La Tosca de Pierre Audi à l’Opéra Bastille (3 sept – 26 nov 2022)

pucciniPARIS, Opéra Bastille, TOSCA. 3 sept – 26 nov 2022. C’est avant Traviata, Don Giovanni et même l’inusable Carmen que l’on croyait indépassable, l’opéra le plus joué dans le monde : Tosca. La partition composée par Puccini à l’aube naissante du XXè siècle (1900) s’inspire de la pièce éponyme de Victorien Sardou. Dans son transfert sur la scène lyrique, le drame n’a rien perdu de sa force passionnelle, de son incandescence collective. Et aux côtés des deux artistes protagonistes, rare couple artistique sur la scène, la cantatrice Floria Tosca et le peintre Mario Cavaradossi, Puccini ajoute un orchestre somptueux qui inscrit chaque acte dans son lieu, désormais emblématique de la Rome romantique, à l’époque où le premier consul Bonaparte s’impose en vainqueur à Marengo sur les Impériaux (ce qui enthousiasme Mario acquis aux idéaux républicains) : l’église Sant’Andrea della Valle (acte I) ; le palazzo Farnese (acte II), enfin le Château Saint-Ange (acte III). Le compositeur poète n’oublie pas en contrepoint de la violence barbare du drame, en particulier après l’acte II (où meurt l’infâme Baron Scarpia, préfet de Rome), d’évoquer la campagne romaine au petit matin (avec chant du berger sur les collines de Rome…), exceptionnel paysage pastoral et symphonique qui marque une pause dans un océan de passion éperdue et fatale. Production déjà ancienne, signée Pierre Audi (2014).

_________________________________

PARIS, Opéra Bastilleboutonreservation
RÉSERVEZ VOS PLACES
directement sur le site de l’Opéra de Paris, Bastille :
https://www.operadeparis.fr/saison-22-23/opera/tosca

_________________________________

Attention, plusieurs distributions pour Tosca :

Floria Tosca : Célèbre cantatrice
Saioa Hernández (sept.)
Elena Stikhina (oct.-nov.)

Mario Cavaradossi : Peintre et amant de Floria Tosca,
sympathisant républicain (ardent Bonapartiste)
Joseph Calleja : 3 > 24 sept./11 > 26 nov.
Brian Jagde : 20 oct.> 8 nov.

Baron Scarpia : Chef de la police de Rome
Bryn Terfel : 3 > 15 sept.
Alexey Markov : 18 > 24 sept.
Gerald Finley : 20 > 29 oct. et 3 > 11 nov. 2022
Roman Burdenko : 17 > 26 nov.

Cesare Angelotti : Prisonnier politique, évadé de la prison du château Saint-Ange
Spoletta : Agent de Scarpia

Direction musicale :
Gustavo Dudamel – (sept.)
Paolo Bortolameolli – (24sept, oct.‑nov.)
Mise en scène : Pierre Audi

opera paris tsoca dudamel audi terfel critique classiquenews presentationPrésentation de l’ouvrage sur le site de l’Opéra de Paris : Lorsque Giacomo Puccini assiste à une représentation de La Tosca, la pièce de Victorien Sardou, lors d’une tournée de Sarah Bernhardt à Milan, il est aussitôt séduit par la puissance du drame. Amour, politique, sadisme et religion : tous ces ingrédients sont réunis dans l’histoire de la jalouse et impulsive cantatrice Floria Tosca, amoureuse de l’idéaliste Mario Cavaradossi, dans une Italie en lutte pour son indépendance.
Onze ans plus tard, en 1900, Puccini crée son opéra Tosca à Rome et triomphe. Au sommet de son art, le compositeur frappe fort dès le lever du rideau avec cinq accords saisissants qui évoquent l’infâme chef de la police Scarpia, dont la soif de posséder la diva ne connaît pas de limites.
Dans la mise en scène de Pierre Audi, créée en 2014 à l’Opéra national de Paris, plane l’ombre écrasante d’une croix, figure de la collision des oppressions politique et religieuse. Une lecture qui pose avec habileté les lignes du drame et met à nu la mécanique tragique de l’œuvre.

Comments are closed.