Le National de Lille joue Gorki, Sibelius, et Poulenc avec Jean Rondeau

Rondeau jeanLILLE. National de Lille, Jean Rondeau les 18,19 mai 2017. Jean Rondeau, rĂ©cente vedette parmi les jeunes claveciniste français interprĂšte Poulenc (Concerto champĂȘtre, dans l’esprit de Watteau) au Nouveau SiĂšcle de Lille, formidable Ă©crin pour le concert et l’opĂ©ra (comme rĂ©cemment une nouvelle production des PĂȘcheurs de perles l’a dĂ©montrĂ© / sous la direction d’Alexandre Bloch le 10 mai dernier). AprĂšs sa Victoire de la musique classique – RĂ©vĂ©lation Instrumentale – reçue justement Ă  Lille en 2015, Jean Rondeau revient deux ans plus tard au Nouveau SiĂšcle, ce soir et demain, 18 et 19 mai, avec l’Orchestre national de Lille sous la direction du chef polonais Michal Nesterowicz.

GORECKI, POULENC, SIBELIUS. Au programme d’abord d’Henryk MikoƂaj GĂłrecki (1933-2010), Trois piĂšces dans le style ancien. Nous sommes en 1963. Henryk GĂłrecki est un jeune compositeur, Ă  la recherche de son style. A l’instar de son compatriote Krzystof Penderecki, GĂłrecki est sĂ©duit par les expĂ©rimentations d’Europe de l’Ouest. La dĂ©couverte du folklore polonais transparaĂźt ici dans l’utilisation d’une vieille chanson de mariage du 16Ăšme siĂšcle utilisĂ©e dans la troisiĂšme piĂšce. Ecrites pour orchestre Ă  cordes, les Trois piĂšces dans le style ancien posent les bases d’un minimalisme dont Arvo PĂ€rt se fera le hĂ©raut dans la dĂ©cennie Ă  venir.

Puis surtout, clou du concert, de Francis Poulenc (1899-1963) : le nĂ©o classique / nĂ©o baroque Concert champĂȘtre. La rencontre en 1923 avec Wanda Landowska permet au jeune Francis Poulenc de redĂ©couvrir la musique ancienne, et c’est Ă  l’instigation de la musicienne,- pionniĂšre dans la redecouverte du Clavecin, qu’il dĂ©cide d’Ă©crire une oeuvre pour clavecin et orchestre. Le mot “Concert champĂȘtre” recouvre deux significations possibles. D’une part, il s’agit d’un hommage concret Ă  Landowska puisque Poulenc, citadin impertinent, venait lui rendre visite dans sa propriĂ©tĂ© de Saint-Leu-La-ForĂȘt Ă  35 kilomĂštres de Paris . D’autre part, Poulenc escomptait tracer, en musique, un “parc Ă  la francaise”, Ă  la maniĂšre d’un tableau galant de Watteau. Poulenc renoue avec l’esprit d’un pastiche de HĂ€ndel ou Scarlatti, mais avec une sensibilitĂ© toute moderne. On y relĂšve des harmonies inattendues, des clins d’oeil ironiques, parfois de grandes mĂ©lodies populaires, qui, plus que dans un bois champĂȘtre, donnent l’impression qu’on se trouve sur un grand boulevard parisien ! “J’ai vraiment mis dans mon Concert champĂȘtre tout mon sang, le meilleur : si on ne l’aime pas, on ne peut pas m’aimer ! ” disait le compositeur . sur les traces du peintre. TrĂšs Watteau, Poulenc ressuscite l’art de la nostalgie en teintes raffinĂ©es particuliĂšrement chaudes et vaporeuses qui son style plus pointilliste que vraiment brumeux et atmosphĂ©rique renouvelle d’une maniĂšre trĂšs personnelle.

Sibelius 2015Enfin l’orchestre national de Lille “ose” de Jean Sibelius (1865-1957), lrrepressible sensualitĂ© panthĂ©iste de la Symphonie n°1 en mi mineur op.39. C’est le dernier portrait de l’artiste en jeune homme : en 1899, Sibelius a 34 ans. Il est dĂ©jĂ  cĂ©lĂšbre dans son pays, la Finlande, encore sous le joug de la Russie. L’enjeu de cette premiĂšre symphonie est double : Ă©crire une oeuvre sans programme littĂ©raire ni descriptif et s’affronter Ă  une forme qui pourrait lui apporter la cĂ©lĂ©britĂ© Ă  l’Ă©tranger. Le critique anglais Enrest Newman Ă©crira ainsi en 1905 : “Je n’ai jamais entendu une oeuvre qui m’ait transportĂ© aussi loin de l’Europe de l’Ouest. Chaque page de [cette Symphonie n°1] respire une autre maniĂšre de penser, une autre maniĂšre de vivre, voire mĂȘme un autre paysage que le nĂŽtre”. De fait avec Richard Strauss et Gustav. MAHLER, sibelius est bien le plus grand symphoniste de la premiĂšre moitiĂ© du XX Ăšme, celui dont l’Ă©criture interroge le plan et la finalitĂ© du matĂ©riau formel.

LILLE
Auditorium du Nouveau SiĂšcle
Jeudi 18 et Vendredi 19 mai 2017 Ă  20h
Tarifs de 5 à 10€

Billetterie et renseignements : 03 20 12 82 40
www.onlille.com

AU PROGRAMME :
GÓRECKI : Trois Piùces dans le style ancien
POULENC: Concert champĂȘtre, pour clavecin
SIBELIUS: Symphonie n°1
Direction: Michal Nesterowicz
Clavecin: Jean Rondeau

PROGRAMME EN TOURNÉE :

LYON
Auditorium Maurice Ravel
Samedi 20 MAI 18h
Dans le cadre des formations invitĂ©es par l’Orchestre National de Lyon
Informations et rĂ©servations au 04 78 95 95 95 – www.auditorium-lyon.com

Comments are closed.