La Victoire de Samothrace restaurée

samothrace-400-360-victoire-de-samothraceArte, dimanche 15 mars 2015, 17h40. La victoire retrouvée. Focus sur la plus belle victoire ailée héritée de l’Antiquité. Les Nikés (victoires) sont l’une des plus belles inventions formelles et sculpturales de la Grèce antique, avec le Kouroï (éphèbe), le sphinx ou les aphrodites dénudées… La Victoire de Samothrace est une femme ailée et magnifiquement drapée : les plis de sa tunique mettent en avant la beauté dynamique du corps pris sur le vif : les bras, la tête devaient indiquer des mouvements contrepointant l’axe du corps qui marche. C’est actuellement la plus belle statue conservée au Louvre, objet d’une récente et complète restauration (terminée en juillet 2014 – 4 millions dépensés pour sa estauration complète) qui est le vrai sujet du docu diffusé par Arte. Le chantier est passionnant car il révèle l’histoire de la sculpture, mais aussi met en avant les moyens actuels pour résoudre le problème de la conservation de l’oeuvre, comprendre son sens, sa finalité, les raisons qui en font un chef d’oeuvre inégalé parmi les sculptures du plus grand musée du monde.

Découverte sur l’île de Samothrace en 1863, sous le Second Empire, elle a un sein et une aile en plâtre ajoutés au XIXè pour rétablir sa symétrie donc son équilibre originels : ils ont été conservés car ils font partie de l’histoire de l’oeuvre. La restauration a révélé, après nettoyage, le blanc laiteux puis blondissant de la Victoire elle même (marbre de Paros) qui posée sur le socle de marbre bleu veiné de blanc (marbre de Rhodes) expose explicitement son envol irrésistible. Est-elle placée comme selon l’usage de la marine et de la construction navale à la proue d’un navire  (une galère)? Elle pourrait aussi symboliser une victoire maritime. Laquelle ? Mystère… Mais so onadmire aujourd’hui la pureté de la pierre, la statue était bel et bien peinte (des traces de bleu d’Egypte ont été détectées au bas du drapé).

victoire-de-samothrace lifting restauration 2015Sur le site de Samothrace, les archéologues cherchent sans y croire… la tête. On l’imagine se tournant à la perpendiculaire du corps, indiquant une fougue de mouvement spectaculaire : pied droti au sol, mais pied gauche qui vole encore : la Nikè vient de se poser. Sur le site grec, le sanctuaire des grands dieux était visité par tous les grecs qui y déposaient des offrandes : la Victoire de Samothrace en serait une, datant précisément du IIème siècle avant JC (190 avant JC) : elle est donc stylistiquement rattachée à l’époque hellénistique. L’époque est celle de l’éclectisme : auteurs et commanditaires cultivent les références multiples au passé prestigieux de l’art. Ainsi la Victoire serait un pastiche du II ème, des fameuses victoires et effigies féminines du IV ème polyclétéen.

A la fin du XIXè, au moment de son acquisition, la Victoire triomphe à l’entrée du Musée du Louvre : au sommet de l’escalier Daru. C’est l’icône du Paris, capitale des arts.

arte_logo_2013Arte, dimanche 15 mars 2015, 17h40. La victoire retrouvée : histoire de la Victoire de Samothrace, sa restauration, sa genèse… Le Louvre présente une exposition qui fait le bilan de la campagne de restauration de la Victoire de Samothrace, du 5 mars au 15 juin 2015. Réalisation : Juliette Garcias, France 2014, 52mn)

Comments are closed.