Walkyrie : Lundi 28 décembre à 18h30 à 20h
Siegfried : Mercredi 30 décembre à 20h
Le Crépuscule des dieux : Samedi 2 janvier 2021 à 20h

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

Programme et présentation des 4 Journées
du RING de WAGNER par Philippe Jordan :

 

Samedi 26 décembre 2020, 20h : L’Or du Rhin
Prologue : L’Or du Rhin (Das Rheingold)
Affiche_(portrait)_Le_Ring_2020(2)L’action naît dans les profondeurs du Rhin : après avoir renoncé à l’amour devant les trois filles du Rhin, gardiennes du trésor, le nain Nibelung Alberich dérobe l’or, avec lequel son frère Mime forge un anneau qui confère à son possesseur le pouvoir absolu sur les êtres et le monde. De son côté, calculateur et manipulateur, Wotan, maître des dieux, est contraint de conquérir l’anneau à Nibelheim. Son fidèle « double », Log (dieu du feu, esprit de l’intelligence) lui souffle qu’il aura besoin de cet anneau pour duper les géants Fafner et Fasolt, les bâtisseurs de la future résidence jupitérienne de Wotan sur le mont Walhala. Pour être sûrs d’être payés en retour, les Géants ont pris en otage Freia, déesse de la jeunesse éternelle. Chez les Nibelungen, Wotan dérobe à Alberich, l’anneau et le voile magique, gage d’invisibilité. Alberich maudit alors l’anneau conquis par Wotan. L’or continue son œuvre maléfique : Fafner tue son frère et cache le butin dans la forêt. Plus tard, dans Siegfried, Fafner devenu dragon défendra jusqu’à la mort son précieux trésor… Wotan victorieux mène les dieux au Walhala ; ils s’enivrent grâce à leur jeunesse retrouvée. Pourtant, Wotan a signé sa prochaine déchéance car il a trahi l’esprit des lois et la loyauté qu’il avait lui-même édicté…
Les moments de la partition à ne pas manquer : le début qui est l’ouverture de tout le cycle : de l’immatériel à l’origine du monde au matériel incarné par le monde des dieux et leur duplicité vénale… l’orchestre exprime ce mouvement qui organise peu à peu la matière musicale et la fait jaillir hors des brumes initiales.
La fin du Prologue où Wagner exprime l’élévation des dieux conquérants jusqu’au sommet de Walhala où les géants ont bâti le château magnifique…

 

 

Lundi 28 décembre 2020, 20h : La Walkyrie.
Première journée : La Walkyrie (Die Walküre)

MUNICH : Ring wagnérien au Bayerische StaatsoperPar une nuit de tempête, le fugitif Siegmund, le fils de Wotan et d’une mortelle, trouve refuge chez le guerrier Hunding et son épouse Sieglinde. En réalité, tous deux sont frères et soeurs (les Welsungen) et sont immédiatement attirés l’un vers l’autre d’un amour irrésistible. Fricka, épouse de Wotan et protectrice du foyer conjugal, ne peut laisser s’accomplir une telle union, adultérine et de surcroît incestueuse. Elle rappelle à Wotan son obligation de protéger l’ordre moral : il obéit et dépêche sa plus fidèle fille, la Walkyrie Brûnnhilde auprès de Hunding pour le venger et tuer Siegmund.
Mais sujet central de l’opéra, Brünnhilde compatit au sort de Siegmund qui est son frère : la Walkyrie est touchée par la sincérité de leur amour. Wotan paraît et tue lui-même Siegmund. Wotan poursuit la Walkyrie rebelle, la déchoit de sa nature héroique : simple mortelle, la fille de Wotan devra reposer entourée d’un mur de flammes : seul un preux capable de vaincre la muraille enflammée pourra la conquérir et accomplir sa nature mortelle. Entre temps, la Walkyrie avait permis à Sieglinde de fuir son époux, et lui trouver un refuge où elle pourrait donner naissance au fils à venir de Siegmund : Siegfried.
Séquences mémorables : le début de l’opéra qui débute par un orage orchestral et une course en panique, celle du fugitif Siegmund – le duo entre Siegmund / Sieglinde : la page amoureuse la plus bouleversante de tout le cycle du Ring – les adieux déchirants de Wotan au chevet de sa fille cernée de flammes (là encore, l’une des pages les plus déchirantes du cycle car tout l’amour d’un père obligé de punir sa propre fille est ici exprimé).

 

 

Mercredi 30 décembre 2020, 20h : Siegfried.
Deuxième journée : Siegfried

wotan walkyrieElevé dans la forêt par le Nibelung Mime, silhouette frêle et craintive, calculatrice et menteuse, a éduqué seul Siegfried, fils des jumeaux Siegmund et Sieglinde. L’enfant ne connaît pas la peur et n’a jamais connu ses parents. Mime entend utiliser Siegfried pour tuer le dragon Fafner afin de dérober l’or et l’anneau. Dans ce but, Siegfried forge à grands coups métalliques Nothung, l’épée de son père Siegmund, antérieurement tué par Wotan. Siegfried tue le dragon et goûtant le sang du reptile, comprend le chant de l’oiseau de la forêt qui le prévient de la machination de Mime : le guerrier le tue et part à la conquête de son propre destin. Il croise Wotan devenu le « Voyageur », âme déchue errante, condamnée à cause de ses propres turpitudes. Siegfried amorce le déclin des dieux et l’avènement des hommes… Il atteint le rocher où repose Brünnhilde dont il vainc la défense de feu et tombe amoureux.

 

 

Samedi 2 janvier 2021, 20h : Le Crépuscule des dieux.
Troisième journée : Le Crépuscule des dieux (Götterdämmerung)

wagner_brunnhilde_gotterdammerung_operarthur_rackhamTroisième et ultime Journée de la Tétralogie wagnérienne, Le Crépuscule des dieux s’ouvre près du rocher de Brünnhilde où les Trois Nornes tissent les fils du destin ; le fil se rompt, annonce de la fin des dieux. Au lever du jour, Siegfried quitte Brünnhilde en lui confiant l’anneau en témoignage de fidélité. Il rejoint le château des Gibishungen : Gunther, sa soeur Gutrune et Hagen, fils d’Albérich et comme lui, esprit maléfique et manipulateur. Hagen entend venger son père et reprendre l’anneau à Siegfried. Pour se faire, celui ci trop naïf, boit le philtre qui lui fait oublier Brünnhilde et aimer… Gutrune.
Sous l’identité de Gunther, Siegfried envoûté prend de force Brünnhilde et l’anneau. Au château, Brünnhilde accuse Siegfried (qui a recouvré la mémoire) : Hagen exploite la colère de Brünnhilde et organise avec sa complicité (elle a révélé le seul point faible du héros invincible), la mort de Siegfried. Pendant la chasse, Hagen fait assassiner Siegfried. Comprenant la supercherie, Brünnhilde témoigne de sa douleur ; honore la mémoire de Siegfried trahi et organise un vaste bûcher où les flammes purificatrices effacent la barbarie née de l’anneau et de la duplicité des hommes. Les filles du Rhin apparaissent reprenant leur butin : elles entraînent Hagen le maudit au fond des eaux vengeresses…
Quel monde nouveau naîtra-t-il après ce nouveau chaos ? L’espérance que fonde Wagner dans son final est l’annonce d’un monde régénéré, porté par l’esprit d’amour et de fraternité.

 

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

A ÉCOUTER
Le podcast RING de WAGNER sur France Musique
https://www.francemusique.fr/emissions/musicopolis/Le-Grand-feuilleton-du-Ring-1-5-il-%C3%A9tait-une%20fois-89330

WAGNER EN SUISSELe 13 mai 1876, Richard Wagner avec les finance et l’appui indéfectible du jeune Roi Louis II de Bavière, peut inaugurer le Théâtre de Bayreuth, conçu pour la représentation de ses opéras dont la Tétralogie ou “L’Anneau du Niebelung. Dans ce podcast, les origines du “Ring” et du Théâtre jusqu’à sa triomphale première, un voyage de plus de 25 ans !
En 1848, Wagner commence amorce la composition d’n nouveau cycle lyrique inspiré du mythe des Nibelungen. Il écrit un résumé puis un livret autour du héros Siegfried et de sa mort (le futur Crépuscule des Dieux). Peu convaincu, il approfondit encore sa compréhension de la Saga dans sa globalité. Wagner rédige les 4 livrets de la future Tétralogie dans l’ordre inverse, terminant avec celui de l’Or du Rhin, prologue du cycle. Il poursuit ensuite la composition (dans l’ordre chronologique des opéras. Mais une crise intervient en 1857 en pleine composition de Siegfried, son 3e opéra…

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.